Nous sommes appelés à devenir une maison spirituelle

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

1 Pierre 2.4 : « Approchez-vous donc de lui : IL est « La Pierre vivante ; les hommes l’ont rejetée, mais Dieu l’a choisie, vous aussi vous êtes devenus des « Pierres vivantes » jugée précieuse et l’a choisie.»

 

En venant à lui, vous aussi nous sommes devenus des « Pierres vivantes ». Edifions-nous mutuellement pour former un temple spirituel, nous y constituerons une groupe de sacrificateurs mis à part pour Dieu, à qui nous offrirons des sacrifices spirituels qui lui sont agréables, parce qu’ils lui sont présentées par Jésus-Christ.

 En venant à Jésus, nous sommes aussi devenus des « Pierres vivantes ». Edifions-nous mutuellement pour former un temple spirituel, nous y constituerons un groupe de sacrificateurs mis à part pour Dieu, à qui nous offrirons des sacrifices spirituels qui lui sont agréables, parce qu’ils lui sont présentées par Jésus-Christ.

Voici, en effet, ce que dit l’écriture à ce sujet : « J’ai choisi une Pierre de grande valeur (ou Angulaire) et je la pose en Sion comme fondation. Celui qui met sa confiance en elle (et qui bâtit sa vie sur elle) ne sera pas déçu. »

 

C’est pour nous que cette « Pierre » est d’une « grande valeur » pour nous qui sommes des croyants. Quand à ceux qui ne croient pas, qui lui refusent leur confiance, elle devient «  la pierre rejetée par les constructeurs et qui est devenue la principale de l’angle de l’édifice. »

 

 Elle est devenue « une pierre contre laquelle on butte, un rocher par-dessus lequel on tombe » quand nous refusons de croire à la Parole et de lui obéir. Les incroyants s’y heurtent : ils se cognent à cette « pierre » et tombent (ou elle devient une pierre d’achoppement et un rocher de scandale ; ils s’y heurtent pour n’avoir pas cru à la Parole, et c’est à cela qu’ils sont destinés.                1 Pierre 2 : 8

 

Nous sommes devenus le temple du Saint Esprit et il nous est demandé, ensemble, de constituer une maison spirituelle ou un temple spirituel, selon les traductions. Chacun d’entre nous, nous constituons une « pierre vivante » de cet édifice. Le but de cet édifice est de présenter des sacrifices spirituels à Dieu, qui lui sont agréables par Jésus-Christ.

Nous découvrons également dans ce passage de la Bible que nous constitueront un groupe de sacrificateurs. C'est-à-dire des croyants qualifiés pour offrir des sacrifices spirituels.

 

Comment construire cette maison spirituelle ?

 

Dieu ne nous demande jamais d’agir par nos propres forces ou selon notre bon plaisir, ou selon un plan que nous imaginons.

Pour la construction de cette maison spirituelle notre Père Céleste nous donne  deux exemples :

  1. Jésus lui-même est devenu le premier temple de chair, la première habitation de Dieu, marquant la fin des temples de pierres.

    Quand ? Le jour de son baptême : Le Saint-Esprit est descendu sur lui, et nous que le Père atteste cette démarche de Jésus :

    Matthieu 3- 15 à 17 : Dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l’eau. Et voici, les cieux s’ouvrirent, et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles : Celui–ci est mon Fils bien–aimé, en qui j’ai mis toute mon affection.

    A partir de ce jour, le temple visible va disparaître et sera remplacé par un temple invisible, un temple spirituel.

    Jean 2- 19 à 21 : Jésus leur répondit : Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai.

     Les Juifs dirent : Il a fallu quarante six ans pour construire ce sanctuaire, et toi, en trois jours, tu le relèveras ! Mais le sanctuaire dont il parlait, lui, c’était son corps.

     

    Jésus nous fait passer du temps, du temple destructible au temps du temple indestructible. Ce temps commence maintenant et il est éternel :

     Apocalypse 21- 22 et 23 : Je ne vis point de temple dans la ville ; car le Seigneur Dieu Tout–Puissant est son temple, ainsi que l’Agneau. La ville n’a besoin ni du soleil ni de la lune pour l’éclairer ; car la gloire de Dieu l’éclaire, et l’Agneau est son flambeau.

