Souviens toi de ce que fit Amalek pendant que tu étais las et fatigué

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Deutéronome 25 : 17-18 Souviens toi de ce que fit Amalek pendant la route hors de votre patrie d’Egypte. Comment il te rencontra dans le chemin, et sans aucune crainte de Dieu, tomba sur toi par derrière, sur tous ceux qui trainent les derniers, pendant que tu étais las et épuisé toi-même.

Rappelons également Exode 17 : 16 Parce que la main a été levée sur le trône de l’Eternel, il y aura guerre de l’Eternel contre Amalek de génération en génération.

La bible nous dit que Rebecca était enceinte de jumeaux qui se heurtaient dans son sein : Jacob et Esaü. Ces deux jumeaux sont devenus deux nations, Jacob à donné naissance à Israël et Esaü à Edom. Les Amalécites avec leur roi Amalek sont des descendants d’un fils d’Esaü. Israël a choisi de marcher avec Dieu, les Amalécites sont contre Dieu. Le choix de ces deux peuples nous ramène au jardin d’Eden avec les deux arbres : L’arbre de la vie et l’arbre de la connaissance du bien et du mal, ainsi que la liberté que Dieu nous donne de choisir : soit de vivre avec lui (dans son royaume de lumière) ou sans lui (dans le royaume des ténèbres)

Israël représente le chrétien qui marche par l’Esprit, les Amalécites représentent tous les problèmes de la chair qui ne sont réglés dans nos vies de croyant. Souvenons nous que le peuple Amalécite, c’est le peuple qui dévore. De même, les problèmes de la chair, dans nos vies, non réglés vont dévorer, annuler les bénédictions de Dieu dans nos vies.

 Même si la chair a été clouée à la croix avec Jésus.  Elle ne s’avoue pas vaincue, elle cherche toujours à prendre  ou reprendre le commandement de nos vies pour entraver et même anéantir notre marche par l’Esprit. Nous sommes nés dans le royaume des ténèbres. Même, si aujourd’hui nous avons acceptés Jésus dans nos vies, nos âmes, ont besoin d’être vidées de tout ce qui appartient encore au royaume des ténèbres. Nous avons encore des semences dans nos vies, qui ont été plantées pendant que nous étions dans le royaume des ténèbres, et qui attendent le moment favorable pour entraver notre marche par l’Esprit.

Quatre siècles après cet épisode d’Exode 17 où Dieu a permis à Israël avec Moïse de gagner une bataille, Dieu choisit le roi Saül pour exterminer les Amalécites de la surface de la terre. Saül échoue dans ce combat et c’est un Amalécite qui lui enlève la vie. Soit nous détruisons la chair en la mettons à mort ou c’est elle qui nous mène à la mort, non seulement physique, mais également à la mort spirituelle c'est-à-dire éternelle.

 Dieu tient sa promesse : faire disparaitre les Amalécites ou les œuvres de la chair. Cette fois ci il choisi une femme, une esclave en captivité, Hadassa qui va devenir la reine Esther, dans un pays étranger. Disons tout de suite que la reine Esther symbolise ou est une image de l’Eglise ou l’Epouse de Christ.

Ceci se passe quatre siècles plus tard après l’échec de Saül. Dans l’histoire d’Israël nous arrivons au temps du règne du roi Jéchonias ou Yekonia selon les traductions. Il était roi de Judas. Il était fils de Josias qui avait été un excellent roi. La bible nous précise qu’il fit ce qui est droit aux yeux de l’Eternel. Par contre son fils Yekonia fit ce qui est mal aux yeux de l’Eternel. C’est pourquoi Dieu permit au roi Nébucanestsar, roi de Babylone, de faire la guerre contre Israël et d’emmener captif une partie de la population et ainsi que le roi qui va mourir en déportation.

 2 rois 24 : 12-16 : Alors Jojakim, roi de Juda, se rendit auprès du roi de Babylone, avec sa mère, ses serviteurs, ses chefs et ses eunuques. Et le roi de Babylone le fit prisonnier, la huitième année de son règne.

 Il emmena en captivité tout Jérusalem, tous les chefs et tous les hommes vaillants, au nombre de dix mille exilés, avec tous les charpentiers et les serruriers : il ne resta que le peuple pauvre du pays. Il transporta Jojakim à Babylone ; et il emmena captifs de Jérusalem à Babylone la mère du roi, les femmes du roi et ses eunuques, et les grands du pays, tous les guerriers au nombre de sept mille, et les charpentiers et les serruriers au nombre de mille, tous hommes vaillants et propres à la guerre. Le roi de Babylone les emmena captifs à Babylone.

