Qu’est-ce que le véritable pardon ?

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Ceux à qui vous pardonnerez les péchés, ils leur seront pardonnés ; et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. 

                                                                                         Jean 20 : 23

Ceux à qui vous remettrez leurs péchés en seront effectivement tenus quittes ; et ceux à qui vous les retiendrez en resteront chargés.                                                                Bible du semeur

 

Il existe un certain nombre de chrétiens qui se réfugient derrière ce verset pour essayer de prouver que le pardon n’est pas obligatoire ou qu’il est laissé à notre bon vouloir. Comme si Dieu avait oublié les versets du notre Père, la façon de prier que Jésus nous a donnée :

Pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses.                                 Matthieu 6 : 12 : 14 et 15

 

Le vrai pardon vient du cœur et non des lèvres. Il prend sa source dans le cœur du Père. Il passe par l’obéissance de Jésus qui l’a conduit à la croix afin que nous soyons réconciliés avec le Père, si nous le voulons.

Le premier aspect à connaître et à expérimenter, afin que le fleuve de bénédiction de Dieu coule dans nos vies, c'est le pardon. Avec Dieu, tout commence par le pardon qu'il nous accorde et que nous devons libérer sans retenue et sans barrage.

Voici une image du pardon : il est comme un logiciel gratuit que nous téléchargeons, ensuite il nous faut l'exécuter ou l'activer pour en apprécier la valeur, l'intérêt. Si nous nous contentons de télécharger ce logiciel sur le disque dur et que nous nous arrêtons à ce stade, il ne présente aucun intérêt. Il en est de même du pardon. C'est ce que nous allons développer maintenant :

 

Alors qu'est-ce que le pardon ?

 

C'est très simple,  tout simplement le fait d'annuler une dette. Nous avions une dette contre notre époux ou notre épouse qui nous dit, après notre demande de pardon :

"Tu ne me dois plus rien. J'efface tout ce qui était sur toi, toutes les dettes que tu me devais. J'efface l'offense".

Quand il y a pardon, c'est qu'auparavant, il y a eu une offense, un péché. Nous avons été coupables d’actes ou de paroles envers Dieu ou envers notre conjoint. Normalement, nous aurions dû recevoir la conséquence de cette offense. Nous aurions dû payer et le Père nous dit :

"Je te fais grâce, j'efface ce que tu me devais, tu ne me dois plus rien !".

Nous parlerons plus loin de la dette que nous avions et de sa remise.  David dit :

« Heureux celui à qui la transgression est remise, à qui le péché est pardonné! Heureux l'homme à qui l'Eternel n'impute pas d'iniquité. » 

                                                                              Psaume 32 : 1 et 2

 

Il y a dans le royaume de Dieu une loi spirituelle très claire : celui qui a offensé doit payer. Celui qui a causé du trouble doit payer. Nous connaissons nos souffrances, nous ignorons celles que nous infligeons. Nous cherchons à nous excuser, comme Adam dans le jardin des délices ou d’Eden, après la chute :

«  La femme que tu as mise auprès de moi m’a donné du fruit de l’arbre, et j’en ai mangé. »

 

Dieu dans son amour, sait que nous sommes incapables de payer la dette due à cause  de nos offenses. Il a prévu de payer lui-même à notre place en livrant son Fils, par lequel nous recevons un pardon complet, total, définitif, éternel, infini. Il n’y a pas de mots pour définir ce pardon. Dans ce pardon, il ne reste plus un seul iota de la colère du Père qui pesait sur nous à cause de notre péché, de nos offenses. Dans notre cœur, quand nous pardonnons, nous ne devons plus trouver un seul iota d’amertume, de désir de vengeance envers notre conjoint. Est-ce réellement le cas ?

 

C’est pourquoi, je te le dis, ses nombreux péchés ont été pardonnés car elle a beaucoup aimé. Mais celui à qui on pardonne peu  aime peu.                                                                                        Luc 7 : 4

 

Le pardon trouve sa source dans le cœur d’amour du Père. Il doit couler dans nos vies sans cesse et sortir, jaillir de nous, notamment en faveur de notre conjoint. Dans ce verset, Jésus nous dit que cette femme a été pardonnée parce qu’elle a beaucoup aimé. Ceci explique pourquoi  des personnes ne pardonnent pas : elles n’aiment pas vraiment les personnes qu’elles ont blessées.

