Les principes du royaume de Dieu à travers le livre d'Esther

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Les principes diffèrent d'une loi qui est donnée pour régir une situation bien spécifique, elle peut être changée, annulée, remplacée par une autre loi.

Un principe représente un fondement qui reste inébranlable, une manière d'agir, de penser, qui reste immuable dans le royaume de Dieu. Ceux que nous relevons dans le livre d’Ester sont les mêmes aujourd’hui en 2011.

Nous devons apprendre à connaître Dieu. Connaître ses principes doit être notre but à la lecture de chacun des livres de la Bible. Pour ce message nous avons choisi le livre d'Esther. Si nous appliquons même cette recherche dans le livre des Ephésiens ou des Romains par exemple, Dieu nous révèlera d'autres principes immuables de son royaume.

Dans le monde, les principes changent en fonction de la mode, de l'évolution technique, économique, politique, morale, de l'évolution ou de la dégradation des mœurs.

Esther 1 --5 : lorsque ces jours furent écoulés, le roi fit pour le peuple qui se trouvait à Suze, la capitale, depuis le plus grand jusqu'au plus petit, un festin qui dura sept jours.

1) voici le premier principe du royaume de Dieu, personne  n’est  exclut, grand et petit, tous sont invités.

Matthieu 28-18 à 20 : allez, faites de toutes les nations des disciples les baptisant au nom du Père, du Fils, du Saint Esprit. Et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde.

C'est clair la bonne nouvelle de l'Évangile s'adresse à tous les hommes et toutes les femmes de la terre, même ajoutons à toutes les races, toutes les tribus de la terre

Tous sont appelés à participer au banquet des noces de l'Agneau. Apocalypse 19 --9 : Heureux ceux qui sont appelés au festin des noces de l'Agneau. Nous tous nous sommes appelés, mais tous n'acceptent pas l'invitation. Le roi ne rejette personne, de même Dieu ne rejette personne. Mais certains s'excluent eux-mêmes en rejetant ou en ignorant l'invitation. Nous le constatons dans la parabole du festin des noces : Matthieu 22… retenons le cas de l’homme qui n’avait pas revêtu l’habit de noces et qui fût exclu

Le monde opère une distinction entre les personnes qui sont soit disante honorable. Le monde attache de l'importance à tout ce qui est visible. La Bible nous dit qu'il n'en soit pas ainsi dans le corps de Christ.

Jacques 2- 2 à 9 : Supposez, en effet, qu’un homme vêtu d’habits somptueux, portant une bague en or entre dans votre assemblée, et qu’entre aussi un pauvre en haillons.

 Si, voyant l’homme somptueusement vêtu, vous vous empressez autour de lui et vous lui dites : « Veuillez vous asseoir ici, c’est une bonne place ! » tandis que vous dites au pauvre : « Tenez– vous là, debout, ou asseyez vous par terre, à mes pieds »,

 Ne faites vous pas des différences parmi vous, et ne portez vous pas des jugements fondés sur de mauvaises raisons ?

 Ecoutez, mes chers frères, Dieu n’a–t–il pas choisi ceux qui sont pauvres dans ce monde pour qu’ils soient riches dans la foi et qu’ils héritent du royaume qu’il a promis à ceux qui l’aiment ?

 Et vous, vous méprisez le pauvre ? Ce sont pourtant les riches qui vous oppriment et qui vous traînent en justice devant les tribunaux.

Ce sont encore eux qui outragent le beau nom que l’on a invoqué sur vous.

  Si, au contraire, vous vous conformez à la loi du royaume de Dieu, telle qu’on la trouve dans l’Ecriture : Tu aimeras ton prochain comme toi–même, alors vous agissez bien.

 Mais si vous faites des différences entre les personnes, vous commettez un péché et vous voilà condamnés par la Loi, parce que vous lui désobéissez.

Grand signifie : considérer, puissant, distingué.

Petit signifie : sans importance, faible, insignifiant, le moindre.

2) deuxième principe du royaume : la volonté de chacun est respectée.

Esther 1-8 : mais on ne forçait personne à boire, car le roi avait ordonné à tous les gens de sa maison de se conformer à la volonté de chacun.

Dieu nous donne une volonté que lui-même respecte. Apocalypse 3 -- 20 : Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix, j'entrerai et je souperai avec lui, et lui avec moi.