     

    Voila le premier modèle que le Père nous propose afin que nous devenions des temples de chair où Dieu désire venir habiter, il fallait que Jésus soit rejeté, et soit crucificié dans son corps:

    Pourquoi ? Pour mettre à mort notre nature adamique où de péché, dans lequel Dieu ne pouvait venir habiter. Car nous étions des temples de rébellion, ayant le diable ou Satan pour père.

    2 Corinthiens 3- 16 et 17 : Quel rapport y a–t-il entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit : J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.

     C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez vous, dit le Seigneur ; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.

    Maintenant j’appartiens à Dieu, je devenu son temple vivant où il réside :

    1 Corinthiens 6-19 : Ne le savez vous pas ? Votre corps est le sanctuaire de l’Esprit saint qui est en vous et que vous tenez de Dieu ; vous ne vous appartenez pas à vous–mêmes,

     Car vous avez été achetés à un prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps.

    Maintenant c’est à chacun d’entre nous, qu’il appartient, de veiller sur la propreté, la sainteté du temple que nous sommes, afin que la gloire de Dieu se manifeste. Car nous sommes devenus un temple de grâce ou par grâce :

    2 Corinthiens 7- 1 : Ayant donc de telles promesses, bien–aimés, purifions nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu.

     

    Toute construction repose sur une pierre angulaire. Dieu à préparé, choisi lui-même ma pierre angulaire sur laquelle doit être édifiée la construction : Jésus qui a été rejeté par les hommes ou les responsables religieux (c'est-à-dire tous ceux qui ne croient pas en lui).

    Pierre angulaire = pièce fondamentale placée à  une extrémité

     

    Angle (vient de gouvernement) c'est-à-dire, ce qui va déterminer l’emplacement et l’orientation de l’édifice, et c’est la pierre sur laquelle  va reposer l’édifice, s’élever l’édifice. C’est celle sur laquelle, Dieu attend et m’invite à me poser ou à nous poser.

     Quels sont les matériaux de construction que Dieu emploie pour son temple, où il veut demeurer ?

    La Bible nous dit que la pierre angulaire choisie par Dieu, c’est celle qui a été dédaignée, rejetée par les hommes et les chefs religieux.

     

    C’est la pierre en qui le monde n’a aucune emprise, aucune influence. Nous savons que cette pierre se nomme Jésus-Christ qui a été crucifié par ceux qui l’on rejeté.

     

    Les  pierres que Dieu va choisir pour bâtir sur la pierre angulaire seront de la même nature : rejetées par le monde et qui ont décidé de renoncer au monde et à ses convoitises pour vivre de la vie de Christ.

     

    Comme le dit l’apôtre Paul : Galates 6.14 : « pour ceux qui me concerne, loin de moi la pensée de me glorifier d’autre chose que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde. »

     

    En venant à Christ j’accepte  de renoncer au monde ou à son esprit, et le monde ne me reconnait plus comme étant un des siens. Le monde  me rejette en me « crucifiant » avec Christ, et le monde est crucifié pour moi, c'est-à-dire considéré comme mort à la croix.

    Un mort n’a plus d’attrait ou d’attirance.  Au contraire il est devenu repoussant à cause de l’odeur nauséabonde qu’il dégage.

     

    Le monde aime s’intéresser aux vieilles pierres et les classe monuments historiques ou patrimoine national ou mondiale. La religion porte un intérêt pour les vieilles pierres que nous appelons pierres mortes. Dieu s’intéresse aux vivantes, vivantes parce qu’elles ont Christ en elles ; le monde les rejette.

    2- Dieu nous a donné un modèle avec son mode d’emploi ou son plan d’assemblage : le tabernacle qui a été construit dans le désert après la sortie d’Egypte.

     

    Exode 26 : 30 tu dresseras le tabernacle d’après le modèle qui t’es montré sur la montagne. Hébreux 8 : 5b  Moïse en fût divinement averti lorsqu’il allait construire le tabernacle. Aie soin, lui fut il dit de tout faire d’après le modèle qui t’as été montré sur la montagne.

     

    La Bible nous dit que le tabernacle comprenait trois parties, le parvis ou la partie extérieure, le lieu saint et le lieu très saint. C’est la construction du lieu saint et très saint qui retient ici notre attention.

    Exode 26 : 15 tu feras des planches pour le tabernacle, elles seront de bois d’acacias, placées debout.