 

Le pardon ne se mérite pas

 

N’exigeons pas que notre conjoint mérite notre pardon, ni bien sûr la promesse qu’il ne nous refera pas du tort de la même façon. Il nous arrive même de penser qu'il  recommencera en dépit de ses bonnes intentions. Quand Jésus dit de pardonner "soixante dix  fois sept  fois par jour",  s'il le faut,  ce n'est pas une exagération.

Alors Pierre s’approcha de lui, et dit : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi ? Sera-ce jusqu’à sept fois ?  

Jésus lui dit : Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante–dix fois sept foi.                                  Matthieu 18 : 21 et 22

Par contre, cela ne signifie pas qu'il nous est demandé d'excuser la conduite de notre conjoint en cas de violence physique, de cruauté verbale, d'abus sexuel ou d'infidélité. La violation des vœux du mariage est une trahison de la confiance. Il faut mettre la personne responsable face à ses responsabilités. Quand de tels comportements sont devenus habituels et que nous craignons que les abus ne continuent, il vaut mieux qu'une tierce personne  soit présente lors de la confrontation.

 

Le pardon doit "s'écouler" comme un fleuve

 

Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, se tenant debout, s’écria : Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive.

Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Ecriture. Il dit cela de l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui ; car l’Esprit n’était pas encore, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié.                                         Jean 7 : 37 à 39

Le pardon est au nombre de ces fleuves qui doivent couler de notre sein par le Saint-Esprit. Ces fleuves trouvent leurs sources dans ce passage du livre d’Esaie.

Puis un rameau sortira du tronc d’Isaï, Et un rejeton naîtra de ses racines. L’Esprit de l’Eternel reposera sur lui : Esprit de sagesse et d’intelligence, Esprit de conseil et de force, Esprit de connaissance et de crainte de l’Eternel. Il respirera la crainte de l’Eternel ; Il ne jugera point sur l’apparence, Il ne prononcera point sur un ouï–dire.

                                                                                    Esaïe 11 : 1 à 3

 

Les chrétiens, chez qui coulent ces fleuves, ce sont les «huios». Ce mot grec désigne ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu. Ils ont soif du pardon de Dieu, de l'amour de Dieu. Ils ont expérimenté ce fleuve dans leur vie, il coule sans retenue. Aujourd'hui, il libère de ce fleuve,  autour d’eux. Non pas par obligation ni pour obéir à une loi, mais par amour.

Parce que le fleuve qui vient du cœur du Père coule en eux, ils ne le retiennent pas. Ils n'ont pas érigé un barrage pour l'empêcher de couler de leur sein vers ceux qui les offensent, leur causent du tort. Ils veulent être des canaux de l'amour de Dieu, du pardon que Dieu leur a accordé. Ils savent être au bénéfice  du sacrifice de Jésus. Et ils veulent à leur tour manifester cet amour, ce pardon immérité en priorité dans leur couple.

Ces époux savent et apprécient l'immensité de la grâce  qu’ils ont reçue en étant pardonnés. Ce pardon reçu, génère en eux  une grande source d'amour, de reconnaissance, de joie. Ces époux matures veulent ressembler à Jésus et être dignes d’être appelés fils de Dieu.

 C’est pourquoi, je te le dis, ses nombreux péchés ont été pardonnés car elle a beaucoup aimé. Mais celui à qui on pardonne peu aime peu.                                                                      Luc 7 : 47

 

Puis Jésus dit à la femme : « Tes péchés sont pardonnés. »

 

Tout de suite, nous constatons que le pardon amène l'amour dans le cœur de la personne pardonnée. Et cette dose d'amour que reçoit le pardonné, l’amène à manifester cet amour, qui ne le laissera plus tranquille notamment dans un couple.

Pourquoi ? Dieu est amour, le pardon vient du cœur du Père, donc le pardon est un acte d'amour, c'est le plus grand acte d'amour du Père.

