Saisissons les petits renards qui sont des obstacles à notre croissance spirituelle

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Deuxième obstacle à notre croissance et notre maturité spirituelle : les petits renards.

Cantique des cantiques 2-15 : Saisissez pour nous les renards, les petits renards qui ravagent les vignes, alors que nos vignes sont en fleur.

Ou Attrapez nous ces renards, ces petites bêtes qui mettent à mal nos vignes, quand notre vigne est en fleur !

La Sulamithe prie pour être délivrée de ses compromis. Elle demande à Jésus de l’aider à attraper, ainsi qu’aux filles de Jérusalem, tous ces « petits renards » qui détruisent tous ses projets » qui ravagent  les vignes et notamment lorsqu’elles sont en fleur »

Ravager signifie : arracher les vignes, endommager gravement ou détruire par une action violente, saccager, dévaster, apporter la désolation, anéantir, ruiner, apporter de graves perturbations, piller, apporter la ruine.

Souvenons nous que le but de notre croissance et de notre maturité c’est que  Jésus grandisse en nous et que nous diminuions : jean 3-30 : Il faut qu’il croisse, et que je diminue.

Ephésiens 4- 13 à 15 : jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ ; ainsi, nous ne serons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction, mais en professant la vérité dans l’amour, nous croîtrons à tous égards en celui qui est le chef, Christ.

La vigne représente l’œuvre de Dieu dans le corps de Christ, mais chacun d’entre nous, nous avons notre propre vigne à entretenir, et nous seul en portons la responsabilité de l’entretien et de la récolte des fruits. Nous devons veiller sur nos pensées, l’état de notre cœurs, tous les obstacles qui se présentent, à nous, pour détruire : Tous ces petits renards qui semblent inoffensifs, mais pleins de ruse, et qui agissent la nuit. C'est-à-dire dans les moments où nous sommes les moins en éveil.

Notre vigne à entretenir, c’est également veiller, prendre soin de la vie de nos enfants. Ils sont des jeunes vignes en fleurs. Ils ont besoin de notre protection. Ils sont l’objet de beaucoup de convoitises et de sollicitations.

 Oh ils ne s’attaquent pas aux fruits, mais aux fleurs, c'est-à-dire aux promesses de Dieu pour nos vies, à l’appel de Dieu pour nos vies. Voilà ce que représentent les vignes en fleur. Les petits renards agissent, ainsi, de manière qu’il n’y ait pas de récolte, pas de fruit dans nos vies. Les petits renards cherchent à nous disqualifier. Le Père qui est le vigneron attend et cherche du fruit dans nos vies :

Jean 15- 1 à 6 : Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron.

 Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche ; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit. Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée.

 Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui–même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez pas non plus, si vous ne demeurez en moi.

Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire.

 Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche ; puis on le ramasse, on le jette au feu, et il brûle.

Les petits renards agissent de manière à nous isoler du cep (Jésus) afin que nous, les sarments, soyons privés de la sève, qui coule normalement et nous donne la vie. Le but des petits renards, que nous acceptons ou contre lesquels nous refusons de lutter, c’est que nous devenions des sarments secs, qui seront jetés au feu et brulé.

Nous sommes appelés à porter du fruit : Jean 15- 8 : Si vous portez beaucoup de fruit, c’est ainsi que mon Père sera glorifié, et que vous serez mes disciples.

 

Les fleurs de la vigne annoncent la prochaine récolte de raisins, c'est-à-dire du vin nouveau :

-Sur le plan naturel, la bible nous dit que le vin réjouit le cœur de l’homme : psaume 104- 15 : le vin qui réjouit le cœur de l’homme, faisant plus que l’huile resplendir son visage, et le pain qui soutient le cœur de l’homme.

- Sur le plan spirituel : le vin annonce la vie dans l’Esprit. Lors de la pentecôte, les 120 dans la chambre haute, nous sont présenté comme ayant des comportements de personnes ivres « Ils sont pleins de vin doux »

S’attaquer aux fleurs de la vigne, c’est détruire la joie, fruit de l’Esprit, et toute espérance de vie et de marche par l’Esprit. C’est nous ramener et nous confiner dans notre vieille nature.

 Dans le naturel les vignes fleurissent quelques semaines avant la moisson. Dans le spirituel, les petits renards viennent détruire l'espérance de la moisson, la moisson des âmes bien entendu.