Jamais Jésus  ne force la porte ou la volonté d'une personne. Il nous laisse libre de choisir notre vitesse de croisière. Nous sommes responsables de notre maturité, de notre croissance spirituelle, de choisir d'obéir à Sa Parole, libre de nous laisser conduire par le Saint Esprit ou par notre chair, d’entrer dans notre destinée ou pas. Seul nous en portons la responsabilité. 

Nous en récolterons les fruits, car celui qui limite ou contrôle sa croissance spirituelle perd la passion pour Jésus, perd le premier amour pour Jésus et tombe dans la tiédeur. Jésus nous dit qu'il vomit les tièdes. Quand nous mettons des limites à notre croissance cela démontre que Jésus n’est pas vraiment le Seigneur de notre vie Limité sa croissance c'est manifestée de la rébellion, c'est choisir de devenir une vierge folle. Ceux qui limitent leur croissance spirituelle, vont employer leur capacité intellectuelle, mentales à des choix de vie qui vont les emmener à la dérive. Ils perdent la marche par l'Esprit et c'est l'esprit du monde qui prend le contrôle de leur vie. Ils deviennent comme des bateaux sans gouvernails, ballotés aux grés des flots

Romains 12 -- 11 : nous dit : Ayez du zèle et non de la paresse. Soyez fervents d'esprit. Servez le Seigneur.

Paresse signifie : traîner en arrière, être mou, indolent, passif

Proverbes 28- 26 : Celui qui a confiance dans son propre cœur est un insensé, mai celui qui marche dans la sagesse sera sauvé.

Jean 7 -- 37 : le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, se tenant debout, s'écria : Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi et qu'il boive.

Venir à Jésus ne suffit pas, il faut prendre,  soi-même la décision de boire. Jésus offre gratuitement l'eau de la vie. Mais il nous laisse la liberté de choisir l'eau de la mort ou l'eau de la vie. Ceci nous est dit une deuxième fois en Apocalypse 22 -- 17 : et l'Esprit et l'Epouse disent : Viens, et que celui qui entend dise viens. Et que celui qui a soif vienne, que celui qui veut prenne de l'eau de la vie, gratuitement. Se tenir dans une église ou une assemblée  ne suffit pas, il nous faut boire, recevoir, nous laisser transformer et agir, c'est-à-dire rentrer dans le service.

Ici nous retrouvons encore « que celui qui veut » dans ce verset ces paroles sortent de la bouche du Saint Esprit et de l'Epouse qui se conforment à l'ordre de Jésus.

Un pasteur ne peut pas forcer un membre de son assemblée à boire de l'eau de la vie, même si l'état de ce membre l'inquiète. Il peut seulement prier pour cette personne et l’entourer de son amour. Bien sur cette personne reste libre d’avoir une attitude indifférente aux signaux d’alarme, qui se manifestent autour d’elle à travers son pasteur et les membres de l’assemblée.

C'est un des principes du royaume que chacun soit respecté dans sa personnalité, chacun reste libre de ses choix, et d'exercer son autorité, sa détermination, de boire beaucoup ou peu (sur le plan spirituel bien sur) de garder pour lui ce qu’il reçoit, ou de le partager afin que cela se multiplie

3) troisième principe du royaume : Il n'y a pas de place pour la rébellion,  ou l'indépendance, ou l’indifférence.

Pendant que le roi organise son banquet avec ses princes et ses serviteurs, ensuite avec les gens de son peuple, la reine Vasthi  organise son propre banquet avec les femmes et refuse l'invitation du roi, c'est-à-dire de son mari.

Esther 1-10 à 12 : Le septième jour, comme le coeur du roi était réjoui par le vin, il ordonna à Mehuman, Biztha, Harbona, Bigtha, Abagtha, Zéthar et Carcas, les sept eunuques qui servaient devant le roi Assuérus, d’amener en sa présence la reine Vasthi, avec la couronne royale, pour montrer sa beauté aux peuples et aux grands, car elle était belle de figure.

 Mais la reine Vasthi refusa de venir, quand elle reçut, par les eunuques, l’ordre du roi. Et le roi fut très irrité, il fut enflammé de colère.

