Dieu connait-il des crises d'identités ou des manques?

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

 

Récemment nous avons entendu dire de la part d'un homme qui se présente comme évêque (non catholique) dire de Dieu : quand Dieu n'avait rien où il était pauvre !... Il voulait dire, avant la création,  Dieu n'avait rien... C'est bien mal connaître notre Dieu, le créateur du ciel et de la terre, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ. Dieu ne met pas son identité dans le fait d'avoir créé le ciel et la terre. Son identité n'est pas dans le faire ou l'action.

Son identité se tient dans ses paroles : Je suis l'Eternel d'éternité en éternité, en dehors de moi il n'y a pas d'autres dieux. Il est  le grand « je Suis » nous savons que je suis est un verbe d'état, c'est son état, sa nature, son identité. Il est la plénitude en lui-même. Il n'a pas de l'amour, il est l'amour. Il n'a pas de la sagesse, il est la sagesse. Il n'a pas une  justice, il est la justice etc..

Dieu nous a créés à son image,  c'est-à-dire selon son identité. Il a mis son identité dans l'homme : Adam. Par la désobéissance Adam a perdu cette identité. Par le péché nous sommes devenus sans identité comme apatrides, fils de la rébellion, errants au gré de nos pensées.

 Qui suis-je?

Ma véritable identité est-elle dans ma nationalité ? Celle-ci est passagère. Ceci ne désigne pas ma véritable identité.

Mon identité est-elle dans le métier que j'exerce ou que j'ai exercé ? Dans ma situation de mère au foyer, d'étudiants ou dans le métier  j'exercerai ? Ceci désigne mon activité ce n'est pas mon identité.

Mon identité n'est pas non plus dans le nom de famille que je porte auquel il a été ajouté un prénom, ceci est mon nom, ce n'est pas mon identité.

D'autres diront je suis évangélique ou Baptiste, ceci représente tout simplement la dénomination religieuse que je fréquente, mais pas mon identité.

2 Corinthiens 5-16 : ainsi dès maintenant nous ne connaissons plus personne selon la chair, et si nous avons connu Christ selon la chair, maintenant nous ne connaissons plus de cette manière.

Ainsi donc, à la lecture de ce verset, nous constatons ou découvrons que notre identité ne se tient pas dans les choses de la chair ou terrestres, mais en Christ ressuscité.

 

 

 

Le nouvel Adam, Jésus, nous offre son identité divine, c’est à dire sa nature. Enfin pour ceux qui le reconnaissent comme Seigneur et sauveur de leur vie.

La constitution française définit les conditions, les critères pour obtenir l'identité française. Une fois obtenue nous l'avons pour la vie.

Dans le royaume de Dieu, il existe un document, comme la constitution française, c'est la nouvelle alliance, dans laquelle sont écrits tous les critères pour obtenir et vivre selon cette identité que nous offre le nouvel Adam (Jésus).

 Pour cela il nous faut mourir dans le vieil Adam, et ressusciter dans le nouvel Adam. Marchons par l'Esprit de Dieu, ainsi nous ne serons plus des enfants ballottés à tous vents de doctrine. Nous ne connaîtrons plus de crises d'identité : un jour vivant comme un pécheur pardonné, un jour comme juste et  le jour suivant sous le poids de la culpabilité. Ne soyons pas étonné si nous marchons dans la confusion. C'est ce que nous allons développer.

Romains 7-14 à 25 : nous savons, en effet, que la loi est spirituelle, mais moi, je suis charnel, vendu au péché. Car je ne sais pas ce que je fais : je ne fais pas ce que je veux, et je fais ce que je hais. Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne.

Et maintenant ce n'est plus moi qui le fais, mais c'est le péché qui habite en moi. Ce qui est bon, je le sais n'habite pas en moi, c'est à dire dans la chair : j'ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. Et si je fais ce que je ne veux pas ce n’est plus moi qui le fais, c'est le péché qui habite en moi. Je trouve donc en moi cette loi : quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur, mais je vois dans mes membres une autre loi qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché qui est dans mes membres.

