Les obstacles dans nos cœurs nous empêchent de répondre aux désirs de Jésus

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Cantiques des Cantiques 2 : 8-9 : C’est la voix de mon bien aimé, le voici, il vient sautant sur les montagnes, bondissant sur les collines. Mon bien aimé est semblable à la gazelle ou au faon des biches. Le voici, il est derrière notre mur. Il regarde par la fenêtre, il regarde par le treillis.

La Sulamithe se réjouit d’entendre la voix de son bien-aimé. Son cœur est dans la joie. Elle voit tous les obstacles qu’il doit affronter et franchir, escalader pour venir la rejoindre. Elle sait que rien ne peut l’arrêter. L’amour donne des ailes pour rejoindre l’être aimé, l’élue de nos cœurs. Elle le compare à la gazelle ou au petit de la biche. Elle lui voit la même agilité, la même souplesse. Il sait rester en équilibre, sur des espaces réduits, il traverse des ravins, s’élève jusqu’au sommet des collines ou des montagnes.

 Malgré tout cela, il est un obstacle devant lequel, il s’arrêtera : le mur ou les murs du cœur de sa bien-aimée.

 La bien-aimée découvre dans son cœur, un mur qui s’élève entre elle et son bien-aimé (c’est à dire entre Jésus et nous). Ce mur représente la séparation qui existe encore entre Jésus et nous. J’aime Jésus de tout mon cœur, vous aimez Jésus de tout votre cœur nous le chantons, nous le proclamons et nous le témoignons même.

 Puis, il suffit que Jésus vienne et nous demande d’accomplir une mission pour lui : pardonner à une personne qui ne nous semble pas trop sympathique, de témoigner de lui, pour que les murs de nos cœurs se rappellent à notre mémoire et nous paralysent. Jésus nous aime et respecte notre volonté, nos choix, pourtant il trouve une fenêtre pour regarder à travers ou un treillis. Ici la bien-aimée est dans sa maison derrière ses murs. C’est elle qui en détient la clé. Ce mur ou les murs nous empêchent d’être ou de devenir la perle de grand prix qu’il recherche. Elle entend son bien-aimé lui dire :

Cantiques des cantiques 2 : 10 -15  Lève-toi mon amie, ma belle, et viens. La pluie a cessé, elle s’en est allée. Les fleurs paraissent sur la terre, le temps de chanter est arrivé, et la voix de la tourterelle se fait entendre dans nos campagnes. Le figuier forme ses premiers fruits et les vignes exhalent leur parfum. Lève-toi mon amie, ma belle et viens. Ma colombe, qui te tient dans les fentes du rocher. Qui te caches dans les parois escarpées ! Fais-moi voir ta figure. Fais-moi entendre ta voix. Car ta voix est douce et ta figure est agréable.

 Attrapez-nous les renards qui ravagent les vignes, car nos vignes sont en fleur. La bien-aimée entend … mais elle n’ouvre pas. Jésus respecte nos silences et il attend qu’une brèche entrouvre le mur, que la porte s’ouvre…La bien-aimée, à l’avance,  apprécie la présence de Jésus. Elle expérimente son amour. Mais elle voit un fossé entre elle et Jésus. Jésus est saint et revêtu de gloire.

 

D’où viennent ces murs ?

 

 L’homme et la femme créés par Dieu : Adam et Eve étaient recouverts de la gloire de Dieu, mais à la chute, à la désobéissance, ils se sont retrouvés nus, c’est à dire qu’ils ont perdu la gloire de Dieu. Elle les a quittés. La Bible nous dit qu’ils ont pris conscience de leur nudité et en même temps ils ont éprouvé un premier sentiment négatif, la honte face à Dieu et à eux-mêmes. Genèse 3 : 8  nous révèle qu’ils ont essayé de cacher cette nudité ou cette honte avec des feuilles de figuiers. Les feuilles représentent les tentatives de la chair pour se vêtir. Cela ne remplace pas la gloire  de Dieu dont ils étaient recouverts par le Saint-Esprit.