Les vignes en fleurs nous parlent aussi du début d'une vie chrétienne. Elle est pleine de promesses, d'espérance, mais tout peut basculer rapidement.

Dès que la vie de Dieu apparaît aussi dans une âme, le désir de lui plaire se manifeste ; servir, aimer Jésus, apprendre à le connaître pour lui-même, tels sont les signes prometteurs de fruit. C'est peut-être encore faible et imprécis, toutefois on peut espérer voir bientôt la récolte mûrie, qui donne du vin, type de la joie. Mais auparavant, que d'orages à subir, que de tentations de l'ennemi à surmonter, que d'intempéries "spirituelles".

Pour nous permettre de bien comprendre la situation de la Sulamithe, resituons ce verset, sur les petits renards, dans son contexte : Cantique des cantiques 2- 10 à 15 : Mon bien–aimé parle et me dit : Lève toi, mon amie, ma belle, et viens !

 Car voici, l’hiver est passé ; La pluie a cessé, elle s’en est allée.

 Les fleurs paraissent sur la terre, Le temps de chanter est arrivé, et la voix de la tourterelle se fait entendre dans nos campagnes.

 Le figuier embaume par ses premiers fruits, Et les vignes en fleur exhalent leur parfum. Lève toi, mon amie, ma belle, et viens !

  Ma colombe, qui te tiens dans les fentes du rocher, Qui te caches dans les parois escarpées, Fais moi voir ta figure, Fais moi entendre ta voix ; Car ta voix est douce, et ta figure est agréable.

Prenez nous les renards, Les petits renards qui ravagent les vignes ; Car nos vignes sont en fleur.

A quatre reprises, la Sulamithe, entend la voix qui l’appelle à répondre à une invitation ou une sollicitation, mais à chaque fois elle fait la sourde oreille :

1-   Lève toi, mon amie, ma belle, et viens !

2-   Lève toi, mon amie, ma belle, et viens !

3-    Fais-moi voir ta figure, car ta figure est agréable

     4 Fais-moi entendre ta voix, car ta voix est douce

Jésus s’adresse à elle et à chacun d’entre nous, d’une manière pleine de tendresse : mon amie ou mon ami, ma belle ou mon beau, ta figure est agréable et ta voix est douce. Malgré cela dans notre immaturité et manque de connaissance de notre identité, nous résistons à son appel, à son invitation de venir avec lui pour rentrer dans notre destinée. Ici, ce ne sont plus les blessures des frères qui nous empêchent de répondre, mais bien nos compromis avec des amis ou des modes de vies qui nous éloignent de Dieu, notre tiédeur, notre mauvais caractère, notre esprit d’indépendance. La remise au lendemain de nous repentir de nos mauvaises attitudes, de nos mauvais choix, ou des problèmes de la chair qui ne sont pas réglés.

A chaque fois que nous résistons à l’appel de Jésus, à son invitation de le suivre, nous endurcissons nos cœurs, nous bafouons notre conscience. Nous retardons son œuvre dans nos vies pour une saison ou plus. Nous attristons le Saint-Esprit, celui qui nous est donné pour nous conduire dans toute la vérité.

Les renards sont des animaux rusés qui détruiront un vignoble durant la pénombre de la nuit. Ils ne sont pas courageux comme des lions pour attaquer durant la journée. Ils sont petits, rapides, astucieux, rusés et difficiles à attraper.

Les « petits renards » des vignes de notre coeur nous parlent de tous ces petits compromis qui peuvent être : la peur, les mauvaises pensées, les mauvaises attitudes, les paroles et le gaspillage de temps et d’argent, se faire tirer l’oreille pour obéir, le mensonge, certes petits, mais répétitifs. Toutes ces choses sont des obstacles à la communion avec jésus. Elles viennent comme des voiles, ou des nuages pour endormir, voler la lumière ou même essayer de l’éteindre dans nos vies, faire échouer les projets.

Compromis : c'est un acte par lequel on accommode  sa conscience où nous nous soumettons notre conscience  d’une manière qui nous fait déplacer les bornes de notre conscience.

Un compromis, c’est accepter de vivre dans une situation qui nuit à notre réputation en acceptant des propositions malhonnêtes, qui nous éloignent d'une vie de droiture, d'honnêteté, morale, spirituelle, pour avoir la paix, une faveur. Vivre dans le compromis équivaut à manquer de personnalité ou à laisser s’étouffer notre personnalité.

