Les leçons du jardin

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Par Mark Lecompte  

 « Après être sorti, il alla, selon sa coutume, à la montagne des oliviers. Ses disciples le suivirent. Lorsqu'il fut arrivé dans ce lieu, il leur dit : Priez, afin que vous ne tombiez pas en tentation. Puis il s'éloigna d'eux à la distance d'environ un jet de pierre, et, s'étant mis à genoux, il pria, disant : Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe! Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne. Alors un ange lui apparut du ciel, pour le fortifier. Étant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre. Après avoir prié, il se leva, et vint vers les disciples, qu'il trouva endormis de tristesse, et il leur dit : Pourquoi dormez-vous? Levez-vous et priez, afin que vous ne tombiez pas en tentation. »

                                                                                                                     (Luc 22: 39-46)

 

Il y a bien des leçons que nous pouvons retirer de l'épisode de Jésus en prière dans le jardin de Gethsémané juste avant qu'il ne soit arrêté, faussement accusé, trahi, maltraité et tué violemment sur une croix. En voici quelques-unes :

 

Prier n'est pas toujours facile

 

Même Jésus avait de la difficulté à rassembler des gens et les motiver pour la prière. Quand Jésus faisait un « spectacle » avec des miracles, signes et prodiges, il n'y avait pas assez de place pour les gens (Marc 2:1-2). Parfois la foule rassemblée pour entendre une de ses prédications percutantes était tellement nombreuse et chaotique que cela devait ressembler à un concert rock moderne où les gens se font écraser et blesser (Luc 12 :1). Qui a dit que la prédication devrait être ennuyante ? Par contre, en ce qui a trait à la prière …
Jésus a seulement réussi à rassembler trois amis proches et ces trois personnes se sont endormies. C'est facile d'être spectateur de miracles et auditeur des prédications mais la prière, elle, demande une participation et un effort. La prière n'est pas un divertissement mais une lutte, une guerre spirituelle intense. À plus forte raison, il faut s'assurer de prier toujours et ne jamais se relâcher.

 

Jésus a réussi où Adam a échoué

 

Le premier combat dans un jardin nommé Eden a été perdu par un homme, Adam, et toute l'humanité en paie le prix et goûte aux conséquences. Le deuxième combat dans un jardin nommé Gethsémané a été gagné par le Fils de l'homme, Jésus, et toute l'humanité peut accéder aux bénéfices, incluant la possibilité des péchés pardonnés, l'esprit libéré et la vie pour l'éternité. Nous n'avons plus à payer le prix pour l'échec d'Adam et le nôtre ; Jésus a quitté Gethsémané et est allé régler la dette, c'est ça la bonne nouvelle!

 

L'agonie précède l'aisance

 

Plusieurs sont d'avis que le combat pour les âmes de l'humanité a été gagné à Gethsémané et non à Golgotha puisque c'est à Gethsémané que Jésus a trouvé la force et la grâce nécessaires pour surmonter Golgotha. Il a prié avec agonie afin d'accomplir la mission avec grâce, patience et aisance. Ce que vous avez entendu dire est vrai : prier avec aisance = œuvrer avec agonie mais prier avec agonie = œuvrer avec aisance. C'est l'effort dans la prière qui nous donne la force intérieure nécessaire pour aller jusqu'au bout… même lorsque c'est la croix qui nous attend au bout du chemin.

 

La prière la plus puissante réside en un seul mot : « toutefois »

 

Jésus a exprimé ses sentiments et il a fait connaître sa requête devant son Père mais, il a aussi conclu sa prière en débutant avec « toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne. » Je suis convaincu que la vie chrétienne serait plus brillante et l'Église plus efficace si nous avions plus de personnes qui prieraient plus souvent la prière du « toutefois ». Peu importe ce qui est demandé de moi, peu importe quel chemin il faut prendre, peu importe les circonstances dans lesquelles je me trouve … toutefois je vais obéir à Dieu et le glorifier par ma réponse et mes actions. « Toutefois » veut tout simplement dire que malgré mes sentiments, mes émotions, et mes réactions humaines normales face à certaines situations, défis ou demandes désagréables qui surviennent, j'agirai correctement et bibliquement et avec amour. C'est l'attitude à avoir, même si ça ne me tente pas. Car si c'est la volonté de Dieu ou pour le bien-être d'autrui, je le ferai quand même.

 

Je vous laisse avec une petite exhortation que j'ai lu dernièrement intitulée «Faites-le quand même» Je crois qu'elle résume bien l'attitude derrière la

prière du « toutefois ».


Que Dieu puisse nous aider à prier cette prière et pratiquer ces paroles un peu plus souvent !

FAITES-LE QUAND MÊME ! ! !

 

Les gens sont déraisonnables, illogiques et centrés sur eux-mêmes.
Aimez-les quand même !

 

Quand vous faites le bien, les gens vous accusent d'égoïsme et vous attribuent une motivation calculée.

 Faites-le bien quand même !

 

Si vous avez du succès, vous récoltez de faux amis et de vrais ennemis.
Réussissez quand même !

 

Le bien que vous faites aujourd'hui sera oublié demain.
Faites-le bien quand même !

 

L'honnêteté et la franchise vous rendront vulnérables.
Soyez honnêtes et francs quand même !

 

Les plus grandes personnes avec les plus grandes idées peuvent être jetées par terre par les personnes les plus médiocres ayant les idées les plus étroites.
Voyez grand quand même !

 

Les gens supportent les opprimés mais suivent seulement les gagnants.
Combattez pour quelques opprimés quand même !

Ce que vous prenez des années à bâtir peut être détruit en une nuit.
Bâtissez quand même !

 

Les gens ont besoin de votre aide mais ils vous attaquent si vous les aidez.
Aidez-les quand même !

 

Donnez aux gens le meilleur que vous avez et ils vous le relanceront au visage.

 

Mark Lecompte

 

Publié dans Parolevivante

Commenter cet article