Ne touche pas à mon identité

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Ne touche pas à mon identité

 

Qu’est-ce que l'identité ?

Ce sont des données qui déterminent chaque personne et qui permettent de la différencier des autres. Cette définition  nous la trouvons exprimée de différentes manières et notamment par notre carte d'identité nationale. Elle permet de nous identifier rapport à tous les autres habitants de notre pays. Cette carte fournie un grand nombre de renseignement sur notre personnalité : nom, prénom, date de naissance, lieu de naissance, la nationalité, lieu d’habitation, une photo d’identité, le sexe, la taille, la couleur des yeux. En quelque sorte tout ceci représente les aspects extérieurs de notre identité.

Dans les composantes de notre identité il existe aussi un aspect psychologique, biologique, physiologique, familial, spirituel. Dans l'identité nous trouvons un signe d'appartenance. Tout être humain désire  savoir d'où il vient, qui sont ses parents par exemple. Aussi nous voyons les enfants adoptés effectuer des recherches pour connaître leur origine.

 Notre identité première vient de Dieu qui nous a créés. Nous l'avons perdue dans le jardin d'Éden, par la désobéissance. Cette désobéissance a changé notre nature donc de ce faite notre identité. L'identité est attachée à notre nature. C'est ainsi qu'un animal ne peut avoir la même identité qu'un être humain.

Notre identité exige un combat pour remettre en cause et la conserver.

Jésus n'a pas échappé à cette règle sur cette terre, quand il a commencé son ministère public. Deux fois le tentateur, c'est-à-dire celui qui amène le doute,  lui pose cette question : si tu es le Fils de Dieu…

Le tentateur, s’étant approché, lui dit : Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains.

Et lui dit : Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet ; Et ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre.

                                                                                                                       Matthieu 4: 3 et 6

La première tentation commence par cette question : si tu es le Fils de Dieu… À nouveau Satan s'adresse à Jésus de la même manière lors de la deuxième tentation. À la troisième tentation le diable n’insiste plus car Jésus savait d'où il venait et où il allait : Je suis sorti du Père et je suis venu dans le monde ; maintenant, je quitte le monde et je vais vers le Père.

                                                                                                                                   Jean 16:28

Jésus nous dit que son identité vient du Père est dans la Bible nous constatons que le Père le confirme à plusieurs reprises : Et une voix survint des cieux : Tu es mon Fils bien–aimé ; c’est en toi que j’ai pris plaisir.

                                                                                                                                   Marc 1 : 11

Et une voix survint des cieux : Tu es mon Fils bien–aimé ; c’est en toi que j’ai pris plaisir.                                                                                                              Matthieu 3 : 17

 

Les démons connaissent l'identité de Jésus

Qu’y a–t–il entre nous et toi, Jésus de Nazareth ? Tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es : le Saint de Dieu. Jésus le menaça, disant : Tais–toi, et sors de cet homme.                                                                                                                   Marc 1 : 24

Les pharisiens doutaient de son identité

  Jésus garda le silence. Et le souverain sacrificateur, prenant la parole, lui dit : Je t’adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu.

                                                                                                                          Matthieu 26:63

Dieu nous connaît par notre nom. Il dit à Moïse je te connais pas ton nom. Nous sommes appelés à vivre l'identité de Dieu : Moïse dit à l’Eternel : Voici, tu me dis : Fais monter ce peuple ! Et tu ne me fais pas connaître qui tu enverras avec moi. Cependant, tu as dit : Je te connais par ton nom, et tu as trouvé grâce à mes yeux.

L’Eternel dit à Moïse : Je ferai ce que tu me demandes, car tu as trouvé grâce à mes yeux, et je te connais par ton nom.

                                                                                                                     Exode 33:12 et 17

Jésus connaissait Nathanaël même s’il ne l'avait jamais rencontré : Jésus, voyant venir à lui Nathanaël, dit de lui : Voici vraiment un Israélite, dans lequel il n’y a point de fraude. D’où me connais-tu ? lui dit Nathanaël. Jésus lui répondit : Avant que Philippe t’appelle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu.

                                                                                                                         Jean 1 : 47 et 48

Jésus change le nom de Simon qui devient Pierre

Simon, qu’il nomma Pierre ; André, son frère ; Jacques ; Jean ; Philippe ; Barthélemy.                                                                                                               Luc 6 : 14

Jacob, l'usurpateur devient Israël ce qui signifie : prince de Dieu et il sera également le père des 12 tribus d'Israël.

Il lui dit : Quel est ton nom ? Et il répondit : Jacob. Il dit encore : ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël ; car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur.

                                                                                                                    Genèse 32:27 et 28

Dieu a obligé Jacob à chercher sa véritable identité, et il a lutté avec lui pour qui il était vraiment, et non ce que les autres disaient de lui. Tout le monde l’appelait par le nom que ses parents lui avaient donné. Jacob  croyait donc être définitivement cet homme-là, mais Dieu  avait un autre plan pour lui.

