Le fleuve du pardon coule du coeur du Père (suite)

Publié le par louis trifault




La dernière fois nous avons vu que le pardon coule comme un fleuve du coeur du Père. Ce fleuve n'est pas statique, il coule et agit constamment.

La parole nous a montré le coeur d'une personne pardonnée, une femme appelée pécheresse, et les cœurs des pharisiens qui pensent ne pas avoir besoin de pardon ou se croient capables de l’obtenir en accomplissant des rites. Ils essaient de présenter un bel extérieur,  sans nettoyer leur cœur, ou de présenter une belle façade, mais l’intérieur de la maison est un sépulcre.

La femme a été pardonnée par Jésus, elle en a éprouvé beaucoup d'amour envers Jésus. Souvenons-nous des obstacles qu’elle a dû franchir : se présenter au milieu d'un repas d'hommes, des pharisiens ceux qui se considéraient les plus purs à l'époque, les plus instruits, ceux qui observaient le mieux la loi. Ils s’en proclamaient défenseur et gardien.

Jésus n’a pas regardé à l’aspect extérieur de cette femme pour la pardonner, mais à son cœur repentant. Jésus regarde dans les cœurs, et voici ce qu’il a vu dans le cœur de ces pharisiens, c’est vraiment pour nous quand nous nous considérons sans péché :

Matthieu 23-25 : Malheur à vous, scribes et  pharisiens hypocrites ! Parce que vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat, alors qu'au dedans ils sont pleins de rapine et d'intempérance. Pharisien aveugle ! Nettoie premièrement l'intérieur de la coupe et le plat, afin que l'extérieur aussi devienne  net. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au dehors, et qui, au dedans, sont pleins d’ossements de mort et de toute espèce d’impuretés. Vous de même, au dehors, vous paraissez juste aux hommes, mais, au dedans, vous êtes plein d'hypocrisie et d'iniquité. Ils ont un cœur endurci.

 Certes nous pouvons essayer de nous rassurer en nous disant : Les pharisiens c’est une histoire qui date de 2000 ans ! Non il s’agit d’un esprit qui existe toujours. Certains comportements nous permettent de le discerner : l’orgueil, le mépris des autres, l’esprit religieux etc.

Qu'est-ce qu'un cœur endurci ?

C'est un coeur où l'amour de Dieu, le pardon ne coule pas ou ne coule plus. Le coeur est devenu un sépulcre comme le sépulcre de Lazare. Il sent mauvais « Seigneur il y a quatre jours  qu'il est la » quelle odeur dégage l'amertume, le non pardon, la haine enfouie dans un coeur depuis des semaines, des années.

Jésus dit : Otez la pierre !  Il ne l’a pas enlevée la pierre, même pour son ami Lazare. Il a donné cet ordre aux personnes présentes, c'est-à-dire à celles qui ont mis Lazare au tombeau. Avons-nous mis quelqu’un au tombeau ? Si oui, nous sommes responsables d’enlever la pierre, en accordant le pardon par exemple.  

Qui y a-t-il à l’intérieur  de ton cœur? C’est la question que jésus pose à chacun d’entre nous.

 Les blessures, les non pardon, enfermé dans les tombeaux de nos cœurs qui pourrissent à l'intérieur. Posons-nous la question : Qui y a-t-il dans mon cœur qui a besoin d'être enlevé, et qui y est enfermé comme dans une tombe ? Les souvenirs de nos blessures sont toujours la, le non pardon, l'amertume etc.. À chaque fois que nous nous souvenons de ces choses-là, c'est une visite que nous effectuons au tombeau. Nous connaissons ce qui pourrit dans la tombe de nos cœurs. Peut-être que nous y avons élevé un monument funéraire ! Sur lequel nous avons gravé : A la mémoire de telle blessure…

Jésus dit : ôtez la pierre ! Il n'a pas enlevé la pierre qui fermait le tombeau de son ami Lazare. Il a commandé aux personnes présentes : ôtez la pierre ! C'est ce qu'il dit à  chacun d'entre nous qui sommes dans cette situation. Enlevons la pierre qui bloque la porte de nos cœurs. Ne laissons pas les religieux ou le diable mettre des scellés sur la pierre comme sur le tombeau de jésus.

Jésus a été mis au tombeau. Ce dernier a été fermé par une pierre scellée. Elle n'a pas tenu devant la puissance de résurrection qui s'est dégagée du tombeau. Cette puissance de résurrection est à notre disposition si nous enlevons la pierre qui ferme notre cœur. Cette puissance de résurrection coule par le pardon, quand nous l’accordons.

Jean 9-41 : Jésus leur répondit : si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché. Mais maintenant vous dites : nous voyons. C'est pour cela que votre péché subsiste.

