VIOLENCE, SEXE, ARGENT, POUVOIR

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Par Philippe Landrevie  Message publié sur le TOpchrétien  le 15-09-11

        Ces 4 éléments ont de tout temps dominé le monde, et c'est le cas aujourd'hui. L'être humain sans Dieu est facilement pris dans leurs griffes. Malheureusement, il arrive à des croyants de se faire piéger et de vivre sous leur domination. Les frères de Joseph en sont une illustration. Heureusement, au travers de circonstances suscitées et conduites par le Seigneur, ils ont profondément changé. Le but pour le disciple est de repérer ces failles. S'il est tombé sous leur emprise, il est impératif de s'en libérer.
1) LA VIOLENCE. Genèse 34 : 1-31; 37 : 18.
Avant de relater les rapports tendus et conflictuels entre Joseph et ses frères, la bible mentionne un épisode accablant pour Siméon et Lévi. Leur sœur Dina ayant été déshonorée par Sichem, ils ont élaboré un odieux complot afin d'humilier ce-dernier et ses compatriotes. Jacob les a alors réprimandés. Genèse 24 : 30. Ils ont légitimé leur violence en s'octroyant le droit de faire justice en punissant les coupables. Genèse 34 : 31. Ce passage met en lumière le dicton suivant : "La fin justifie les moyens".

Aujourd'hui, les multiples faits divers révèlent une poussée de la violence dans les nations.
De nombreux conflits armés ensanglantent des soldats et des civils. On constate également que la société est de plus en plus gangrénée par la violence: dans les établissements scolaires, dans les cités sensibles, dans les entreprises, dans les familles. L'agressivité fait dorénavant partie des modes de communication dans les relations humaines.

Il est absolument indispensable que l'Eglise se préserve de ce fléau.
Les faits de violence physique commis par des chrétiens sont heureusement exceptionnels. Néanmoins, une autre forme de brutalité peut se manifester: la virulence verbale.
Le véritable disciple de Jésus veille sur ses lèvres et sur sa façon de s'exprimer.
En effet, il est possible de blesser, de meurtrir ou de détruire une personne avec des propos malveillants. Psaume 57:5; Jérémie 18 : 18; Jacques 3 : 1-12.
Même en colère ou en désaccord, l'enfant de Dieu est tenu de maîtriser sa langue. Psaume 39 : 2; Proverbes 17 : 28.
Il est plutôt destiné à être un instrument de bénédiction grâce à ses propos. Proverbes 10 : 20; 12 : 18; 16 : 24; Ephésiens 4 : 29.


2) LE SEXE.
Ruben, le fils aîné de Jacob, n'a pas commis les mêmes méfaits que Siméon et Lévi.
Son problème était un manque de maîtrise au niveau de ses penchants sexuels. Genèse 35 : 22. Juda son frère a emprunté un chemin similaire. Genèse 38 : 1-30.
De nos jours, l'actualité met en lumière des affaires de mœurs extrêmement graves.
Il s'agit de déviations par rapport aux desseins bienveillants du Créateur qui a désiré la pureté, l'harmonie et l'épanouissement sexuels dans le cadre exclusif du mariage. Genèse 2 : 24; 4 : 1.

Une mention importante est à noter concernant Juda: il s'est éloigné de ses frères. Genèse 38 : 1. Plus tard, il a commis des actes peu glorieux. Ainsi, lorsqu'un croyant instaure une certaine distance humaine et spirituelle avec ses frères et sœurs et avec l'église, il court le risque d'être fragilisé et devient une proie plus facile pour le péché. Une partie de la force du chrétien réside dans sa présence au milieu de la communion fraternelle.

Une brebis dans le troupeau est moins accessible à son ennemi qu'une autre isolée.

