L'épreuve d'un homme fidèle

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Tous les chrétiens fidèles sont éprouvés; mais leurs épreuves sont mesurées par Dieu; il ne permet pas que la tentation dépasse leurs forces. (1 Corinthiens 10:13)

Le récit de Daniel 6 apporte un précieux encouragement au croyant éprouvé. Toutes proportions gardées, nous avons aussi parfois nos "fosses aux lions", c'est-à-dire des situations particulièrement difficiles dans lesquelles nous sommes plongés; tel le "cachot" où nous nous trouvons peut nous paraître aussi redoutable que la fosse où Daniel fut jeté. Si nous passons par l'épreuve, découvrons en Daniel 6 que Dieu prend soin de celui qui demeure fidèle.

Quelle différence entre la liberté intérieure de Daniel et l'esclavage auquel est réduit le grand roi Darius ! A l'ouïe du décret royal interdisant de prier l’Eternel, Daniel se retire chez lui, laisse les fenêtres ouvertes et prie comme d'habitude. Darius, lui, est esclave de son entourage, de sa signature, puis de la loi des Mèdes et des Perses. Et quel contraste encore entre le repos d'esprit et d’âme de Daniel et l'agitation de Darius ! Il fait jeter Daniel dans la fosse, puis il "ne peut se livrer au sommeil";(Daniel 6:18-19) à l'aube, il court à la fosse aux lions. En approchant, il appelle d'une voix triste, au-dessus de la pierre scellée la veille :

"Daniel, serviteur du Dieu vivant, ton Dieu, que tu sers avec persévérance, a-t-il pu te délivrer des lions ?"                                                                                                       (Daniel 6:20)

Démarche saugrenue s'il en est une ! Logiquement, il n'aurait guère fallu plus de dix secondes aux lions affamés pour déchirer le corps du prophète ! Et si le roi se lève avec l'aurore, c'est qu'il cherche à échapper aux innombrables serviteurs constamment à ses côtés. D'ailleurs, qu'auraient-ils pensé de sa démarche insensée ?

 

 Darius aurait certes donné n'importe quoi pour que nul ne le surprenne... Mais la fidélité de Daniel a touché son cœur. Pour le roi, le miracle n'est plus impossible; sa foi, encore bien chancelante, lui donne cependant le courage de se lever, d'aller jusqu'à la fosse et d'appeler Daniel. Or, Dieu se plaît à répondre à la plus petite expression de foi :

"Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne : Transporte-toi d'ici là, et elle se transporterait; rien ne vous serait impossible."                                                                                                              (Matthieu 17:20)

Et le miracle s'est produit; Dieu l'a accompli : Daniel avait été jeté sans ménagement dans la fosse aux lions; dans sa chute, il aurait pu avoir un membre brisé ou le crâne écrasé. Mais Dieu prit soin de lui. Puis le prophète fit une expérience extraordinaire. Les fauves le flairent sûrement, mais aucun n'ouvrit la gueule; ils étaient là, autour de lui, sans pouvoir le dévorer. Alors Daniel comprit. Le lendemain, il expliqua à Darius :

"Mon Dieu a envoyé son ange et fermé la gueule des lions, qui ne m'ont fait aucun mal."

                                                                                                                                           (Daniel 6:22)

Précédemment, ses compagnons de captivité à Babylone avaient fait une expérience analogue : dans la fournaise, le "Quatrième homme ou l’ange de l’Eternel" s'était tenu à leur côté et l'odeur du feu ne les avait pas atteints. ( Daniel 3:25)

Vous qui passez par l'épreuve, ne vous regimbez pas contre elle, car la "gueule" des "lions" qui vous entourent est muselée : leurs "pattes" sont immobiles, leurs "griffes" impuissantes; leurs menaces n'ont pas d'effets. Pourquoi ? L'"ange de l'Eternel" est là ! Il "campe autour de ceux qui le craignent, et il les arrache au danger". (Psaume 34:8)

  "Aucun malheur ne t'arrivera, Aucun fléau n'approchera de ta tente.
Car il ordonnera à ses anges De te garder dans toutes tes voies." (Psaume 91:10-11)

Si pour les croyants de l'Ancien Testament, c'était l'ange de l'Eternel qui les protégeait, pour les fidèles de la nouvelle alliance, c'est Jésus-Christ lui-même qui les garde. Il veille, il mesure la difficulté, il fait tout concourir au bien de ceux qui l'aiment. (Romain 8:28) A travers l'épreuve, il les éduque et augmente leur foi, et c'est là qu'ils le rencontrent tout à nouveau !

Daniel vainquit par la foi; c'est par elle qu'il ferma la gueule des lions. Il est du nombre"...des prophètes, qui, par la foi... fermèrent la gueule des lions..."

                                                                                                                               (Hébreux 11:32.33)

 Le fruit de l'épreuve pour un homme fidèle

 

Avec la tentation, le Seigneur prépare aussi le moyen d'en sortir, "afin que nous puissions la supporter". (1 Corinthiens 10:13)

Après l'épreuve, le fruit de l'épreuve ! Après la fosse aux lions, un témoin fidèle indemne. Après le complot de l'adversaire, la condamnation de cet adversaire !

Les ennemis de Daniel s'étaient vivement réjouis lorsque Darius scella la pierre au-dessus de la fosse. Environ six siècles plus tard, les sacrificateurs de Jérusalem se sont aussi réjouis lorsque la pierre du sépulcre de Jésus avait été scellée. (Matthieu 27:66) Dans les deux cas, l'homme crut mettre le point final à une histoire, mais Dieu allait y ajouter son bouleversant épilogue.

