Le corps de Christ que peut-il attendre de l’un de ses membres?

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

 

Nous distinguons deux catégories de membre : les nouveau-nés et les plus anciens.

Qu’il exerce fidèlement et avec amour, dans une pleine santé spirituelle, sans murmurer, et avec une constante persévérance, la fonction qu’il doit exercer, là où il est placé!

Qu’est-ce qu’un membre peut attendre du reste du corps?

Qui lui transmette fidèlement tout ce dont il a besoin pour rester en bonne santé et continuer à exercer sa fonction! A condition qu’il ne vienne pas comme dans un super marché pour remplir son panier d’emplettes spirituel. Il doit apporter sa bûche pour activer, alimenter le feu du Saint-Esprit

Sur le plan spirituel, qu’est-ce que le corps de Christ peut attendre de l’un de ses membres?

Qu’il exerce fidèlement et avec amour, dans une pleine santé spirituelle, sans murmurer, et avec une constante persévérance, le ministère et les dons que Dieu lui a donnés pour l’édification de tout le Corps! Et aussi qu’il continue à produire le bon fruit de l’Esprit, pour que tout le Corps puisse manifester le caractère et la nature du Seigneur Jésus!

  1. le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi. Galates 5 : 22

 

Un Chrétien, que peut-il attendre du Corps de Christ?

 

Que le corps de Christ contribue à lui transmette fidèlement la vie de Christ, et que tous les autres membres accomplissent normalement leur fonction.

Fondamentalement, ce qui est important pour chaque membre du corps de Christ, c’est qu’il reçoive et transmette la Vie de Christ. Le seul élément qui circule dans tout le corps et qui visite chaque membre, chaque cellule du corps, c’est le sang.

Sur le plan spirituel, cet élément qui circule dans tout le Corps de Christ et qui visite chaque membre, chaque cellule du Corps, c’est l’Esprit de Dieu. A condition que chaque membre soit connecté sur le vrai cep c'est-à-dire Jésus. C’est Lui, le Saint-Esprit qui vivifie, qui donne la Vie, à chaque membre. Il symbolise l’action de la sève dans le sarment. Mais il faut que la circulation de la Vie se fasse sans entraves. Ce qui entrave toujours la Vie du Corps, c’est la chair non crucifiée, le manque de fondement et l’absence de vision commune.

La comparaison entre le Corps de Christ et le corps humain est intéressante, mais elle a des limites. Dans un corps humain, chaque membre ou chaque organe, ne peut accomplir qu’une seule fonction, celle qui correspond à sa nature propre.

Ainsi le corps n’est pas un seul membre, mais il est formé de plusieurs membres. Si le pied disait : Parce que je ne suis pas une main, je ne suis pas du corps ne serait il pas du corps pour cela ? Et si l’oreille disait : Parce que je ne suis pas un œil, je ne suis pas du corps ne serait elle pas du corps pour cela ?

Si tout le corps était œil, où serait l’ouïe ? S’il était tout ouïe, où serait l’odorat ? Maintenant Dieu a placé chacun des membres dans le corps comme il a voulu. Si tous étaient un seul membre, où serait le corps ?

Maintenant donc il y a plusieurs membres, et un seul corps. L’œil ne peut pas dire à la main : Je n’ai pas besoin de toi ; ni la tête dire aux pieds : Je n’ai pas besoin de vous. Mais bien plutôt, les membres du corps qui paraissent être les plus faibles sont nécessaires ; et ceux que nous estimons être les moins honorables du corps, nous les entourons d’un plus grand honneur. Ainsi nos membres les moins honnêtes reçoivent le plus d’honneur, tandis que ceux qui sont honnêtes n’en ont pas besoin. Dieu a disposé le corps de manière à donner plus d’honneur à ce qui en manquait, afin qu’il n’y ait pas de division dans le corps, mais que les membres aient également soin les uns des autres. Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ; si un membre est honoré, tous les membres se réjouissent avec lui. Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part.

