Dieu cherche des hommes et des femmes sur qui jeter un manteau

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Dieu cherche des hommes et des femmes sur qui jeter un manteau ou des manteaux (soit en les relevant ou en les recevant)

 

La bible nous montre un  exemple de manteau à saisir et à relever, nous voulons parler de la continuité ou de la succession entre Élie et Élisée : C’est le manteau du prophète et de la double onction

 La Bible nous présente Élie comme un puissant prophète, des signes, des prodiges se réalisent dans sa vie. Un jour, intimidé, il prend la fuite devant la reine Jézabel. Il désire la mort. Dieu le visite encore une fois il lui demande de oindre Élisée à sa place.

Regardons l'appel d'Élisée.

1 Rois 19 : 19  à 21 : Élie parti de là, et il trouva Élisée, fils  de Shaphad, qui labourait. Il   avait devant lui 12 paires de bœufs, et il était avec la douzième. Il s'approcha de lui, et il jeta sur lui son manteau. Élisée, quittant ses bœufs, courut après Élie, et dit : laisse-moi embrasser mon père et ma mère, et je te suivrai. Élie lui répondit : va, et reviens, car je pense a ce que je t'ai fait.

Voici la première étape qui marque la détermination d’Elisée, pour rentrer dans son appel : « laisse-moi embraser mon père et ma mère, et je te suivrai »

 Elisée était surement un jeune garçon soumis à ses parents. En allant les embrasser, il marque une rupture, il les quitte ainsi que  l’autorité et l’influence qu’ils ont sur lui. Il agit comme Abraham, quand Dieu lui  dit : vas-t’en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père. Elisée n’est pas parti en claquant la porte, mais en douceur, puisqu’il est dit : « laisse-moi les embrasser » Elisée marque sa détermination, mais dans l’amour, puisqu’il est dit « laisse-moi embrasser mon père et ma mère ».

Toutefois Dieu ne le laisse pas orphelin, il lui donne un nouveau père : Elie. Il lui donne un père selon son cœur, un père spirituel qui va le former pour qu’il rentre dans son appel, et reçoive la capacité de relever le manteau lâché par Elie. C’est la raison pour laquelle Elisée s’est écrié en voyant Elie enlevé : Mon père ! Mon père !

Après s'être éloigné d’Élie, il  revint prendre une paire de bœufs, qu’il offrit en sacrifice, avec l'attelage des bœufs, il fit cuire leur chair, et la donna à manger au peuple. Puis il se leva, suivie Élie, et fut à son service : 2 Rois 3-11b : Il y a ici Elisée fils de Shaphad, qui versait de l’eau sur les mains d’Elie, c'est-à-dire qu’il a commencé son appel, de grand prophète, dans le service. Par ce geste il démontre qu’il accepte l’autorité que Dieu lui donne comme modèle.

Élie est enlevé... Élisée relève le manteau d’Élisée

 2  Rois 2- 1 à 14 l'Eternel fit monter Élie au ciel dans un tourbillon, il partait de Guilgal avec Élisée :

 Élie dit à Élisée : reste ici, je te prie, car l'Eternel m'envoie jusqu'à Bethel. Élisée répondit : l'Eternel est vivant et ton âme  est vivante ! Je ne te quitterai pas.  Et ils descendirent à Bethel.

Élie lui dit : Élisée, reste ici je te prie, car l'Eternel m'envoie à Jéricho. Il répondit : l'Eternel est vivant et ton âme est vivante ! Je ne te quitterai pas. Et ils arrivèrent à Jéricho

Les fils des prophètes qui étaient à Jéricho s'approchèrent d’Élisée et lui dirent : Sais-tu que l'Eternel enlève aujourd'hui ton maître au-dessus de ta tête ? Et Il leur répondit : je sais aussi, taisez-vous.