Les croyants peuvent tomber dans ce genre de péché grossier.
Samson a expérimenté la force divine mais s'est laissé emporter par son attirance pour les femmes. Juges 14 : 1-3; 16 : 1; 16 : 4.
David a gâché et noirci sa royauté à cause d'un manque de vigilance et d'une faiblesse sentimentale. 2 Samuel 11 : 1-5.
Les Ecritures relatent des anomalies graves dans l'assemblée de Corinthe. 1 Corinthiens 5 : 1.
Aujourd'hui, la sensualité et les images à caractère sexuel sont omniprésentes et inondent notre société. Les films saints sont de moins en moins nombreux. Le disciple est responsable de veiller à ce qu'il consulte sur internet ou sur la TNT. Il doit se rappeler qu'il est séparé de la souillure du monde et qu'il est tenu de s'en préserver. 2 Corinthiens 6 : 17; Jacques 1 : 27; Hébreux 13 : 4.


3) L'ARGENT.
Les frères de Joseph l'ont vendu. Genèse 37 : 28. L'argent suscite cupidité, avarice, mensonge, tromperie, corruption. Les hommes sont capables des pires actes pour s'enrichir.
Guéhazi s'est laissé piéger. 2 Rois 5 : 20-27. Il était pourtant serviteur d'Elisée. Il connaissait l'Eternel. Il était au contact du divin. Un croyant peut être présent dans le contexte de l'église et engagé dans l'œuvre de Dieu. Mais s'il ne veille pas sur son cœur, il peut malheureusement être happé par l'amour de l'argent. Proverbes 1 : 19; Ecclésiaste 5 : 12; 1 Timothée 6 : 10.
Il convient de préciser que lorsque les croyants sensés honorer le Seigneur avec leurs biens sont avares et infidèles dans leurs offrandes, ils sont coupables de voler et de tromper Dieu. Malachie 3 : 8.


4) LE POUVOIR.
Les frères de Joseph ont exercé leur domination sur lui car ils avaient l'avantage de l'âge.
Ainsi, il a été incapable de se soustraire à leur emprise. Ils ont décidé ce qu'il adviendrait de lui.
Il s'est trouvé totalement à leur merci. L'être humain a toujours cherché à dominer.
Pour cela, il utilise plusieurs méthodes: la force, la violence, l'argent, la menace, le chantage, la peur, la culpabilité…

L'apôtre Jean a dénoncé le comportement de Diotrèphe. 3 Jean 9-10.
Il s'agissait d'un membre d'église qui cherchait à "être le premier", littéralement à "tout régenter", à "tout diriger".
Aussi incroyable que cela puisse paraître, des gens dans l'œuvre de Dieu dominent plus ou moins consciemment et exercent une influence excessive sur les autres.
Les croyants avec un fort tempérament sont plus facilement enclins à ce risque.

Ce que les frères de Joseph ont manifesté ne doit pas se produire dans l'Eglise.
En effet, aucun chrétien n'a le droit de dominer en décidant pour un autre ou en le contraignant à effectuer un choix. Ainsi, une certaine sagesse accompagnée de retenue est indispensable dans les relations fraternelles. Il est normal de communiquer des conseils bienveillants, mais sans dépasser une certaine limite. Chacun doit conserver sa liberté pour orienter sa vie.

Seul Jésus est invité à être le Seigneur et le Maître d'un individu.

Ainsi, le fait d'avoir un ministère en vue, d'exercer une saine influence humaine et spirituelle dans l'assemblée, d'avoir un réel charisme, d'être reconnu comme étant une référence ne donne pas le droit de dominer et de manifester une pression sur l'entourage.
Même Jésus ne S'est pas permis d'agir de la sorte. Il a toujours respecté et placé Ses interlocuteurs en face de leurs responsabilités. Jean 6 : 66-67.


5) LE CHANGEMENT DES FRERES DE JOSEPH.
Toutes ces dérives et ces anomalies comportementales se sont déroulées dans la famille de Jacob. Pourtant, ses enfants ont entendu parler de l'Eternel. Ils ont été élevés selon la nécessité de craindre le Seigneur. Ils étaient informés de l'éthique, des valeurs humaines et de la foi de leur arrière grand-père Abraham, de leur grand-père Isaac et de leur père Jacob. Même si ce-dernier n'a pas toujours été un modèle de moralité, il a prouvé avoir changé après sa rencontre avec le Seigneur. Genèse 32 : 24-32.