Un compromis, c'est accordé des concessions tacites, par le silence, ce qui équivaut à donner un consentement.

Les compromis nous abîment, ouvrent une brèche dans nos vies, mettent notre foi en péril, nous éclaboussent, nous portent préjudice. Entraîner quelqu'un dans compromis c’est le mettre dans une situation difficile, sur le plan physique, morale ou spirituelle, en l'impliquant de manière qu'il risque de perdre sa réputation ou sa foi, pour servir notre propre intérêt.

Certains, pour se justifier de leur compromis, appellent cela de la tolérance ou « fermer les yeux ». Nous ne devons avoir aucune tolérance vis-à-vis du péché, vis-à-vis de ceux qui s'élèvent contre la parole de Dieu ou qui cherchent à combattre, éteindre notre vie spirituelle, notre vie de foi, notre relation avec le Père avec Jésus, avec les membres du corps de Christ. Le mot tolérance n’existe pas dans la bible.

 

Notre vigne représente notre relation avec Dieu. Les fleurs de la vigne parlent de son immaturité dans la vie, mais d’une étape importante avant la formation des fruits. Cette fois, elle prend soin de sa vigne, contrastant avec Ct. 1 : 6. Les renards ne font que détruire le produit de ses labeurs. Elle donne maintenant sa réponse au commandement de Jésus de se lever et de le rejoindre sur les montagnes (Ct. 2 : 13). Elle refuse de se lever ; au lieu de cela, elle lui dit : « Retourne sur les montagnes découpées comme les gazelles, mais sans moi. » Elle refuse de lui obéir à cause de la peur produite par son immaturité. Son refus de suivre Jésus n’est pas de la rébellion :

 Avant que ne souffle la brise du jour, et que les ombres fuient, retourne ! Mon bien-aimé, sois semblable à la gazelle, au faon des biches, sur les montagnes découpées (Ct. 2 : 17).  

C’est avec beaucoup de tristesse qu’elle reconnaît que Jésus doit partir comme la gazelle de Ct. 2 : 8. A la fin du Cantique, on voit qu’elle appelle Jésus à nouveau comme la gazelle et comme le faon des biches (Ct. 8 :14).

Elle reconnaît les zones sombres de son coeur, les domaines de son coeur qui ne sont pas complètement dans la lumière. La brise du jour annonce la lumière d’un jour nouveau. C’est le moment où les ombres sombres et les zones grises de son coeur seront effacées.

Elle lui dit de partir jusqu’à ce que la lumière du jour arrive pour produire un nouveau jour.  

Dans Ct. 4 : 6, elle se lève et elle obéit pour aller avec Jésus sur la montagne. Dans ce verset, Jésus répond à sa prière d’attraper les « renards de la peur » dans sa vie. Nous avons été créés pour vivre dans les endroits élevés avec Jésus, en partenariat avec lui, l’aimant de tout notre coeur.

Elle comprend que son compromis amènera la destruction du fruit de son vignoble et de son intimité avec Dieu. Jésus part et se retire pour une saison. Jésus honore notre décision de nous retirer. Notre relation avec Jésus est basée sur un amour volontaire.

 Nous désirons davantage de notre vie avec Dieu que simplement éviter de tomber dans des péchés scandaleux. Nous voulons que notre vignoble soit rempli de fruits matures. Lorsque notre langue n’est pas maîtrisée, lorsque nous entretenons des pensées impures, lorsque nous résistons au service et à l’humilité, nous devons comprendre que ce sont ces petits renards qui détruisent notre intimité avec le Seigneur. Jésus nous appelle à quitter nos sécurités, et les renards détruisent nos vignes. 

Elle prie : « Saisissez pour nous, les renards. » En d’autres mots, nous ne pouvons pas les attraper par nous-mêmes mais nous pouvons demander à Dieu, son aide. Elle reconnaît la présence de petits renards (ses compromis) dans sa vie et elle demande continuellement de l’aide au travers de la prière. Le Seigneur désire nous aider.

Nous aspirons après une relation plus profonde avec Dieu. Nous crions pour que Dieu nous soutienne et nous rafraîchisse. Ce sont ces petits domaines qui nous empêchent de marcher dans l’Esprit. Nous comprenons qu’ils sont un obstacle pour aller plus profondément en Dieu.