Elie lui dit, reste ici, je te prie car l'Eternel m'envoie au Jourdain. Il répondit : l'Eternel est vivant et ton âme est vivante ! Je ne te quitterai pas. Et ils poursuivirent tous deux leur chemin. Ils arrivèrent au bord du Jourdain. Alors Elie  prit son manteau et le roula et en frappa les eaux, eIles se partagèrent çà et là, et ils passèrent tous deux à sec. Lorsqu'ils eurent passé, Élie dit à Élisée : demande ce que tu veux que je fasse pour toi, avant que je sois enlevé d’avec toi. Élisée répondit : qu'il y ait sur moi, je te prie une double portion de ton esprit !

Élie dit : tu demandes une chose difficile. Mais si tu me vois pendant que je serais enlevé d’avec toi, cela arrivera ainsi, sinon, cela n'arrivera pas.

Comme il continuait à marcher en parlant, voici, un char de feu et des chevaux de feu les séparèrent l'un de l'autre, et Elie  monta au ciel dans un tourbillon.

Élisée regardait et s’écriait : Mon père ! Mon père ! Char d'Israël et sa cavalerie ! Et il ne le vit plus. Saisissant alors ses vêtements, il les déchira en deux morceaux, et il  releva le manteau qu’Elie avait laissé tomber, et il en frappa les eaux, et dit : Où est l'Eternel, le Dieu  d’Élie ? Lui aussi, il frappa les eaux, elles se partagèrent çà et là, et Élisée passa.

Remarquons, que comme Bartimée jette son manteau pour rentrer dans sa nouvelle identité, Elisée déchira en deux ses vêtements avant de revêtir le manteau d’Elie. Lui aussi rompt avec le passé, radicalement, avant de rentrer dans son appel. Il manifeste qu’il choisit de vivre pleinement, la réponse à sa demande : la double onction.

 Même s’il doit souffrir, déchirer représente  toujours une souffrance, et une décision de non retour. Elisée avait déjà marqué sa détermination, quand Elie passa à coté  de lui et jeta son manteau sur lui, en signe d’appel : 1 Rois 19-21 : Après s’être éloigné d’Elie, il revint prendre un paire de bœuf, qu’il offrit en sacrifice ; avec l’attelage des bœufs, il fit cuire la chair, et la donna à manger au peuple. Puis il se leva, suivit Elie, et fut à son service. Pour Elisée il n’y pas de mélange entre l’ancien et la nouvelle vie en christ. Comme le dit Jésus dans la parabole du vieux vêtement et la pièce neuve qui ne peuvent se compléter. Matthieu 9-16 et 17 :

 Personne ne met une pièce de drap neuf à un vieil habit, car elle emporterait une partie de l'habit, et la déchirure serait pire.

 On ne met pas non plus du vin nouveau dans de vieilles outres, autrement, les outres se rompent, le vin répand, et les outres sont perdues, mais on met le nouveau dans des outres neuves, et le vin et les outres se conservent.

 

Maintenant regardons tous les obstacles qu’à du franchir, Elisée. Tout au long du parcours avec Elie, ce dernier a constamment tenu la barre haute :

Elie a emmené Elisée à Guilgal : cela signifie : action de rouler l’opprobre ou la honte, c’est là qu’a été roulé l’opprobre du peuple Hébreux après ses 40 années de désert, à cause de sa désobéissance. Guilgal  c’est également le lieu ou le peuple reçu la circoncision dans sa chair, c'est-à-dire qu’il a accepté de faire alliance avec Dieu. Guilgal, c’est également le lieu où le peuple Hébreux à célébré la Pâque pour la première fois depuis sa sortie d’Egypte.

Ensuite ils sont passés par Béthel : signification : maison de Dieu, et également : lieu d’adoration.

Jéricho, c’est la ville des forteresses qu’il faut abattre, des géants, des malédictions.  Certainement qu’Elisée est passé par des phases de combat, de luttes intérieures, des doutes etc..

Jourdain : signifie, celui qui descend, cela nous parle d’humilité.

Ensuite, Elisée, saisi le manteau et le relève.

