Getshémané le combat de la soumission de notre volonté au Père.

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Getshémané le combat de la soumission de notre volonté au Père.

 Sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre.

                                                                                      Luc 22 : 44b


Du point de vue médical, il est possible que les globules rouges du sang passent à travers les artères et les veines distendues d’une personne.

Adam et Eve ont succombé à la tentation, à la séduction de Satan dans un jardin, le jardin d'Éden. C'est-à-dire dans le jardin des délices, de l’abondance des biens, de la condition idéale pour vivre. Ce jardin est devenu le lieu du péché, et  de la rébellion.

 Adam et Eve ont soumis leur volonté à celui qui va dominer sur eux par un mensonge, va leur voler l'autorité que Dieu leur avait donnée « dominez sur… » Ensuite Dieu les chasse de ce jardin, et  de sa présence. Ils vont connaître l’exil. Avant de fermer l’accès du  jardin d’Eden, par des chérubins qui agitent une épée flamboyante, Dieu donne une promesse à Eve :

Je mettrai inimitié entre toi (le serpent) et la femme (Eve), entre ta postérité et sa postérité : celle–ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.

                                                                                    Genèse 3 : 15

Nous, nous savons que la postérité de la femme annonce la venue de Jésus. C’est  dans le jardin de Gethsémané que va se vivre un moment très important dans la réalisation  de cette promesse. Elle va se réaliser au cours du combat  de Jésus : Il se trouve confronté à la tentation de fuir la crucifixion et à la soumission de sa volonté au Père afin que s’accomplisse la promesse par amour pour son Père et pour nous.  Il choisit de rester.         

C'est dans un jardin nommé Gethsémané que Jésus va soumettre sa volonté à son Père pour reprendre à Satan ce qu’il nous a volé.

 Pour cela, Jésus va manifester : L’obéissance, la soumission de sa volonté à son Père, l’humilité. Il adopte une attitude contraire à celle d’Adam.  Jésus devient et manifeste qu’il est le nouvel Adam, celui qui vient d’en- haut.

Après son dernier repas avec ses disciples, Jésus les emmène dans le jardin de Gethsémané. Jésus sait que l’heure de passer de ce monde à son Père est arrivée, c'est-à-dire l’épreuve de la croix. L’amour ne fuit pas ses engagements, ne cherche pas ses intérêts, Jésus cherche ceux de son Père et les nôtres.

Gethsémané : signifie pressoir à huile. Encore aujourd'hui nous y trouvons de très vieux oliviers, comme pour attester qu'à l'époque de Jésus, des olives étaient pressurées pour en extraire l'huile.

Est-il étonnant que  Jésus subisse cet écrasement dans ce lieu ? Son sang qui commence à couler avec sa sueur, comme des grumeaux à cause de la frayeur et des angoisses de son âme.

«Mon âme est triste jusqu'à la mort ; restez ici, et veillez avec moi » dit- il à ses disciples. Il attendait du soutien, dans la prière, de la part de ses disciples les plus proches, c'est-à-dire Pierre, Jacques et Jean ; mais  une heure plus tard il les  trouve endormis de tristesse. Leurs yeux se sont appesantis. Ses disciples l’abandonnent. Toutefois il ne leur adresse aucun reproche.

 L’amour est patient, plein de bonté. Jésus sait que ses disciples connaîtront la même épreuve de l’abandon. Actuellement il doit franchir cette épreuve afin de leur servir d’exemple. Alors il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout.

Jésus connaît l’abandon, la solitude au niveau de son âme. Dans quelques heures, il connaîtra la solitude, sur la croix, l’abandon au niveau de son esprit. Ceux qu’il a enseigné pendant plus de trois ans l’abandonnent. Il a perdu tout soutien des hommes.

 Jésus adresse cette prière, à plusieurs reprises, à son Père

Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi : Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.                                                 Matthieu 26 : 39

Alors dans ce jardin, Jésus va lutter seul pendant trois heures, pour soumettre sa volonté à son Père afin de nous sortir de l'esclavage de Satan, de la rébellion, de l'indépendance, de l'orgueil. Jésus désire redonner à son Père sa famille volée. Nous croyons que le plus grand combat dans la vie de Jésus, dans sa vie de « Fils de l'homme » s'est déroulé à Getshémané.

 Jésus savait que l’heure de son sacrifice était venue : lui le Fils de l'homme allait être livré aux mains des pécheurs. Il sait que ceux qui viennent l’arrêter vont surgir dans quelques instants dans ce jardin de Gethsémané.


 Jésus,  l’Agneau de Dieu prie dans le jardin de Gethsémané :

 

 Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe! Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne.  Alors un ange lui apparut du ciel, pour le fortifier. Étant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre. »                                    Luc 22 : 42 à 44

Seul l’évangile de Luc nous relate ce fait important «  des grumeaux de sang ». N’oublions pas que Luc était médecin.

Jésus est « en agonie ». Le péché du monde va le séparer de son Père pour la première fois de son existence. Il connaît le déroulement des événements : Il va être vendu, trahi, arrêté comme un brigand par des hommes armés. Jésus sait qu’il sera abandonné, accusé, outragé, torturé, moqué, fouetté, crucifié, tué. Jésus sait qu’Il va donner son sang, c'est-à-dire sa vie, pour sauver le monde.  Il est « en agonie » et « sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombent à terre. »

A la place  d’agonie, d’autres versions disent : L’angoisse le saisit (Bible du semeur) ou Jésus est en proie à l’angoisse (Parole vivante).

