Reconnaissez les bonnes batailles !

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

par actualitechretienne

 

Chaque jour, une pensée de Dieu pour bien commencer sa journée ! Méditation du mardi 21 février 2012, par Olivier MOULIN

Texte du jour :

«L’Éternel me dit : N’attaque pas Moab, et ne t’engage pas dans un combat avec lui» (Deutéronome 2 v 9)

 Des situations déroutantes viendront nous provoquer et nous défier chaque jour, mais toutes ne méritent pas d’être combattues. Certaines d’entre-elles sont peu importantes et vouloir les renverser ne serait qu’une perte de temps et d’énergie. Nous devons donc reconnaitre avec sagesse quelles batailles valent le coup d’être combattues et celles qui ne le sont pas.

Nous reconnaissons les batailles inutiles à ceci qu’elles ne sont que passagères et dont la confrontation n’apporterait rien.

Par exemple, imaginez qu’un conducteur se fâche parce que vous tardez à passer au vert. Si vous répondez à ses menaces, cette situation débouchera sur une querelle et pourra même avoir de graves conséquences. Mais si vous les ignorez et passez votre chemin, ce conflit aura disparu aussi vite qu’il est venu et vous aurez gardé votre paix. Vous fâcher ne vous aurait rien apporté, si ce n’est de vous être fatigué et énervé inutilement.

Ainsi, ne perdez pas votre temps au sujet de situations que vous aurez oublié dans les trois minutes. Reconnaissez ce qui ne serait qu’une distraction de plus.

Le temps que vous consacrez à de mauvaises batailles est celui que vous n’aurez plus pour celles qui sont vraiment importantes. Ce qui accapare votre attention vous retient de porter du fruit là où vous devriez le plus en porter.

J’ai connu un homme, passionné d’ethnologie, qui pouvait passer cinq heures durant à rédiger d’interminables lettres à des gens pour contester leur connaissance erronée de telle ou telle culture. Tout au long de sa vie, cet homme a défendu des causes sans importance et n’a jamais pris le temps de connaître vraiment son épouse et de répondre à ses besoins. Finalement, les mariages et les divorces se sont succédé dans sa vie et il n’a jamais connu de relation amoureuse stable.

Pour courir avec succès la course que Dieu vous donne, vous devrez – à l’inverse de cet homme -  poursuivre de bons buts et ne pas vous laisser distraire. Devant chaque situation, posez-vous ainsi la question : «Est-il nécessaire que je réagisse à ces critiques ?», «que je cherche à défendre mon point de vue si l’on n’est pas d’accord avec moi ?», «à prouver ma valeur si les gens ne croient pas en mon potentiel ?», «à politiquer sur ces forums de discutions ?»

L’accomplissement des plans divins dans votre vie suivra votre volonté à poursuivre des buts profitables. David, dont la royauté en Israël fut couronnée de succès, acceptait de combattre une bataille à la condition qu’elle soit gratifiée d’un prix, d’une récompense.

Un jour, l’armée philistine lança le défi à Israël d’envoyer un homme vaincre l’un des leurs, Goliath, un géant d’environ trois mètres. Le jeune David,  qui trainait dans les parages, ne craignait pas d’affronter Goliath et était prêt à le combattre. Mais il  demanda au préalable :

«Que fera-t-on pour celui qui tuera ce philistin et qui écartera la honte d’Israël ?» (1 Samuel 17 v 26).

Les soldats lui répondirent : «Si quelqu’un le tue, le roi le comblera de richesses, il lui donnera sa fille et libèrera sa famille de tout impôt en Israël» (1 Samuel 17 v 25).

David était un homme courageux et visionnaire, mais avant de s’engager dans un combat quelconque, il voulait s’assurer que ce combat lui soit d’un réel bénéfice. Il n’était pas égocentrique ou matérialiste mais il était juste rempli de bon sens.

Ensuite, une autre caractéristique de l’homme qui ne se laisse pas dévier de sa route, est de rester sourd aux propos négatifs et incrédules. Si David a pu combattre Goliath, c’est parce qu’il n’a pas tenu compte de l’incrédulité environnante.

Personne ne croyait en son potentiel et son frère Eliab fut même méprisant à son sujet. Le peuple fit en sorte que, par des propos arrogants ou défaitistes, David soit vidé de son zèle et qu’il ait une piètre opinion de lui-même. Mais David a suivi ses convictions profondes et fait ce qui lui semblait juste. Après que son frère l’ait traité d’orgueilleux, un verset dit que David s’est  détourné de lui.

Bien des gens ne croiront pas en vous et chercheront à vous décourager mais vous devrez ignorer leurs paroles et vous détourner d’eux, comme David le fit avec son frère Eliab. Si vous ne le faites pas, vous risquez de mettre foi en leurs mensonges et ne pas renverser les Goliath que Dieu vous donne.

Lorsque j’ai réintégré l’église dans laquelle j’allais autrefois, après avoir fait une école biblique, peu de gens croyaient en mon potentiel et je passais mon temps à prouver ma valeur. J’étais bouillant pour Dieu et je cherchais à Le servir par tous les moyens mais, de façon très subtile, toute fonction m’était systématiquement ôtée. Le Seigneur m’a dit au bout d’un certain temps : «Olivier, tu te fatigues pour rien. Ils ne veulent tout simplement pas de toi, et quoi que tu fasses, on ne te laissera jamais ta chance dans cette église». Je suis donc parti et, quelques semaines plus tard, j’ai été invité dans une église dans laquelle j’ai prêché pendant trois ans.

Se battre pour prouver sa valeur, convaincre des gens qui ne veulent pas être convaincus ou vouloir changer ceux qui ne le veulent pas est une perte de temps. Vous devez comprendre que tout le monde ne vous aimera ou ne vous écoutera pas. La seule chose à faire sera parfois de laisser les gens dans leur erreur.

Dieu vous a donné une mesure d’énergie quotidienne pour affronter les défis de la vie et si vous la dépensez inutilement, vous n’en aurez plus pour les batailles importantes. Et les batailles de la vie viendront. Veillez donc avec sagesse à ne pas gaspiller cette mesure et utilisez-là pour de vraies causes.

Ne perdez pas non plus votre temps à améliorer vos points faibles, consacrez-le à développer vos points forts.

Olivier MOULIN

Publié dans Parolevivante

Commenter cet article