Combats le bon combat de la foi!

Publié le par louis trifault

                         


 
 


Jean-Claude Buis - La vraie Saint Valentin 1ère partie.
envoyé par nbuis47. - Anniversaire, mariage, premiers pas en vidéo.



1 Timothée 6 -- 12 : combats le bon combat de la foi, saisi la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé, et pour laquelle tu as fait une belle confession de foi en présence  d'un grand nombre de témoins.

Voilà l'exhortation que l'apôtre Paul donne à Timothée. L'apôtre Paul arrive à la fin de sa vie terrestre. Il veut éviter à son jeune compagnon dans la foi, Timothée, les erreurs que lui a commises. Pour l'apôtre Paul le plus important c'est de savoir discerner le bon combat, c'est-à-dire le combat de la foi.

 Il existe deux sortes de combat : le combat de la foi et le combat de la chair ou des œuvres humaines.

Nous le retrouvons  plus loin, en 2 Timothée 4 --7 : Paul sait que son départ vers le ciel approche. Voici ce qu'il dit de lui-même :

 J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi. Désormais la couronne de justice m'est réservée, le Seigneur, le juste juge me la donnera dans ce jour, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement.

Retenons les points importants de ces deux versets : le bon combat se situe au niveau de la foi. La foi  permet de saisir la vie éternelle  à laquelle nous sommes appelés. Ce bon combat va se manifester par des confessions ou des proclamations. Ce n'est pas l'affaire d’un moment où  d'une déclaration mais cela doit se manifester toute la vie, jusqu'au dernier jour.

Rappelons-nous une des dernières paroles de l'apôtre Paul : j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi. Désormais la couronne de justice m'est réservée, comme à tous ceux qui auront aimé l'avènement, ou le règne de justice de jésus.

 Comment Paul est-il demeuré dans la foi et  mené le bon combat de la foi ?

Hébreux 12- 1b et 2 courrons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte.  En ayant les regards sur Jésus qui suscite la foi et la mène à la perfection, en échange de la joie qui lui était réservée, il a souffert sur la croix, méprisé l'ignominie, et s'est assis à la droite de Dieu.

Paul déclare qu’il s'est tenu dans son appel ou la carrière que Dieu lui a ouverte.

La Bible du semeur nous dit : courrons avec endurance l'épreuve qui nous est proposée.

Donc il nous faut courir avec persévérance et endurance méprisant la honte dont nous pouvons être l'objet de la part des autres chrétiens ou des non chrétiens, mais en ayant les regards sur Jésus et l'œuvre qu'il a accomplie à la croix.

Cela nous fait penser à la course d'une épreuve, chaque concurrent se tient dans son couloir, le regard fixé sur la ligne d'arrivée. Toutefois la différence est grande, car dans naturel un seul gagne la couronne ou la bataille. Dans le spirituel il en est tout autrement : tous ceux qui achèvent  la course en ayant conservé la foi, recevront la couronne de justice.

Paul a-t-il toujours mené bon combat de la foi ?

Non, avant que Jésus ne lui apparaisse sur le chemin de Damas, Paul était rempli de zèle pour persécuter l'Eglise de Christ.

Galates 1 -- 13 à 15 : vous avez su, en effet, quel était autrefois ma conduite dans le judaïsme, comment je persécutais à outrance et ravageait les églises de Dieu.  Comment j'étais plus avancé dans le judaïsme que beaucoup de jeunes gens de ma nation, et plus tard animés d’un zèle excessif pour les traditions de mes pères. Paul avait approuvé le meurtre d’Etienne : Actes 7 -- 58b les témoins déposèrent leurs vêtements aux pieds d'un jeune homme nommé Saul (qui deviendra Paul)

Actes 9-1 : cependant Saul, respire encore la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur se rendit chez le souverain sacrificateur, il lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas, afin que, s'il trouvait des partisans de la nouvelle doctrine, homme ou femme, il les amène à Jérusalem.

Actes 9-14 à 16 : Seigneur j’ai appris de plusieurs personnes tous les maux que cet homme a fait à tes saints dans Jérusalem, et il a ici des pouvoirs, de la part des principaux sacrificateurs, pour lier tous ceux qui invoque ton nom.