Jésus dit : je ne suis pas venu pour les biens portants, seulement pour ceux qui ont besoin de médecins, c'est à dire seulement pour ceux qui reconnaissent avoir besoin du pardon de Dieu dans leurs vies, pour que le péché soit effacé, et d'autre part accordé. Nous avons besoin du pardon de Dieu. Pour que nous même nous accordions le pardon la où nous devons pardonner, remettre la dette. N'est-il pas étonnant que Jésus ai dit aux pharisiens et à chacun d'entre nous, quand nous sommes dans la même situation : Matthieu 21 -- 31  à 32 : je vous le dis en vérité les publicains et les prostituées vous devanceront dans le royaume de Dieu.

Car Jean est venu à vous dans la voie de la justice. Et vous n'avez pas cru en lui. Mais les publicains et les prostituées ont crus en lui, et vous, qui avez vu cela, vous ne vous êtes pas ensuite repentis pour croire en lui.

Rappelons-nous que les publicains désignent les personnes juives qui s'étaient mises au service des Romains, c'est-à-dire les envahisseurs, pour collecter des impôts au profit des Romains. Nous pourrions les appeler des collaborateurs.

Citons ce témoignage d'une ancienne prostituée : un jour, fatiguée de la vie qu'elle menait est allé voir un serviteur de Dieu pour chercher du secours et trouver une issue à sa situation. Elle s'est repentie, sincèrement. Pendant que le serviteur de Dieu priait pour elle, il a reçu cette parole dans son cœur, de la part de Dieu, pour cette femme : « tu es pour moi une vierge ». Nous voyons combien Dieu est attentif et aime le pécheur repentant. Cette femme s'est mariée plus tard. Dieu a confirmé la parole qu’il lui avait donnée par la bouche de son serviteur. Pour son mariage Dieu lui a redonné un nouvel hymen. Voilà le cœur du Père qui se manifeste dans le don du pardon accordé avec la puissance de son amour.

Pour parler l'amour de Dieu nous citons toujours : Jean 3-16. Alors changeront et prenons :

1 Jean 3 -- 16 : nous avons connu l'amour, en ce qu'il a donné sa vie pour nous, nous aussi, nous devons donner notre vie pour les frères. Comment Dieu a-t-il donné sa vie pour nous ?

 En nous accordant son pardon.

Comment pouvons-nous donner notre vie pour les frères ?

 En accordant le pardon.

1 Jean 4 -- 16 et 17 : Et nous, nous avons connu l'amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour, et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu et Dieu en lui.

Dieu est amour, et celui qui demeure dans l'amour va accorder, libérer le pardon, faire couler le pardon, de ce fait cette personne aura  sa demeure en Dieu. Voici le résultat : Dieu va demeurer en lui. Tel il est, tel nous sommes aussi dans le monde : c'est en cela que l'amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l'assurance au jour du jugement.

Comment être parfait dans l'amour ?

Bien sur en demeurant dans l'amour de Dieu, et nous savons qu'il est parfait quand nous pardonnons pour libérer l'amour de Dieu, sans contrainte, ni obéir à une loi, mais simplement en sachant que la ou l'amour coule par le pardon, nous libérons l’amour de Dieu et nous serons dans l'assurance au jour du jugement, sinon nous serons dans la crainte et celui qui est dans la crainte n'est pas parfait dans l'amour.

1 Jean 4 -- 18 de : la crainte n'est pas dans l'amour, mais l'amour parfait banni la crainte, car la crainte suppose le châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l'amour.

Pourquoi disons-nous que le pardon coule du cœur du Père comme un fleuve immense qui se renouvelle  constamment ?

D’abord où nous est il dit qu’un fleuve coule du cœur de Dieu ? Nous l’avons déjà mentionné au départ de ce message, mais il est bon de le rappeler.

Apocalypse 22 --1 et 2 : Et il me montra un fleuve d’eau de la vie, limpide comme du cristal, qui sortait du trône de Dieu et de l’Agneau.

Au milieu de la place et sur les deux bords du fleuve, il y avait un arbre de vie, produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois, et dont les feuilles servaient à la guérison des nations.

Remarquons, là encore, que les bienfaits du fleuve de Dieu, nous sont seulement accessible par l’arbre de vie, c'est-à-dire Jésus. Le pardon se trouve dans un de ses fruits renouvelé chaque mois, c'est-à-dire constamment. Si nous mangeons les fruits de l’arbre de vie, jamais nous n’allons connaître le desséchement. Et les feuilles de l’arbre de vie nous apportent la guérison.

Écoutons encore ces paroles de Jésus... Qui ne parle pas de lui-même... Mais donne les paroles du Père.

