Es-tu des nôtres ou de nos ennemis ?

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Comme Josué était près de Jéricho, il leva les yeux, et regarda. Voici, un homme se tenait debout devant lui, son épée nue dans la main. Il alla vers lui, et lui dit : Es-tu des nôtres ou de nos ennemis ?  Il répondit : Non, mais je suis le chef de l’armée de l’Eternel, j’arrive maintenant. Josué tomba le visage contre terre, adora, et dit : Qu’est-ce que mon seigneur dit à son serviteur ? Et le chef de l’armée de l’Eternel dit à Josué : Ote tes souliers de tes pieds, car le lieu sur lequel tu te tiens est saint. Et Josué fit ainsi.

                                                                                                                  Josué 5 : 13 à 15

Le peuple Hébreux, conduit par Josué vient de rentrer en terre promise après 40 années passées dans le désert. Cette rencontre entre Josué et le chef de l’armée de l’Eternel, c'est-à-dire Jésus lui-même, se passe juste avant la prise de Jéricho dont les murailles vont tomber. Pendant 40 ans le peuple Hébreu va bénéficier de la présence de Jésus dans le tabernacle, maintenant ils vont bénéficier d’une plus grande révélation de la part de Jésus : le chef de l’armée de l’Eternel. Ils ont besoin de lui pour livrer la bataille contre la ville de Jéricho qui représente une forteresse diabolique.

Josué représente un homme qui met la Parole de Dieu en pratique. Dés la rentrée du peuple il commence par circoncire les hommes, ce qui n’avait pas été pratiqué dans le désert. La circoncision nous parle d’alliance avec l’Eternel. Ensuite Josué célèbre la Pâque afin d’obéir à l’ordre de l’Eternel : Vous conserverez le souvenir de ce jour, et vous le célébrerez par une fête en l’honneur de l’Eternel ; vous le célébrerez comme une loi perpétuelle pour vos descendants.                                                                      Exode 12 : 14

Quels enseignements retenons-nous de ces faits vécus par le peuple d’Israël sous la conduite Josué ?

Nous ne gagnerons pas bataille contre le royaume des ténèbres, sans avoir fait une rencontre avec le chef de l’armée de l’Eternel ou Jésus, notamment par la nouvelle naissance.

Nous devons combattre selon ses ordres comme Josué en obéissant à sa Parole : Qu’est-ce que mon seigneur dit à son serviteur ?

Nous avons besoin d’expérimenté  sa sainteté : Ote tes souliers de tes pieds, car le lieu sur lequel tu te tiens est saint. Et Josué fit ainsi.

Aujourd’hui Jésus nous pose une question : à  quel royaume appartiens-tu ? ou dans quel royaume t’identifie-tu ?

Au royaume de la lumière ou au royaume des ténèbres, de Dieu  ou de l’ennemi de Dieu.

En qualité de chrétien, certainement que chacun d’entre nous, nous avons eut à répondre à la question suivante : A quelle église appartiens-tu ? Cette question est troublante, car en réalité j’appartiens à Jésus-Christ, mais je fréquente une assemblée.

 Les personnes qui posent cette question s’attendent à ceci : j’appartiens à l’Eglise catholique, ou protestante, ou évangélique etc. Jésus, à ses contemporains n’a jamais demandé, à quelle synagogue appartiens-tu ?

Même si dans Apocalypse 2 : 9 Lettre à l’Eglise de Thyatire. Jésus parle de faux juifs qui sont dans une synagogue de Satan. Par contre Jésus à beaucoup parlé du royaume, du royaume de Dieu ou des cieux selon les évangiles, du royaume des ténèbres, et même de confrontation de royaume, en voici un exemple.

 Matthieu 12 : 22-30 (Bible parole vivante) On lui amena un homme possédé d’un esprit mauvais qui le rendait aveugle et muet. Jésus le guérit, et l’homme pouvait de nouveau parler et voir.

La foule bouleversée disait dans un transport d’admiration : Cet homme (Jésus) ne serait-il pas le fils de David (le Messie promis).

Quand les pharisiens apprirent ce que l’on disait de Jésus, ils déclarèrent : Si cet homme (Jésus) chassent les démons, c’est parce qu’il a partie lié (ou alliance) avec Béelzébul (prince des mouches) le chef des démons.

Mais Jésus pénétrant leurs pensées, leur dit : Un pays déchiré par la guerre civile court à sa ruine. Aucune ville, aucune famille intérieurement divisée ne saurait se maintenir. Si donc Satan se met à chasser Satan, il se bat contre lui-même, comment son royaume intérieurement divisé pourra-t-il se maintenir ? D’ailleurs, moi, si je chasse les démons par Béelzébul (ou prince des mouches), qui donne à vos disciples le pouvoir de les chasser ! Ils pourront peut être vous répondre et résoudre la question.