    Exode 26 : 17  il y aura à chaque planche deux tenons joints l’un à l’autre, tu feras de même pour toutes les planches du tabernacle. Tu feras 20 planches pour le tabernacle du côté du midi. Tu mettras quarante bases d’argent sous les vingt planches, deux bases sous chaque planche pour ses deux tenons.

    Exode 26 : 29 Tu couvriras d’or les planches et tu feras d’or leurs anneaux qui recevront les barres et tu couvriras d’or les barres.

     Le bois d’acacias qui se développe plus particulièrement dans le désert ou les terres pauvres représente très bien Jésus dans son humanité « rejeton qui sort d’une terre desséché »  Esaïe 53 : 2.

    Chaque planche symbolise un croyant ou une pierre vivante comme nous l’avons vu en 1 Pierre 2 : 4-5. Tout de suite nous remarquons que sous chaque planche doit être placé deux tenons joint l’un à l’autre. Ces deux tenons représentent, l’un l’amour et l’autre la sainteté qui sont liés l’un à l’autre. L’amour sans la sainteté ne serait que mascarade et la sainteté sans l’amour ne serait que légalisme. Le verset 19 nous révèle une réalité importante : tu mettras 40 bases d’argent sous les vingt planches, deux bases sous chaque planche pour ses deux tenons. L’argent nous parle de rachat, de rédemption : Jésus a été vendu pour 30 pièces d’argent.

    Exode 30 : 11-16 L’Eternel parle à Moïse et dit : Lorsque tu compteras les enfants d’Israël pour en faire le dénombrement chacun paiera à l’Eternel le rachat de sa personne ou une rançon son âme, afin qu’il ne soit frappé d’aucune plaie lors de ce dénombrement. Chacun donnera un demi-sicle. Le riche ne paiera pas plus et le pauvre ne paiera pas moins. Tu recevras des enfants d’Israël l’argent du rachat et tu l’appliqueras au travail de la tente d’assignation, se sera pour les enfants d’Israël un souvenir devant l’Eternel pour le rachat de leurs personnes.

     Bien sur ce rachat, symbolise le rachat de Jésus sur la croix comme Agneau de Dieu.

    Nous voyons ici que l’argent ou le rachat c’est la base sur laquelle doit reposer chaque planche avec ses deux tenons. Autrement dit, si nous voulons être une maison spirituelle pour Dieu, il faut d’abord que nous ayons expérimenté le besoin de rachat ou de rédemption que nous apporte celui qui a payé de sa personne : Jésus, la rançon inestimable dont nous étions redevable envers Dieu.

    Une grande précision nous est donnée également par les versets suivant : Exode 26 :26à 28 : Tu feras cinq barres de bois d’acacia pour les planches de l’un des côtés du tabernacle.

     

    Cinq barres pour les planches du second côté du tabernacle, et cinq barres pour les planches du côté du tabernacle formant le fond vers l’occident.

     

    La planche du milieu traversera les planches d’une extrémité à l’autre.

     

    Ces cinq barres horizontales annoncent les cinq ministères, dont nous avons besoin pour nous développer harmonieusement, nous perfectionner en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ.

     Jusqu’à ce nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ.

     

    Ainsi nous ne serons plus des enfants flottants à tous vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction. Mais en professant la vérité dans l’amour, nous croîtrons à tous égards en celui qui est le chef, Christ. C’est de lui, et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses partis, et s’édifie lui-même dans l’amour.                                                                Ephésiens : 4-12 à 16

     

    La barre centrale, qui traverse toutes les planches, représente l’œuvre du Saint-Esprit, celui de qui nous recevons l’amour du Père dans nos cœurs. Il est également celui qui fait de nous croyants : la multitude de ceux qui avaient crus n’était qu’un seul cœur et qu’une âme.

     

    Offrons des victimes spirituelles, à Dieu, par Jésus-Christ

     

    Afin d’offrir des victimes spirituelles. Que cela signifie ?

    Dans les temps anciens, les hommes, comme Abraham ont construit des autels pour rencontrer Dieu. Maintenant que nous sommes devenus, chacun d’entre de nous, qui avons accepté Jésus, un temple vivant où demeure le Saint-Esprit, un autel est élevé dans notre cœur.

     

    Regardons le verset 5 de 1 Pierre 2 dans différentes traductions :

     

    Bible du semeur : Et puisque vous êtes vous aussi des pierres vivantes, édifiez vous pour former un temple spirituel et pour constituer un groupe de sacrificateur consacrés à Dieu, chargé de lui offrir des sacrifices spirituels qu’il pourra accepter favorablement par Jésus-Christ.

