Nous devenons comme celui que nous adorons

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Mots clés: adoration- bête- statue- règne-fournaise- grâce

 

La Bible nous apprend que nous devenons semblables à celui que nous adorons : à Dieu pour ceux qui l'adorent et à la bête, ceux qui l'adorent et se prosternent devant elle, ou acceptent de vivre selon ses principes ou de se soumettre à son autorité. Nous en avons un exemple dans le livre de Daniel, avec Nébucadnetsar qui se fait construire une statue en or. Elle s’élève à 30 m de haut et 3 m de large. Il décide que tous les habitants de la terre doivent l'adorer. Tous ceux qui refusent sont condamnés à mort, en étant jetés dans une fournaise ardente.

Les Juifs captifs à Babylone, dont Daniel et ses amis refusent de se prosterner devant la statue de Nébucadnetsar. C'est la raison pour laquelle ils se sont retrouvés liés dans la fournaise ardente. Nous savons que Dieu les a préservés du feu destructeur.

Nous en avons là, un exemple vivant de la bête qui veut que tous les hommes l’adorent et se prosternent devant elle.

Nous sommes l’objet d’une guerre d’adoration, et nous vivons au milieu d’une guerre d’adoration.

Apocalypse 13- 14 et 15 : Elle égare (la bête) les habitants de la terre par les signes qu’il lui a été donné de produire devant la bête, en disant aux habitants de la terre de faire une image de la bête qui a été blessée par l’épée et qui a repris vie. Il lui fut donné d’animer l’image de la bête, pour que l’image de la bête parle et fasse tuer tous ceux qui ne se prosterneraient pas devant l’image de la bête.

 La Bible nous annonce le règne de la bête sur toute la terre. Son règne ne s'établira pas par un coup d'état ou une insurrection. Son règne se prépare au fil des siècles, comme par exemple avec le roi Nébucadnetsar. Le règne de la bête se manifestera au grand jour quand Dieu lui permettra. Demandons à Dieu de nous donner le discernement, pour reconnaître dans les siècles passés la manifestation et le signe de la bête. Notons également que Dieu nous demande de discerner dans quelle saison nous sommes à travers les circonstances dans lesquelles nous évoluons, et les événements qui se manifestent sur la terre. Dieu nous prévient et nous demande de ne pas nous compromettre ou de ne pas être ignorant de la séduction de la bête. Pour cela il nous donne des exemples dans la Bible. Dans précédent  message nous avons relaté histoire de Jean-Baptiste et le coup de la bête qu'il a reçu sur la tête pour lui prendre la vie.

Cette fois-ci nous parlons de l'adoration et de la guerre de l'adoration entre Dieu et Satan qui se manifeste à travers la bête. Les premières victimes de la bête sont les saints ou ceux qui appartiennent à Jésus. Tout ceux dont le nom est inscrit dans le livre de vie de l’Agneau. Et nous verrons à travers l'histoire de Daniel combien il a eu besoin de discernement, de sagesse, de foi pour échapper à l'adoration de la bête, au risque de sa vie. Malgré toutes les menaces dont il fut l'objet ainsi que ses compagnons, il est toujours resté fidèle à son Dieu, l'Eternel, notre Dieu.

En Corée du Nord l'actuel président s’est fait élevé une statue et demande à tous les habitants de son pays de se prosterner devant cette statue, sous peine de sanction grave. Les habitants du pays qui ne se prosternent pas devant cette statue ne peuvent  obtenir de travail. Il en est de même pour ceux et celles qui ne donnent pas, publiquement, des louanges ou des paroles de reconnaissances pour leur président. Nous pourrions plutôt dire : Dictateur.

La bible nous dit qu’un jour, ceux qui n’ont pas reçu ou accepté  la marque de la bête sur le front ou sur la main droite, ne pourrons plus ni acheter, ni vendre.

Le roi Nébucadnetsar était puissant. Dieu lui a permis d’intervenir contre le royaume de Juda à cause de ses désobéissances et son endurcissement de cœur. De ce fait un certain nombre de juifs furent déportés à Babylone, dont  Daniel et ses amis. A la suite de cette victoire et la conquête de nombreux autres pays, le cœur  du roi Nébucadnetsar s’est endurci, enorgueilli. Il a recherché la gloire à un niveau tel qu’il a imposé l’adoration de sa personne, à tous les habitants des pays sous sa domination.

Comme nous l’avons cité à travers Apocalypse 13- 15 et 16 : tous ceux qui refusent d’adorer la bête sont tués. De même avec le roi Nébucadnetsar tous ceux qui refusent d’adorer sa statue étaient jetés dans une fournaise ardente, c'est-à-dire brulés vifs ou détruits par le feu.

