Jésus a satisfait toute la justice de Dieu

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

 La justice de Dieu est l'expression de tout ce que Dieu demande et approuve. Elle est manifestée de façon absolue en Christ lui-même, qui a satisfait à notre place à toutes les exigences de la loi :

Par sa substitution, Jésus s’est fait justice pour nous. Jésus a satisfait pleinement à toutes les obligations de la loi parce qu'elle était dans son cœur et non dans son intelligence, comme les Pharisiens ou beaucoup d’entre nous. Pour lui, elle était une loi d'amour, et non une loi d’obligation ou d’interdit. Jésus connaissait le Père. Les Pharisiens ne connaissaient pas le Père.

 Nous, le connaissons nous ? Obéir à une loi d’amour dans le cœur change tout. « Car la lettre tue » c’est à dire la loi dans la tête « mais l’Esprit vivifie », c'est-à-dire la loi dans le cœur. 2 corinthiens 3-6.

 

Jésus est vraiment celui qui a accompli toute justice. Quand ? Et où ?

 

 Quand nous posons la question à des personnes non enseignées, elles vous répondent spontanément à la croix. Cette réponse peut sembler correcte puisque Jésus, juste avant de remettre sa vie à son Père, dit : « Tout est accompli ». (Nous développerons ce sujet dans le chapitre 13.)

 Si nous cherchons dans les évangiles et observons bien les événements qui se manifestent autour de la croix, nous verront que c’est faux. Quand Jésus était sur la croix, le ciel s’est fermé.

Depuis la sixième heure jusqu’à la neuvième, il y eut des ténèbres sur toute la terre. Et vers la neuvième heure, Jésus s’écria d’une voix forte : Eli, Eli, lama sabachtani ? C’est–à–dire, Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as–tu abandonné ?

                                                                                                  Matthieu 27 : 45 et 46

La fin de ce verset nous rapporte que Jésus, sur la croix, s’est senti abandonné, rejeté par son Père. D’ailleurs Jésus s’adresse à son Dieu et non plus à son Père.

Il y a une grande différence entre « accomplir toute justice » et « tout est accompli » La première expression marque le point de départ de la mission de Jésus. En quelque sorte il se soumet à un examen d’entrée devant son Père. La deuxième expression « tout est accompli », dans la bouche de Jésus, exprime la finalité de sa mission réussie.

Dans notre langage contemporain nous disons, d’une personne qui postule un emploi : Elle a tout le profil pour accéder à ce poste.

Tout comme un étudiant qui passe un examen d’entrée, avec succès, avant d’être admis dans une école pour devenir architecte, par exemple. Ensuite nous le retrouvons à la fin de ses études avec son diplôme en poche : j’ai réussi pourra t’il dire.

 

Cherchons dans les évangiles où Jésus nous parle de toute justice

 

Jésus a accompli toute justice lors de son baptême :

 Alors Jésus vint de la Galilée au Jourdain vers Jean, pour être baptisé par lui. Mais Jean s'y opposait, en disant : C'est moi qui ai besoin d'être baptisé par toi, et tu viens à moi !

Jésus lui répondit : Laisse faire maintenant, car il est convenable que nous accomplissions ainsi toute justice ou tout ce qui est juste, (selon les versions). Et Jean ne lui résista plus. Dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l'eau, et voici, les cieux s’ouvrirent, et il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles : Celui -ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection.

                                                                                                           Matthieu 3 : 13 à 17

Que signifie « toute justice » ? Justice prend sa racine dans le mot grec « dikaios » Voici la signification de ce mot : juste, désigne celui qui observe la loi divine, celui qui est approuvé ou accepté de Dieu, ceux dont les pensées, les paroles et les actions sont entièrement conforment à la volonté de Dieu.

Ils n’ont pas besoin de purifier leur cœur ou leur vie devant Dieu, toutefois cet état doit se manifester par des actes : Jésus (lui le juste) a manifesté cet état de cœur en se soumettant à la loi concernant le baptême de repentance destiné aux injustes.

 

Comment Jésus a-t-il accompli toute justice en demandant le baptême?

