Tu adoreras le Seigneur ton Dieu.

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Tu adoreras le Seigneur ton Dieu.

Adorer signifie : se prosterner devant…, Non pas simplement sur le plan physique, mental, mais surtout dans notre cœur. Aimer d'un amour ou  d'une affection passionnée, rendre un culte à Dieu en Esprit et en vérité.

Dès la Genèse, la Bible nous en donne un exemple avec deux types d’adorateurs, deux frères qui se nomment : Caïn et Abel

La Bible nous présente Caïn comme un homme qui adore l'Eternel selon ses principes, à sa manière : c'est-à-dire en offrant quelques légumes quand cela lui fait plaisir. Il ne recherche pas  la volonté de l'Eternel et encore moins la manière dont il veut être adoré. Les conséquences sont les suivantes : l'Eternel rejette son adoration.

Caïn est un homme charnel, son adoration est également charnelle. Il ignore le péché et ses conséquences dans sa vie.

Abel, son frère, est un homme spirituel. Il craint l'éternel. Son adoration reflète l'état de son cœur. Elle est comme un parfum agréable qui monte vers l'Eternel. Abel offrait, en holocauste, les premiers-nés des agneaux de son troupeau de brebis. De ce fait, quand il se présentait devant l'Eternel le sang de ses agneaux les précédait.

Hébreux 11-4 : C’est par la foi qu’Abel offrit à Dieu un sacrifice plus excellent que celui de Caïn ; c’est par elle qu’il fut déclaré juste, Dieu approuvant ses offrandes ; et c’est par elle qu’il parle encore, quoique mort.

Par contre Caïn voulait passer outre les principes divins. Il était animé par un esprit d'orphelin. Dans son cœur l'irritation, la haine, la colère contre  l’Eternel et contre son frère, la propre justice, le désir de vengeance, le non pardon, la jalousie  vont l'entraîner dans le meurtre de son frère.

Genèse 4-8 : Cependant, Caïn adressa la parole à son frère Abel ; mais, comme ils étaient dans les champs, Caïn se jeta sur son frère Abel, et le tua.

 Pourtant Dieu l'avait prévenu pour inviter à changer d'attitude et l’inciter à lutter contre son péché.

Genèse 4-7 : Certainement, si tu agis bien, tu relèveras ton visage, et si tu agis mal, le péché se couche à la porte, et ses désirs se portent vers toi : mais toi, domine sur lui.

Ce genre de chrétien, comme Caïn, ne connait pas la communion fraternelle, ni l’œuvre de la sanctification.

 Et ne pas ressembler à Caïn, qui était du malin, et qui tua son frère. Et pourquoi le tua–t–il ? Parce que ses œuvres étaient mauvaises, et que celles de son frère étaient justes.

                                                                                                                           Hébreux 11 : 4

La Bible nous que nous sommes menteurs si nous disons que nous aimons Dieu et nous haïssons notre frère.

Celui qui prétend être dans la lumière, et qui hait son frère, est encore dans les ténèbres.

Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres, il marche dans les ténèbres, et il ne sait où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux.

                                                                                                                          1 Jean 2- 9 et 11

Dieu nous demande des comptes sur notre comportement avec nos proches, tout comme il l’a fait avec Caïn qui venait de tuer son frère.

L’Eternel dit à Caïn : Où est ton frère Abel ? Il répondit : Je ne sais pas ; suis–je le gardien de mon frère ?

Et Dieu dit : Qu’as–tu fait ? La voix du sang de ton frère crie de la terre jusqu’à moi.

Maintenant, tu seras maudit de la terre qui a ouvert sa bouche pour recevoir de ta main le sang de ton frère.

                                                                                                                         Genèse 4 : 9 à 11

Le meurtre ne se manifeste pas toujours d'une manière aussi brutale. La Bible précise que nous tuons avec notre langue quand professons des paroles de mort, de malédiction, des paroles de condamnation, de violence, de colère, de haine envers une ou plusieurs personnes, ou quand nous prononçons les paroles de contrôle, de domination.

Aujourd'hui, quand nous nous tenons dans l'attitude d'Abel le sang de Jésus : l'Agneau de Dieu, Jésus nous précède devant le Père.

 

Maintenant posons nous la question : suis-je dans l'attitude d'Abel, avec le cœur d'Abel, c'est-à-dire que le sang de Jésus de précède dans mon adoration ?

 Si oui nous mon adoration mon adoration monte vers le Père et sera agréé.

Ou suis-je dans l'attitude de cœur de Caïn avec la haine, la jalousie contre mon frère, la vengeance, prononçant des paroles de mort ayant perdu tout contrôle dans mes paroles ?

Si oui le sang de Jésus ne m’ouvre pas le chemin vers le Père. Dans ce cas mon adoration, tout comme celle de Caïn ne reçoit pas un accueil favorable de la part du Père. Tout comme celle de Caïn il  ne peut pas l'accueillir.

