Le Fils de l'homme n'a pas de lieu où reposer sa tête.

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

 

Le Fils de l'homme n'a pas de lieu où reposer sa tête.

 

Luc 9-58 : Jésus lui répondit : Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids, mais le Fils de l’homme n’a pas un lieu où il puisse reposer sa tête.

De quel repos Jésus nous parle-t-il ? Cherche-t-il un lieu pour reposer sa tête ?

Oui, tout comme Jean posait sa tête sur la poitrine de Jésus.

Genèse 2- 1 et 2 : Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée.

 Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu’il avait faite : et il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu’il avait faite.

Il se reposa… Quelle en est la signification ? Dieu était-il fatigué ? Avait-il besoin de se reposer de son travail ou de ses œuvres ? La Bible nous dit que Dieu est esprit. Un esprit se fatigue t-il ? Non sûrement pas, Dieu n'est pas soumis à des limites physiques. Il est Esprit. Un esprit ne se fatigue pas, ne vieillit pas. La Bible nous dit : il est le même hier, aujourd'hui, éternellement.

 

Psaume 121- 4 : Non, il ne sommeille ni ne dort, celui qui garde Israël.

 

Esaïe 40-28 et 29: Ne le sais tu pas ? Ne l’as tu pas appris ? C’est le Dieu d’éternité, l’Eternel, Qui a créé les extrémités de la terre ; Il ne se fatigue point, il ne se lasse point ; On ne peut sonder son intelligence.

 Il donne de la force à celui qui est fatigué, Et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance.

Non seulement il ne se fatigue pas, mais il donne de la force à celui qui est fatigué. Jésus le confirme, et pourtant il «  n'a pas de lieu où reposer sa tête »

A vous qui êtes fatigués et chargés je vous donnerai du repos. Jésus est-il la source du repos ? Ou l'origine du repos ?

Matthieu 11-28 : Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.

Repos ici signifie : tranquilliser, rester tranquille, être dans une attente calme et patiente, repos vient également d'une racine « pause » cela signifie avoir obtenu d'être libéré du péché, ne pas être attiré par ses incitations ou ses séductions.

A la lecture de ces versets nous constatons que Dieu nous propose un repos qui n’a rien à voir avec le repos physique, le besoin d'être ressourcé, ou de remise en forme. Certes nous en avons besoin, mais il nous appartient de nous organiser et de nous accorder ce repos nous même. Nous en somme responsable.

Ecclésiaste 4 : 6 : Il vaut mieux une main pleine de repos que deux mains pleines de travail à courir ainsi après le vent.

 Le repos dont nous parle la bible ne consiste pas non plus, à renouveler notre énergie. Nous, nous inversons souvent les principes de Dieu et son ordre divin. Nous avons tendance, quand nous entendons parler de repos de penser à notre corps, à des vacances, à la détente par le sport etc. Certes c’est bon. Nous oublions que le repos de Dieu est d’abord de nature spirituel «  il se reposa de ses œuvres ». Le repos que Dieu nous a préparé doit d’abord se vivre dans notre esprit, ensuite dans notre âme, ensuite notre corps en sera bénéficiaire.

Le repos dont nous parle la bible et que nous promet Jésus, désigne le repos de l'âme, la fin de l'agitation l'âme et  du cœur.

Psaume 131: 2 : Loin de là, j’ai l’âme calme et tranquille, Comme un enfant sevré qui est auprès de sa mère ; J’ai l’âme comme un enfant sevré.

Calme et tranquille signifie réduire au silence, faire taire, relâche, relâche signifie aussi accorder une remise par exemple une remise de dette, un pardon. Oui il a des situations, des événements que nous devons relâcher, ou remettre dans nos vies pour vivre dans ce repos de Dieu. Afin de lui permettre d’agir dans nos vies.

Revenons à ce verset : Matthieu 11-28 : Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.