Matthieu 18 de 21 -- 22 : Alors Pierre  s'approcha de lui (Jésus) et dit : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu'il pèche contre moi ? Sera-ce jusqu'à sept fois ?

Jésus lui répondit : Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à 70 fois sept fois. Ce qui donne un total de 490 pardons, pendant ma vie ? Non, chaque jour 490 fois. C’est chaque jour que nous avons besoin du pardon de Dieu et  Dieu nous l’accorde.

Ce chaque jour s'appuie sur la prière que Jésus a enseignée à ses disciples et que nous appelons « le notre père »

Matthieu 6 -- 11 : donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien, (ou chaque jour), Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons nous aussi à ceux qui nous ont offensés.

Le pardon est compris dans le pain quotidien dont nous avons besoin de recevoir et de donner. Et surtout nous devons bien comprendre que nous recevons selon la mesure avec laquelle nous donnons. Là encore nous retrouvons les principes de la loi des semailles du royaume de Dieu « Celui qui sème peu, récolte peu, ou celui qui pardonne peu, est peut pardonner. Et celui qui est peu pardonné aime peu puisque l'amour de Dieu coule peu dans son cœur. Celui qui ne pardonne pas, ne sera pas pardonné, c'est normal puisqu'il n'a pas semé, il ne pourra pas récolter.

Jésus nous demande de pardonner jusqu'à 490 fois par jour. Certains diront comme Pierre : Seigneur augmente notre foi, d'autres diront que c'est impossible ou inhumain. Oui c'est inhumain, car ce principe vient de Dieu, il est divin.

Livrons nous à un petit calcul : dans une journée il y a 24 heures, nous en utilisons en principe huit pour dormir. Il nous reste 16 heures pour accorder le pardon, c'est-à-dire jusqu'à 490 fois, c'est-à-dire 30 fois chaque heure, ce qui équivaut à une fois toutes les deux minutes, c'est-à-dire constamment. Si Dieu nous le demande, c'est qu'il le vit lui-même. Il ne demande rien qu’il ne pratique pas lui-même. Non seulement il le pratique, mais il nous en donne la capacité.

Voilà pourquoi nous disons que le pardon coule du cœur de Dieu en fleuve puissant d’amour. Vraiment il faut être la source de l'amour actif pour se tenir ainsi dans le pardon. Dieu est parfait en amour, et il se suffit à lui-même. Malgré cela réfléchissons sur ce fleuve d’amour coulant du cœur de Dieu, vers le cœur de ceux qui veulent bien le recevoir. En contrepartie regardons  ce fleuve d'amour qui du cœur de ceux qui reçoivent le pardon et remonte vers Dieu, en reconnaissance, en remerciements, en louange, en adoration « Cela engraisse l'épée de Dieu » en retour Dieu nous renvoie en fleuve gloire.

Apocalypse 8 : 3 à 5 : Apocalypse 8-3 à 5 : Et un autre ange vint, et il se tint sur l'autel, ayant un encensoir d'or, on lui donna beaucoup de parfum, afin qu'il les offre avec les prières de tous les saints, sur l'autel d'or qui est devant le trône. La fumée des parfums monta avec les prières des saints, de la main de l'ange devant Dieu. Et l’ange prit  l’encensoir, le remplit du feu de l'autel, et le jeta sur terre. Et il y eut des voix, des coups de tonnerre, des éclairs, et un tremblement de terre.

Le pardon accordé, libéré c’est une forme d’adoration offerte à Dieu en reconnaissance de la grâce qu’il nous accorde en Jésus.

Ce fleuve, coule dans les cœurs de ceux qui reçoivent le pardon avec l'amour de Dieu, il ne remonte pas seulement, il doit être libéré de nos vies vers l'extérieur, vers le monde, vers les perdus, en fleuve de vie. Le pardon, est un des fleuves d’eaux vives qui doivent couler de notre sein. Ne le bloquons pas, n’y mettons pas de barrage, ou des conditions pour le libérer. Nous y avons accès par grâce. Alors ne nous condamnons pas en négligeant cette grâce. Ne nous séduisons pas non plus  en ayant une attitude de pharisiens. (A suivre)

Commenter cet article

nephtali 13/12/2009 22:40


oui le pardon libère et nous ne faisons pas vraiment ce que Dieu dit car à tout instant nous sommes blessés et nous passons cette offense sans penser que cela peut retenir enfermer cette personne
dans le tombeau alors je vais chercher à être beaucoup plus précise dans ce domaine afin de bénir la personne que je dois pardonner. Merci pour ce message qui est riche et en même temps bénéfique
pour celui qui comprend le sens du pardon. sois bénis!!