                                                                                             1 Corinthiens 12 : 12 à 27

 

L’œil ne peut que voir, l’oreille ne peut qu’écouter, etc… Toutefois notons que l’œil ne voit par pour lui-même mais pour tout le corps. Tout le corps bénéficie de ce que voit l’œil. L’oreille n’entend pas que pour elle même, mais pour tout le corps. Tout le corps bénéficie de ce qu’entend l’oreille. Le cœur ne bat pas que pour lui-même, mais pour que tout le corps soit irrigué constamment par du sang fraichement oxygéné et que chaque cellule reçoive la nourriture dont elle a besoin pour assurer sa fonction.

Maintenant comparons ce modèle de fonctionnement des membres du corps humain avec les membres du corps de Christ. Un certain nombre remplissent correctement leur fonction. D’autres au contraire sont animés par un esprit d’indépendance et vivent pour eux-mêmes. Ce sont des membres « mer morte » Ils reçoivent, mais ne redonnent jamais. Leurs paroles deviennent tellement salées qu’elles ne donnent plus la vie au contraire. Jésus a dit :

Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Ecriture.

Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Ecriture.                                                                                                        Jean 7 : 38

 

La comparaison entre les membres du corps naturel et du corps de Christ a des limites.

Chaque membre du Corps de Christ est un être complet en lui-même. Il est créé à l’image de Christ. Chaque membre est une habitation de Dieu en esprit. Chaque membre individuel est destiné, comme le Corps tout entier, à manifester Christ dans toute Sa plénitude. Jésus a dit que celui qui croit en Lui accomplira les mêmes œuvres que Lui.

Chaque membre du Corps de Christ, par sa nouvelle nature, et par la présence de Christ en lui, est donc potentiellement capable d’occuper la place dans le Corps de Christ selon le plan de Dieu pour lui. C’est Dieu qui nous place dans l’Eglise comme Il veut. Mais Dieu, dans Sa souveraineté, peut aussi nous changer de place, s’Il le décide.

C’est ainsi qu’Etienne et Philippe, qui avaient été nommés diacres pour “ "servir aux tables,” " ont été appelés par le Seigneur à exercer de puissants ministères d’évangélistes. Paul était enseignant à Antioche avant d’être apôtre.

Nous pourrons toujours, par la puissance de Christ qui demeure en nous, exercer les nouvelles fonctions qui seront propres à cette nouvelle place. Cela, un membre du corps humain ne peut pas le faire.

Il est bon de savoir que Dieu nous rend capable, en Christ, d’occuper la place qu’il nous destine dans Son Corps. Si Dieu décide de nous changer de place au sein de Son Corps, nous n’avons pas à craindre d’être incapables d’occuper ces nouvelles fonctions. Car c’est Christ en nous qui nous rend capables. “ "Je puis tout par Celui qui me fortifie” " (Philippiens 4: 13).

Mais cette capacité ne peut s’exercer que si nous sommes dans l’Esprit, et non dans la chair.

Bien-aimés, le bien-être de tout le corps de Christ dépend d’abord de la qualité de la relation que chaque membre du Corps a pu établir avec la Tête, qui est le Seigneur Jésus. La qualité de la relation entre les différents membres est également très importante. La première qualité qui nous est demandée consiste à nous tenir en vérité et dans l’amour les uns envers les autres.

Mais en proclamant la vérité dans l’amour, nous croîtrons à tous égards en celui qui est le chef, Christ.

C’est de lui, et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties, et s’édifie lui–même dans l’amour.                                                                                      Ephésiens 4 : 15 et 16

Le solide assemblage nous parle des jointures ou des ligaments qui relient les différents membres les uns aux autres.

Les jointures ou articulation dans le corps de Christ symbolisent : La présence de l’huile du Saint-Esprit, la souplesse de caractère, un cœur contrit. La soumission les uns aux autres, l’unité dans l’esprit. Tout ceci est contraire à l’esprit d’indépendance.

Puisque nous sommes déjà complets en Christ, et que nous n’avons pas besoin des autres pour obtenir notre identité en Christ, quelle utilité ont donc pour nous les autres membres du Corps de Christ?

Tout d’abord, ceux qui ont atteint plus de maturité que nous vont nous aider à découvrir Celui que nous avons déjà en nous, Christ. Ils vont aussi nous aider à découvrir ce que nous sommes déjà en Christ, dans notre nouvelle nature.

