Visage d’adorateur : l’aigle en plein vol !

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

par actualitechretienne

 

 «Le quatrième être vivant est semblable à un aigle qui vole» (Apocalypse 4 v 7)

L’adorateur du Dieu vivant et vrai domine la situation. Il ressemble à l’aigle en plein vol. Il est au-dessus de la situation présente ; il la voit d’une autre perspective, d’un autre œil ! Il est sorti de la masse ambiante et s’est élevé bien haut !

 

Comprenez que votre vie d’adorateur vous conduira toujours à vivre ainsi ! Si souvent, vous avez été scotché au sol par vos problèmes ; vos soucis vous ont interdit l’accès au ciel de Dieu ; vos pensées ont été captivées par vos inquiétudes. Ce matin par exemple, vous êtes incapable de vous tenir dans la présence de Dieu et de l’adorer, tant ce problème au travail vous préoccupe ! Résultat : Vous voyez les choses d’en bas ; votre nez est collé sur votre problème ; impossible de prendre de l’altitude, d’avoir une autre perspective !

 

Dépassez cela au nom de Jésus et adorez votre Dieu ; occupez-vous de lui ; dites-lui ce que vous ressentez, et ne laissez pas aux soucis et aux problèmes le droit de dérober à Dieu l’adoration qui lui revient ! Vous allez ressembler très vite à l’aigle en plein vol ; votre perspective va changer. Votre problème sera toujours là, mais vous ne le verrez plus de la même façon. Vous vous serez approché du Dieu qui va s’occuper de vous secourir !

 

Si souvent nous ressemblons à un aigle incapable de décoller ! Quelle différence entre un poulet et un aigle qui ne vole pas ? Aucune ! Vous picorez difficilement ! Vous manquez votre vocation ! Adorez et vous ressemblerez de plus en plus à l’aigle en plein vol !

 

Samuel FOUCART

Une bonne nouvelle pour ma journée

 

Seigneur, je te laisse mon problème ce matin ; j’arrête de m’en occuper et de me laisser préoccuper par lui, pour m’occuper de toi et t’offrir mon adoration. Je veux ressembler à l’aigle en plein vol, et te laisser dominer ma situation. Amen.

 

Publié dans Identité en Jésus

Commenter cet article