nous préchons Christ crucifié, scandale pour les juifs et folie pour les païens

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

La sagesse de Dieu passe par la croix. Elle se moque de la sagesse humaine :

1 Corinthiens 1-18 à 25 : car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent, mais pour nous qui sommes sauvés elle est une puissance de Dieu.

Aussi est il écrit : je détruirais la sagesse des sages. Et Je rendrai nulle l'intelligence des intelligents.

Où est le sage ? Où est le scribe ? Où est le raisonneur de ce siècle ?

Dieu n'a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde ?

 Car puisque le monde, avec sa sagesse, n'a point connu Dieu, il a plu à Dieu dans sa sagesse de sauver les croyants par la folie de la prédication de la croix.

Les Juifs demandent des miracles et les Grecs cherchent la sagesse. Nous, nous prêchons Christ crucifié, scandale pour les Juifs et folie pour les païens, mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui sont appelés, tant Juifs  que grecs. Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que la sagesse des hommes

Qu'est-ce que la faiblesse de Dieu ou la sagesse de Dieu ?

Comment se manifeste-t-elle ?

Dans sa faiblesse le Père et dans sa sagesse, il a envoyé son fils mourir sur une croix pour nous manifester son amour et nous ouvrir, nous donner l'accès aux trésors de sa sagesse qu'il a mis en Jésus.

Dieu se moque de la sagesse humaine, de tous les efforts des hommes pour obtenir le salut, la réconciliation avec Dieu, le pardon des péchés par la pratique de la sagesse humaine. Même accompagnée de beaucoup d'efforts pour paraître bien, répétons le Dieu s'en moquent.

Cette sagesse gonfle le « moi ». Dieu la destine aux flammes  du feu qui ne s'éteindra pas. Il la considère comme de la paille. Car la puissance de la sagesse de Dieu se manifeste dans la mort de la chair, par la crucifixion de tous les raisonnements humains. La sagesse du monde, pour Dieu est  une folie, car elle prend naissance dans des intelligences d'insensés. La sagesse humaine n'a jamais découvert, ou rencontré le vrai Dieu. La sagesse humaine est aveugle.

Mais Dieu, par son Esprit de sagesse à trouver la solution unique pour nous rejoindre et se révéler à nous : la voix étroite de la croix. Elle est l'unique passage afin que nul  ne s'égare dans des voies fabriquées par les hommes, l'esprit religieux, ou le diable. Ce sont toutes des voies sans issues, c'est-à-dire des voies de mort.

Dans sa sagesse le Père a mis tous les trésors de la sagesse en Jésus crucifié, ressuscité, glorifié, assis à la droite du Père sur son trône. Jésus a dû passer par chacune de ces différentes étapes.

Aussi pour accéder à ce trésor de la sagesse, nous devons passer par l’épreuve de la crucifixion, ou accepté d'avoir été crucifié en Christ, d'avoir été mis au tombeau avec lui et d'être ressuscité avec Lui. Et aujourd'hui d'être assis dans les lieux célestes en Christ.

Nous devons prendre la voie étroite la croix, mais ne pas y rester, car Jésus n'y est plus. Il a ouvert une voie sainte qui mène directement au trône de la grâce. Par la foi nous croyons que le trésor de la sagesse s’y tient. La clé pour ouvrir ce trésor se nomme : la foi

ainsi l'a décidé le Père, dans sa faiblesse et sa sagesse afin que nul homme ne se glorifie de sa propre sagesse.  En passant par la croix, nous sommes mis à nu comme Jésus. Ce passage par la croix nous dépouille de tout ce qui est encore charnel dans nos vies.

Dieu nous dit, à chacun, chacune d'entre nous qui sommes son fils ou sa fille, comme le père du fils prodigue, tout ce qui est à moi est à toi par Jésus. Cela réjouit le cœur du père chaque fois que nous le croyons, demandons et recevons sa sagesse. Si nous doutons, nous repoussons le sacrifice de Jésus et son œuvre dans nos vies. Ne négligeons jamais le bénéfice, la grâce obtenue par Jésus sur la croix, soit par ignorance, doute, incrédulité ou orgueil.

 

 

Comment  établir le fondement de la sagesse dans nos vies ?

Proverbes 1-7 : la crainte de l'Eternel est le commencement de la science (ou connaissances) les insensés méprisent la sagesse et l'instruction.