Situons la promesse de Jésus dans son contexte : Jésus s'adresse à des juifs qui sont asservis par les pharisiens c'est-à dire obéir à beaucoup de loi, beaucoup de servitude. Ces personnes sont écrasées, par un  joug sur le plan spirituel. Jésus promet de les libérer de cet esclavage, afin que les hommes et les femmes qui viennent à lui reçoivent sont repos.

Comment Jésus peut-t-il donner le repos ?

Tout simplement parce que lui-même vit dans le repos. Il est lui-même le repos. Nous le constatons dans la scène de la tempête calmée.

Luc 8-23 et 24 : Pendant qu’ils naviguaient, Jésus s’endormit. Un tourbillon fondit sur le lac, la barque se remplissait d’eau, et ils étaient en péril.

 Ils s’approchèrent et le réveillèrent, en disant : Maître, maître, nous périssons ! S’étant réveillé, il menaça le vent et les flots, qui s’apaisèrent, et le calme revint.

Au milieu d'une tempête Jésus dort, alors que ses disciples vivent dans une grande frayeur. Jésus n'a jamais connu le péché, donc il vit dans une grande intimité avec le père. Le péché apporte le trouble de l'âme, la tempête et le naufrage dans nos vies. Jésus sait qu’il se tient dans la volonté du Père. Il connaît les œuvres que le Père a préparées pour lui. Avant d'agir Jésus attend toujours de voir le Père agir. Il donne les paroles que le Père lui donne de dire. Jésus se tient dans une obéissance totale, une soumission également totale envers son Père. Ensuite il communique non pas ce qu'il a ou reçoit, mais c'est qu'il est dans sa nature, dans son cœur. Tout cela lui donne une grande autorité, ses paroles suffisent pour que le vent et les flots s'apaisent (pause). Et le calme revient sur la mer. Jésus est capable de calmer les tempêtes naturelles. Il  est aussi capable de calmer les tempêtes dans nos âmes, dans nos vies, de les apaiser et d’y mettre son repos.

Jésus est Yahvé Shalom, le Dieu de paix, celui qui accorde la paix. Shalom signifie plus que le salut accordé à une personne comme nous disons bonjour en français. Shalom désigne souhaiter la paix, mettre le pied sur le cou de nos ennemis, être en paix face à nos ennemis.

Josué 10-24 : Lorsqu’ils eurent amené ces rois devant Josué, Josué appela tous les hommes d’Israël, et dit aux chefs des gens de guerre qui avaient marché avec lui : Approchez vous, mettez vos pieds sur les cous de ces rois. Ils s’approchèrent, et ils mirent les pieds sur leurs cous.

Psaumes 23 : 5a : Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires. 

Shalom signifie également : être dans une alliance de paix, être en paix, jésus nous offre cette alliance.

Shalom signifie aussi, être en bonne  santé physique, psychique, spirituelle,  en bon état, favorable, comme n'avoir rien à craindre, être dans le bien être, dans la prospérité, connaître la quiétude dans les relations humaines, et avec Dieu spécialement dans la relation de l'alliance.

Un autre mot hébreu pour repos est « nuach », qui veut dire entre autres choses, «se reposer, rester calme.» Ce mot signifie aussi «un enveloppement complet et une imprégnation». Là nous relevons deux actions.

-1 Un enveloppement, c'est-à-dire que cette action se manifeste à l’extérieur comme un manteau qui nous enveloppe.

-2 Une imprégnation, une action qui agit à l’intérieur, comme l’eau qui remplit une éponge, c'est-à-dire de l’extérieur vers l’intérieur.

En voici un exemple avec Elie et Elisée. L’esprit d'Élie va reposer sur Élisée, sur l’ordre de Dieu. C’est un exemple de l’homme, quand la sagesse repose dans son cœur et qui la comprend.

1 Rois 19 et 20 : Elie partit de là, et il trouva Elisée, fils de Schaphath, qui labourait. Il y avait devant lui douze paires de bœufs, et il était avec la douzième. Elie s’approcha de lui, et il jeta sur lui son manteau.

