Si quelqu'un est en Christ il est une nouvelle création

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

2 Corinthiens 5 -- 17 : Si quelqu'un est en Christ il est une nouvelle création. Les choses anciennes sont passées, voici toute chose sont devenues nouvelles. Certes nous aurons à combattre pour vivre dans cette nouvelle nature, dans cette nouvelle identité, avec ce nouveau nom. Il nous faudra apprendre à distinguer entre la position de juste ou de saint et la sanctification qui durera toute au long de notre vie.

L’âme d’Adam et d'Eve se sont ouverte au monde occulte lors de la chute. De même notre âme, lors de la nouvelle naissance, a besoin de s'ouvrir à la vie de l'Esprit et de se soumettre à l'Esprit. Elle a besoin d'être renouvelée par la parole de Dieu. L’âme d’Adam et Ève ont reçu la marque de l'empreinte du diable, la nôtre en porte les conséquences et les séquelles. Maintenant elle a besoin de recevoir l'empreinte de Dieu.

Jésus n'a pas échappé à ce combat de l'identité. Cela s'est passé 40 jours après son baptême c'est-à-dire après ce jour où le ciel c’est ouvert sur sa vie et que le Père lui à  fait entendre sa voix par ces paroles : Celui ci est mon Fils bien-aimé en qui j'ai mis toute mon affection. 40 jours plus tard le diable est venu tenter Jésus sur son identité.

Matthieu 4-3: nous dit : le tentateur, s'étant approché, lui dit : Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. Jésus lui répondit, il est écrit : l'homme ne vivra pas de pain seulement mais de toutes paroles qui sort de la bouche de Dieu.

Matthieu 4 -- 5 et 6 : le diable le transporta dans la ville sainte, le plaça sur le haut du temple, il lui dit si tu es Fils de Dieu chaque jette toi en bas, car il est écrit : il donnera dés ordres à ses anges, a-t-on sujet.

Nous aussi nous aurons des tentations, nous en sortirons vainqueur si nous connaissons notre identité de fils et de filles de Dieu. Nous nous dégagerons du joug du diable, du joug pesant, de la mort. Pour cela nous avons besoin de renouveler nos pensées par la Parole de Dieu. Si nous connaissons notre identité, nous commettrons encore des erreurs mais nous ne serons plus obligés de pécher ou de pratiquer de mauvaises choses malgré nous.

1 Jean : 9 : Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu (ou la nouvelle nature) demeure en lui, et il ne peut pécher, parce qu'il est né de Dieu. Ceci signifie que nous ne pratiquerons plus le péché volontairement. Le péché, dont Jésus a crucifié la puissance dans son corps, s'éloignera de nous. Cela ne veut pas dire que nous échapperons à la tentation, non Jésus n'est pas passé à côté. Il nous faudra du temps pour devenir mature. Pour cela nous avons besoin de comprendre la proposition de Jésus concernant son invitation à prendre son joug doux et léger.

Regardons comment fonctionne, dans le naturel, un attelage de deux bœufs assemblés par un joug, pour accomplir un ouvrage. Presque toujours, il en est un qui est plus fort que l'autre, plus obéissant, plus docile. Celui-ci est capable de faire demi-tour au bout du champ sans la parole de son maître. C'est lui le dominant, il impose le rythme de la marche à son compagnon de travail ou de labour. C'est celui qui va être placé au fond de la raie façonnée par la charrue, ou le fond du sillon ouvert par la charrue, et qui sera fermée lors du prochain passage.

Le deuxième bœuf marche à sa gauche sur la terre en ont labouré. Il est donc que surélevé par la province compagnon. Celui qui est au fond du sillon reçoit et porte tout le poids du joug. C'est la place que va prendre Jésus si nous acceptons l'invitation de Jésus : « Prenez mon joug ou recevez mes instructions » le joug de Jésus se reçoit dans le cœur. La marche avec Jésus, sous le joug, c'est un parcours  de chaque jour, un cœur à cœur. Son joug c'est le joug de l'amour. Et ses instructions sont les suivantes : Tu aimeras la Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toutes forces, et de toutes tes pensées et ton prochain comme toi-même.