     

    Bible parole de vie : Pour offrir des sacrifices selon l’esprit de Dieu, et Dieu les acceptera à cause de Jésus-Christ.

     

    Bible parole vivante : Vous constituez un groupe de sacrificateur mis à part pour Dieu à qui vos offrirez des sacrifices spirituels qui lui sont agréables, parce qu’ils lui sont présentés par Jésus-Christ.

     

    1) Nous devons offrir des sacrifices spirituels et non plus de sang comme dans l’ancienne alliance. Victimes ou sacrifiés : fait  référence à l’Agneau pascal, c'est-à-dire Jésus. Fait référence également à Immoler, immoler la pâque, cela évoque une mise à mort et du feu. Spirituel signifie : sacrifice de celui qui est rempli et gouverné :

     - par l’Esprit de Dieu

      - appartient à l’Esprit divin

      - appartient au vent et au souffle (allusion à Jean 3 : 8 Celui-ci est né d’en haut ou de  l’Esprit, est comme le vent qui souffle mais ne sais pas d’où il vient, ni ou il va).

     

    Spirituel signifie également : un esprit donnant la vie de nature divine. Donc une victime spirituelle  c’est une victime qui a l’esprit de la vie, de nature divine.

    2) Ces sacrifices ou victimes spirituelles ne seront acceptées ou agrées, c’est à dire reçus favorablement que si il sont présentées par Jésus-Christ ou dans le nom de Jésus-Christ, pour cela il faut avoir accepté et être revêtu de la justice que Jésus nous a acquise par sa mort et sa résurrection.

    3) Ces sacrifices ou victimes spirituelles doivent être selon l’Esprit, car Dieu est esprit, pour cela ou à cause de cela nous avons besoin du Saint-Esprit, être en accord avec le Saint-Esprit, être conduit par le Saint-Esprit, sinon aucune offrande ne s’élèvera jusqu'à Dieu ou atteindra son objectif, monter jusqu’au lieu très saint dans les cieux, là ou se tient le trône du Père. Avant tout nous devons offrir un sacrifice de bonne odeur, c'est-à-dire qui dégage le parfum de Christ émanant d’un cœur reconnaissant et qui se tient dans l’obéissance.

     

    Quels sacrifices devons-nous offrir ?

     

      La réponse nous est donnée dans deux passages de la bible :

     

    1)   Romains 12 : 1-2 Bible de la parole vivante : je vous demande donc frères à cause de la bonté que Dieu vous a témoignée de lui consacrer votre être tout entier, que votre corps, vos forces et toutes vos facultés soient mis à sa disposition comme une offrande vivante, sainte et qui plaise à Dieu. C’est la le culte spirituel qui à un sens, un culte logique, conforme à ce que la raison vous demande (c'est-à-dire : spirituel, appartenant à l’Esprit.) Ne vous coulez pas dans le moule de tout le monde. Ne conformez pas votre vie aux principes qui régissent ce siècle présent, ne copiez pas les modes et les habitudes du jour. Laissez-vous plutôt entièrement transformer par le renouvellement de votre mentalité. Adoptez une attitude différente. Donnez à vos pensées une nouvelle orientation afin de pouvoir discerner ce que Dieu veut de vous. Ainsi vous serez capable de reconnaitre ce qui est bon à ses yeux, ce qui lui plait et qui vous conduit à une réelle maturité.

     

    2)   Hébreux 13 : 15-16 par lui (Jésus) offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c'est-à-dire le fruit de nos lèvres qui confessent son nom (ou proclament publiquement son nom), et n’oubliez pas la bienfaisance et la libéralité car c’est à de tels sacrifices que Dieu prend plaisir.

     

    A l’image de la croix qui est constituée d’un bras vertical et un bras horizontal qui sont liés l’un à l’autre. Pour nos sacrifices il doit en être ainsi : S’élever, s’adresser à Dieu par Jésus, dans la puissance du Saint-Esprit en louange, en reconnaissance, en adoration d’une part, et d’autre part se manifester en bienfaisance, en libéralité principalement envers les frères dans la foi nécessiteux, ensuite vers les pauvres, l’orphelin, la veuve etc. Nous pouvons continuer avec les versets suivants : Obéissons à nos conducteurs et prions pour eux.