Misérable que je suis... Qui me délivrera de ce corps de mort ?... grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur !...Ainsi donc, moi-même je suis par l’entendement esclave de la loi de Dieu et je suis par la chair esclave de la loi du péché.

 Le combat entre la chair et l'Esprit

Questions:

- Puisque Dieu m'a délivré du pouvoir des ténèbres et m'a transporté dans le royaume de son Fils bien-aimé (Col 1: 13), puis-je encore vivre dans les deux royaumes?

- Quand Dieu déclare que je ne suis plus "sous l'emprise de la chair, mais sous celle de l'Esprit" (Romains 8: 9), puis-je encore être sous la chair et sous l'Esprit en même temps?

- Quand Dieu dit "autrefois vous étiez ténèbres, mais maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur" (Ephésiens 5: 8), puis-je être à la fois lumière et ténèbres?

- Quand Dieu affirme : "Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici; toutes choses sont devenues nouvelles."(2Corinthiens 5: 17)

 Puis-je être en partie une nouvelle créature et en partie une vieille créature?

Ephésiens 2-3 : nous dit que nous étions par nature des enfants de rébellion.

2 Pierre 1-4 nous dit : que nous sommes participants de la nature divine.

Puis-je être avoir en moi la nature d’un enfant de rébellion et être participant de la nature divine, c'est-à-dire vivre avec la nature divine ?

Ephésiens 1-4 : En lui, Jésus, Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irréprochables devant lui.

Alors sommes-nous ou non des saints ? Si oui, pourquoi donc nous conduisons nous, parfois, comme si nous n’en étions pas ?

 

Voici quelques réponses:

Si je crois que je suis en partie lumière et en partie ténèbres, en partie saint et en partie pécheur,  en partie enfants de colère et en partie participant à la nature divine, en partie dans le royaume des ténèbres et en partie dans le royaume du Fils bien-aimé,  je vivrai dans la confusion,  je serai divisé, balloté, je vivrai d'une manière très médiocre et peu de choses me distingueront des non-chrétiens. Je pourrai peut-être confesser ma tendance au péché et m'efforcer de faire mieux, mais je vivrai continuellement dans la défaite parce que je me percevrai comme un pécheur sauvé par grâce, qui essaie de tenir le coup jusqu'à l'enlèvement.

Satan sait qu'il ne peut rien faire contre ce que je suis réellement mais s'il peut me faire croire que je ne suis pas différent de l'homme naturel, il le fera, et alors je n'agirai pas différemment.

Apprenons à bien distinguer la différence entre la justification et la sanctification. Si je me considère comme un pécheur gracié, cela  signifie que je me comporte comme pardonné de mes péchés, par  grâce, c'est vrai. Mais je conserve et je continue de vivre dans cette nature de pécheur, c'est-à-dire la nature du vieil homme.  Je vais continuer de péché puisque  je m'identifie à cette vieille nature, déchue, pécheresse, hostile à Dieu, mais crucifiée avec Christ sur la croix, puisque Christ a été crucifié dans sa chair. Je vis dans l’ignorance du « tout est accompli » prenons un exemple, quand une donnée devient inutile sur notre ordinateur, nous activons la fonction supprimer, et cette donnée disparait dans la corbeille. Il en est de même avec la vieille nature, quand Jésus est mort crucifié sur la croix. C’est comme si le Père avait activé la fonction supprimer (la vieille nature) Mais il nous arrive d’aller dans la corbeille et d’activer la fonction restaurer, au lieu d’activer la fonction » vider la corbeille » et de confirmer.

Notons quelques remarques : certains chrétiens se présentent comme pécheurs sauvés par grâce, par crainte d'être ou de paraître orgueilleux. Ceci est une marque ou une empreinte de la religion, en tout cas une fausse humilité. Souvenons-nous de ceci : ce n'est pas ce que nous faisons qui détermine qui nous sommes, mais qui nous sommes détermine ce que nous faisons.