 Elisée, quittant ses bœufs, courut après Elie, et dit : Laisse-moi embrasser mon père et ma mère, et je te suivrai. Elie lui répondit : Va, et reviens ; car pense à ce que je t’ai fait.

Dieu ne cherche pas un lieu dans lequel Il puisse simplement se reposer de Ses œuvres parmi les hommes. Il cherche une relation dans laquelle Il puisse envelopper et imprégner chaque dimension de notre vie, un tabernacle où Il puisse demeurer calmement en nous et se reposer.

Quand le repos de Dieu demeure sur nous, en nous, nous vivons en union avec Jésus comme Il vivait en union avec le Père.

 Jean 10. 14-15 : Je connais mes brebis, et elles me connaissent, comme le Père me connaît et comme je connais le Père. 

La pensée de Jésus était complètement enveloppée et pénétrée par la présence du Père. Il ne faisait que les choses qu'Il voyait faire le Père. Il déclare, «... et le Père qui demeure en moi, c'est lui qui fait les œuvres.» Autrement dit Jésus accomplissait les œuvres que le Père avait préparé pour lui. De ce fait Jésus était un lieu de repos pour le Père, et le Père se reposait en lui.

Genèse 2- 1 et 2 : Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée. Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu’il avait faite : et il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu’il avait faite.

Jésus connaissait les œuvres du Père puisqu’elles ont été accomplies par la Parole, c'est-à-dire Jésus lui-même. Il savait ce que le Père avait préparé pour lui. Il attendait tout simplement le kairos du Père. C’est pourquoi il demeurait dans le repos des œuvres du Père, puisque le Père «  qui se reposait de ses œuvres » était en lui et lui dans le Père. C’est la raison pour laquelle Jésus peut nous dire «  je vous donnerai du repos » si nous sommes en Jésus bien sûr.

Dans la Bible, ce repos s'appelle «un repos de sabbat»

 Hébreux. 4. 9  et 10: Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu. Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses œuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes.

Cela ne découle pourtant pas de notre respect du sabbat, car les Israélites respectèrent le sabbat et n'entrèrent jamais dans le repos de Dieu.

Hébreux 3 : 8 à 11 : N’endurcissez pas vos cœurs, comme lors de la révolte, Au jour de la tentation dans le désert,

Où vos pères me tentèrent Pour m’éprouver, et ils virent mes œuvres Pendant quarante ans. Aussi je fus irrité contre cette génération, et je dis : Ils ont toujours un cœur qui s’égare, Ils n’ont pas connu mes voies.

11  Je jurai donc dans ma colère : Ils n’entreront pas dans mon repos !

Un cœur endurci, la rébellion, la résistance, la désobéissance à Dieu, un cœur mauvais et incrédule, la séduction du péché  nous rendent hostiles à Dieu, nous ferment la porte au repos de Dieu, et amène la colère, le jugement de Dieu sur nos vies.

Le livre des Hébreux est clair : Josué n'offrit pas le repos aux Israélites : Hébreux. 4. 6 à 8 : Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu.

Or, puisqu’il est encore réservé à quelques–uns d’y entrer, et que ceux à qui d’abord la promesse a été faite n’y sont pas entrés à cause de leur désobéissance.

 Dieu fixe de nouveau un jour –– aujourd’hui –– en disant dans David bien longtemps après, comme il est dit plus haut : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, N’endurcissez pas vos cœurs. Car, si Josué leur avait donné le repos, Dieu ne parlerait pas après cela d’un autre jour.

Dieu fixe de nouveau un jour –– aujourd’hui –– en disant dans David bien longtemps après, comme il est dit plus haut : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, N’endurcissez pas vos cœurs.

Et après avoir observé le sabbat pendant si longtemps, la Bible dit que Dieu fixe de nouveau un jour.

 Hébreux 4 : 9 : Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu.

Le repos n'est pas dans le sabbat, mais en Dieu. Le repos est une qualité prédominante de Sa plénitude.