Quelque temps après Nébucadnetsar reçoit une vision nocturne qui le trouble : il voit un arbre de grande hauteur.

Daniel 4 – 4 et 5 : Moi, Nébucadnetsar, je vivais tranquille dans ma maison, et heureux dans mon palais. J’ai eu un songe qui m’a effrayé ; les pensées dont j’étais poursuivi sur ma couche et les visions de mon esprit me remplissaient d’épouvante :

Daniel 4- 10 à 15 : Voici les visions de mon esprit, pendant que j’étais sur ma couche. Je regardais, et voici, il y avait au milieu de la terre un arbre d’une grande hauteur.

 Cet arbre était devenu grand et fort, sa cime s’élevait jusqu’aux cieux, et on le voyait des extrémités de toute la terre.

 Son feuillage était beau, et ses fruits abondants ; il portait de la nourriture pour tous ; les bêtes des champs s’abritaient sous son ombre, les oiseaux du ciel faisaient leur demeure parmi ses branches, et tout être vivant tirait de lui sa nourriture.

Dans les visions qui se présentaient à mon esprit pendant mon sommeil, je regardais, et voici, un de ceux qui veillent et qui sont saints descendit des cieux.

Il cria avec force et parla ainsi : Abattez l’arbre, et coupez ses branches ; secouez le feuillage, et dispersez les fruits ; que les bêtes fuient de dessous, et les oiseaux du milieu de ses branches !

 Mais laissez en terre le tronc où se trouvent les racines, et liez-le avec des chaînes de fer et d’airain, parmi l’herbe des champs. Qu’il soit trempé de la rosée du ciel, et qu’il ait, comme les bêtes, l’herbe de la terre pour partage.

Cette vision trouble Nébucadnetsar. Il ne comprend  pas la vision, ses devins ou ses astrologues non plus. Finalement il demande à Daniel de venir lui donner une interprétation de cette vision. Daniel lui explique que cet arbre abattu, c'est lui-même et c'est ce qu'il risque de lui arriver s'il continue de se faire adorer :

Daniel --4 -- 22 à 25 -- 27 : c’est toi, ô roi, qui es devenu grand et fort, dont la grandeur s’est accrue et s’est élevée jusqu’aux cieux, et dont la domination s’étend jusqu’aux extrémités de la terre.

 Le roi a vu l’un de ceux qui veillent et qui sont saints descendre des cieux et dire : Abattez l’arbre, et détruisez le ; mais laissez en terre le tronc où se trouvent les racines, et liez le avec des chaînes de fer et d’airain, parmi l’herbe des champs ; qu’il soit trempé de la rosée du ciel, et que son partage soit avec les bêtes des champs, jusqu’à ce que sept temps soient passés sur lui.

Voici l’explication, ô roi, voici le décret du Très Haut, qui s’accomplira sur mon seigneur le roi.

On te chassera du milieu des hommes, tu auras ta demeure avec les bêtes des champs, et l’on te donnera comme aux bœufs, de l’herbe à manger ; tu seras trempé de la rosée du ciel, et sept temps passeront sur toi, jusqu’à ce que tu saches que le Très Haut domine sur le règne des hommes et qu’il le donne à qui il lui plaît.

L’ordre de laisser le tronc où se trouvent les racines de l’arbre signifie que ton royaume te restera quand tu reconnaîtras que celui qui domine est dans les cieux.

C’est pourquoi, ô roi, puisse mon conseil te plaire ! Mets un terme à tes péchés en pratiquant la justice, et à tes iniquités en usant de compassion envers les malheureux, et ton bonheur pourra se prolonger.

Nébucadnetsar n'a pas tenu compte de cet avertissement. La vision s'est accomplie :

Daniel 4- 29 à 37: Au bout de douze mois, comme il se promenait dans le palais royal à Babylone,

 Le roi prit la parole et dit : N’est ce pas ici Babylone la grande, que j’ai bâtie, comme résidence royale, par la puissance de ma force et pour la gloire de ma magnificence ?

La parole était encore dans la bouche du roi, qu’une voix descendit du ciel : Apprends, roi Nébucadnetsar, qu’on va t’enlever le royaume.

On te chassera du milieu des hommes, tu auras ta demeure avec les bêtes des champs, on te donnera comme aux bœufs de l’herbe à manger ; et sept temps passeront sur toi, jusqu’à ce que tu saches que le Très Haut domine sur le règne des hommes et qu’il le donne à qui il lui plaît.