Qu'est-ce qui  a empêché  Paul de mener le bon combat de la foi ?

L'esprit religieux, l'orgueil, la propre justice ou la justice par les œuvres. En quelque sorte  Paul se donner un rôle de justicier du ciel ou gendarme du ciel. Paul courrait dans une carrière qu’il s'était ouverte lui-même, et qui l’a amené à se battre contre Dieu. Il menait le combat de la chair. Le combat de la foi est seulement pour ceux qui acceptent Jésus comme Sauveur et Seigneur de leur vie.

À nous chrétiens quels sont les causes qui peuvent nous empêcher de mener le bon combat de la foi ?

Romains 12 --3 : par la grâce qui m'a été donnée, je dis à chacun de ne pas avoir une trop haute opinion de soi, mais de revêtir des sentiments modestes, selon la mesure de foi que Dieu a départie à chacun.

 Retenons bien ce que nous dit la Parole de Dieu : « que chacun n'est pas une trop haute opinion de soi-même » nous devons savoir qui nous sommes, connaître notre identité en Christ.

 Le problème ce n'est pas d'avoir une haute opinion de soi-même, mais d'avoir une « trop haute opinion ». C'est ce qui est arrivé à Lucifer avant qu'Il ne devienne Satan, c'est-à-dire l'adversaire de Dieu.

Ezéchiel 28 11 à 16 : tu m'étais le sceau à la perfection, tu étais plein de sagesse, parfait en beauté tu étais en Éden, le jardin de Dieu, tu étais couvert de toutes espèces de pierres précieuses , de sardoines, de topaze, de diamants, de chrysolite, d'onyx, Des tambourins et tes flûtes étaient à ton service pour le jour ou tu fus créé, tu étais un chérubin protecteur, aux ailes déployées, je t'avais placé  sur la sainte montagne de Dieu,  tu marchais au milieu de pierres étincelantes. Tu as été intègre dans tes voies depuis le jour où tu fus crée jusqu'à celui où l'iniquité a été trouvée chez toi pour par la grandeur de ton commerce était remplie de violence, et tu as péché.

Esaïe 14 -- 13 : tu dis  dans ton coeur : je monterai au ciel, j'élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu, je siégerai sur la montagne de l'assemblée du septentrion, je monterai sur le sommet, je serai semblable au Très -- Haut.

Lucifer avait été parfait jusqu'au jour où dans son coeur l'orgueil est monté, il a voulu s'élever au-dessus de Dieu.

Nous devons avoir une bonne opinion de nous-mêmes, même une haute opinion de notre personne, puisque nous sommes devenus fils et filles de Dieu, héritier du royaume, sacrificateur. N'oublions jamais que cette position nous est accordée par grâce, sans aucun mérite de notre part, uniquement à cause du coeur de miséricorde du Père. Et tout cela manifesté à travers l'obéissance de Jésus qui l'a conduit sur la croix pour payer le prix de nos péchés, à notre place.

Avoir des sentiments modestes envers soi-même, ne signifie pas se tenir à genoux toute la journée, avec le sac pour vêtement et dans la cendre, en se frappant la poitrine et en disant : « pauvres pécheurs prends pitié de moi ». Cette attitude consisterait a renié ou ignorer l'œuvre accomplie par Jésus sur la croix. Rentrons dans le « tout est accompli » que Jésus a proclamé avant de remettre son esprit au Père. Ne tombons pas non plus dans le piège du rejet qui cache le péché d'incrédulité, du doute de l'amour du Père pour moi.

Hébreux 3 -- 1 : c'est pourquoi, frères saints, qui avez part à la vocation céleste, considéré l'apôtre et le souverain sacrificateur de la foi que nous professons, Jésus qui a été fidèle à celui qui l'a établi.

Mais Christ l’est comme fils sur sa maison, et sa maison c'est nous, pourvu que nous retenions fermement jusqu'à la fin la confiance et l'espérance dont nous nous glorifions.