Vasthi, son nom signifie : la meilleure, la bien-aimée. La bible nous le représente comme belle de figure, et bien sur elle porte la couronne pour régner aux côtés du roi.

Le roi Assuérus demande d'amener dans sa présence la reine Vasthi. Elle refuse, elle sera destituée. Le cas de la reine Vasthi illustre les paroles de Jésus : il y a beaucoup d'appelés mais peu d élus. Jésus veut nous dire : tous sont appelés, tous nous avons une destinée que Dieu nous réserve, nous a préparé, mais peu accepte d'y rentrer, peut choisisse de rentrer dans cette élection.

Matthieu 22 -- 14 : Car il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus. C'est-à-dire peu qui accepte cette élection de Dieu. Oui Dieu a voté pour nous, beaucoup reste indifférent ou même se rebelle contre cette élection.

4)  Là encore nous retrouvons un des principes du royaume de Dieu. Nous sommes responsables de nos choix.

Qu'est-ce qui empêche la reine Vasthi (la meilleure, le bien aimée)  de garder sa destinée : la rébellion, le refus d'obéissance, l'indépendance, la recherche de ses propres intérêts. Elle accepte bien d’être reine, Mais seulement pour régner sur son propre royaume ... Tout ceci n'existe pas dans le royaume de la lumière, de l'amour, dans le royaume de Dieu, dans le royaume des ténèbres : oui

L'attitude de la reine Vasthi  ressemble beaucoup à celle du père du mensonge qui a cherché à s’élever au-dessus de Dieu: Ezékiel 28 -- 12 à 15 et 17 : tu mettais le sceau à la perfection. Tu as été plein de sagesse, parfait en beauté. Tu étais en Éden, le jardin de Dieu. Tu as été intègre dans tes voies. Depuis le jour où tu fus crée, jusqu'à celui où l'iniquité a été trouvée chez toi.

Ton coeur s'est élevé à cause de ta beauté, tu as corrompu ta sagesse par ton éclat. Je te jette à terre, je te livre en spectacle aux rois.

Dans le royaume de Dieu les divisions n'ont pas leur place. Matthieu 12 -- 25 : Jésus connaissait leur pensée, il leur dit : tout  royaume qui est divisé contre lui-même ne peut subsister. Nous savons que le royaume de Dieu subsistera. Daniel 6-26 : Son Royaume ne sera jamais détruit, et Sa domination durera jusqu'à la fin.

Nous comprenons que la rébellion et l'indépendance, l’indifférence  sont source de division et même sont les signes de la division.

Jésus est en nous, alors nous pouvons dire, le royaume de Dieu est en nous. Posons nous cette question : Le royaume de Dieu est il divisé en moi ? Si oui je cours à ma perte. L’assemblée que je fréquente est elle divisée ? Si oui, elle ne pourra subsister.

5) dans le royaume de Dieu il doit y avoir une épouse, c’est un principe

Une Epouse qui règne avec le roi Jésus.  Le Père veut donner une épouse  (spirituel bien sur) à son Fils. Tout comme Dieu a donné une épouse  au premier Adam « qui sera une aide et son vis-à-vis » de même Dieu veut donner une épouse au second Adam, qui  sera de la même nature.

 D’autre part Jésus ne veut pas régner tout seul, mais avec son église, c'est-à-dire son Epouse, puisqu'il s'est livré Lui-même pour elle : Ephésiens 5 -- 25 à 27 : Maris, que chacun aime sa femme, comme Christ a aimé l’Eglise, et s’est livré lui–même pour elle,

 Afin de la sanctifier en la purifiant et en la lavant par l’eau de la parole,

 Pour faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irréprochable.

 Nous sommes appelées à devenir l'Epouse, a régner avec le roi Jésus. Si nous refusons ou négligeons cet appel, comme la reine Vasthi, d'autres prendront la place. Dieu lèvera une Esther. Notre refus ou notre négligence, notre incrédulité ou rébellion, notre indifférence, n’arrêterons pas les desseins de Dieu. Ils se réaliseront avec ou sans nous. Le refus de Vasthi lui a fait perdre sa place et sa position : Régner avec le roi. Est-ce que je désire régner dans mon petit royaume comme la reine Vasthi, ou avec le Roi des rois ?