 

 Apocalypse 4. 6 décrit le trône de Dieu comme se trouvant devant, «une mer de verre, semblable à du cristal.» Une mer de verre est une mer sans vagues, sans clapotis, un symbole du calme imperturbable de Dieu. La mer de glace devant son trône n’est pas un décor qu’il désire avoir devant ses yeux.

Non la mer de glace représente une projection de sa nature. Retenons cette différence : le sabbat n'était pas une source de repos pour Dieu. C'est Dieu qui est une source de repos pour le sabbat selon qu'il est écrit, «le Dieu d'éternité, l'Éternel, qui a créé les extrémités de la terre; Il ne se fatigue point, il ne se lasse point.» Esaïe 40. 28.

La mer de Galilée, avec ses tempêtes, ses agitations et la mer de glace, sans vagues, calme, symbolisent deux cœurs de personnes différentes.

Luc 10 : 38 à 42 : Il entra dans un village, et une femme, nommée Marthe, le reçut dans sa maison. Elle avait une sœur, nommée Marie, qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Marthe, occupée à divers soins domestiques, survint et dit : Seigneur, cela ne te fait il rien que ma sœur me laisse seule pour servir ? Dis lui donc de m’aider.

Le Seigneur lui répondit : Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour beaucoup de choses. Une seule chose est nécessaire. Marie a choisi la bonne part, qui ne lui sera point ôtée.

Jésus avait une préférence pour Marie  et un certain mépris pour Marthe ? Non. L’évangile de Jean nous le dit :

Jean 11 : 5 : Or, Jésus aimait Marthe, et sa sœur, et Lazare.

Jésus ne dévalorise pas les taches ménagères. Non il attire notre attention sur l’état de cœur de Marthe : « tu t’inquiètes et tu t’agites pour beaucoup de choses » Elle s’inquiète et s’agite pour beaucoup de choses, non pas à cause de la venue de Jésus, mais c’est une attitude habituelle chez Marthe qui la prive du repos de Dieu. Cette attitude l’empêche d’être un lieu de repos pour Jésus.

 

Dans le livre de la Genèse dans notre recherche d'une réponse. «Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu'en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu'il avait créée en la faisant.» (Gen. 2. 3). Avant que Dieu ne se repose le jour du sabbat, il n'y avait rien de spécial ou de sacré à propos du septième jour. Si Dieu s'était reposé le troisième jour, ce jour aurait été sacré. Le repos n'est pas dans le sabbat, mais en Dieu. Le repos est une qualité, un état de « je Suis », c'est-à-dire Jésus.

 

«Qu'est-ce que ce repos de sabbat?»

Jésus se présente comme le maître du sabbat :

Matthieu 12 : 7 et 8 : Si vous saviez ce que signifie : Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices, vous n’auriez pas condamné des innocents.

Car le Fils de l’homme est maître du sabbat.

Jésus nous montre ce que signifie le vrai repos du sabbat. Il nous en donne des exemples :

Matthieu 12 : 9 à 13 : Etant parti de là, Jésus entra dans la synagogue.

 Et voici, il s’y trouvait un homme qui avait la main sèche. Ils demandèrent à Jésus : Est il permis de faire une guérison les jours de sabbat ? C’était afin de pouvoir l’accuser. Il leur répondit : Lequel d’entre vous, s’il n’a qu’une brebis et qu’elle tombe dans une fosse le jour du sabbat, ne la saisira pour l’en retirer ?

Combien un homme ne vaut il pas plus qu’une brebis ! Il est donc permis de faire du bien les jours de sabbat.

Alors il dit à l’homme : Etends ta main. Il l’étendit, et elle devint saine comme l’autre.

Le vrai sabbat consiste à accorder le repos en délivrant les captifs, en guérissant les malades, en ouvrant les yeux des aveugles, en guérissant les oreilles des sourds etc.

Marc 2 : 27 et 28 : Puis il leur dit : Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat, de sorte que le Fils de l’homme est maître même du sabbat.