Voici l’exemple d’un homme et d’une femme, qui ont mené le bon combat de la foi. Nous trouvons leur histoire dans la bible et notamment dans le livre d’Esther

Elle s'appelle Hadassa, elle va devenir la reine Esther.

Elle est juive, orpheline, son père et sa mère sont morts. Elle est en déportation  dans le pays de la Perse (aujourd'hui l'Iran) elle a été emmenée en captivité par l'armée ennemie, babylonienne, de Jérusalem à  Suze en Perse.  Dieu ne l'a pas laissée seule. Il a mis sur sa route un homme, son cousin, nommé Mardochée, qui l'adoptât et veillât sur sa destinée afin qu'elle s'accomplisse.

-- Esther 2 -- 5 à 7 : il y avait dans la capitale, un juif  nommé Mardochée, de la tribu de Benjamin. Il avait été emmené de Jérusalem parmi les captifs avec Jéchonias, roi de Juda, par Nébucanestsar, le roi de Babylone.

Mardochée élevait Hadassa, qui est Esther, fille de son oncle. Car elle n'avait ni père, ni mère. La jeune fille était belle de taille est belle de figure. À la mort de son père et de sa mère, Mardochée l'avait adopté pour fille. Mardochée a toujours veillé sur la vie d'Esther, même devenue  reine. Dieu a placé sur la route d'Esther un vrai père.

Ni l’un, ni l’autre n’avait un désir de vengeance vis-à-vis de leur ennemi, pas de rancune ou d’amertume, ni aucune prise pour l’offense dans leur cœur. Tous les deux ont libérés le pardon à leurs ennemis.

 Un jour l'épouse du roi en place, nommé, Assuérus, se révolta contre son mari. Elle fut répudiée. Les proches du roi lui conseillent de choisir une épouse parmi un certain nombre de jeunes filles, rassemblées par les eunuques du roi. Esther s'est retrouvée dans ce nombre. Souvenons-nous qu'elle était dans un pays ennemi.

-- Esther 2 -- 10 : Esther ne fait pas connaître son peuple, ni sa naissance, car Mardochée lui avait interdit d'en parler.

Et chaque jour Mardochée allait il venait devant la cour de la maison des femmes, pour savoir comment se portait Esther et comment on  la traitait.

Esther trouvait grâce  auprès de tous ceux qui la voyaient. Elle  trouva grâce auprès du roi, et c'est-elle qu’il choisit pour reine. Même devenue reine, Esther a toujours écouté les conseils  de Mardochée.

Esther 2 -- 20 : Esther n'avait pas fait connaître ni sa naissance, ni  son peuple car Mardochée le lui avait défendu. Et elle suivait les ordres de Mardochée aussi fidèlement qu'à l'époque  ou elle était sous sa tutelle.

Mardochée se tenait constamment à la porte du roi pour écouter. Un jour il entend deux eunuques du roi qui complotent  contre la vie du roi et veulent le tuer. Mardochée en prévint Esther qui le redit au Roi de la part de Mardochée. Les deux eunuques furent pendus.

Après ces choses, nous dit la Bible, le roi  éleva un homme au plus haut rang dans le pays. Cet homme se nomme Hamann. Hamann prie la grosse tête. À partir de ce jour il exigea que toute personne fléchisse le genou et se prosterne devant lui lors de son passage.

Mais Mardochée ne fléchit point le genou ni ne se prosterna devant lui. Même après des rappelles à l'ordre. Mardochée avait la crainte de Dieu dans son cœur, et devant lui seul il se prosternait.

Hamann en colère décide de faire mourir Mardochée et de massacrer le peuple juif  dispersé dans le pays. Il verse une somme d’argent au roi et Il obtient du roi la signature d'un décret, qui lui donne l'ordre de détruire le peuple juif. Mardochée l’apprend et il le fait savoir à Esther afin qu'elle intervienne auprès du roi. Mais personne ne peut l'approcher sans être convoqué. Sinon le roi fait mourir cette personne. Esther craint pour sa vie.