Le Père ne pardonne pas par soumission à une loi. Il n'est soumis à aucune loi. Tout simplement, parce qu'il sait dans son cœur et c'est sa nature, que nous avons tous besoin d'être pardonnés, pour être libérés de l'ennemi et de l'emprise des ténèbres dans nos vies. Le pardon nous rend libres. Le pardon pour le Père c'est une manifestation du fleuve d'amour qui coule de son cœur constamment.

Ceux qui acceptent son pardon reçoivent ce fleuve d'amour dans leur vie, dans leur cœur. Et à leur tour ils ont le désir de pardonner, non pas par obligation ou pour satisfaire aux exigences d'une loi, mais de manifester de l'amour envers ceux qui les blessent, les critiquent, les offensent.

Nous affirmons que plus le Père pardonne, plus son fleuve d'amour coule, déborde, se renouvelle en quelque sorte. Son fleuve d'amour n'est pas statique mais constamment en action. Ce fleuve d'amour coule, déborde, de son cœur, constamment. Il est prêt, tellement Il nous aime, à se donner ou à donner ce qu'il a de plus cher à son cœur, le  trésor précieux des cieux comme nous le chantons, c'est-à-dire Jésus.

 

Le message chrétien annonce que, lorsque nous venons à Dieu en confessant sincèrement nos fautes, il nous accorde le don gratuit du pardon. Jésus est mort pour nous et a pris sur lui les conséquences de tout ce que nous avons fait, dit, ou pensé de mal. Dieu nous pardonne même s'il sait que nous allons encore chuter, c'est-à-dire le blesser. Il nous donne le modèle pour pardonner.

Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonnés en Christ.                                                                       Ephésiens 4 : 32 

 

Apprenons à nous en remettre à sa justice. Il nous est dit:

« Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injure ; bénissez, au contraire, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin d’hériter la bénédiction.                                                                  1 Pierre 3: 9

 

Quand nous abandonnons notre désir de représailles, Dieu promet de prendre soin de nous et de notre vie.

Afin  que l'eau d'un lac ne stagne pas, deux ouvertures sont nécessaires : une qui permet l’arrivée d’une eau nouvelle et une deuxième qui permet un écoulement de l’eau contenue dans ce lac. Dans nos relations, et surtout dans notre couple, nous avons absolument besoin que le pardon soit donné aux autres. Ce courant dynamique prend sa source en Dieu, pénètre en nous mais ne doit pas y stagner. Avec le secours de Dieu, nous devons le laisser s'écouler dans la vie de ceux qui nous entourent et surtout chez ceux qui nous sont le plus proches.

Bloquer le pardon consiste à limiter le royaume de Dieu, le ralentir dans son expansion. Libérer le pardon libère le royaume de Dieu.

Enfin sachons différencier le pardon et les excuses. Le pardon vient du cœur, les excuses émanent de l’âme.

 

Le pardon dans le couple est un choix et non un sentiment

 

Pardonner, c'est choisir de ne pas tenir rigueur à l'autre de ce qu'il nous a fait. La question n'est pas:

"Est-ce que j'ai envie de lui pardonner?"

Le plus souvent on n'en a pas envie mais c'est:

"Est-ce que je choisis de lui pardonner? Est-ce que je choisis de ne plus entretenir ma souffrance ? 

Bien sûr, certaines actions sont plus difficiles à pardonner parce que la souffrance causée a été beaucoup plus intense. Parfois, on nous dit:

"Je ne peux pas lui pardonner."

Mais en fait, la personne dit:

"Je ne veux pas" ou "Je ne sais pas comment".

 Très souvent, la personne ne veut pas pardonner tant qu'elle n'en ressent pas le besoin ou que la justice n'a pas été rendue.

Loin de nous l'idée de sous-estimer la difficulté du pardon. Nous aurons souvent besoin de demander l'aide de Dieu. Quand nous avons des difficultés à pardonner, venons au trône de la grâce chercher le secours dont nous avons besoin. Louis Trifault

Publié dans Le coeur du Père

Commenter cet article