Agonie, dans ce contexte signifie : lutte extrême pour la victoire, éprouver de sérieuses luttes mentales, c'est-à-dire dans son âme.

Que nous disent ces gouttes de sang dans la sueur de Jésus ?

Quel est leur message pour nous ? « Vengeance », « justice », « punition » ? Non ! Obéissance, soumission, amour, acceptation du plan et de la volonté du Père. Jésus met la volonté du Père au-dessus de la sienne malgré  l’intensité de sa souffrance et l’abandon de ses  disciples.

 Il leur avait pourtant recommandé de veiller avec lui et de prier afin de ne pas tomber dans la tentation. Mais comme leur dit Jésus : L’esprit est bien disposé, mais la chair est faible. Pourtant ils avaient promis de ne pas l’abandonner.
 Les gouttes de sang dans la sueur de Jésus nous parlent d’obéissance et de soumission, et nous appellent à suivre son exemple.

Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang, en luttant contre le péché.

                                                                                Hébreux 12 : 4

   Dans le jardin de Gethsémané, Dieu demande à Son Fils unique de Lui obéir, de soumettre Sa volonté à la sienne. Dans son humanité, Jésus ne voulait pas souffrir, ni mourir :

 S’étant mis à genoux, il pria, disant: Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe!  Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne.

                                                                           Luc 22 : 41b et 42

 Matthieu 26:42,44 « Il s'éloigna une seconde fois, et pria ainsi: Mon Père, s'il n'est pas possible que cette coupe s'éloigne sans que je la boive, que ta volonté soit faite! … Il les quitta, et s'éloignant à nouveau, il pria pour la
 troisième fois, répétant les mêmes paroles. » . « Que ta volonté soit faite! » « Que ta volonté soit faite! » « Que ta volonté soit faite! »

 Il y trois ans Jésus Lui-même a enseigné ses disciples à prier ainsi :

  Notre Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.  Matthieu 6 : 9 et 10

Lui-même a également déclaré : Jésus leur dit : Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son œuvre.                                                                                  Jean 4 : 34

Ce que Jésus a enseigné de sa bouche, nous le voyons le mettre en pratique maintenant. En prononçant cette prière,  Jésus sait qu’Il se condamne à  mort. L’amour l’anime toujours, le motive jusqu’au don de sa vie. Il désire voir la réalisation de cette vision : Je suis venu jeter un feu sur la terre, et qu’ai-je à désirer, s’il est déjà allumé ?                                                 Luc 12- 49

 Il n’est pas obligé de vivre cette épreuve. Il peut appeler plus que 12 légions d’anges pour venir Le sauver (Mt.26:53). Mais Il choisit la volonté du Père au-dessus de Sa propre volonté. Il choisit l’arrestation, la moquerie, la torture, les fausses accusations, le jugement. Il choisit l’outrage, la nudité, la souffrance, le mépris, la crucifixion, la mort. Pourquoi ?

 Parce qu’Il met  la volonté du Père au-dessus de sa propre volonté : Hébreux.10:7 « Voici, je viens … pour faire, ô Dieu, ta volonté. »

  Osons-nous prier : «  « Que ta volonté soit faite! » Cette prière est non seulement la plus difficile que Jésus ait prononcé, mais elle est aussi la prière la plus importante qu’Il ait adressée à son Père. Cette prière représente la plus importante des supplications ! «Que ta volonté soit faite! »

 Ainsi, au cours de sa vie sur terre, Jésus, avec de grands cris et des larmes, a présenté des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et il a été exaucé, à cause de sa soumission à Dieu. Bien qu’étant Fils de Dieu, il a appris l’obéissance par tout ce qu’il a souffert. Bible du Semeur

                                                                          Hébreux 5 : 7 et 8

 C’est la plus importante de toutes les prières que les hommes ont fait monter vers Dieu.  Cette prière : « Que ta volonté soit faite! »  Permet à Jésus d’obtenir la plus grande victoire de toute l’éternité,  sur le péché, la mort et l'enfer.

 Les grumeaux de sang de Jésus nous parlent. Jésus a soumis sa volonté à son Père pour que nous soyons sauvés de la mort éternelle. Par son obéissance, Jésus nous invite, à notre tour à soumettre notre volonté particulièrement rebelle au Père, afin que sa volonté s'accomplisse dans nos vies.

Avant d'appartenir à Jésus, notre volonté était particulièrement rebelle à Dieu, à sa Parole. Notre volonté nous a été donnée parfaite, à l’image et à la ressemblance de Dieu. Elle est devenue corrompue, anesthésiée, rebelle, c'est-à-dire selon l’image, la ressemblance, la nature de celui qui est devenu notre père : Satan. Maintenant nous avons reçu la liberté de soumettre notre volonté au Père, car en Jésus nous en recevons  la capacité.

Le sang de Jésus a coulé de sa tête pour que nous ayons la victoire dans le combat qui se livre dans nos pensées.

 

 

 

Publié dans Identité en Jésus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article