Esther 4 -- 13 Mardochée fit répondre à Esther : ne t'imagine pas que tu échapperas seule d'entre tous les Juifs, parce que tu es dans la maison du roi. Et qui sait si ce n'est pas pour un temps comme celui-ci que tu es parvenu à la royauté ?

Esther envoya dire à Mardochée : Va rassemble tous les Juifs qui sont à Suze  et jeûnez pour moi, sans manger et sans boire pendant trois jours et trois nuits. Je jeûnerai également avec mes servantes, puis je rentrerai chez le roi, malgré la loi. Et si je dois périr, je périrais. Mardochée fit tout ce qu’Esther lui avait ordonné.

Pendant ce temps Hamann fait dresser la potence pour pendre Mardochée le lendemain.

Cette nuit-là le roi eut une insomnie. Il se fit relire les chroniques. On le lut devant le roi. Ses serviteurs relisent ce passage où la vie du roi a été exposée par les deux eunuques.

Le roi s'inquiète de savoir si Mardochée a été récompensé. Non lui dit-on. Le lendemain matin, quand Hamann se présente devant le roi, celui-ci lui dit : que ferais tu pour un homme que le roi veut honorer ? Hamann tout heureux, car il pense que c'est lui, l’homme que le roi veut honorer. Hamann décrit tout un faste. Il faut le couvrir de vêtements royaux, mettre une couronne sur sa tête. Prendre le cheval du roi et le promener à travers la place de la ville, et crier devant lui : c'est ainsi que l'on fait à l'homme que le roi veut honorer.

Le roi lui dit  très bien, et c'est ce que tu vas faire avec Mardochée. C'est toi qui marcheras avec le cheval et qui criera cela devant la foule.

À la fin du jeûne Esther se présente devant le roi, au risque de sa vie. Elle trouva grâce auprès du roi. Le roi en colère fit prendre Hamann à la potence qu'il avait préparée pour Mardochée.

L’édit de destruction du peuple juif  fut révoqué.  Esther fit connaître sa parenté avec Mardochée. Le roi ôtant son anneau, qu'il avait repris à Hamann, et le donna à Mardochée. C'est-à-dire que Mardochée devint le second du pays, à la place de Hamann.

Voilà ce que Dieu peut faire avec nous, si nous sortons de l'incrédulité. Même si nous avons toutes les conditions, ou si nous sommes dans la situation pour l'être, Dieu saura mettre sur notre route un Mardochée, un couple, un père, une mère.

Mardochée n'a jamais recherché quoi que ce soit pour lui-même. Une seule chose l'intéressait, l'accomplissement du plan de Dieu dans la vie d'Esther. Esther, de son côté, également n’a jamais cherché à rentrer dans sa destinée part elle-même.

Mardochée et Esther aurait pu vivre en reclus dans ce pays ennemi, en déportation. En se disant Dieu nous a abandonné. Nous payons la désobéissance du roi d'Israël, envers Dieu. Ce n'est pas juste. Pour quoi cela nous arrive ?  C’est le roi qui est responsable, nous nous sommes innocents. Non ils conservés leur foi en Dieu et ses promesses.

Dieu avait donné cet ordre, aux déportés, par la bouche de Jérémie :

Jérémie 29 --4 : ainsi parle l'Eternel des armées, le Dieu d'Israël, à tous les captifs que j’ai emmenés de Jérusalem à Babylone :

Bâtissez des maisons, et habitez-les, plantez des jardins, et mangez en les fruits. Prenez des femmes, et engendrez des fils et des filles, prenez des femmes pour fils, et donnez des maris à vos filles, afin qu'elles enfantent des fils et des filles, multipliez-vous la Où vous êtes, et ne diminuez pas. Rechercher le bien de la ville où je vous ai menés en captivité, et priez l'Eternel en sa faveur, parce que votre bonheur dépend du sien. Mardochée et Esther avaient décidés d’obéir à la parole de Dieu.

Hébreux 10-38 : Et Mon juste vivra par la foi, s’il se retire, mon âme ne prend point plaisir en lui. Tous les deux ont combattu le bon combat de la foi, ils ont été fidèles malgré les épreuves.

 

 

 

 

 

Commenter cet article