 Dans nos difficultés déclarons notre identité spirituelle. Continuons d’être des  amoureux de Dieu. Lorsque nous sommes dans un temps de luttes, restons néanmoins un amoureux de Dieu dans notre combat contre le compromis, Dieu ne cesse pas de nous aimer. Notre visage ne cesse pas d’être beau pour Dieu et notre voix ne l’offense pas lorsque nous l’adorons.

Le psaume 101 nous parle de notre maison, c'est-à-dire de notre vigne, et nous donne des conseils et des choix à opérer pour lutter contre les petits renards :

Psaume 101 : Je prendrai garde à la voie droite. Quand viendras-tu à moi ? Je marcherai dans l’intégrité de mon cœur, Au milieu de ma maison.

 Je ne mettrai rien de mauvais devant mes yeux ; Je hais la conduite des pécheurs ; Elle ne s’attachera point à moi.

 Le cœur pervers s’éloignera de moi ; Je ne veux pas connaître le méchant.

 Celui qui calomnie en secret son prochain, je le réduirai au silence ; Celui qui a des regards hautains et un cœur enflé, je ne le supporterai pas.

J’aurai les yeux sur les fidèles du pays, Pour qu’ils demeurent auprès de moi ; Celui qui marche dans une voie intègre sera mon serviteur.

 Celui qui se livre à la fraude n’habitera pas dans ma maison ; Celui qui dit des mensonges ne subsistera pas en ma présence.

 Chaque matin je réduirai au silence tous les méchants du pays, Afin d’exterminer de la ville de l’Eternel Tous ceux qui commettent l’iniquité.

Résumons les conseils que nous donne le Saint-Esprit dans ce passage du Psaume :

-- prendre la voie droite, c’est marcher dans la droiture, dans la justice, la vérité, et l'amour de la vérité.

-- je marcherai dans l'intégrité de ma maison, mais également je veillerai à ce que je laisse rentrer dans ma maison, qui est la maison de Dieu.

-- je ne mettrai rien de mauvais devant mes yeux : cela veut dire que je choisirai mes lectures, les films que je regarde les émissions de télé que j'écoute, aux jeux Internet, je veillerai à ma page Face Book. Toutes ces activités de ma vie seront alignées sur la parole de Dieu

Dans une enquête récente aux États-Unis, concernant face book, il a été reconnu que 20 % des divorces ont leurs sources dans Face Book.

Au cours de l'été de 2009 une personne de notre connaissance avait ouvert une page Face Book. Pendant les vacances de cet été la je suis allé visiter la page de cette personne. Apparemment cette page semblait correcte, pourtant j'ai reçu, venant du Saint Esprit, flirt. J'ai partagé cela avec cette personne. Elle s'est repentie d'avoir ouvert la porte au flirt dans sa vie. Elle a obtenu la délivrance, bien sûr fermant sa page, mais également en passant par une prière de délivrance.

 

-- je hais la conduite des pécheurs. Cela veut dire que je dois discerner, ceux qui dans mon entourage, s'élève contre Dieu, parle contre Dieu ou agissent contre Dieu et ses oints. A plusieurs reprises Dieu dit : vous ne toucherez pas à mes oints, c'est-à-dire à ceux qui lui appartiennent :

1 Chroniques 16-22 : Ne touchez pas à mes oints, Et ne faites pas de mal à mes prophètes !

Psaume 105- 15 : Ne touchez pas à ceux qui ont reçu mon onction, et ne faites pas de mal à mes prophètes !

Le leur conduite ne s'attachera pas à moi, autrement dit je dois m’éloigner d’eux de manière à ne pas être influencé par leur conduite, divisé dans mon cœur, dans ma relation ou ma communion avec Dieu, ou ralentir ma progression spirituelle.

S'attacher signifie : adhérer, se livrer ou se vendre, suivre étroitement, s'embrasser c'est-à-dire accepter intimement leur influence, leur hostilité contre Dieu ou contre les chrétiens. Être joint ensemble, se tenir ensemble.