6) Autre principe du royaume de Dieu : l'abondance :

Esther 1- 7 : on servait à boire dans des vases d'or, de différentes espèces, il y avait abondance de vin royal grâce à la libéralité du roi.

Le vin royal nous parle du vin nouveau du Saint Esprit. Le vin de l'Esprit avec la joie, la paix. Il ne donne pas comme dans le naturel, l'ivresse de la chair ou le zèle de la chair, mais l'ivresse de l'Esprit avec le zèle pour le service du royaume.

Actes 2-15 à 17 : ces gens ne sont pas ivres comme vous le supposez, car c'est la troisième heure du jour. Mais c'est ici ce qui a été dit par le prophète Joël : dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai mon Esprit sur toute chair.

Le vin de l’Esprit est offert gratuitement à tous : Actes 2 -- 39 : car la promesse est pour tous, pour vos enfants, et pour ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. Nous savons que Dieu appel tous les hommes, toutes les femmes, tous les enfants. Mais certains ont des oreilles pour ne pas entendre, et des yeux pour ne pas voir.

L'abondance nous rappel  Jean 10 -- 10 : Le voleur vient pour égorger, détruire, voler, moi (Jésus) je suis venu afin que mes brebis aient la vie, et qu'elles l’aient en abondance.

Le vin royal évoque le vin des noces : Jean 2 : Jésus est invité avec ses disciples à un mariage. Le vin vient à manquer. Jésus va réaliser son premier miracle : transformer de l'eau vin. Non pas quelque litre pour terminer le repas de noces, mais plusieurs centaines de litres... C'est-à-dire beaucoup plus que nécessaire, en abondance.

La libéralité de Dieu consiste à donner au-delà de tout ce que nous demandons et pensons : Ephésiens 3 -- 20

Le vin royal, évoque la maison du vin où Jésus nous conduit si nous nous laissons dirigés par lui ou si nous acceptons son invitation : cantique des cantiques : 2-4 : il me fait entrer dans la maison du vin et la bannière qu'il déploie sur moi c'est l'amour.

« Il y avait abondance de vin royal grâce à la libéralité du roi » dans le royaume le vin royal est donné en abondance, non pas à cause de la quantité possédée, mais à cause de la libéralité qu’il y a dans la grâce. La grâce qui est donnée, accordée avec libéralité, c'est-à-dire sans compter. Plusieurs fois il nous est dit, la reine Ester : elle  trouva grâce.

Esther 2 --9 : la jeune fille lui plut elle  trouva grâce devant lui.

Esther 2 -- 15 : Esther trouvait grâce aux yeux de tous ceux qui la voyaient.

Esther 2 -- 17 : le roi aima Esther  plus que toutes les autres femmes, et elle obtint grâce et faveur devant lui plus que toutes les autres jeunes filles.

Esther 5- 8 : si j'ai trouvé grâce aux yeux du roi, dit-elle. Nous savons qu'elle a trouvé grâce auprès du roi puisque sa demande a été satisfaite : la participation du roi à son banquet.

Esther 7_3 : si j'ai trouvé grâce, dit-elle à nouveau. À nouveau sa demande est exaucée.

Nous le trouvons encore en Esther 8-5 : elle dit : si le roi le trouvre bon et si j'ai trouvé grâce devant lui. À nouveau sa demande est accordée : éditer un décret pour annuler le décret de mort d'Haman, et ainsi sauvé son peuple, le peuple juif.

Le royaume de Dieu, c'est le royaume qui fait grâce et accorde la faveur sans mérite, sans les œuvres. C'est le royaume où tout s'obtient par grâce par le moyen de la foi afin que nul ne se glorifient.

Romains 11 --6 : or, si c'est par grâce, ce n'est plus par les œuvres, autrement la grâce n'est plus une grâce. Et si c'est par les œuvres, ce n'est plus une grâce, autrement œuvres n'est plus une œuvre.

En Esther 2 -- 9 : le mot grâce, vient du mot Hébreux «checed » qui signifie : miséricorde, bienveillance, bonté, amour, attachement, faveur, affection, compassion, clémence, fidélité.

La grâce est une puissance qui doit gouverner nos vies.

1 Corinthiens 15 -- 10 : par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n'a pas été vaine. Loin de la j'ai travaillé plus que tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est en moi.  A suivre

                                                                          www.parolevivante.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article