 Josias représente le chrétien qui marche par l'Esprit, le chrétien qui craint Dieu. Il prend plaisir dans ses commandements. Son fils Jojakim nous montre le chrétien qui est resté attaché aux principes du monde, à la mentalité du monde, de ce fait la bible nous le montre comme un adultère spirituel. C'est pourquoi le diable conserve une emprise dans sa vie. Ce qui lui vaut de vivre dans la malédiction, l'échec. Dieu permet que l'ennemi l’emmène en captivité lui et les siens.

Parmi ces déportés se trouvent une toute jeune fille Hadassa qui va devenir la reine Esther et son oncle Mardochée. Hadassa et Mardochée appartiennent à la tribu de Benjamin (rappelons que ce nom signifie fils de ma droite) c’est la même tribu d’où était issu le roi Saül. La tribu que Dieu avait choisie pour détruire Amalek, ce peuple qui cherchait à détruire Israël.

 Comme nous avons dit précédemment Amalek symbolise la chair dans nos vies qui s’oppose à la vie de l’esprit.

Esther 2 : 5-7 : Il y avait dans Suse, la capitale, un Juif nommé Mardochée, fils de Jaïr, fils de Schimeï, fils de Kis, homme de Benjamin, qui avait été emmené de Jérusalem parmi les captifs déportés avec Jéchonias, roi de Juda, par Nébucanestsar, roi de Babylone.

 Il élevait Hadassa, qui est Esther, fille de son oncle ; car elle n’avait ni père ni mère. La jeune fille était belle de taille et belle de figure. A la mort de son père et de sa mère, Mardochée l’avait adoptée pour fille.

 Le verset 5 nous précise que Mardochée est descendant de Jaïr, lui-même descendant de Schmée, lui-même fils de Kis, homme de Benjamin. Souvenons nous que Kis est le père du roi Saül, en fait Mardochée est descendant d’un frère du roi Saül, ils sont cousins éloignés, cela nous montre que Dieu conserve son cap : détruire Amalek par la tribu de Benjamin ou fils de sa droite. Ce terme fils de la droite symbolise et annonce Jésus et son œuvre sur la croix, détruire les œuvres de la chair ou du péché ou du royaume des ténèbres qui s’élèvent contre le royaume de Dieu.

 Mardochée dont le nom signifie : petit homme, adopte Hadassa comme sa fille. Dieu donne un père aux orphelins. Mardochée a été choisi par Dieu dans son rôle de père. Mardochée représente le papa qui se tient près du cœur du Père afin d'apporter à ses enfants le meilleur pour leur vie. En se tenant près du cœur du Père ou de Dieu il reçoit les confidences, les révélations, les secrets du Père. Nous en avons l'exemple avec Mardochée qui se tient à la porte du roi, découvre que la vie du roi est en danger. Cela lui permet d'avertir la reine Esther et le complot échoue. Cela nous parle de tous les complots de destruction que le monde, les esprits de ténèbres, prépare contre nos vies, nôtre progression spirituelle, notre maturité, ou notre identité, notre destinée éternelle.

Psaume 25 -- 12 à 14 : quel est l'homme qui craint l'Eternel ? L’Eternel lui montre la voie qui doit choisir. Son âme reposera dans bonheur, et sa postérité possédera le pays. L’amitié de l'Eternel est pour ceux qui le craignent, et son alliance leur donne instructions ou révélation, sagesse.

Mardochée aura un impact important dans la vie d’Hadassa. Elle l’écoute dans ses conseils, même devenue reine. Car n’oublions pas  qu’une véritable autorité reconnaît une autre autorité.

 Hadassa signifie Myrte, qui produit un fruit très parfumé et employé pour parfumer les palais. Cela annonce la destinée de Hadassa (Esther) comme reine. Elle va apporter son parfum de vie dans ce palais ennemi.

L’arbre du myrte symbolise également la justice.

 A cette époque règne à Suze (aujourd’hui en Iran) dans le royaume perse, le roi Assuérus dont l’épouse se nomme Vasthi. Assuérus la répudie à cause d’une désobéissance. Les proches du roi lui conseillent de choisir une nouvelle épouse parmi un grand  nombre de jeune fille qui lui sont présentées. Hadassa est dans ce lot et c’est elle qui est choisie par le roi ennemi comme nouvelle épouse. Elle suit les conseils de Mardochée. Elle cache son origine juive et se présente avec un prénom perse : Esther ou Etoile.

 A partir de ce moment Mardochée se tient assis à la porte du roi, pour savoir ce que devient Esther et la conseiller. Mardochée sauve la vie au roi,

Esther 2 : 21-23 : Dans ce même temps, comme Mardochée était assis à la porte du roi, Bigthan et Théresch, deux eunuques du roi, gardes du seuil, cédèrent à un mouvement d’irritation et voulurent porter la main sur le roi Assuérus.