 

Vraiment posons-nous la question : suis-je comme Abel ou comme Caïn ?

 

Si, honnêtement, je me reconnais dans l'attitude de cœur de Caïn, le Père ne me condamne pas. Mais il m’invite avec insistance à me repentir et à dominer sur les ténèbres qui m'animent. Le Père veut faire grâce à celui ou celle qui se reconnaît pécheurs. Il est nécessaire de se présenter devant lui avec un cœur contrit, brisé et non avec un cœur dur, orgueilleux. Ce chrétien ne se tiendra pas dans le repos de Dieu, ni dans son kaïros. Il risque de rester dans le chronos toute sa vie, à moins qu’il ne se repente.

Lors de la construction du tabernacle, l'Eternel donne à Moïse les instructions pour sa construction du tabernacle, que nous pouvons appliquer avec l'adoration.

Le tabernacle ou la tente d'assignation était composée de trois parties : le parvis, c'est-à-dire la partie extérieure, ensuite nous trouvons à l'intérieur le lieu saint et le lieu très saint où se tenait la présence de Dieu. Ces trois parties symbolisent notre être. Le parvis représente notre corps, le lieu saint notre âme et le lieu très saint notre esprit.

Dans les principes que l’Eternel à donné à Moïse, lors de la construction du tabernacle, certains peuvent-être appliqués à l’adoration.

L’accès de ces trois parties du tabernacle était réglementé.

Le peuple se tenait à l’entrée du parvis. L’accès du lieu saint était réservé aux sacrificateurs de service et dans le lieu très saint l’accès était autorisé une fois par an pour offrir le sang sur le propitiatoire, par le souverain sacrificateur de service. Nous savons que depuis le sacrifice de Jésus l’accès au lieu très saint est ouvert.

Ceci  signifie qu’un chrétien qui se situe dans la situation de Caïn, son adoration ne dépassera pas le parvis. Un chrétien charnel ou de l’âme, son adoration ne dépassera pas le lieu saint. Seule l’adoration des chrétiens conduits par l’esprit atteindra le lieu très saint, puisque Dieu demande d’être adoré en esprit et en vérité.

Notons toutefois que personne n’est obligé de rester dans la situation de Caïn.

 Jésus, qui avait entendu, dit : Ce ne sont pas les biens portants qui ont besoin de médecin, mais les malades.

Allez apprendre ce que signifie : Je veux la compassion et non le sacrifice ; car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs.

                                                                                                                 Matthieu 9 : 11 et 12

L’adoration ne peut pas être commandée, elle doit être exprimée librement, avec l’amour et la foi.

Chaque fois que  nous exprimons notre amour pour Dieu, nous adorons. Peu importe que nous soyons seul, en famille, ou assemblés avec d'autres croyants.

 Une femme samaritaine essaya un jour de discuter, avec Jésus, à ce propos du meilleur moment, du lieu, de la façon d'adorer. Jésus lui répondit que ces choses n'avaient aucune importance quant à l'adoration de Dieu. Ce qui est important, c'est le cœur. Le lieu d'adoration n'est pas aussi important que le comment et le pourquoi.

Jésus lui répondit :

Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.

Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande.

Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité.

                                                                                                                       Jean 4 :22 à 24

 Les vrais adorateurs adorent le Père en Esprit et en vérité, car ce sont ceux là que le Père recherche.

Cette femme, Samaritaine, nous montre bien qu’il a  en nous un désir, un besoin d’adorer, car c’est elle-même qui engage, avec jésus, la conversation sur ce sujet.

Retenons bien la réponse de Jésus : Nous nous adorons ce que nous connaissons, ou Jésus nous dit il vous adorez ce que vous ne connaissez pas ? A chacun d’entre nous Jésus pose la même question : Adorons-nous ce que nous connaissons ? C’est-à-dire le Père, ou un Dieu inconnu ?

L'adoration qui plait à Dieu est basée sur sa Parole. "Adorer…en vérité" nous devons adorer Dieu comme nous le révèle  pleinement  la Bible. Le faire différemment c’est exprimer une forme d’idolâtrie. La véritable adoration est fondée sur sa Parole. Elle est basée sur la vérité, non sur notre imagination. Plus nous connaissons la Bible, mieux nous comprendrons la vérité à propos de Dieu, en particulier Sa grâce. Cela nous passionnera pour l'adoration.

 

L'adoration qui plait à Dieu provient du cœur."Adorer en esprit" ceci ne se réfère pas au Saint-Esprit, mais à notre esprit. Faits à  l'image de Dieu, nous sommes des esprits, qui habitent des corps, et Dieu a créé notre esprit pour communiquer avec Lui. Adorer, c'est notre esprit faisant écho à l'Esprit de Dieu.

Jésus l'a exprimé autrement, " Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et de toute ton âme".

De toutes tes forces et de toutes tes pensées.

 

Publié dans Le coeur du Père

Commenter cet article