Qu'est-ce que la mort spirituelle ? (Suite Lève toi..)

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

                

 C'est l'inverse de la vie spirituelle, mais en aucun cas, le fait de cesser d'exister. C’est être coupé de Dieu pour l’éternité. L’apôtre Paul nous le dit, à nous dans :

Ephésiens 2-1 dit : Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés. Comme ces habitants de la Galilée

Ephésiens 2 --5 : nous qui étions morts par nos offenses, (Dieu) nous a rendu vivants avec Christ. C'est par grâce que vous êtes sauvés. Voilà ce que nous étions avant de naître de nouveau... Il nous a rendu à la vie «  rendre à la vie » signifie « rendre vivant éternellement»

C’est  pourtant au milieu de cette population ignorante des choses de Dieu, voire même hostile aux choses de Dieu que Jésus va demeurer pendant 30 ans. Cela avait été prophétisé dans les écritures : il sera appelé Nazaréen. Cela s’accorde avec le passage de l’Ancien Testament où Jésus est annoncé comme étant le germe ou le rejeton, Nazareth signifie  également : germe, rejeton. Bien sûr aujourd'hui il est beaucoup plus que cela : le Lion de la tribu de Juda, le chemin, la vérité et la vie, le pain de vie descendu du ciel, la résurrection, celui qui guérit, qui sauve, il est la gloire manifestée du Père.

 Pourtant pour vous, peut-être, il est encore le germe, le petit Jésus de la crèche,  d’autres vous ne savez pas, vous ne le connaissez pas. Certaines églises le présentent encore ainsi. Pas de condamnation pour vous qui êtes dans l’une ou l’autre de ces situations : jésus veut se révéler à vous et vous demande de vous lever en passant par la repentance, afin de sortir de l’ombre de la mort et des ténèbres.

C'est dans cette région, de l'ombre de la mort ou la population se tient assise dans les ténèbres que Jésus commence son ministère pourtant  ce peuple se tient dans la terre promise. Nous sommes peut-être nés dans une famille chrétienne ou enseigné dans une religion ou nous fréquentons une église tous les dimanches,  et nous tenir dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort.

Les premières paroles de Jésus pour ce peuple sont : Matthieu 4 -- 17 : dès lors Jésus commença à prêcher et à dire Repentez-vous car le Royaume de Dieu est proche. Une autre version dit : changez radicalement, car le Royaume de Dieu s'est approché. Cela signifie également changez de camp ou de royaume, pensez différemment, pensez comme Dieu, changez de mentalité.

C’est par sa bonté que Dieu nous pousse à la repentance

 

Jean-Baptiste a prononcé les mêmes paroles, avant Jésus : Repentez-vous car le Royaume de Dieu est proche.

Ensuite il nous est précisé que Jean-Baptiste criait : Préparez le chemin ou les cœurs pour la venue du Seigneur.

Matthieu 3-6 : Et confessant leurs péchés ils se faisaient baptiser par lui, dans les eaux du Jourdain.

Quand Jésus dit : Repentez-vous car le Royaume de Dieu est proche.

Veut-il dire la même chose que Jean-Baptiste ?

 Non car Jean-Baptiste ne pouvait aller plus loin que le pardon des péchés, sa mission et sa capacité s’arrêtait là, il ne pouvait accorder la rémission des péchés. Dans le péché il y a deux aspects : le fruit ou la partie visible : le mensonge, la colère, la rébellion, la jalousie par exemple, et l’arbre de la nature pécheresse qui produit le péché.

Jésus au contraire, par ses paroles annoncent plus, il va plus loin que Jean-Baptiste : il nous offre la possibilité d'abandonner notre nature pécheresse ou l'arbre qui est en nous et qui produit de mauvais fruits. Redonner ce que Adam a perdu lors de la chute, la réconciliation avec le Père, car nous naissons tous déchus, dans le royaume des ténèbres « l’ombre de la mort » coupés de Dieu, hostiles à Dieu, sans direction pour nos vies comme des brebis errantes : Esaïe 53-6 : Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie ; Et l’Eternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous.

 Prenons le cas d'un pommier, qui produit de mauvaises pommes. Je peux me contenter d'enlever les mauvaises pommes, chaque année je dois recommencer et je n'ai toujours pas de bonnes pommes. Alors que faire ? Le sur greffer. Cette opération consiste à couper les branches à un endroit déterminé pour introduire des greffons prélevé sur un pommier d’une bonne variété de pommes.

À partir de ce moment-là il produira des pommes de la variété que j'ai choisie, c'est-à-dire de bonnes pommes parce que sa nature a changé.

Le jour de la pentecôte, à Jérusalem, Pierre a prêché les

mêmes paroles : Actes 2- 37 et 38 : Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ?

38  Pierre leur dit : Repentez vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus–Christ, à cause du pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint–Esprit.

 

Trop de chrétiens sont restés au stade de Jean-Baptiste. Ils confessent leurs péchés, et sans cessent ils recommencent à pratiquer les mêmes péchés. Certaines églises en sont restées au stade de Jean-Baptiste.

Un pécheur, même pardonné reste un pécheur, même s'il obtient le pardon de ses péchés. Même si ce pardon lui est accordé par grâce. Il devient un pécheur gracié. Sa nature de pécheur demeure : il continue de pécher. Pécheur gracié ce n'est pas l'identité que Jésus nous propose. Il nous offre  plus, à condition de changer de direction, de mentalité, de mourir à notre nature pécheresse avec lui et de ressusciter avec lui dans sa nature de le laisser me transformer, transfigurer. La nouvelle nature, par la nouvelle naissance, celle qu'il annonce à Nicodème. Sans laquelle nous ne pouvons voir, ni rentrer dans le royaume de Dieu. C’est seulement de cette manière que nous rentrons dans notre véritable identité : fils et fille de Dieu, avec notre nouveau nom : juste ou saint, et non plus pêcheur gracié.

1 Jean 3- 9 : Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui ; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu. Il est bien écrit que celui est né de Dieu, c'est-à-dire d’en haut ne pratique plus le péché, il n’est plus obligé de pécher.

    www.parolevivante.net

 

 

Commenter cet article