-- je dois m'éloigner des cœurs pervers, c'est-à-dire tortueux qui cherchent à pourrir, qui déforment ou détournent la vérité, pervers désigne également les propos équivoques, pervers désigne encore une personne corrompue, dépravée, vicieuse, diabolique, une personne qui vit dans le fétichisme, le masochisme, la nécrophilie, le sadisme, celui qui marche dans des voies tortueuses : proverbe 28 -- 18 : Celui qui marche dans l’intégrité trouve le salut, Mais celui qui suit deux voies tortueuses tombe dans l’une d’elles.

 -- le méchant nous parle de celui qui vit sans Dieu, se moque de Dieu :                                                                                                                                                                                                                                                                                   Job 21-- 11 à 15 : Ils laissent courir leurs enfants comme des brebis, Et les enfants prennent leurs ébats.

 Ils chantent au son du tambourin et de la harpe, Ils se réjouissent au son du chalumeau. Ils passent leurs jours dans le bonheur, Et ils descendent en un instant au séjour des morts.

 Ils disaient pourtant à Dieu : Retire-toi de nous ; Nous ne voulons pas connaître tes voies.

Qu’est ce que le Tout–Puissant, pour que nous le servions ? Que gagnerions-nous à lui adresser nos prières ?

 Celui qui calomnie ou dit des faussetés sur son prochain, même secrètement, je le réduirai au silence, c'est-à-dire je ne me contenterai pas seulement de ne pas l’écouter, mais je m’opposerai ouvertement, activement, avec sagesse, à son attitude.

-- celui qui a des regards hautains ou méprisant orgueilleux, avec un cœur enflé, je ne le supporterais pas, c'est-à-dire je ne serais pas son supporter. L’amour ne s'enfle pas d'orgueil.

-- par contre je décide de m’entourer et d’avoir  mon regard sur les fidèles du pays, c'est-à-dire ceux qui vivent dans la foi en Jésus et sa parole

-- la  fraude n’aura pas de place dans ma vie, ni les menteurs : ne subsisteront pas dans ma présence, donc que je réfuterai, je m'opposerai en proclamant la vérité.

Voilà les conseils de Dieu pour  fermer la porte aux petits renards qui voudraient venir dévaster notre vigne en fleurs.

Ecoutons encore le psaume 1- 1 à 3 : Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, Et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs. Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, Et qui la médite jour et nuit ! Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, Qui donne son fruit en sa saison, Et dont le feuillage ne se flétrit point : Tout ce qu’il fait lui réussit.

Enfin pour terminer voici ce que nous dit Jésus : Cantiques des cantiques 4-12 : Tu es un jardin fermé, ma sœur, ma fiancée, Une source fermée, une fontaine scellée.

Cette source fermée ou scellée  appartient à Jésus, les petits renards ne doivent pas venir la polluer, ni s’y s’abreuver.

Lorsque Jésus entre dans notre vie, il désire visiter chaque chambre ou pièce de notre cœur. De part notre nature, nous sommes tentés de lui cacher certaines chambres de notre vie, notamment celles qui sont sombres ou ont besoin de rangement. Cependant, il nous demande de faire le ménage dans chaque partie de notre cœur, et pas seulement dans le salon ou la pièce principale pour donner l'impression d'une vie bien rangée. Nous, il désire visiter chaque pièce de notre cœur quel que soit l'état de son rangement, ou de son désordre. Dans sa grâce, Jésus veut nous aider à mettre de l'ordre dans notre existence.

Bien-aimé lecteur ou lectrice, cachez-vous des pièces de votre vie à Jésus? Si tel est votre cas, alors demandez pardon et sollicitez son aide pour vous aider à mettre de l'ordre. Il n'est pas un simple invité. Depuis que nous lui avons donné notre vie, nous lui appartenons.  Toute notre vie doit être placé sous sa seigneurie et nous ne pouvons rien lui cacher, il sait tout. Il connaît parfaitement toutes les pièces  de notre vie.

Seigneur Jésus, je t'invite à venir dans chaque pièce dans ma vie : dans ma chambre à coucher, dans le salon de mes finances, dans la salle à manger, dans mon bureau, dans ma cuisine, dans la pièce de mes  loisirs, dans mon atelier de travail. Et si tu vois un endroit qui n'est pas à ta gloire, dans ta grâce infinie aide-moi à tout mettre en ordre. Je te remercie Seigneur Jésus.

 

 

 

Commenter cet article

Chantal 02/04/2011 03:23



En lisant mieux la Bible, on s'aperçoit que les "petits renards" sont les faux prophètes.