FIXONS NOS COEURS SUR JESUS

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

                        Mots clés : cœur- Jésus- Epouse- Beauté

Dans Cantique des cantiques. 4 : 1-5 : Que tu es belle, mon amie, que tu es belle ! Tes yeux sont des colombes, Derrière ton voile. Tes cheveux sont comme un troupeau de chèvres, Suspendues aux flancs de la montagne de Galaad.

 Tes dents sont comme un troupeau de brebis tondues, Qui remontent de l’abreuvoir ; Toutes portent des jumeaux, Aucune d’elles n’est stérile. Tes lèvres sont comme un fil cramoisi, Et ta bouche est charmante ; Ta joue est comme une moitié de grenade, Derrière ton voile. Ton cou est comme la tour de David, Bâtie pour être un arsenal ; Mille boucliers y sont suspendus, Tous les boucliers des héros

 Nous découvrons le cœur de Jésus, notre Epoux, qui nous chérit. Elle lui répond en choisissant de lui obéir complètement et en décidant de croire à sa Parole : Cantique des cantiques. 4 : 6-8 : Avant que le jour se rafraîchisse, Et que les ombres fuient, J’irai à la montagne de la myrrhe Et à la colline de l’encens.

 Tu es toute belle, mon amie, Et il n’y a point en toi de défaut. Viens avec moi du Liban, ma fiancée, Viens avec moi du Liban ! Regarde du sommet de l’Amana, Du sommet du Senir et de l’Hermon, Des tanières des lions, Des montagnes des léopards.

Jésus libère sa gloire dans l’Eglise en nous chérissant :

 Afin de la sanctifier après l’avoir purifiée par l’eau et la parole, pour faire paraître cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et sans défaut… Jamais personne, en effet n’a haï sa propre chair ; mais il la nourrit et en prend soin, comme le Christ le fait pour l’Eglise : Ep. 5 : 26-29.  

La méthode principale que Dieu utilise pour transformer de faibles croyants est de nous faire ressentir combien il nous chérit. C’est de cette manière qu’il enlève les taches et la honte de nos cœurs. Lorsque nous nous sentons chéris, nous pouvons être pleins de confiance et d’audace dans notre amour pour Jésus. La puissance de la vie de David résidait dans le fait qu’il se sentait aimé par Dieu. Un des thèmes principaux de ce Cantique décrit le cœur de Dieu nous chérissant : Ta droite me soutient et ta mansuétude (bienveillance) me fait devenir grand Psaume. 18 : 35.

 

Jésus nous chérit en nous considérant comme son Epouse, il nous traite avec douceur et affection, lorsqu’il déclare les vertus bourgeonnantes de nos vies (même dans nos faiblesses lorsque nous trébuchons).

Jésus ne définit pas notre vie par nos combats. Il voit bien plus que nos échecs. Il nous définit par la semence de vertu qui se trouve dans nos cœurs et par le but auquel nous appliquons notre cœur. Il ne tient pas seulement compte des domaines dans lesquels nous triomphons. Il voit en nous un esprit bien disposé (Matthieu : 26 : 41. Il nous définit par notre aspiration à l’aimer et à lui obéir.

Comprendre comment Jésus nous définit, nous aide à déterminer ce que nous pensons de nous-mêmes, et ce que nous ressentons. Il voit la graine dans nos vies, il voit la fin du parcours avec clarté.

Lorsqu’Israël fut attaqué par les Madianites, Gédéon se tenait caché au pressoir, tenaillé par la peur (Juges. 6). Un ange du Seigneur lui apparut et lui dit : « O vaillant héros. » Le Seigneur voyait en Gédéon ce qu’il ne pouvait pas voir lui-même. Le Seigneur voyait la graine de foi et de courage, bien que Gédéon ne l’utilise pas encore. Le Seigneur a défini Gédéon selon ce qu’il serait dans le futur. Gédéon est devenu un des plus grands chefs militaires d’Israël.

Jésus a appelé Pierre, la pierre (celui qui ne sera pas ébranlé : Matthieu :16 : 18 sachant qu’il allait le trahir à cause de la peur qui se trouvait dans son cœur. Pierre vivait dans le compromis. L’instabilité de Pierre a été révélée une fois de plus. Le Seigneur a vu la graine de courage, de stabilité et de fidélité en Pierre, et il lui a donné le nom de roc :

11 Mais lorsque Céphas (Pierre) vint à Antioche, je lui résistai en face parce qu’il était condamnable. 12 En effet, avant la venue de quelques personnes de chez Jacques, il mangeait avec les païens ; mais après leur venue, il s’esquiva et se tint à l’écart, par crainte des circoncis. 13 Comme lui, les autres Juifs usèrent aussi de dissimulation, en sorte que Barnabas même fut entraîné par leur hypocrisie : Galates. 2 : 11-13.

Nous voyons aussi la manière dont le Seigneur parle de la vie d’Abraham en disant qu’il ne douta point dans sa foi : 20 Mais face à la promesse de Dieu il ne douta point, par incrédulité… (Romains. 4 : 20.  

Dieu témoigne de David qu’il a accompli toute la volonté de Dieu :

22 Il leur suscita pour roi, David, auquel il a rendu témoignage : j’ai trouvé David… homme selon mon cœur, qui accomplira toutes mes volontés. 36 Or, David, après avoir, dans sa génération, servi le dessein de Dieu, est décédé… (Actes. 13 : 22, 36).

Le Seigneur appelle les croyants sincères, les disciples que le Seigneur aime : Jean 13 : 23 ; 19 : 26 ; 20 : 2 ; 21 : 7, 20) :

Un de ses disciples, celui que Jésus aimait, était couché à table près de Jésus : Jean 13 : 23.

Le Diable nous décrit comme des « hypocrites » pour qui, il n’y a plus d’espérance. L’ennemi oppresse beaucoup de gens par l’accusation et la condamnation. Il veut que nous ressentions cela pour que nous abandonnions la course. Il veut que nous confondions l’immaturité et la rébellion, afin que nous jetions l’éponge.

Un grand nombre de gens dépensent beaucoup trop d’énergie émotionnelle pour combattre le feu de la condamnation et de l’insignifiance. Le fardeau de la condamnation et du rejet nous demande beaucoup d’énergie pour le combattre. Cela nous empêche de marcher d’une manière efficace avec le Seigneur parce que nous sommes préoccupés par nos échecs et la honte.

Beaucoup vivent en mesurant le niveau de maturité qu’ils ont atteint, au lieu de se focaliser sur les intentions de leur cœur d’obéir et de croire. Lorsque nous mesurons le niveau de maturité que nous atteignons, nous devenons vulnérables à deux problèmes spirituels :

Si nous voyons que nous réussissons, nous pouvons nous sentir orgueilleux et donc critiquer ceux qui tombent.

Si nous sommes dans l’échec, nous nous sentons coupables et nous sommes tentés d’abandonner.  

Connaître les émotions de Dieu (sa beauté) et décider dans nos cœurs de l’aimer entièrement (obéir et croire à sa Parole) devrait être la première de nos préoccupations. Il accomplira une œuvre de maturité en son temps :

 Car c’est Dieu qui opère en nous le vouloir et le faire selon son dessein bienveillant (Philippiens. 2 : 13).

Un homme qui chérit sa femme ou ses enfants les transforme. Dieu nous corrige toujours en nous chérissant. Souvent, les parents n’interprètent pas de la bonne façon les vertus de leurs enfants qui se trouvent au stade de bourgeonnement. Ils voient les échecs au lieu de voir les petits commencements.

 

 

Commenter cet article