    La aussi n’oublions pas l’exemple de Jésus, voici ce qu’il a dit au Père, quand il est venu sur terre. Hébreux 10 : 5  C’est pourquoi Christ entrant dans le monde dit :

     

    Tu n’as voulu ni offrande, ni sacrifice, mais tu m’as formé un corps, tu n’as agrée ni holocaustes ni sacrifices pour le péché. Alors j’ai dit : Voici je viens pour faire ta volonté, O Dieu. Après avoir d’abord : tu n’as voulu et tu n’as agrée ni sacrifices, ni offrande, ni holocauste, ni sacrifices pour le péché (c’est ce qu’on offre pour la loi), il dit ensuite : Voici je viens pour faire ta volonté.

     

    Il supprime ainsi la première chose (les sacrifices de sang de la loi) établit la seconde, c’est à la seconde en offrant son corps et obéissant à la volonté de son père qu’il répond avec cette parole.

     

    Et c’est dans cette volonté que nous sommes sanctifiés par l’offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toute. Jésus bien que né d’une femme, pour avoir un corps semblable au notre, était parfait dans toute humanité car il a été conçu par le Saint-Esprit. Le péché n’a jamais eu d’emprise sur lui, même s’il a été tenté en toute chose comme nous. C’est la raison pour laquelle il s’est offert au Père en sacrifice de bonne odeur sans passer par la repentance ni l’expiation. Il n’a pas eu besoin de choisir un animal ou un agneau, lui imposer les mains pour lui transmettre ses péchés et que l’animal meurt à sa place pour qu’il soit agréable au père. Non il a commencé en s’offrant directement. Il a commencé là ou ni finissons.

     

    C’est ce que nous allons développer maintenant

     

    Même si nous devons choquer certaines personnes, disons que Jésus n’est pas venu premièrement sur terre afin de nous délivrer nos péchés. Mais avant tout, le désir profond de son cœur,  c’était de redonner la gloire à son Père qui lui avait été volée. Pour comprendre cela nous devons suivre l’ordre dans lequel sont donnés les sacrifices. Il y en a cinq, et les sacrifices d’expiation et de culpabilité viennent en dernier.

    L'holocauste était une offrande de l'ordre le plus élevé, car elle représentait Christ s'offrant Lui-même à Dieu. Christ est exclusivement pour Dieu. "Il la présentera à l'entrée de la tente d'assignation". La croix est bien sûr le lieu où la grande question du péché fut réglée, mais elle est plus encore. Elle est le lieu où l'amour de Christ pour le Père fut manifesté et exprimé en un langage que le Père seul pouvait comprendre, et c'est sous ce dernier aspect qu'elle est représentée,  dans l'offrande de l'holocauste, qui est une offrande essentiellement volontaire.

     S'il n'était question que de l'imputation du péché et d'endurer la colère de Dieu à cause du péché, l'offrande, moralement, ne pourrait pas être laissée à la volonté de celui qui l'offre, elle serait nécessairement et absolument obligatoire. Le Seigneur Jésus ne pouvait pas désirer être "fait péché" (2 Co 5.21), désiré endurer la colère de Dieu et être privé de la clarté de sa face. Ainsi, l'holocauste ne représente pas Christ sur la croix, portant le péché, mais Christ sur la croix, accomplissant la volonté de Dieu.

     

    Les propres paroles de Christ nous apprennent que Lui-même contemplait la croix sous ses deux aspects différents. Quand il envisageait la croix comme le lieu de l'expiation du péché, il anticipait les souffrances qu’elle renfermait, il s'écria : "Père, si tu voulais faire passer cette coupe loin de moi !" Il était saisi d'effroi devant ce que son œuvre entraînait pour lui. Son âme sainte et pure reculait à la pensée d'être fait péché, et son cœur aimant, à celle de perdre pour un moment la lumière de la face de Dieu.

     

    L'holocauste représente Christ dans sa mort, et dans cette mort, non comme celui qui "est devenu malédiction pour nous", mais comme Celui qui présentait au cœur du Père un parfum infiniment agréable. Voici ce qu'il en dit : "Je laisse ma vie, personne ne me l'ôte, je la laisse de moi-même". Et encore : "Je t'ai glorifié sur la terre, j'ai achevé l'œuvre que tu m'as donnée à faire" : Jean 17.4

    "Afin que le monde connaisse que j'aime le Père" Jean 14 : 30-31 

     Je ne parlerai plus guère avec vous ; car le prince du monde vient. Il n’a rien en moi ;

      Mais afin que le monde sache que j’aime le Père, et que j’agis selon l’ordre que le Père m’a donné, levez vous, partons d’ici.

