Soyons les témoins de Jésus-Christ

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Notre verset de base sera : Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’Agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort. Apocalypse 12 : 11

Nous retenons trois points importants dans ce verset :

  1. Ils l’ont vaincu à cause de sang de l’Agneau, ce premier point regardons-le sous deux aspect afin d’en saisir toute la profondeur : nous ne pourrons témoigner valablement que si le sang de l’Agneau a purifié nos vies de nos péchés ou autrement dit : expérimenté la puissance du sang de l’Agneau dans nos vies. Ensuite nous avons à nous saisir de la victoire de Jésus, par son sang, afin de nous situer face à l’adversaire.

  2. A cause de la parole de leur témoignage : cela sous-entend que notre vie a déjà été changée, transformée par l’œuvre de Jésus à la croix, il s’agit bien de leur témoignage (ceux qui témoignent)

  3. Ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort : nous répondront à ce troisième point par des versets bibliques situés à la fin de ce massage.

     

     

    Etre un témoin et témoigner de Jésus-Christ consiste à devenir l’arche du témoignage qui se tenait au milieu du peuple hébreu dans le désert. Dans l’arche se tenait la présence de Jésus au milieu de son peuple. En qualité de témoins nous portons cette présence, contenue en nous, partout où nous allons : Ils me feront un sanctuaire, et j’habiterai au milieu d’eux. Tu mettras dans l’arche le témoignage, que je te donnerai. C’est là que je me rencontrerai avec toi ; du haut du propitiatoire, entre les deux chérubins placés sur l’arche du témoignage, je te donnerai tous mes ordres pour les enfants d’Israël.                                                                                                    Exode 25:8- 16- 22

    Ainsi, quand nous témoignons à des personnes de la vie de Jésus, c’est Jésus qui témoigne directement à ces personnes. Sans la présence de Jésus en nous, notre témoignage ne portera aucun fruit de l’Esprit, mais des fruits de la chair qui  n’ont aucune valeur aux yeux de Dieu. Comme Jésus le dit de lui-même, je porte le témoignage du Père : Si c’est moi qui rends témoignage de moi–même, mon témoignage n’est pas vrai. Il y en a un autre qui rend témoignage de moi, et je sais que le témoignage qu’il rend de moi est vrai. Vous avez envoyé une délégation vers Jean, et il a rendu témoignage à la vérité.  Pour moi ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage ; mais je dis ceci, afin que vous soyez sauvés.                                                                                                              Jean 5 : 31 à 34

     

    Moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir, ces œuvres mêmes que je fais, témoignent de moi que c’est le Père qui m’a envoyé. Et le Père qui m’a envoyé a rendu lui–même témoignage de moi. Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez point vu sa face, et sa parole ne demeure point en vous, parce que vous ne croyez pas à celui qu’il a envoyé.                                                  Jean 5 : 36 à 38

     

    Jésus dit encore aux pharisiens : Il est écrit dans votre loi que le témoignage de deux hommes est vrai ; je rends témoignage de moi–même, et le Père qui m’a envoyé rend témoignage de moi.                                                                                          Jean 8 : 17 et 18

    Ces paroles de Jésus nous  montrent qu’il avait besoin d’être en accord avec le Père afin que sont témoignage soit crédible. Combien plus nous avons besoin du Saint-Esprit, l’Esprit de vérité et de sa puissance afin que notre témoignage porte du fruit.

     

    Tout d’abord disons qu’il n’y a pas de puissance (dunamis) dans un témoignage sans la présence du Saint-Esprit. « Dunamis » c’est de ce mot que dynamite tire sa racine ainsi que dynamique

    Témoignage prend sa racine dans le mot témoin qui en grec se dit : « martus » qui signifie martyr. Ce mot désigne ceux qui après l’exemple de Jésus prouve la force et l’authenticité de leur foi en Jésus-Christ jusqu’à supporter une mort violente et deviennent martyrs. Tels les chrétiens d’Orient qui choisissent de mourir décapité, par Isis, plutôt que de renier leur foi en Jésus-Christ.  Ils prouvent qu’ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort.

    Mais vous recevrez une puissance dunamis), le Saint–Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre.                                                                                                Actes 1 : 8

    Dans ce verset nous trouvons le mot témoin ou martyr. Si nous paraphrasons les paroles de Jésus à ses disciples, nous obtenons : soyez mes martyrs à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. 