Peut-être les adversaires de Daniel ont-ils fêté leur victoire, un peu comme les pharisiens durent célébrer la leur après s'être débarrassés de Jésus de Nazareth. Mais le triomphe divin fut éclatant. Christ ressuscita et, en quelque sorte, Daniel revint à la vie lui aussi, si l'on songe qu'il aurait pu être cent fois déchiré ! Ne sortait-il pas d'un "tombeau", lorsqu'il se présenta sans égratignure aux satrapes et aux chefs qui l'avaient condamné ? Alors, ces derniers connurent un nouveau tumulte", dont ils n'étaient plus les artisans cette fois : Daniel 6:6-11 Darius ordonna qu'ils soient jetés dans la fosse, eux, leurs femmes et leurs enfants. Et avant qu'ils ne soient parvenus au fond, les lions brisèrent tous leurs os. (Daniel 6:24)

 C'était plus qu'une revanche, c'était la démonstration de la puissance de Dieu. Pendant toute la nuit, l'appétit des lions avait été aiguisé, mais l'ange avait fermé leur gueule. Lorsque Daniel fut retiré, l'ange s'en alla, et les lions, depuis des heures excités par l'odeur de chair humaine, dévorèrent en quelques secondes la pâture qu'on leur jeta. Ah ! Tout peut changer dans un même "cachot", selon que l'ange de Dieu est présent ou absent !

Une épreuve vaillamment supportée prépare toujours un fruit pour Dieu.  Hébreux 12:11) La proclamation de Darius, adressée à toutes les nations et aux hommes de toutes langues qui habitaient sur toute la terre, ne représenta-t-elle pas pour Daniel un fruit extraordinaire de sa fidélité ? (Daniel 6:25) L'autorité la plus en vue dans le monde d'alors ordonna qu'on ait de la crainte pour le Dieu de Daniel dont le royaume ne sera jamais détruit. (Daniel 6:26) Et toute la population de l'empire prit connaissance du décret royal par les médias de l'époque :

"C'est lui qui délivre et qui sauve, qui opère des signes et des prodiges dans les cieux et sur la terre." (Daniel 6:27)

Quel témoignage pour la cause de Dieu ! Quant à Daniel, il prospéra, tant sous le règne de Darius que sous celui de Cyrus, le Perse. (Daniel 6:28)

Ce chapitre recèle une mine inépuisable de richesses. Mais il est un filon auquel nous n'avons pas encore touché. Songeons à la portée prophétique de Daniel 6.

Dans les derniers temps, Israël sera réduit à l'extrémité, abandonné de tous ses soutiens, livré par l'Antéchrist dans la "fosse" des nations, qui l'entoureront comme des "lions" prêts à le dévorer.  Zacharie 12:3,9

Apocalypse 12 nous présente la femme qui enfanta un Fils; c'est l'image de la nation d'Israël d'où Jésus-Christ est sorti. Le grand dragon rouge (Apocalypse 12:1-3) , appelé aussi le serpent ancien (Apocalypse 12:9) – le diable – vomira un fleuve derrière la femme; mais la terre la secourra en engloutissant ce courant.(apocalypse 12:15-16) Notre génération verra-t-elle l'invasion du grand dragon rouge en Israël ? Il semble que les événements actuels convergent vers cet aboutissement. Ezéchiel 38-39 Peut-être serons-nous aussi les témoins d'interventions spectaculaires que Dieu prépare pour la nation juive; car avant que l'Antéchrist ne règne, (Apocalypse 13) la terre d'Israël redeviendra certainement une terre de miracles !  Apocalypse 12:13-17

( Zacharie 12:3) Toutes les nations doivent s'assembler contre Jérusalem. Le défenseur des enfants d'Abraham. (cf. Daniel 12:1) Jésus-Christ. Ce sera un temps de détresse, tel qu'il n'y en aura point eu depuis le début de l'histoire. (Matthieu 24:21) Mais alors se lèvera le Défenseur qui reviendra sur terre, pour "fermer la gueule des lions". Alors Israélites et Israéliens reconnaîtront Celui qu'ils ont percé, (Zacharie 12:10) et les nations découvriront à leurs dépens qu'elles ne peuvent nuire impunément au peuple de Dieu. (Zacharie 2:8)

Un tyran plus despote que Darius aura jeté Israël dans la "fosse" des nations, afin qu'il y soit dévoré; mais Dieu l'en sortira, pour le faire prospérer sous le règne du divin Cyrus : Christ !  Daniel 1:21; 6:28; 10:1 Car, en fin de compte, les paroles prédites par Esaïe au sujet de Cyrus ne s'appliquent-elles pas surtout au règne glorieux du Fils de Dieu sur notre terre ? Donnons-nous la peine de les relire dans cette perspective :

"Je dis de Cyrus : II est mon berger,
Et il accomplira toute ma volonté;
Il dira de Jérusalem : Qu'elle soit rebâtie !
Et du temple : Qu'il soit fondé !
Ainsi parle l'Eternel à son oint, à Cyrus,
Qu'il tient par la main,
Pour terrasser les nations devant lui,
Et pour relâcher la ceinture des rois,
Pour lui ouvrir les portes,
Afin qu'elles ne soient plus fermées :
Je marcherai devant toi...
Je te donnerai des trésors cachés,
Des richesses enfouies,
Afin que tu saches
Que je suis l'Eternel qui t'appelle par ton nom,
Le Dieu d'Israël.
Pour l'amour de mon serviteur Jacob,
Et d'Israël, mon élu,
Je t'ai appelé par ton nom,
Je t'ai parlé avec bienveillance, avant que tu me connaisses." (Esaïe 44:28 - 45:4)

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article