 Mais, si c’est par l’Esprit de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc venu jusqu'à vous. Ou encore : Comment quelqu’un pourrait-il pénétrer dans la maison (ou royaume) d’un homme fort et piller ses biens sans avoir lié auparavant cet homme fort. Mais s’il l’a fait, il peut mettre sa maison à sec.

 Celui qui n’est pas pour moi, est contre moi et celui qui ne se joint pas à moi pour rassembler, disperse.

C’est pourquoi je vous dis : Tout péché, ou n’importe quelle injure à Dieu ou aux hommes pourra être pardonnée aux hommes, mais si quelqu’un pèche ou fait injure contre le Saint-Esprit, cela ne lui sera pas pardonné. Si quelqu’un contredit (ou pèche) le fils de l’homme, il recevra le pardon. Mais si quelqu’un contredit (la conviction intérieure que lui donne) le Saint-Esprit cela ne sera pas pardonné, ni dans le monde présent, ni dans le monde à venir.

 De deux choses : Ou bien vous admettez que l’arbre est bon et que son fruit est bon, ou bien vous déclarez l’arbre mauvais et son fruit mauvais, puisqu’on peut juger l’arbre d’après son fruit. Race de vipère (ou espèce de vipère) comment pouviez-vous prononcer de bonnes choses alors que vous êtes mauvais ?                                                                          Matthieu 12 : 31 à 35

 Car les paroles dépendent de ce qui remplit le cœur. C’est le trop plein de l’être profond qui jaillit des lèvres. L’homme foncièrement bon sort de bonnes choses de son fond (ou cœur) qui est bon, mais celui qui est méchant (ou contre Dieu ou sans Dieu) sortira des méchancetés d’un fond (cœur) qui est mauvais.

 Or je déclare, au jour du jugement les hommes auront à rendre compte de toutes paroles oiseuses (ou vaines) qu’ils auront prononcées. En effet c’est sur la foi de tes paroles que tu seras déclaré juste, et c’est d’après elles que tu seras condamné.

Dans ce passage de l’évangile Jésus nous parle de deux royaumes en guerre, et qui se combattent en grande partie à travers les hommes. C’est ce que nous allons développer. Afin de permettre à chacun de choisir à la lumière des paroles de Jésus pour ou contre Jésus. Nous allons nous appuyer sur deux citations de Jésus :

1ère citation du royaume : verset 26 Si Satan chasse Satan, il est divisé contre lui-même : Comment son royaume subsistera-t-il ? Satan est à la tête d’un royaume, ce sont les paroles même de Jésus qui le disent. C’est un royaume de ténèbres bien sur. Notons encore que Satan est appelé le prince des mouches.

2ème citation du royaume : verset 28 Mais, si c’est par l’Esprit de Dieu que je (Jésus) chasse les démons, le royaume de Dieu est donc venu vers nous.

 

Voilà les deux royaumes en présence et en confrontation ouverte, active :

Le royaume des ténèbres, de mort, avec Satan à sa tête.

Le royaume de Dieu ou des cieux, ou royaume de lumière, de vie, avec Jésus à sa tête.

A nouveau posons-nous la question : Dans quel royaume suis-je ? Pour quel royaume je travaille ? Dans quel royaume j’investis mes talents, mes finances ?

Pour quel royaume je témoigne, je parle ?

Une autre question nous est posée : Je dirige mes efforts vers l’extension du royaume de Dieu ou je bâtis une église pour moi ? Dans ce cas nous sommes dans l’erreur car Jésus dit : je bâtirai mon Eglise.

La réponse est cruciale pour nos vies, si nous voulons nous tenir dans la volonté de Dieu.

Matthieu 3 : 2  Jean Baptiste qui a été choisi pour préparer la venue de Jésus, sur terre, déclare : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche.

Par ces paroles, sous l’inspiration du Saint-Esprit, Jean annonce la venue imminente de Jésus. A travers la venue de Jésus et de son sacrifice, nous pensons immédiatement à notre salut, à la vie éternelle dont nous étions éliminés à cause de nos péchés, de la désobéissance envers Dieu. C’est vrai, mais en partie seulement.

 Si nous examinons bien les évangiles, les paroles de Jésus, nous constatons que Jésus est venu établir ou rétablir le royaume de Dieu. Luc 4 : 43 Jésus nous dit : Il faut aussi que j’annonce aux autres villes la bonne nouvelle du royaume de Dieu, c’est pour cela que j’ai été envoyé.

 Matthieu 10 Nous voyons Jésus choisir ses douze apôtres. Et aussitôt, il les envoie en mission. Verset 7 : Allez prêcher et dites : Le royaume de Dieu est proche. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons.

Jésus ne leur a pas demandé de bâtir une église, d’annoncer une église. Mais de prêcher la bonne nouvelle du royaume et d’en manifester les signes, la puissance : C’est à dire de guérir les malades, ressuscitez les morts (physiques et spirituels), purifiez les lépreux et chassez les démons.