Voila tout ce que Elisée à du vivre pour recevoir le manteau d’Elie et la double onction, sans compter toute les années où il s’est tenu au pied d’Elie, dans le service. Les années où il s’est laissé enseigner en se tenant à ses pieds, comme Marie aux pieds de Jésus, avant de recevoir la double onction et rentrer dans son appel à l’heure de Dieu. Sur le plan naturel, Elisée était un homme riche et même très riche, mais il a su choisir les vrais, celles qui sont éternelles.

Tests d’Élisée :

 1« Quittant ses bœufs, il courut après Elie »

2 : quitte ses parents après les avoir embrassés.

3 : accepte le père que Dieu lui donne et l'autorité pour le former, Élisée va continuer de se comporter comme un fils.

4 : Élisée sacrifie ses bœufs et son matériel.

5 : Élisée accepte de n'être qu’un simple serviteur : verse de l'eau sur les mains d'Élie.

6 Élisée passe  Guilgal.

7 : Élisée passe Béthel

8 : Élisée passe Jéricho.

9 : Élisée passe le Jourdain

10 : Élisée déchire ses vêtements en deux

11 : Élisée relève le manteau d'Élie

12 : Élisée manifeste sa foi : « il frappa les eaux comme Élie » c'est-à-dire exactement comme Il  à vue faire par son père

13 : Remarquons que l'élection vient de Dieu, mais le choix d'y rentrer nous appartient. Élisée a décidé de rentrer dans son élection malgré les obstacles ou les testes à franchir.

Pourquoi Elisée a-t-il subit ces testes ou ces épreuves ?

Pour la formation de son caractère, car Dieu cherche des arbres qui portent de bons fruits : Les tests sont à la hauteur de sa demande : recevoir la double onction, cela l’amènera à accomplir seize miracles. Nous en comptons  huit dans la vie d’Elie. La double onction, Dieu la destine à ceux qui acceptent de « s’asseoir » aux pieds d’un père pour être formé comme disciple.

Tester signifie mettre à l’épreuve pour trouver les faiblesses afin d’y remédier. Dans le domaine commercial les produits sont testés avant d’être mis sur le marché. Tous, nous nous souvenons de la mésaventure de la marque d’automobile Toyota. Toyota a mis sur le marché un modèle dont les freins n’avaient pas été suffisamment testés. Il en a résulté des accidents, des morts. La firme a été obligée de rappeler toutes ses  voitures, à travers le monde, vers les garages pour remédier aux problèmes.

Il en est de même sur le plan spirituel

Matthieu 7- 15 à 20: Gardez-vous des faux prophètes.  Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au-dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons ?

Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ou un mauvais arbre porter de bons fruits. Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu.

C'est donc  à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.

Jésus décrit deux sortes d’arbres : les bons et les mauvais.

 Quels sont les mauvais ? Les épines et les chardons.

Quelles sont les caractéristiques des épines et des chardons ? Ils piquent. Cela nous parle des mauvais caractères qui piquent, humilient, blessent etc. la faiblesse de caractère rend imprévisible, inconstant.

De  quels fruits nous parle Jésus  à travers ces versets? Quels fruits attend t’il ?

Les hommes regardent aux résultats visibles pour déterminer les fruits. Les hommes sont attirés par la puissance manifestée  par les serviteurs de Dieu, le nombre des miracles accomplis etc. et ils ne se préoccupent guère du caractère. C’est-à-dire qu'il y a une confusion entre les dons du Saint Esprit et le fruit de l'Esprit.

 Dieu regarde au cœur, c'est-à-dire au caractère. Il cherche le caractère de Jésus dans lequel domine le fruit de l'esprit, c'est-à-dire Galates 5-22 : l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi.

Le don ne porte pas de semence. Il permet de manifester de la puissance par les miracles, les signes et les prodiges, les démons qui sont chassés, cela a pour résultat de fortifier la foi, de glorifier Dieu, d’étendre le royaume de Dieu. Mais ne produit pas de graine ou de semence, donc pas de fruit.