Nous n’avons pas besoin des autres Chrétiens pour être ce que nous sommes en Christ. Cela nous est entièrement donné dès notre nouvelle naissance. Mais nous aurons besoin des autres pour qu’ils nous aident à comprendre ce que nous sommes en Christ.

Nous avons aussi besoin des autres pour exercer le ministère que Dieu nous a confié dans le Corps de Christ. Nous avons enfin besoin des autres pour bénéficier du ministère qu’ils ont eux-mêmes reçu du Seigneur. Car c’est la Vie de Christ qui s’exprime au travers de ces différents ministères.

Chaque ministère individuel dans l’Eglise est une partie du grand ministère de Christ. Tous les membres du Corps sont essentiels pour l’exercice collectif du ministère de Christ. Le Seigneur a besoin de tout Son Corps pour manifester ce qu’Il est, et pour exercer la plénitude de Son ministère, dans l’Eglise et dans le monde.

La seule chose qui puisse rendre le Corps de Christ malade, c’est la présence du péché quelque part dans ce Corps. Le péché résulte toujours de l’action de la chair. Le péché d’un seul membre peut contaminer tout le corps d’une part et d’autre part il affaiblit tout le corps.

Si la chair, en tant que puissance de péché, est toujours présente dans notre corps physique, elle ne doit jamais nous contrôler. Elle doit toujours rester maintenue dans la mort par la croix! Le perfectionnement des saints passes donc d’abord par la crucifixion de notre chair.

C’est toujours le péché qui bloque la circulation de la Vie et de l’Esprit de Dieu dans les différents membres, et entre tous les membres. Le péché agit un peu comme une arthrose qui paralyse les jointures, ou comme le cholestérol qui bouche les artères et empêche le sang d’y circuler librement.

Eliminer la chair et le péché du Corps de Christ revient donc à nettoyer, à purifier et à guérir ce Corps, afin que la Vie éternelle de Dieu puisse librement se répandre et circuler dans tout le Corps. Alors ce Corps pourra de plus en plus être un instrument efficace au service de sa Tête, qui est Christ.

Ce travail de perfectionnement des saints aboutit à rendre les Chrétiens de moins en moins charnels, et de plus en plus spirituels, dans leur vie concrète et pratique. Ce “ "nettoyage” " spirituel implique un amour profond de la Vérité, et le désir de nous repentir de toutes nos œuvres charnelles. D’où la nécessité de prêcher la croix, et d’enseigner la marche par l’esprit!

Le perfectionnement des saints est d’abord l’œuvre de l’Esprit et de la Parole de Dieu en nous. Nos frères et sœurs, s’ils sont spirituels, doivent nous aider à prendre conscience de tout ce qui est encore charnel en nous, mais, dans le fond, c’est la Parole de Dieu, et le Saint-Esprit en chacun de nous, qui nous le révèlent et nous le confirment.

Notre esprit régénéré est déjà absolument pur, saint et parfait en Christ. Notre esprit n’a donc pas besoin d’être perfectionné. Il est déjà parfait. Ce qui a besoin d’être perfectionné en nous, c’est notre âme, et c’est aussi notre corps physique.

Notre âme peut être définie comme notre être intérieur conscient, notre être psychologique. C’est la zone de notre être intérieur où se manifestent les pensées, les désirs, les sentiments et les volontés, qui parviennent à notre conscience.

L’âme n’est pas l’endroit où ces pensées, désirs, sentiments et volontés prennent leur source (mais dans notre cœur). Mais c’est l’endroit où ils se manifestent à notre conscience.

Chez un Chrétien né de nouveau, les pensées, désirs, sentiments et volontés, peuvent avoir deux origines opposées. Ils peuvent provenir soit de son esprit régénéré, et dans ce cas-là ils sont purs, soit de la chair, et dans ce cas-là ils sont impurs, même s’ils peuvent avoir bonne apparence.

La chair et l’esprit appartiennent à deux dimensions complètement séparées et opposées. L’esprit appartient au Royaume de Dieu, et la chair au royaume de Satan. Entre la chair et l’esprit s’étend l’abîme infranchissable de la mort et de la résurrection du Seigneur Jésus!

Commenter cet article