 Le baptême prêché par Jean était un baptême de repentance, afin de préparer les cœurs à l’arrivée prochaine de Jésus. Jean-Baptiste disait : Repentez-vous car le royaume de Dieu est proche. Des foules entières venaient confesser leurs péchés.

 

Jésus avait-il besoin de repentance ?

 

Non, puisqu'il n'a pas connu le péché.

Jésus est venu non pour abolir la loi, mais pour l’accomplir. Le baptême annoncé ou prêché par Jean représente la fin de la loi et le début d’une ère nouvelle. Le dernier acte à accomplir pour que la loi soit observée ou pratiquée totalement par Jésus. Jésus s’y est soumis volontairement en mesurant l’importance de son acte d’obéissance.

Là, nous constatons que le ciel s’est ouvert, alors que sur la croix, le ciel s’est fermé. Lors du baptême, le ciel s’ouvre et le Père déclare :

 « Celui-ci est mon Fils bien aimé, en qui j’ai mis toute mon affection »

 Le Père donne son attestation, son sceau sur cette obéissance de Jésus de se conformer à la loi.

Imaginons l’étonnement des gens qui étaient présents. Depuis plus de 400 ans, le ciel était fermé et personne n’avait plus entendu la voix de Dieu.

 

Enfin c'est là que pour la première fois, Jésus s'est identifié à nous pécheurs, sans être coupable. C'est là qu'il a commencé à mourir à lui-même. Ce jour là, il a commencé à prendre le joug de la mort sous lequel nous étions. S'il avait raté ce premier rendez-vous, toute sa mission aurait échoué. L'œuvre accomplie sur la croix n'aurait servi à rien. Il fallait un juste qui  accomplisse totalement la loi pour qu'elle cesse de nous accuser, de nous rendre coupable devant Dieu.

 Il a effacé l'acte accusateur (de la loi) dont les ordonnances nous condamnaient, et qui subsistait contre nous. Et il l’a éliminé en le clouant à la croix.

                                                                                                         Colossiens 2 : 14

Comment Jésus aurait-il éliminé ce document accusateur, en le clouant à la croix si lui-même avait été transgresseur de la loi ?

Car quiconque observe toute la loi mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous.

                                                                                                                       Jacques 2 : 4

 Jésus avait bien compris toutes ces choses.

C'est comme si l'un d'entre nous, païens de nature, décide d'embrasser le judaïsme. Il devra accomplir toute la loi. Comment le pourra t'il s'il n'a pas été circoncis le huitième jour ? Telle que la loi l’ordonne. Jamais il n'y arrivera puisqu'il a raté le premier commandement de la loi.

La bonne nouvelle la voici : Christ a été circoncis pour moi :

 

 C'est en lui que vous avez été circoncis d'une circoncision que la main n’a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair.

                                                                                                           Colossiens 2 :10

Ayant été enseveli avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l'a ressuscité des morts. Vous qui étiez morts par vos offenses et par l'incirconcision de votre chair, il  vous a rendu à la vie avec lui, en nous  faisant  grâce pour toutes nos offenses.

Il en aurait été de même pour Jésus s'il n'était pas passé par le baptême de repentance pour s'identifier à nous.

 

 C'est bien là, et ce jour-là que Jésus a accompli « toutes justices ». Ce jour là, le ciel s'est ouvert et la voix du Père s'est fait entendre à nouveau. Par sa voix « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection », Le Père atteste l’identité de Jésus. Il approuve son obéissance sa soumission à la loi en recevant le baptême de repentance.

 

 Le ciel est resté ouvert sur sa vie jusqu’à la croix.

 

 Ce jour là, Jésus est devenu la porte par laquelle le royaume de Dieu va se manifester avec des miracles, des guérisons, des captifs libérés, des aveugles qui voient, des sourds qui entendent.

Le diable viendra le tenter pendant un jeûne de quarante jours. Cette tentation ressemble à un championnat du monde de boxe qui se déroule en 15 rounds. Son adversaire a pris la fuite à la fin du troisième round.

 

 

Publié dans Parolevivante

Commenter cet article