 Le fruit porte une semence qui peut-être plantée dans d’autre vies.  Si j’ai le fruit de l’Esprit en moi, par exemple la douceur de l’Esprit, dans mon caractère, je vais semer la douceur autour de moi. D’autres personnes en seront bénéficiaires.

Le mauvais caractère ou la faiblesse de caractère peut faire perdre le don de Dieu. Nous en avons un exemple avec Saül. Saül était faible de caractère, l’emmena dans l'instabilité, la désobéissance, c'est ainsi que Dieu lui enleva le don : c'est-à-dire l'onction royale et la royauté :

1 Samuel 15-2 à 11 : ainsi parle l'Eternel des armées, je me souviens de ce qu’Amalek fit à Israël, lorsqu'il lui ferma le chemin à la sortie d'Égypte. Va maintenant, frappe Amalek et dévouez par interdit tout ce qui lui appartient, tu ne l'épargneras pas, et tu feras mourir hommes et femmes, enfants et nourrissons, bœufs et brebis, chameaux et ânes. Saül convoqua le peuple et en fit la revue à Thelaïm, il y avait 200 000 hommes de pied, et 10 000 hommes de Juda.

Saül marcha jusqu'à la ville d'Amalek, et mis une embuscade dans la vallée. Il dit aux Kéniens : allez, retirez vous, Sortez du milieu d'Amalek, afin que je ne vous fasse pas périr avec lui, car vous avez eu de la bonté pour tous les enfants d'Israël, lorsqu'ils montèrent d'Égypte. Et les Kéniens se retirèrent du milieu d'Amalek. Saül bâtit Amalek depuis Havila jusqu'à Schur, qui est en face de l'Égypte.

Il prit vivant Agag, roi d'Amalek, et il dévoua par interdit tout le peuple le passa au fil de l'épée. Mais Saül et le peuple épargnèrent Agag, et les meilleures brebis, les meilleures bœufs, les meilleurs bêtes de la seconde portée, les agneaux gras, et tout ce qu’il y avait de bon, ils ne voulurent pas le dévouer par interdit, et ils dévouèrent par interdit tout ce qui était méprisable et chétif.

L'Eternel adressa la parole à Samuel, il dit : Je me repens d'avoir  établi  Saül comme le Roi, car il se détourne de moi et il n'observe pas mes paroles.

 

Jésus a été lui-même testé lors de la tentation après le baptême du Saint Esprit.

Matthieu 4- 1 à 11 : alors  Jésus fut emmené par l'Esprit dans le désert pour être tenté ou tester par le diable. Après avoir jeûné pendant 40 jours et 40 nuits, il eut faim.

Le tentateur, s'étant approché, lui dit : si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent du pain. Jésus répondit : l'homme ne vivra pas seulement de pain mais de toute parole qui sorte de la bouche de Dieu.

Le diable le transporta dans la ville sainte, le plaça sur le haut du temple et lui dit : si tu es le Fils de Dieu, jette toi en bas. Car il est écrit : il donnera des ordres à ses anges à tout sujet. Et ils te porteront sur les mains, de peur que ton pied ne heurte contre une Pierre. Jésus lui dit : il est aussi écrit : tu ne tenteras pas le Seigneur, ton Dieu.

Le diable le transporta encore sur une haute montagne, lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire. Et il lui dit : je te donnerai toutes ces choses, si tu te prosternes et m'adores.

Jésus lui dit : Retire-toi, Satan ! Car il est écrit : tu adoreras le Seigneur, ton Dieu et tu le serviras lui seul.

Alors le diable le laissa. Et voici, les anges vinrent auprès de Jésus, et le servir.

Ici, nous pouvons constater que Jésus a été tenté ou testé à trois reprises, c'est-à-dire à trois niveaux.

1 Au niveau de son corps

2 au niveau de son âme

3 au niveau de son esprit.