Retenons bien ceci : nous ne sommes pas ce que les autres disent de nous. Pourquoi nous donneraient-ils notre nom ? Déterminons qui nous sommes devant Dieu et laissons-le déterminer le niveau de notre réussite.

Nous constatons dans ces deux exemples que le changement de nom changé l'identité de ces personnes afin de les amener à sortir de leur kronos pour les amener dans le kairos de Dieu.

L'identité de l'homme depuis son origine sur la terre a subi beaucoup de combat. Aujourd'hui ce combat qui concerne l'identité n'a jamais été aussi intense, n'a jamais connu un tel acharnement de la part des puissances de l'enfer. Ce qui a déjà existé en Genèse 6 et aux moments de la destruction de Sodome et Gomorrhe, revient avec une telle ampleur que nous avons l'impression que la terre va naître recouverte, anéanti notre identité est inscrite dans nos gènes

Le premier enfant d’Adam et Eve s'est retrouvé avec un esprit d'orphelin.

Jésus nous a prévenus de ces temps difficiles que nous vivons : Il faut que je fasse, tandis qu’il est jour, les œuvres de celui qui m’a envoyé ; la nuit vient, où personne ne peut travailler. Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde.

                                                                                                                                      Jean 9 : 4

 

Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs.                                 2 Timothée 4: 3

 

Jésus ne cesse de nous prévenir des temps qui viennent

 

Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l’avènement du Fils de l’homme.

 Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ;  et ils ne se doutèrent de rien, jusqu’à ce que le déluge vienne et les emporte tous : il en sera de même à l’avènement du Fils de l’homme.

                                                                                                               Matthieu 24 : 37 à 39

La Bible noue prévient par la manifestation de signes avant coureurs nous annonçant la venue de l’impie ou de l’avènement du royaume de la bête.

Que personne ne vous séduise d’aucune manière ; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme impie, le fils de la perdition,  l’adversaire qui s’élève au–dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore ; il va jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui–même Dieu. Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais ces choses, lorsque j’étais encore chez vous ?

 Et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu’il ne paraisse qu’en son temps.

 Car le mystère de l’iniquité agit déjà ; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. Et alors paraîtra l’impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il écrasera par l’éclat de son avènement.

L’apparition de cet impie se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés.  Aussi Dieu leur envoie-t-il une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice, soient condamnés.

                                                                                                           2 Thessaloniciens 3 à 12

 

Tout s'accélère et les hommes et les femmes participent et se font les complices de l’avènement de la bête et son gouvernement sur le monde.

C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes : car leurs femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre nature ; et de même les hommes, abandonnant l’usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux–mêmes le salaire que méritait leur égarement.

 Comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu, Dieu les a livrés à leur sens réprouvé, pour commettre des choses indignes, étant remplis de toute espèce d’injustice, de méchanceté, de cupidité, de malice ; pleins d’envie, de meurtre, de querelle, de ruse, de malignité ; rapporteurs, médisants, impies, arrogants, hautains, fanfarons, ingénieux au mal, rebelles à leurs parents, dépourvus d’intelligence,  de loyauté, d’affection naturelle, de miséricorde.

 Et, bien qu’ils connaissent le jugement de Dieu, déclarant dignes de mort ceux qui commettent de telles choses, non seulement ils les font, mais encore ils approuvent ceux qui les font.

                                                                                                                   Romains 1 : 26 à 32

Que s’est-il passé pour que cette situation se manifeste ?

 

Afin de trouver la réponse  à ce genre de question il est toujours nécessaire de retourner dans le livre de la Genèse, le premier livre de la Bible. A la fin de la création la Bible nous dit que l’Eternel contempla son œuvre, et il vit que cela était très bon.

Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon.                  Genèse 1 :31a

 L’Eternel plaça Adam et Eve dans son jardin, celui qu’il avait préparé pour eux, le jardin des délices. Ils reçoivent une seule interdiction : vous ne mangerez pas des fruits de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, sinon vous mourrez certainement.

Au chapitre trois de la Genèse nous voyons apparaître le serpent qui nous présenté comme le plus rusé de tous les animaux. Il est en rébellion contre l’Eternel et jaloux du statut accordé à Adam et Eve. L’Eternel a préparé un plan de bonheur pour le premier couple. Le serpent rusé leur offre, par le mensonge, la ruse, la séduction et en tordant la Parole de Dieu, un contre plan de destruction, de soit disante liberté ou « d’affranchissement » de l’interdiction posée par l’Eternel.

Alors le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez point ;  mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal.

La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea.

                                                                                                                           Genèse 3 : 4 à 6

Maintenant relevons les mensonges du serpent et discernons son venin de tromperie et de mort.

Vous ne mourrez point, alors que L’Eternel a bien dit : le jour où tu en mangeras tu mourras certainement.

Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvreront, et que vous serez comme Dieu. Voilà le plus gros mensonge et la plus grande tentation offert à l’être humain, devenir comme Dieu, l’égal de Dieu. D’autres traductions nous disent : vous serez comme des dieux qui connaissent le bien et le mal. Deux autres mensonges sont plantés dans la vie  d’Adam et Eve : vous ne mourrez point, le deuxième n’est pas dit clairement toutefois le serpent l’insinue : «  Dieu vous cache des choses importantes, donc il vous ment » Ces paroles ne peuvent sortir que de la bouche du père du mensonge.

Voilà la semence ou le poison planté dans les cœurs de l’homme et la femme depuis que l’être humain existe : devenir comme Dieu, son égal, indépendant et ne plus avoir de compte à lui rendre. Devenir capable de choisir soi-même, ne plus avoir de contrainte c’est le désir qu’a fait naître Satan. Cette promesse a été reçue comme une espérance de délivrance.

 Dans tous les siècles passés, jusqu’à nos jours cette tentation ne cesse de se manifester. Cette promesse d’indépendance s’est propagée jusqu’à nous en 2014. Elle n’a jamais pris autant d’importance que maintenant et se manifeste comme un tsunami  dans tous les domaines de la vie. Reprenons ces points importants et développons-les.

Vos yeux s’ouvriront, la bible du rabbinat, en français, dit : vos yeux seront dessillés.

Déssiller signifie : ouvrir les yeux à quelqu’un, le détromper, découdre ses paupières, faire prendre conscience à quelqu’un de la réalité de la vérité (qui peut-être un mensonge) amener quelqu’un à voir ce qu’il ignorait. Tout ce ci , nous l’avons dit sort de la bouche du père du mensonge.vos yeux seront dessillés, oui mais pour voir dans quel royaume ? Celui de la lumière ou celui des ténèbres ? le royaume de la lumière Adam et Eve y sont déjà. Le piège de Satan consiste à les attirer vers le sien c'est-à-dire dans les ténèbres et la mort.

Vous serez comme Dieu connaissant le bien et le mal. Adam et Eve ainsi que Satan ne sont que des créatures face à Dieu, leur existence dépend de lui. Aucune créature n’a la capacité de devenir l’égal de Dieu. Aucune créature ne peut devenir omniprésente c'est-à-dire être présente dans tout l’univers en même temps et pour toujours. Qui est capable de connaître tous les habitants de la terre par leur nom.

Dieu omniscient, il connaît toute chose sans avoir besoin de se livrer à des études, établir des probalités. Il connait toutes les étoiles par leur nom. Comme le dit Dieu à Job.

Est–ce par ton ordre que l’aigle s’élève, Et qu’il place son nid sur les hauteurs ? C’est dans les rochers qu’il habite, qu’il a sa demeure, Sur la cime des rochers, sur le sommet des monts.  De là il épie sa proie, Il plonge au loin les regards.

 Ses petits boivent le sang ; Et là où sont des cadavres, l’aigle se trouve. L’Eternel, s’adressant à Job, dit : Celui qui dispute contre le Tout–Puissant est–il convaincu ? Celui qui conteste avec Dieu a–t- il une réplique à faire ?

Job répondit à l’Eternel et dit :

 Voici, je suis trop peu de chose ; que te répliquerais-je ? Je mets la main sur ma bouche. J’ai parlé une fois, je ne répondrai plus ; Deux fois, je n’ajouterai rien.

                                                                                                                           Job 39 : 29 à 39

Connaissant le bien et le mal, ici pour connaître la Bible emploie le mot hébreu « yada » qui signifie connaître intimement, profondément comme un époux  connait son épouse intimement. Dieu ne connait pas le mal intimement car il n’y a pas ne serait-ce que l’ombre du mal en lui. Il le connait comme un médecin connait les malades par les symptômes que lui décrivent ses patients.

La femme vit que l’arbre était bon à manger. Dans la Bible du rabbinat il est écrit : la femme jugea que l’arbre était bon comme nourriture. Là nous constatons que la semence diabolique a déjà produit des fruits négatifs, de séduction : Eve était habituée à voir cet arbre, mais maintenant elle constate rien que par la vue, il était précieux pour ouvrir l’intelligence. Déjà elle croit être devenue comme Dieu. Elle se croit capable de discerner le bien et le mal. Satan a omis de leur dire un point très important : Adam et Eve vont perdre leur identité, celle que Dieu leur a donnée. La seule source à laquelle nous puissions puiser pour conserver ou retrouver notre véritable identité se tient dans les fruits de l’arbre de vie, soit Jésus.

Satan essaie toujours de nous mentir pour nous en détourner. Nous le constatons avec les pièges qu’il nous tend avec la libération des mœurs, certaines théories comme celle l’évolutionnisme ou celle du gender, qui ne sont que des théories. Ajoutons encore les additifs alimentaires qui n’ont d’autres buts que d’uniformiser le goût des consommateurs à l’échelle de la planète et d’en faire des clones faciles à manœuvrer. Nous y reviendrons dans de prochains messages.

Publié dans Identité en Jésus

Commenter cet article