Restaurer le feu des moraves

Publié le par louis trifault

                        

 

James W. Goll

Traduction Dominique François

 (*NDT – Les Frères moraves désignent une branche du protestantisme issu de Moravie, apparentée aux Frères Tchèques. À la suite de l’excommunication, en 1412, et de la condamnation au bûcher, en 1415, du réformateur Jan Hus, un mouvement prend naissance qui revendique la liberté de prêcher et qui s’oppose à la richesse du clergé. Lors de la Réforme, ce mouvement se rallie au protestantisme. Le comte Zinzendorf (1700-1760) accueille cette Église, persécutée en Moravie; elle s’installe en Saxe, à Herrnhut en 1722. Elle développera par la suite une très forte activité missionnaire, notamment au Groenland, en Afrique et parmi les esclaves des Antilles. Plus tard, des congrégations de cette Église s’installeront aux États-Unis. Cette église développa sa propre doctrine, voulant retrouver la fraternité des premiers chrétiens. Ils élisent leur clergé, rejettent la hiérarchie officielle et traduisent la Bible en langue vernaculaire. Dans ce mouvement, l’importance de l’éducation est prônée et l’intolérance religieuse dénoncée.)

Le texte qui suit est un extrait du premier chapitre du livre de James Goll, «L’art perdu de l’intercession».

Un incident mettant en scène Aaron le grand prêtre et le feu divin symbolise le fardeau de mon cœur pour l’œuvre de Dieu dans cette génération. L’histoire est relatée dans le livre des Nombres 16 :

«Et l’Éternel parla à Moïse, et dit : «Retirez-vous du milieu de cette assemblée, et je les consumerai en un instant. Ils tombèrent sur leur visage; et Moïse dit à Aaron : Prends le brasier, mets-y du feu de dessus l’autel, poses-y du parfum, va promptement vers l’assemblée, et fais pour eux l’expiation; car la colère de l’Éternel a éclaté, la plaie a commencé. Aaron prit le brasier, comme Moïse avait dit, et courut au milieu de l’assemblée; et voici, la plaie avait commencé parmi le peuple. Il offrit le parfum, et il fit l’expiation pour le peuple. Il se plaça entre les morts et les vivants, et la plaie fut arrêtée. Il y eut quatorze mille sept cents personnes qui moururent de cette plaie, outre ceux qui étaient morts à cause de Koré.» (Nombres 16. 44-49).

Aaron est une image frappante de ce qu’est un intercesseur. Quand les Israélites péchèrent par rébellion contre leurs chefs, Dieu leur envoya un jugement sous la forme d’une plaie qui tua presque 15.000 d’entre eux. Bien davantage seraient morts, mais Moïse dit à Aaron le grand prêtre, de prendre du feu de l’autel, de le mettre rapidement dans son encensoir, et d’emporter de l’encens. Aaron courut littéralement au milieu de la congrégation avec le feu de Dieu. L’Écriture nous dit qu’il «se plaça entre les vivants et les morts». La traînée de fumée produite par l’encensoir qu’Aaron balançait d’avant en arrière, forma une ligne de démarcation entre les deux group es – les vivants et les morts.

QUELLES SONT AUJOURD’HUI LES APPLICATIONS DE CE PASSAGE?

Dieu veut utiliser davantage qu’un Moïse ou qu’un Aaron aujourd’hui. Une des caractéristiques uniques de l’Église de la Nouvelle Alliance, c’est que Dieu a autorisé et ordonné à chaque croyant de faire l’œuvre du ministère! Les responsables ne peuvent pas tout faire. En fait leur mission principale ou raison d’être selon l’apôtre Paul c’est «le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ.» (Éphésiens. 4. 12). Dieu veut une armée d’ouvriers faisant le travail vital du ministère et édifiant le Corps de Christ, l’Église.

La plaie de Nombres. 16 s’arrêta parce que le grand prêtre Aaron se tint sur la brèche. C’est la définition classique de ce qu’est un intercesseur : «Quelqu’un qui se tient sur la brèche pour un autre». De nos jours, une plaie diabolique atteint sournoisement nos églises, nos villes et nos nations. Le Seigneur appelle désormais un peuple de sacrificateurs à se lever et a personnellement porter le saint feu de Sa présence à sa génération.

QUI SE TIENDRA SUR LA BRÈCHE?

Permettez-moi d’être direct : Dieu veut déverser sur vous Son Esprit dans une telle mesure que vous répondrez à Ses injonctions avec un oui retentissant : «Oui, je me tiendrai sur la brèche pour ma génération, ici et maintenant. Je passerai au-dessus de toute intimidation et de toute superficialité. Je ferai la différence en acceptant de prendre ma croix en tant qu’intercesseur. J’offrirai ma vie pour bénir les autres devant Dieu.»

Dieu est en train de rétablir le feu d’antan qui inspira les Moraves pour entreprendre ce qui serait la plus grande campagne missionnaire depuis le livre des Actes.

Il restaure Son feu en nous dans cette génération parce qu’Il veut récolter Sa moisson. Le premier pas commence avec la restauration du feu sur l’autel de Dieu.

PRIÈRE

Me voici Seigneur! Utilise-moi! Comme Ésaïe dans le passé, je m’abandonne à l’appel de mon Maître. Comme la parole du Seigneur adressée à Ézéchiel, je déclare que «par Ta grâce, je me tiendrai sur la brèche pour ma génération.» Comme Anne et Siméon dans le temple à l’époque de la présentation de Jésus le huitième jour, je dis «Je serai ton intercesseur prophétique. Me voici en cet instant. Écris mon nom dans Ton livre et que je fasse partie de ceux qui veillent dans la prière. Au nom de Jésus et en récompense pour Ses souffrances. Amen!

James W. Goll

LA LISTE D'ÉLIE Il n'y a pas de copyright sur les traductions en français de LA LISTE D'ÉLIE, néanmoins, si vous désirez les utiliser pour les reproduire ou les distribuer, nous vous demandons de ne rien modifier au texte, et de préciser : 1) l'adresse pour s'abonner gratuitement :francais@elijahlist.com   2) L'adresse du site web : www.elijahlist.com Merci.

 

Publié dans Liste d'Elie

Commenter cet article