 Mardochée eut connaissance de la chose et en informa la reine Esther, qui la redit au roi de la part de Mardochée.

 Le fait ayant été vérifié et trouvé exact, les deux eunuques furent pendus à un bois. Et cela fut écrit dans le livre des Chroniques en présence du roi.

A cette même époque le roi Assuérus fit monter au pouvoir Haman l’aguaguite, Esther 3 : 1-6 : Après ces choses, le roi Assuérus fit monter au pouvoir Haman, fils d’Hammedatha, l’Aguaguite ; il l’éleva en dignité et plaça son siège au–dessus de ceux de tous les chefs qui étaient auprès de lui.

Tous les serviteurs du roi, qui se tenaient à la porte du roi, fléchissaient le genou et se prosternaient devant Haman, car tel était l’ordre du roi à son égard. Mais Mardochée ne fléchissait point le genou et ne se prosternait point.

 Et les serviteurs du roi, qui se tenaient à la porte du roi, dirent à Mardochée : Pourquoi transgresses tu l’ordre du roi ?

 Comme ils le lui répétaient chaque jour et qu’il ne les écoutait pas, ils en informèrent Haman, pour voir si Mardochée persisterait dans sa résolution ; car il leur avait dit qu’il était Juif.

 Et Haman vit que Mardochée ne fléchissait point le genou et ne se prosternait point devant lui. Il fut rempli de fureur ; mais il dédaigna de porter la main sur Mardochée seul, car on lui avait dit de quel peuple était Mardochée, et il voulut détruire le peuple de Mardochée, tous les Juifs qui se trouvaient dans tout le royaume d’Assuérus.

Qui est Haman l’aguaguite ? Un descendant du roi Agag, roi des Amalécites que Dieu avait demandé à Saül de détruire. A nouveau nous nous retrouvons devant ce conflit entre les descendants de Jacob et d’Esaü qui se heurtent dès le sein de Rebecca, leur maman. Nous l’avons déjà dit cela symbolise la lutte entre la chair qui combat l’esprit. Haman poursuit le principe de destruction de son aïeul Agag, c’est le même esprit de destruction.

Haman demande au roi Assuérus de faire périr le peuple juif. Le roi Assuérus édite un décret d’extermination contre une somme d’argent importante qu’Haman verse dans le trésor du roi : dix mille talents d’argent soit 500000 kilos d’argent environ.

Esther 3 : 8-15 : Alors Haman dit au roi Assuérus : Il y a dans toutes les provinces de ton royaume un peuple dispersé et à part parmi les peuples, ayant des lois différentes de celles de tous les peuples et n’observant point les lois du roi. Il n’est pas dans l’intérêt du roi de le laisser en repos.

Si le roi le trouve bon, qu’on écrive l’ordre de les faire périr ; et je pèserai dix mille talents d’argent entre les mains des fonctionnaires, pour qu’on les porte dans le trésor du roi.

 Le roi ôta son anneau de la main, et le remit à Haman, fils d’Hammedatha, l’Aguaguite, ennemi des Juifs.

 Et le roi dit à Haman : L’argent t’est donné, et ce peuple aussi ; fais en ce que tu voudras.

 Les secrétaires du roi furent appelés le troisième jour du premier mois, et l’on écrivit, suivant tout ce qui fut ordonné par Haman, aux satrapes du roi, aux gouverneurs de chaque province et aux chefs de chaque peuple, à chaque province selon son écriture et à chaque peuple selon sa langue. Ce fut au nom du roi Assuérus que l’on écrivit, et on scella avec l’anneau du roi.

 Les lettres furent envoyées par les courriers dans toutes les provinces du roi, pour qu’on détruise, qu’on tue et qu’on fasse périr tous les Juifs, jeunes et vieux, petits enfants et femmes, en un seul jour, le treizième du douzième mois, qui est le mois d’Adar, et pour que leurs biens soient livrés au pillage.

 Ces lettres renfermaient une copie de l’édit qui devait être publié dans chaque province, et invitaient tous les peuples à se tenir prêts pour ce jour là.

 Les courriers partirent en toute hâte, d’après l’ordre du roi. L’édit fut aussi publié dans Suse, la capitale ; et tandis que le roi et Haman étaient à boire, la ville de Suse était dans la consternation.

Mardochée qui se tient toujours à la porte du roi apprend tout ce qui se passe prévient le reine Esther de ce complot et de cette extermination. Il demande à Esther d’intervenir auprès du roi, elle risque la mort.  A suivre

Publié dans Le coeur du Père

Commenter cet article