 Prenons l'exemple d'un chien, il vit dans sa nature de chien, jamais il ne connaîtra ou n'évoluera  dans la nature d'un singe ou d'un chat. Nous, par la nouvelle naissance, nous recevons une nouvelle nature, la nature de Christ, qu'il nous a acquise à la croix. Il nous appartient de vivre dans cette nouvelle nature. A cette nouvelle nature, Dieu m’offre une nouvelle identité, l’identité de juste, de saint.

Il est à craindre que si nous ne vivons pas dans cette nature, cette nouvelle identité, la nature de Christ, jamais nous ne connaîtrons ou vivrons dans le repos de Dieu.

Hébreux 4-1- 9 à 11 : Craignons donc, tandis que la promesse d'entrer dans Son repos subsiste encore, qu'aucun de vous ne paraisse être venu trop tard. Il y a donc  un repos  réservé au peuple de Dieu.

Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses œuvres, comme Dieu c’est reposer des siennes. Empressons nous donc  d'entrer dans ce repos afin que personne ne tombe en donnant le même exemple de désobéissance. Et nous pouvons ajouter : d’incrédulité.

Définitions de base

La justification

C'est la transformation instantanée des pécheurs en saints, accomplie par Dieu au moment de la conversion, lorsque j'exprime ma foi en Christ : Romains 5-1 : Etant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ.

Romains 5-16 à 18 : il n'en est pas du don comme de ce qui est arrivé par un seul qui a péché, car c'est après une seule offense que le jugement est devenu condamnation, tandis que le don gratuit devient justification après plusieurs offenses

Si par l'offense d'un seul la mort a régné par lui seul, à plus forte raison ceux qui reçoivent l'abondance de la grâce et du don de la justice régneront-ils dans la vie par Jésus-Christ lui seul. Ainsi donc, comme par une seule offense la condamnation à atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s'étend à tous les hommes.

Romains 8-33 : qui accusera les élus de Dieu ? C’est lui qui justifie. Qui les condamnera ? Christ est mort, bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous !

Romains 10 -- 10 : Car c'est en croyant du cœur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut, selon ce que dit l'écriture.

1 Corinthiens 6- 9 à 11 : Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront pas du royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas : ni les débauchés, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les homosexuels, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n'hériteront le royaume de Dieu. Et c'est là ce que vous étiez, quelques-uns d'entre vous. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus-Christ, et par l'Esprit de notre Dieu.

Galates 2-15 et 16 : nous, nous sommes juifs de naissance, et non pécheurs d'entre les païens. Sachant que ce n'est pas par les œuvres de la loi que l'homme est justifié, mais par la foi en Jésus-Christ, nous aussi nous avons crus en Jésus-Christ, afin d'être justifié par la foi en Christ et non par les œuvres de la loi, parce que personne ne sera justifié par les œuvres de la loi.

Galates 3-11 : et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu'il est dit: le juste vivra par la foi.

La sanctification

C'est le changement intérieur progressif dans ma marche quotidienne. La sanctification se prolonge toute ma vie.

1 Thessaloniciens 4-3 ce que Dieu veut, c'est notre sanctification, c'est que vous vous absteniez de la débauche. C’est que chacun de vous sache posséder son corps dans la sainteté et l'honnêteté.

1 Thessaloniciens 5 23 : que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entier, et que tout votre être, l’esprit, l'âme et le corps, soit conservé irréprochable, lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ.

1 Pierre 1-2 : et qui sont élus selon la préscience de Dieu le Père, par la sanctification de l'esprit, afin qu'ils deviennent obéissants, et qu'ils participent à l'aspersion du sang de Jésus-Christ : que la grâce et la paix vous soit multipliée.

Hébreux 12 -- 14 : recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur.

1 Corinthiens 1 -- 30 : or, c’est par lui que vous êtes en Jésus-Christ qui, par la volonté de Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice, sanctification est rédemption.

Nous devons rechercher la sanctification, mais nous ne pouvons l’accomplir dans nos vie, c’est du l’œuvre du Saint-Esprit. (A suivre)

Publié dans Identité en Jésus

Commenter cet article