Le premier niveau représente l'appétit, la nourriture, l'eau et le sexe. « Ordonne que ces pierres deviennent du pain ». L'appétit représente bien sur le besoin de manger, mais également toutes les convoitises auxquelles nous pouvons donner libre accès : la pornographie, le boire et de manger, la gloutonnerie, l'ivrognerie. Samson a échoué à cause de son appétit pour les femmes. Par la il  montra sa faiblesse de caractère.

 Nous avons connu un chrétien qui  suivi une école biblique d'une église renommée. Ensuite cet homme manifestait les dons du Saint Esprit  avec puissance. Comme sa femme n'était pas chrétienne il a divorcé. Puis il s'est remarié avec une femme chrétienne qui elle aussi manifestait les dons du Saint Esprit avec puissance. À nouveau cet homme a quitté sa seconde épouse pour en épouser une troisième. Voilà vraiment l’exemple d’un chrétien dont le caractère n’a pas été soumis au Saint-Esprit, et en qui nous ne retrouvons pas le fruit de l’Esprit.

 Voilà vraiment le danger pour un chrétien qui manifeste les dons du Saint Esprit avec puissance. Mais en qui nous trouvons une faiblesse de caractère parce qu'il  ne cultive pas le fruit du Saint Esprit dans sa vie. Car le caractère protège le don et de la chute.

Le deuxième niveau : la réputation: jette-toi en bas. La recherche de la popularité  est une attitude dangereuse... Cela signifie : compromet toi pour être populaire, ne va pas à la croix... Saute du haut, c'est-à-dire recherche une popularité instantanée.

Le troisième niveau représente le pouvoir : prosterne toi devant moi, c'est-à-dire vend ton âme et je te donnerai toute la gloire du monde.

Jésus a su résister à toutes ses  tentation, il en est sorti vainqueur revêtu de la puissance de l’Esprit. Et à partir de ce jour sa renommée s’agrandit dans tout le pays d’alentour.

 Pourquoi ? Les Évangiles nous montrent  Jésus enfant  soumis à un homme, Joseph, et Marie sa mère. Luc 2-51. Par l'obéissance, son caractère à été formé, forgé c'est-à-dire : testé jusqu'à l'âge de 30 ans.  Jésus le Fils de Dieu a accepté de se soumettre à un homme et une femme, à un « père » et une mère. Notons qu’être soumis  ne signifie pas être contrôlé  ou se laisser contrôler, d’ailleurs les vrais pères ou leaders ne contrôlent pas, ils se contrôlent dans leurs actes ou dans leur paroles.

 

Faut-il craindre les dons, les rejeter ? Certes non, puisque  à travers les dons se manifeste la puissance de Dieu. Ce serait contraire à l'ordre donné par Jésus à ses disciples : ne quittez pas Jérusalem avant d'avoir reçu une puissance le Saint-Esprit, survenant sur vous. Mais nous avons besoin du caractère de Christ pour être des hommes et des femmes stables, prévisibles, constants, digne de confiance, de loyauté, pour résister aux pressions, à la tentation.

Un caractère défaillant c'est comme un défaut dans une pièce d'une machine. Quand la pièce casse toute la machine se trouve bloquée, hors d’usage. Nous appelons cela un défaut de fabrication. Il en est de même pour un caractère qui n'a pas été testé, éprouvés.

Nous avons perdu l’image de Dieu dans nos vies, Jésus est venu pour restaurer cette image et nous redonner le caractère de Dieu. Le caractère dans lequel est manifesté le fruit de l'Esprit est fixe, prévisible, stable, intègre. Cela nous rend capable d'être intègre entre ce que nous disons et nous faisons en privé et en public, il ne doit pas y avoir de décalage entre le privé et le public, ni de décalage entre le dimanche et la semaine.

Dieu veut que nous revenions à son caractère. Dieu est fiable prévisible son caractère est immuable.

Voila les hommes et les femmes que Dieu cherche pour mettre un ou des manteaux. Recherchons la croissance du fruit de l’Esprit dans nos vies. Le Saint-Esprit nous donné pour cela. Dieu nous aime et il désire tellement que nous portions du fruit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article