     Jean-Baptiste nous est présenté, dans le Nouveau Testament,  comme le premier martyr, mort décapité, parce qu’il annonçait la parole de vérité au roi de l’époque qui vivait en état d’inceste et d’adultère avec la femme de son frère. Ensuite nous trouvons Etienne qui ose affronter les responsables religieux de l’époque, en proclamant la parole de vérité : Hommes au cou raide, incirconcis de cœur et d’oreilles ! vous vous opposez toujours au Saint–Esprit. Ce que vos pères ont été, vous l’êtes aussi. Lequel des prophètes vos pères n’ont-ils pas persécuté ? Ils ont tué ceux qui annonçaient d’avance la venue du Juste, que vous avez livré maintenant, et dont vous avez été les meurtriers.                                                                                                                                Actes 7 : 51 et 52

    Dans l’Ancien Testament la Bible nous présente plusieurs martyrs à cause de leur foi ou qui n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort. Commençons par Abel assassiné par son frère, les prophètes de l’Ancien Testament, nous citons Jésus qui adresse ses paroles de reproche aux pharisiens : Malheur à vous ! Parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, que vos pères ont tués. Vous rendez donc témoignage aux œuvres de vos pères, et vous les approuvez ; car eux, ils ont tué les prophètes, et vous, vous bâtissez leurs tombeaux. C’est pourquoi la sagesse de Dieu a dit : Je leur enverrai des prophètes et des apôtres ; ils tueront les uns et persécuteront les autres, afin qu’il soit demandé compte à cette génération du sang de tous les prophètes qui a été répandu depuis la création du monde,  depuis le sang d’Abel jusqu’au sang de Zacharie, tué entre l’autel et le temple ; oui, je vous le dis, il en sera demandé compte à cette génération.                                                                                                         Luc 11 : 47 à 51

     

    Jésus nous dit à chacun d’entre nous : Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie. Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises : Celui qui vaincra n’aura pas à souffrir la seconde mort.                          Apocalypse 2 : 10b et 11

     

    Je sais où tu demeures, je sais que là est le trône de Satan. Tu retiens mon nom, et tu n’as pas renié ma foi, même aux jours d’Antipas, mon témoin fidèle, qui a été mis à mort chez vous, là où Satan a sa demeure.                                                                  Apocalypse 2 : 13

    Mon témoin fidèle  dit Jésus. Par ces paroles Jésus  associe le témoin et fidèle. En effet nous ne serons pas des témoins efficaces sans la fidélité, c'est-à-dire jusqu’à la mort comme c’est le cas avec Antipas dont le nom signifie : comme le père, à la place du père.

    Fidèle vient d’un mot grec « pistos » qui signifie : loyal, celui qui a confiance dans les promesses de Dieu, celui qui est convaincu que Jésus est ressuscité des morts, celui qui croit que Jésus est le Messie et l’auteur de son salut. Voilà les qualités qu’on attend d’un témoin.

     

    Jésus aime trouver la fidélité chez un témoin, pourquoi ?

     

    La fidélité constitue une des facettes du fruit de l’Esprit. D’autre part c’est un des nombreux noms attribués à Jésus : et de la part de Jésus–Christ, le témoin fidèle, le premier–né des morts, et le prince des rois de la terre ! A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang.                                                                                       Apocalypse 1 : 5

     

    Jésus se présente comme étant le fidèle et le véritable. Il se présente ainsi à l’Eglise de Laodicée qui est tombée dans la tiédeur : Ecris à l’ange de l’Eglise de Laodicée : Voici ce que dit l’Amen, le témoin fidèle et véritable, le principe de la création de Dieu.

                                                                                                                            Apocalypse3 : 14

    Jésus reviendra sur son cheval blanc en étant le Fidèle et le Véritable : Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice.                                                                      Apocalypse 19 : 11

     

    Et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort.

    Car quiconque voudra sauver sa vie la perdra, mais quiconque perdra sa vie à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera.                                                                      Marc 8 : 35

    Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle.                                                                                                            Jean 12 : 25

    Haïr, dans ce contexte signifie mettre sa propre vie en second ou crucifier sa chair.

     

Publié dans Identité en Jésus

Commenter cet article