Au même instant la parole s’accomplit sur Nébucadnetsar. Il fut chassé du milieu des hommes, il mangea de l’herbe comme les bœufs, son corps fut trempé de la rosée du ciel ; jusqu’à ce que ses cheveux croissent comme les plumes des aigles, et ses ongles comme ceux des oiseaux.

Après le temps marqué, moi, Nébucadnetsar, je levai les yeux vers le ciel, et la raison me revint. J’ai béni le Très Haut, j’ai loué et glorifié celui qui vit éternellement, celui dont la domination est une domination éternelle, et dont le règne subsiste de génération en génération.

 Tous les habitants de la terre ne sont à ses yeux que néant ; il agit comme il lui plaît avec l’armée des cieux et avec les habitants de la terre, et il n’y a personne qui résiste à sa main et qui lui dise : Que fais tu ?

En ce temps, la raison me revint ; la gloire de mon royaume, ma magnificence et ma splendeur me furent rendues ; mes conseillers et mes grands me redemandèrent ; je fus rétabli dans mon royaume, et ma puissance ne fit que s’accroître.

 Maintenant, moi, Nébucadnetsar, je loue, j’exalte et je glorifie le roi des cieux, dont toutes les œuvres sont vraies et les voies justes, et qui peut abaisser ceux qui marchent avec orgueil.

 Cette histoire nous pouvons la regarder comme un simple fait divers et historique : avec un regard de journaliste ou un lecteur de journaux ou de médias : un roi atteint par la folie et qui quelques années plus tard retrouvent son bon sens. Les psychiatres essayeront de vous expliquer pourquoi cela est arrivé à ce roi.

Nous chrétiens, nous savons et croyons que tout ce qui est dans la Bible, est écrit pour notre instruction. Ici il est question de la bête. Tous ceux qui acceptent de se soumettre ou d'adorer la bête, deviendront comme la bête. Leurs fins, comme la bête sera l'étang de feu et ils seront tourmentés à jamais.

Apocalypse 20 -- 15 : Quiconque ne fut pas trouvé inscrit dans le livre de la vie fut jeté dans l’étang de feu.

Nébucadnetsar était un adorateur de la bête. Il est devenu comme la bête, en devenant lui-même comme une bête. Cela nous est montré sur le plan naturel, pour nous inviter à regarder et comprendre ce qui se passe dans le spirituel, à travers cette histoire.

Dieu nous demande de ne pas avoir d’autres dieux devant sa face, car nul ne peut servir deux maîtres. Et nous devenons semblables à celui que nous adorons. Si nous adorons un dieu « qui ne voit point » nous deviendront aveugles, incapables de discerner le bien du mal, la vie ou la mort etc.

Exode 20- 4 et 5 : Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; car moi, l’Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent.

Ceci est tellement important que nous le retrouvons répétés, à maintes reprises dans la bible.

Certains se demandent pourquoi ? Personne ne peut vivre divisé : un pied avec Dieu, un autre avec Satan. La bible nous donne l’image d’une statue avec une tête en or pur, le buste et les bras étaient d’argent, son ventre et ses cuisses étaient de bronze, ses jambes de fer, ses pieds une partie de fer et en partie d’argile. Nous savons que le fer et l’argile ne se mélange pas. Autrement dit, une alliance entre deux matériaux différents ou de deux natures différentes est impossible. De même une alliance entre le bien et le mal est impossible.

 Cette association impossible du fer et de l’argile représente une image du mariage entre deux natures différentes : une personne qui a reçu la nature de Christ, c’est à dire la nature d’en haut ou de Dieu, et l’argile qui représente la nature terrestre ou des ténèbres. Il n’y aura jamais de mélange possible, c'est-à-dire de communion, ni de relation possible. Les deux matériaux se côtoient, mais il n’y aura jamais d’adhésion, ni de cohésion possible entre eux. Certes, l’argile peut-être un matériau malléable dans un temps, c'est à dire se montrer sous un aspect doux,mais elle gardera sa nature. Et l’argile, avec le temps, se durcira.

Et l’argile, avec le temps, se durcira inévitablement. Même si à un moment ou un autre de sa vie, l’argile reçoit la pluie du Saint-Esprit, certes elle se ramollira, mais elle conservera sa nature. Elle n’aura pas la capacité de changer sa nature, malgré tous ses efforts. D’autre part le fer représente la dureté, l’inflexibilité, à moins d’être mis dans le feu, au point de devenir rouge, incandescent, et de recevoir de nombreux coup de marteaux. Sa forme va changer mais il conservera sa nature et il redeviendra inflexible en se refroidissant

Les pieds nous parlent de nos fondations. Si nos fondations sont divisées nous allons tomber rapidement. Tout comme cette statue avec des pieds en deux matières non associées ne pourra tenir longtemps debout.