Son joug est léger car il a brisé celui de l'adversité, le joug de la mort, de la souffrance. À la croix, Jésus a désarmé l'auteur de ce joug. Par son joug, Jésus nous rend participants de la nature divine, alors que nous avons été participants à la nature des enfants de colère, de ténèbres, des fils de la rébellion.

Sous son joug Jésus nous dit que nous trouverons le repos, car c'est le joug  de l'échange divin de la croix.

Repos signifie rendre tranquille, déposer à terre les fardeaux, avoir un espace ouvert, avoir le ciel ouvert, s'établir, apaiser, montrer de la quiétude, pacifier.

Permettre a quelqu'un de cesser toute activité dans le but de  reprendre des forces, rester tranquille dans une attente calme et patiente. Donner du repos pour nos âmes.

Le repos est un don. C'est Jésus qui le donne. Ce don est en tout premier lieu un repos pour l'âme. Le repos vient de l'intérieur vers l'extérieur, et non vice versa. Si je veux un corps en repos mon âme doit être en repos, plus particulièrement dans mes pensées.

La voie du repos est un processus d'apprentissage : nous devons consacrer du temps pour recevoir nos instructions de Christ. Jésus a vécu cette vie de repos à laquelle il nous appelle. Donc, Il veut nous enseigner à nous reposer en lui, à condition de prendre du temps avec lui et de l'écouter.

Le Psaume 91 --1 : déclare : celui qui demeure sous l'abri du Très- Haut, repose à l'abri du Tout-Puissant. Le Psaume 21 le dit ainsi: Il me fait reposer dans de verts pâturages, il me dirige vers les eaux paisibles. Il restaure mon âme.

2 Corinthiens 6-14 : ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l'iniquité ? Ou qui y a-t-il entre la lumière et les ténèbres ? Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial, ou quelle part a le fidèle avec l'infidèle ?

S je connais mon identité en Christ, je ne croirai plus que je suis en partie lumière et en partie ténèbres, en partie saint et en partie pécheur,  en partie enfants de colère et en partie participant à la nature divine, en partie dans le royaume des ténèbres et en partie dans le royaume du Fils bien-aimé,  je ne vivrai plus dans la confusion,  je ne serai plus divisé, balloté, je ne vivrai pus d'une manière médiocre ou peu de choses me distingue des non-chrétiens. Sans la connaissance de mon identité, e pourrai peut-être confesser ma tendance au péché et m'efforcer de faire mieux, mais je vivrai continuellement dans la défaite parce que je me percevrai comme un pécheur sauvé par grâce, qui essaie de tenir le coup jusqu'à l'enlèvement.

Satan sait qu'il ne peut rien faire contre ce que je suis réellement mais s'il peut me faire croire que je ne suis pas différent de l'homme naturel, il le fera, et alors je n'agirai pas différemment.

Apprenons à bien distinguer la différence entre la justification et la sanctification. Si je me considère comme un pécheur gracié, cela influera sur mon comportement, mes actes ma mentalité et mes choix de vies. Cela signifie que je reste avec ma nature adamique, crucifiée selon la bible. Cette nature va me maintenir dans la position, peu glorieuse, de pécheur et je vais continuer de pécher. Certes j’aurai le pardon, mais je ne vivrais pas dans la position que Jésus m’a acquise à la croix : Saint ou juste.

La bible nous dit que nous sommes des sauvés par grâce et non des pécheurs graciés.

 Ephésiens 2-4 : mais Dieu, qui est riche en miséricorde, et à cause du grand amour, il nous a aimé, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendu vivant avec Christ et c'est par grâce que vous êtes sauvées. Il nous a ressuscités ensemble, et il nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes en Jésus-Christ. Afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce de  sa bonté envers nous en Jésus-Christ. Car c'est par la grâce  que vous êtes sauvées, par le moyen de la foi. Oui  cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.