Voici le même verset dans la version nouvelle Bible Segond :

La crainte du Seigneur est le commencement de la connaissance, la sagesse et l'instruction, voilà ce que les imbéciles méprisent.

Insensé ou fou, en Hébreu, ne s'applique pas du tout à un aliéné. Mais plutôt à celui qui fait preuve d'arrogance, et préfère organiser sa vie sans Dieu.

La crainte n'est que le commencement, la porte d'entrée. La crainte doit être suivie de l'obéissance totale, une obéissance de chaque jour, non pas une obéissance d'esclave à maître, mais une obéissance dans l'amour, filiale. Il nous est dit de Jésus : Esaie 11-3 : il respirera la crainte de l'Eternel. C'est à dire que la crainte de l'Eternel imprègne, façonne tout son être. Elle vient du cœur rempli de la crainte avant de s’exprimer vers l’extérieur. Chaque fibre de son être, chaque cellule de sa personne, respire la crainte de l'Eternel.

Maintenant regardons la vie de foi de cet homme nommé Noé, qui était rempli de la crainte de l’Eternel, au milieu de sa génération perverse, il a trouvé grâce aux yeux de Dieu. Il était un homme intègre. Noé marchait avec Dieu.

Hébreux 11 --7 : nous parle de Noé : c'est par la foi que Noé, divinement averti des choses qu'on ne voyait pas encore, et saisi d'une crainte respectueuse, construisit une arche pour sauver sa famille. C'est par elle qu'il condamna le monde.

 

Il est écrit qu’il fut saisi d'une crainte respectueuse, nous pouvons dire d'une crainte amoureuse de Dieu. L'amour suprême nous pousse à exprimer le respect et même l’admiration. Même si ce n'est pas écrit, il est certain, en contrepartie et dans sa grâce, que Dieu lui a donnée toute la sagesse  dont il avait besoin pour construire cette arche de 150 m de long, 25 m de large et 15 m de hauteur. Il nous est dit que Noé a été obéissant jusqu'à dans les plus petits détails.

  

Prenons le cas de Pierre : le jour de la Pentecôte à Jérusalem : Actes 2-6 : Au bruit qui eut lieu la multitude accouru.

Actes 2 -- 14 : Alors Pierre, se présenta avec les 11 et  éleva la voix Il leur parla en ces termes.

Actes 2 -- 22 : hommes Israélites, écouté ces paroles ! Jésus de Nazareth, cet homme à qui Dieu a rendu témoignage devant vous par les miracles, les prodiges, et les signes qu’il a opéré par lui au milieu de vous, comme vous le savez-vous vous-mêmes, cet homme, livré selon le dessein arrêté et selon la prescience de Dieu, vous l'avez crucifié, vous l'avez fait mourir par la main des impies.

 Dieu l'a ressuscité, en le délivrant des liens de la mort, parce qu'il n'était pas possible qu'il soit retenu par elle.

Hommes frères, qu'il me soit permis de vous dire librement au sujet du patriarche David, qu'il a été enseveli et que son sépulcre existe encore aujourd'hui parmi nous.

Comme il était prophète et qu'il savait que Dieu lui avait promis avec serment de faire asseoir un de ses descendants sur son trône. C'est la résurrection du Christ qu'il a prévu  et annoncée en disant qu'il ne serait pas abandonné dans le séjour des morts et que sa chair ne verrait pas la corruption.

C'est ce Jésus que Dieu, a ressuscité, nous en sommes tous témoins.

Élevé par la droite de Dieu,  il a reçu du Père le Saint-Esprit qui avait été promis, et il l’a répandu, comme vous le voyez et entendez.

Que  toute la maison d'Israël sache donc avec certitude que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié.

Après avoir entendu ce discours ils eurent le coeur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : hommes frères, que ferons-nous ?

Pierre leur dit : Repentez-vous et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, à cause du pardon de vos péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit et par plusieurs autres paroles il les conjurait et les exhortait, disant : sauvez vous de cette génération perverse. Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés, et, en ce jour là, le nombre des disciples augmentait d'environ 3000 à âmes.

 

Publié dans Le coeur du Père

Commenter cet article

L17 26/05/2010 21:18



 C'est bien là le paradoxe de la Croix ! Folie et scandale pour nos contemporains comme au temps de Jésus-Christ...


 Et pour nous chrétiens, un mystère dont on approche par la souffrance et que l'on accepte dans la foi.


Merci pour votre belle méditation sur la Croix et la Sagesse.


Deu vos guard !


MV. (L17)