- Voilà la première pierre que nous trouvons dans le mur de nos vies : la honte.

- 2ème pierre : La peur, Dieu dit où es-tu Adam ? Genèse 3 : 10  J’ai entendu ta voix et j’ai eu peur. Auparavant la voix de Dieu ne provoquait pas la peur dans la vie d’Adam et Eve. 

- 3ème pierre : L’accusation. Chacun se croit victime et non coupable. Au lieu de plaider coupable, nous accusons l’autre, nous accusons Dieu. Genèse 3 : 11-13 Et qui t’a appris que tu es nu ?

- Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’ai défendu de manger ? L’homme, Adam répondit : La femme que tu as mise auprès de moi m’a donné de l’arbre et j’en ai mangé. L’Eternel dit à la femme : Pourquoi as-tu fait cela ?

La femme répondit : Le serpent m’a séduite et j’en ai mangé. 

- 4ème pierre : La malédiction. Genèse 3 : 17 l’Eternel dit à l’homme : puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre : Tu n’en mangeras point ! Le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de  ta vie.  

 - 5ème pierre : La perte de la présence de Dieu. Genèse 3 : 23-24 Et l’éternel Dieu le chassa du jardin d’Eden, pour qu’il cultive la terre, d’où il avait été tiré. C’est ainsi qu’il chassa Adam.

- 6ème pierre : Perte de l’autorité donnée par Dieu, pour vivre dans le jardin d’Eden, mise en esclavage par celui sous lequel Adam et Eve se sont mis : Ici la Bible nous parle de Satan.

- 7ème pierre : Rébellion entre Dieu et eux-mêmes

- 8ème pierre : La mort : tu mouras certainement

- 9ème pierre : perte de l’amour de Dieu car l’amour parfait bannit la crainte

- 10ème pierre : la culpabilité. Jésus s’est fait culpabilité

- 11ème pierre : le rejet avec l’incrédulité

- 12ème pierre : la confusion : mélange entre le bien et le mal. Evaluation par rapport à la loi des hommes et ignorance de la loi de Dieu.

- 13ème pierre : Domination de l’homme sur la femme.

- 14ème pierre : Le péché me coupe des autres.

- 15ème pierre : L’échec, la peur de l’échec.

 

Avant de chasser Adam et Eve, Dieu annonce la réhabilitation en Jésus avec le sang des animaux et la peau dont Dieu les revêt, annonce  la gloire à venir. Ces pierres sont devenues des matériaux de construction de deux murs principaux : Le rejet et la rébellion. Chacun de ces murs repose sur une pierre de fondement, le rejet avec l’incrédulité et la rébellion avec l’orgueil. Ces deux murs sont ce que nous appelons notre nature adamique.

 Certes, elle a été crucifiée à la croix par Jésus : Galates 2 : 20  J’ai été crucifié avec Christ. C’est Jésus qui est venu dans ce monde semblable à l’un d’entre nous. Pour nous  donner la victoire sur ces deux murs : Le rejet et l’orgueil qui sont les fondements des murs de nos coeurs. Repentons-nous pour toutes les pierres que le Saint-Esprit nous donne de discerner dans nos cœurs. Arrachons les mauvais fondements de nos vies, c'est-à-dire le rejet et l'incrédulité. Établissons nos vies sur la pierre angulaire qu'on rejeté les bâtisseurs : Jésus-Christ :

1 pierre 2-6 : voici, je mets en Sion une pierre angulaire, choisie,  précieuse. Et celui qui croit en elle ne sera pas Confus. L'honneur est donc pour vous, qui croyez. Mais, pour les incrédules, la pierre qu'on rejeté les bâtisseurs  la principale de l'angle, une pierre d'achoppement est un rocher de scandale ; il s'y heurte pour n'avoir pas cru à la parole.

Si nous nous reconnaissons dans ce message, sur un ou plusieurs exemples, sachons que Jésus ne nous condamne pas. Il attend que nous reconnaissions nos blessures, nos manques de maturité etc. Il est toujours prêt à nous aider et à nous guérir.

                  

Commenter cet article