Dans l’évangile de Marc, Jésus commence son ministère par ces paroles : Marc 1 : 15  Il dit : Le temps est accompli et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle.

Et immédiatement après avoir choisi ses premiers disciples, nous voyons Jésus chassé un démon de la vie d’un homme, dans la synagogue de Capharnaüm. Ensuite il guérit la belle-mère de Pierre, atteinte d’une forte fièvre. Cette guérison est suivie de nombreuses autres. Ensuite un lépreux se présenta à lui pour être purifié, aussitôt il obtient satisfaction.

Luc 9 : 12  Jésus ayant assemblé les douze, leur donna force et pouvoir sur tous les démons, avec la puissance de guérir tous les maladies. Il les envoya prêcher le royaume de Dieu, et guérir les maladies.

 Marc 5 : 21-43 Après avoir, sur la route qui le conduisait à la maison du chef de la synagogue (sa fille de douze ans est malade), une femme touche Jésus et elle est guérie d’une perte de sang dont elle souffrait depuis douze ans.

Quand Jésus arrive à la maison du chef de la synagogue, la jeune fille est morte. Mais Jésus dit au père : Crois seulement. L’enfant n’est pas morte mais elle dort. Les gens se moquaient de Jésus sachant, que la jeune fille était morte.

 Jésus reste serein. Il fait sortir de la chambre de la jeune fille, tous ceux qui crient, pleurent. Accompagné du père et de la mère de l’enfant, Jésus rentre dans la chambre où était la jeune fille. Verset 41 Jésus saisit la jeune fille par la main et lui dit : TALITA KOUMI, ce qui signifie : Jeune fille lève toi, je te le dis. Aussitôt la jeune fille se leva, et se mis à marcher, car elle avait douze ans. Tous furent dans un grand étonnement. Voilà le royaume manifesté dans sa puissance.

1 Corinthiens 1 : 20  Car le royaume de Dieu ne consiste pas en paroles, mais en puissance.

A nous, disciples, Jésus nous ordonne une priorité : Matthieu 6 : 33 Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu.

Dans Matthieu 13 Jésus va donner une définition du royaume de Dieu à travers les paraboles du royaume : La parabole du semeur, l’ivraie et le bon grain, le grain de sénevé, la parabole du levain du trésor caché, de la perle de grand prix, la parabole du filet. Nous avons précédemment déjà développé chacune de ces paraboles.

Seulement ensuite au chapitre 16 du même évangile et verset 18, Jésus déclare : Je bâtirai mon Eglise. Jésus nous dit à travers cette déclaration, que le rôle de bâtir l’Eglise ne revient pas aux disciples de Jésus, mais à Jésus lui-même et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle. Mais par contre Jésus nous confie les clés du royaume des cieux ou de Dieu, à Pierre d’abord et à nous disciples de Jésus du 21ième siècle :

 Matthieu 16 : 21  Je te donnerai les clés du royaume des cieux. Ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.

 Pour Jésus, l’Eglise manifeste le fruit visible du royaume, plus le royaume croit, se développe, plus l’Eglise va croître. Mais ce ne doit pas être notre préoccupation. Annonçons le royaume, manifestons les signes et la puissance du royaume, ainsi nous obéirons à Jésus, à l’ordre qu’il nous a donné : Le royaume précède l’Eglise. D’ailleurs posons-nous la question  suivante : Comment comprendre le sens des lettres envoyées aux sept églises de l’Apocalypse, si l’on n’est  pas rentré dans la révélation des sept paraboles du royaume des cieux ?

Si notre préoccupation, jusqu’a maintenant, consiste à construire l’Eglise, repentons nous et laissons Jésus reprendre sa place et son rôle. Luc 9 : 60b Toi va annonce le royaume de Dieu.

Rappelons-nous que le signe de la croissance du royaume de Dieu, se sont, les démons chassés, les malades guéris, les lépreux purifiés, la bonne nouvelle du royaume annoncée, prêchée. Les œuvres que nous devons faire, ce sont les œuvres du royaume et non les œuvres de l’Eglise.

Jusqu’à la fin de son séjour sur terre, après sa résurrection, Jésus s’est entretenu des choses du Royaume avec ses disciples : Actes 1-2 : Après qu’il eut souffert, il leur apparu vivant, et leur en donna plusieurs preuves, en se montrant à eux pendant quarante jours, et parlant des choses concernant le royaume.

Toutefois Jésus leur a recommandé d’attendre d’être revêtu de la puissance du Saint-Esprit, avant de partir annoncer la bonne nouvelle du royaume et d’en manifester la puissance. Cette recommandation s’adresse aussi à nous aujourd’hui, avons reçu la puissance du Saint-Esprit ?

 

Commenter cet article