Pour qui brille Jésus le soleil de justice ?

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

 Mais pour vous qui craignez mon nom, se lèvera Le soleil de la justice, Et la guérison sera sous ses ailes 

Vous qui craignez mon nom...

 Craindre Dieu ce n'est pas avoir peur de Dieu, mais se tenir dans le respect, avoir une attitude respectueuse, une attitude d'obéissance dans l’amour et la foi. La bible nous en donne un exemple avec Noé : Noé avait une crainte respectueuse de l'Eternel, par  la foi il construisit l’arche demandée par Dieu. Il sauva ainsi sa famille.

Psaume 33- 18 : Voici les yeux de l’Eternel sont sur ceux qui le craignent, sur ceux qui espèrent en sa bonté.

Psaume 103- 17 : Mais la bonté de l’Eternel dure à jamais pour ceux qui le craignent, Et sa miséricorde pour les enfants de leurs enfants,

 Pour ceux qui gardent son alliance, Et se souviennent de ses commandements afin de les accomplir.

Nous en France, nous sommes le pays qui avons coupé la tête du roi, c'est-à-dire la tête de l'autorité. Aujourd'hui encore cela a des conséquences spirituelles dans lesquelles nous évoluons et qui influencent d'une manière négative, notre relation avec Dieu.

Un autre roi de France s'est déclaré « être le roi soleil »  Louis 14. Il a pris la place du soleil de justice, c'est-à-dire Jésus. Sa religion est devenue une vraie religion d'État. Le dix- huit octobre 1685 il a révoqué ou déclaré nul l’Edit de Nantes qui accordait aux protestants le droit de vivre leur foi selon la parole Dieu. Les conséquences ont été désastreuses pour la France. Quelques années plus tard la France a vécut uns grande tragédie : Elle a été frappée par une grande famine avec un hiver très rigoureux : 1500000 français sont morts de faim et de froid. L’économie française a été ruinée avec le départ à l’étranger de tous les chefs d’entreprise protestants. Un nombre inconsidérable d’ouvriers se sont retrouvés sans emploi.

 Louis 14 a refusé et combattu l'œuvre du Saint Esprit manifesté dans une partie des croyants, les Huguenots protestants. Il les à combattu dans leur foi, avec son armée, ses soldats nommés : dragon. Leur expédition punitive se nomme dragonnades. C'est-à-dire que cette destruction venait tout droit du dragon, du serpent comme le dit la Bible c'est-à-dire du diable et Satan, celui qui séduit toute la terre.

 Ce mot dragon tire son origine de drakkar, les bateaux qu'utilisaient les Vikings. Ils  arboraient l'emblème du dragon sur leurs bateaux. Ils sont amenés avec eux et libérés sur la France : le socialisme, le communisme avec l'incrédulité et le combat contre la foi, l’existence même de Dieu, ainsi que l'humanisme.

Mais malgré tout cela, comme en Israël, en France Dieu s’est gardé un reste  qui lui reste fidèle.

 

Jésus est le soleil de justice, pourquoi ?

 

La justice de Dieu est l'expression de tout ce que Dieu demande et approuve. Elle est manifestée de façon absolue en Christ lui-même, qui a satisfait à notre place à toutes les exigences de la loi :

La substitution, Jésus a été fait pour nous justice. Jésus a satisfait pleinement à toutes les obligations de la loi, parce qu'elle était dans son cœur et non dans son intelligence comme les Pharisiens. Pour lui, elle était une loi d'amour, et non une loi d’obligation ou d’interdit. Parce qu’il connaissait le Père, les Pharisiens ne connaissaient pas le Père. Obéir à une loi d’amour dans le cœur change tout. « Car la lettre tue » c’est à dire la loi dans la tête « mais l’Esprit vivifie » c'est-à-dire la loi dans le cœur. 2 corinthiens 3-6.

 Jésus est vraiment celui qui a accompli toute justice. Quand ?

 À la croix ? Non, lors de son baptême : C’est là que le ciel s’est ouvert. A la croix c’est le lieu du « tout accompli » mais c’est également le lieu où le ciel s’est fermé et Jésus s’est écrié : Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ?

Matthieu 3-13 à 17 : Alors Jésus vint de la Galilée au Jourdain vers Jean, pour être baptisé par lui. Mais Jean s'y opposait, en disant : C'est moi qui ai besoin d'être baptisé par toi, et tu viens à moi !

Jésus lui répondit : Laisse faire maintenant, car il est convenable que nous accomplissions ainsi toute justice ou tout ce qui est juste, selon les versions. Et Jean ne lui résista plus. Dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l'eau, et voici, les cieux s’ouvrirent, et il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles : Celui ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection.

Comment Jésus a-t-il accompli toute justice en demandant le baptême ?

Rappelons que le baptême prêché par Jean était un baptême de repentance.

 

Jésus avait-il besoin de repentance ?

Non, puisqu'il n'a pas connu le péché.

Jésus est venu non pour abolir la loi, mais pour l’accomplir. Et le baptême annoncé ou prêché par Jean, représente la fin de la loi, et le début d’une aire nouvelle. Le dernier acte à accomplir pour que la loi soit observée ou pratiquée totalement par Jésus. Jésus s’y est soumis volontairement en mesurant l’importance de son acte d’obéissance.

Enfin c'est là que pour la première fois, Jésus, s'est identifié à nous pécheurs, sans être coupable. C'est la qu'il a commencé à mourir à lui-même. C’est ce jour là qu’il a commencé à prendre  la condamnation à mort sous laquelle nous étions. S'il avait raté ce premier rendez-vous, toute sa mission aurait échoué. L'œuvre accomplie sur la croix n'aurait servi à rien. Il fallait un juste qui  accomplisse totalement la loi pour qu'elle cesse de nous accuser, de nous rendre coupable devant Dieu.

Colossiens 2-14 : il est écrit : il a effacé l'acte accusateur (de la loi) dont les ordonnances nous condamnaient, et qui subsistait contre nous. Et il l’a éliminé en le clouent à la croix.

Ce même jour Jésus est devenu la porte : Le ciel s'est ouvert pour nous en Jésus, le jour de son baptême. Jésus est devenu la porte ouverte par laquelle le Père va manifester la puissance de son royaume, la gloire de son royaume.

 Maintenant, en Jésus, chacun d'entre nous nous sommes une porte ouverte du ciel par laquelle le royaume de Dieu, le feu se manifeste. Une porte ouverte par laquelle le soleil de justice brille pour ceux qui sont assis dans les ténèbres et qui se tiennent dans l'ombre de la mort. C’est vers ces personnes que jésus nous envoie.

Jésus est le même hier aujourd'hui et éternellement. Ce n'est pas pour les bien portants qu'il est venu, mais pour ceux qui reconnaissent être assis dans les ténèbres et qui se tiennent dans l'ombre de la mort. Jésus est celui en qui notre consolation abonde.

Souvenons-nous de Capernaüm, ville de la consolation, aujourd’hui cette consolation s’étend à toute la terre, à nous, à vous aujourd’hui.

Mais malgré tout cela, comme en Israël, en France, Dieu s'est gardé un reste  qui lui demeure fidèle : Le soleil de justice brille sur ceux se lèvent et sortent de l’ombre.

Commenter cet article