Les frères de Joseph représentent ceux qui évoluent dans une famille dans laquelle la foi est présente. Ils symbolisent également ceux qui fréquentent une église ou les croyants membres d'une assemblée. Ils bénéficient d'un cadre spirituel propice. Ils sont privilégiés. Cependant, malgré la présence réelle de ces avantages, il peut y avoir des anomalies dans une famille chrétienne comme dans une communauté.
C'est hélas le cas lorsque la violence, le sexe, l'argent ou le pouvoir viennent corrompre et détruire l'œuvre de Dieu.
Heureusement, il est toujours possible d'évoluer et de changer avec la grâce divine.
Les frères de Joseph ont vécu cette réalité.
Ils ont donc vendu leur jeune frère à des marchands qui se dirigeaient vers l'Egypte. Genèse 37 : 28. Bien des années se sont ensuite écoulées. Durant cette période, beaucoup de choses ont changé. Ceux qui se sont élevés ont été abaissés. Celui qui a été humilié a été élevé. Ezéchiel 21 : 31; Matthieu 23 : 12. Le Seigneur Se charge toujours de mettre chacun à sa place. Même si cette réalité ne se produit pas sur terre, elle arrive dans l'au-delà car la position éternelle de l'individu dépend de son passage terrestre. 2 Corinthiens 5 : 10. Plus de 20 ans plus tard, Dieu a conduit les circonstances pour favoriser une nouvelle rencontre entre Joseph et ses frères. Genèse 42 : 1-8.

Nous avons donc quitté les frères de Joseph avec leurs péchés et leurs mauvais penchants charnels.
La question est de savoir dans quel état humain et spirituel nous les retrouvons quelques chapitres plus loin. Ont-ils progressé ? Ont-ils évolué favorablement ? Leur caractère a-t-il changé ?

Quand nous sommes prisonniers des tendances de notre chair, il est indispensable d'avoir la vision d'en être délivrés. Le Seigneur est venu afin que nous passions du statut d'esclaves à celui d'hommes et de femmes libres. Jean 8 : 36; 2 Pierre 2 : 19.
En effet, la véritable liberté en Christ consiste à être dégagé de la domination du péché et de la mauvaise nature charnelle. Romains 6 : 7; 6 : 18.
Le disciple est capable alors de déployer la vie de Jésus. Galates 2 : 20.
Genèse 42 : 13  Les frères de Joseph ont dit la vérité les concernant alors que plusieurs années auparavant, ils ont caché à leur père leur attitude odieuse envers Joseph. Puis, ils ont fait un rapport exact à Jacob au sujet de leur court séjour en Egypte. Genèse 42 : 29-34.

Ils ont reconnu leur péché et confessé leur responsabilité et leur culpabilité. Genèse 42 : 21.
Dans ce verset, un mot anodin a pourtant toute son importance : "oui".
Devant le Seigneur, il convient d'affirmer : "Oui, j'ai péché; oui, j'ai mal parlé ou mal agi; oui, je suis coupable de mes travers".
Ils n'ont même pas cherché de circonstances atténuantes. Ils n'ont pas souligné qu'à l'époque, Joseph les avait irrités et agacés en leur racontant ses songes sans aucune sagesse.

Ruben a déclaré à son père qu'il sacrifierait ses 2 fils s'il revenait d'Egypte sans Benjamin retenu prisonnier. Cette proclamation parait totalement insensée, mais elle traduit un état d'esprit renouvelé chez l'aîné. Il était disposé à renoncer à ce qu'il avait de plus précieux. Enfin, lors de son élocution devant Joseph, Juda a pris la décision de prendre la place de Benjamin afin que le plus jeune de la famille revienne en Canaan et retrouve son père. Genèse 44 : 18-44.
Il était déterminé à rester comme esclave en Egypte. Il était prêt à se sacrifier.
Lui aussi a démontré avoir profondément et véritablement changé.
Il représente Jésus qui a pris la place de tous les humains à la croix. D'ailleurs, le Fils de Dieu est un descendant de Juda Son ancêtre.

Ainsi, comme les frères de Joseph, il est précieux de se laisser métamorphoser par le Seigneur.

Qu'aujourd'hui, nous soyons meilleurs qu'il y a 20 ans et que dans 20 ans, nous soyons davantage à la ressemblance de Christ !

 

 

Commenter cet article