 Psaume 135- 15 à 20 : Les idoles des nations sont de l’argent et de l’or, Elles sont l’ouvrage de la main des hommes. (Comme la statue de Nébucadnetsar)

 Elles ont une bouche et ne parlent point, Elles ont des yeux et ne voient point,

 Elles ont des oreilles et n’entendent point, Elles n’ont point de souffle dans leur bouche.

Ils leur ressemblent, ceux qui les fabriquent, Tous ceux qui se confient en elles.

La bible nous montre, dans le livre d’Esaïe, que les hommes agissent souvent comme des insensés, des aveugles ou des ignorants.

Esaïe 44-14 à 20 : Il coupe des cèdres, il prend des rouvres et des chênes qu’il a laissés grandir parmi les arbres de la forêt ; il plante des pins, et la pluie les fait croître.

 L’homme s’en sert pour faire du feu, il les prend pour se chauffer. D’une part, il en allume pour cuire du pain, d’autre part il fabrique un dieu, il se prosterne ; il en fait une statue, devant laquelle il fait des révérences.

 Il jette au feu la moitié de son bois, avec cette moitié il va pouvoir manger de la viande, il cuit un rôti et se rassasie ; il se chauffe aussi et dit : Ah ! Ah ! Je me chauffe, je vois les flammes !

 Et avec le reste il fait un dieu, sa statue, il fait des révérences devant elle, il se prosterne, il l’invoque et s’écrie : Délivre moi, car tu es mon dieu !

Il se repaît de cendres ; son cœur abusé l’égare, il ne le délivrera pas ; il ne dira pas : N’y a–t–il pas un mensonge dans ma main droite ? Il ne réfléchit pas et il n’a ni connaissance ni d’intelligence pour dire : J’en ai jeté une moitié au feu, j’ai cuit du pain sur les braises, j’ai rôti de la viande et je l’ai mangée ; et avec le reste je ferais une abomination ! Je ferais des révérences devant un morceau de bois !

Méfions nous, car nous avons vu en Apocalypse 13- 15 «  il fût donné à l’image de la bête de parler » cela ne vient pas de Dieu, mais de Satan à cause de l’aveuglement et l’ignorance des personnes. Il peut en être de même avec les statues, des démons peuvent y être affectés, et faire entendre des voix dans les pensées des personnes ignorantes, ou mal informées.

Tous ces versets concernant les statues, les idoles qu’elles soient de bois ou d’or, ne sont pas mentionnés dans la bible, pour nous inviter à discerner l’idolâtrie, du voisin  ou ses hauts lieux, mais les nôtres. La bible est d’abord écrite pour notre instruction personnelle. Nous sommes responsables, personnellement de sa mise en pratique. Certes il plus est plus facile de voir la paille qui est dans l’œil du voisin, que la poutre qui est dans le notre, c’est Jésus qui le dit. Chacun d’entre nous, posons nous la question : Quel mon haut lieu ? Ou l’autel sur laquelle j’adore ? Ou quelles sont les victoires ou les succès que je m’attribue ?

Nébucadnetsar a été employé comme un fouet dans la main de l’Eternel, contre le royaume de Juda désobéissant. De ce fait Dieu a permis que Juda soit déporté à Babylone. Nébucadnetsar, l’orgueil est monté dans son cœur. Il  s’est enorgueilli des différentes victoires que Dieu lui a permis de gagner. Ensuite est montée dans son cœur, ces paroles : N’est ce pas ici Babylone la grande, que j’ai bâtie, comme résidence royale, par la puissance de ma force et pour la gloire de ma magnificence ? N’est ce pas par ma force que j’ai gagné toutes ces victoires. Comme Satan il s’est élevé et cherché à recevoir l’adoration de son peuple, en se faisant ériger une statue d’or. Mais le jugement de Dieu est tombé sur sa vie. IL est devenu comme une bête, parmi les bête des champs, jusqu’au jour où il s’est humilié devant Dieu : « Je levai les yeux vers l’Eternel et la raison me fût rendu »

Nous avons à nous humilier pour tous les autels élevés, dans notre pays, où sont adorés des faux dieux, des idoles. Il y en a des multitudes dans notre pays.

 

 

Commenter cet article