Dans ce passage, par deux fois la Bible emploi le terme « sauvé par grâce ».  Ce qui signifie également justifier ou rendre  juste.

Sauvé signifie :

-sauver, être sauvé, être guéri ;

 Sauver, garder sain et sauf, délivrer du danger ou de la destruction, ou quelqu’un (d’un préjudice ou d’un péril)

Sauver du péril quelqu’un qui souffre, c.à.d. qui souffre de maladie, le guérir, lui redonner la santé, préserver de la destruction

Sauver dans le sens technique biblique

Délivrer des peines du jugement Messianique, sauver des maux qui font obstacle à la délivrance par le Messie.

 Ephésiens 5-8 et : autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de Lumière ! Car le fruit de la lumière consiste en toutes sortes de bonté, de justice, et de vérité.

Un pécheur gracié ne pourra jamais produire des œuvres de lumière puisqu'il vit toujours dans une nature de ténèbres. Pour produire des œuvres de lumière, il faut être soi-même lumière, c'est-à-dire avoir reçu et vivre dans la nouvelle nature que Jésus nous a acquise à la croix: Sa nature de ressuscité ou de nouvelle création.

2 Pierre 1-4 : celle-ci nous assure de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elle vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise. Par ces paroles l'apôtre Pierre nous confirme que nous sommes appelés à participer à la nature divine, c'est-à-dire la même nature que Jésus ou le Père, et non à rester ou demeurer dans la nature adamique ou pécheresse.

Pierre nous donne les conditions à suivre pour participer à la nature divine. 2 Pierre 1 –5 : à cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la connaissance, à la connaissance la maîtrise de soi, à la maîtrise de soi la patience, à la patience  la piété, à la piété l’amitié fraternelle, à l’amitié fraternelle l’amour. Car si ces choses sont en vous, et si elles le sont en abondance, elles ne vous laisseront pas oisifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Jésus-Christ.

Définissons ce que signifie vertu : la vertu désigne une force morale, la force de caractère, elle nous parle de mener une vie honnête. La vertu c’est une façon vertueuse de penser, d’agir, de marcher dans une excellence morale, de se tenir dans l’humilité, la pureté.

Toi qui viens de lire ce message, saches que tu es aimé par ce Dieu créateur du ciel et de la terre. IL te cherche, il attend que tu te laisses rencontrer avec lui. Car il a une destinée pour toi, un plan de bonheur, il désire que tu le connaisses pour te manifester son amour et que tu deviennes membre de sa famille. Il te donne et t'ouvre le chemin qui accède directement à son cœur. Ce chemin se nomme Jésus, qui a dit : Je suis le chemin, la vérité, la vie, nul ne vient au Père que par moi. Jean 14-6.

Jésus te dit: Voici je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. Apocalypse 3-20. Oui Jésus frappe à la porte de ton cœur, il attend que tu lui dises de rentrer. C'est très simple, car Dieu est simple. Il suffit de lui adresser cette prière bien simplement mais bien sincèrement:

Seigneur Jésus je te remercie de ton amour et de ce que tu es venu dan le monde mourir pour moi. Je reconnais que j'ai dirigé ma vie, jusqu'a présent, comme je l'ai décidé et qu'aussi j'ai péché contre toi. Je crois que tu es mort sur une croix et que tu as versé ton sang pour que j’aie le pardon de mes péchés. Je veux te recevoir dans ma vie et obtenir le pardon de mes péchés. Et je t’invite dans mon cœur pour que tu prennes la première place, que tu sois mon Seigneur et que tu diriges ma vie, selon tes lois.

Merci pour le pardon de mes péchés. Fais de moi la personne que tu désires que je sois. Je crois que tu es vivant, ressuscité. Je te remercie d'avoir répondu à ma prière et d'être maintenant dans ma vie.

 Ne reste pas seul, contacte nous :fleuvesdevie@free.fr

 

                 

 

 

Publié dans Identité en Jésus

Commenter cet article