     

    L'acte de l'imposition des mains est l'expression d'une complète identification. Et cette unité rendait agréable celui qui l'offrait. Le croyant s'identifiant à Jésus est accepté en Lui.

     "Vous êtes accomplis en Lui" (Colossiens 2.10)

     "Rendus agréables dans le Bien-aimé" (Ep 1.6)

     "Membres de son corps" Ephésiens 5.30 : parce que nous sommes membres de son corps.

      "Celui qui est unit au Seigneur est un seul esprit avec lui" 1 Co 6.17

     La tête et les membres sont un. L'acceptation de l'adorateur était fondée sur la valeur de son offrande. Il n'était pas question de ce qu'il était, lui, mais de ce qu'était son sacrifice. "Il sera agréé pour lui, pour faire propitiation pour lui". Aujourd’hui nous sommes en Jésus, notre offrande, qui est dans la personne de Jésus, a été agrée par le Père, une fois pour toujours. C’est Jésus qui s’est offert en propitiation, pour nous. Alors approchons nous avec assurance, et offrons sans cesse un sacrifice de louange, c'est-à-dire le fruit des lèvres qui confessent le nom de Jésus.

    Offrons nos corps, par les compassions de Dieu, comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui est de notre part un culte raisonnable.

    Il y a dans la mort de Christ, des profondeurs qui sont hors de la portée de l'homme et que Dieu seul a pu sonder. Aucun homme, ni aucun ange ne peut sonder jusqu'au fond le mystère de la mort de Christ. Mais nous pouvons en discerner au moins quelques caractères qui, à eux seuls, rendent déjà cette mort précieuse, au-delà de toute expression, pour le cœur de Dieu. C'est de la croix que Dieu recueille sa plus riche moisson de gloire. Il n'aurait pu, d'aucune autre manière, être glorifié comme il l'a été par la mort de Christ.

     

    COMPARAISON DES CINQ SACRIFICES ENTRE EUX

     

    Redisons ici que l'infinie richesse de la croix dans son aspect divin et humain ne pouvait être représentée par une seule offrande. Il fallait les 5 sacrifices pour en révéler tous les aspects.

     

    L'ordre de la révélation : Point de vue de Dieu dans la contemplation de la croix.

    L'holocauste : Christ s'abandonne dans sa mort à la volonté du Père et par sa parfaite obéissance poussée jusqu'à la mort de la croix, Il fait les délices de son Père.

    L'offrande de gâteau : Christ s'offre à Dieu par sa vie tout entière, sur laquelle le Père a posé son verdict d'approbation : "Voici mon Fils bien-aimé en qui j'ai mis tout mon plaisir".

    Le sacrifice d'actions de grâces : Christ et le Père, dans l'œuvre de la croix, jouissent d'une parfaite communion.

    Le sacrifice d'expiation : Christ, divin Substitut, porte les péchés du monde.

    Le sacrifice de réparation : Christ, par sa mort, répare l'irréparable.

     

    L'ordre de l'expérience : Point de vue du pécheur dans l'expérience de la croix.

    Le sacrifice de culpabilité : j'accepte le sang de Christ comme l'unique moyen d'effacer les péchés précis qui m'ont été révélés.

    Le sacrifice d'expiation : j'accepte Christ comme mon Substitut et m'approprie la valeur de son sacrifice expiatoire pour mon état de pécheur.

    Le sacrifice d'actions de grâces : grâce au sacrifice de la croix, je puis jouir d'une communion rétablie entre Dieu et moi et entre mes frères et moi.

    L'offrande de gâteau : ayant reçu le pardon et la purification de mes péchés et ayant été rétabli dans la communion de Dieu et des frères, j'offre ma vie au service de Dieu et des frères.

    L'holocauste : j'offre mon corps "en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu" et j'accepte d'être à mon tour "crucifié avec Christ".

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

Publié dans Le bénéfice du sang

Commenter cet article

conseil immobilier 05/05/2014 08:23

amen! le seul sacrifice que nous devrons faire et de nous sacrifier à faire de la prière et surtout de consacrer plus de temps à Dieu.