Les pharisiens ont endurcis leurs cœurs.  Nous devons comprendre qu'un cœur endurci ne peut pas connaître de repos. Il n'y a pas de repos quand nous nous rebellons contre Dieu. Notre repos vient de ce que nous sommes honnêtes à propos de nos problèmes et permettons à Jésus de nous changer. C'est pourquoi Jésus a dit : «Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.» Cessons de lutter contre Dieu et apprenons de Lui. Laissons Sa parole anéantir les tourments de notre nature pécheresse. Faisons-Lui confiance car Sa parole finit par détruire les murs élevés dans nos cœurs. En Son temps, Il n'utilise plus l'adversité pour atteindre nos cœurs car nous sommes heureux de notre vulnérabilité à son égard. Continuons de nous abandonner jusqu'à ce que ses moindres murmures fassent naître en nous la crainte ou un doux tremblement en notre âme.

Hébreux 4 : 1 à 3 : Craignons donc, tandis que la promesse d’entrer dans son repos subsiste encore, qu’aucun de vous ne paraisse être venu trop tard.

Car cette bonne nouvelle nous a été annoncée aussi bien qu’à eux ; mais la parole qui leur fut annoncée ne leur servit de rien, parce qu’elle ne trouva pas de la foi chez ceux qui l’entendirent.

Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos, selon qu’il dit : Je jurai dans ma colère : Ils n’entreront pas dans mon repos ! Il dit cela, quoique ses œuvres aient été achevées depuis la création du monde.

Résumons : l’inquiétude, l’incrédulité, l’endurcissement du cœur, la résistance à Dieu,  la désobéissance, le non pardon, le manque de foi représentent des obstacles au repos de Dieu dans nos vies, même si les œuvres, que Dieu a préparées pour chacun d’entre nous « Sont achevées depuis la création du monde » En demeurant dans ces situations nous risquons de jamais devenir un lieu de repos pour Jésus. Nous resterons dans les œuvres charnelles qui seront détruites par le feu.

 

L'agitation causée par l'incrédulité s'apaise au travers de la foi. Les tensions enracinées dans le non pardon sont déracinées par l'amour. Nos pensées anxieuses sont détruites par la confiance. Nos multiples questions trouvent une réponse dans la sagesse de Dieu. Telle est la pensée de Dieu que nous offre d’expérimenter Dieu dans son repos.

Deutéronome 15 : 1 et 2 : Tous les sept ans, tu feras relâche.

 Et voici comment s’observera le relâche. Quand on aura publié le relâche en l’honneur de l’Eternel, tout créancier qui aura fait un prêt à son prochain se relâchera de son droit, il ne pressera pas son prochain et son frère pour le paiement de sa dette.

D’autres traductions disent : Tu feras la remise de la dette ou des dettes, ou vous supprimerez la dette de ceux qui vous doivent quelque chose.

Relâcher signifie : Abandonner, libérer d’une dette, se relâcher de son droit ou abandonner son droit. Bien sûr cette signification concerne toutes espèces de dette.

Par ces versets Dieu veut nous apprendre plusieurs principes de son royaume, de son cœur d'amour, de sa miséricorde, de son pardon, de sa justice. Ces principes vont à l’encontre des principes de l'esprit du monde, dans lesquels nous  sommes souvent engluées. Il arrive aussi que Dieu veuille sonder notre niveau de foi dans ses promesses.

1-le shabbat ne résulte pas d’une initiative personnelle, quand nous le décidons.

Le repos ou le shabbat se vit en l'honneur de l'Eternel, toujours pour rendre honneur à l’Eternel ou gloire à l’Eternel.

2- cette année doit avoir pour priorité de pratiquer le relâche de tout ce qui veut nous tenir lié, notamment dans l'âme, les pensées. Ce mot signifie également : remettre en liberté, accordée la liberté à un captif, à un prisonnier, c'est-à-dire ceux que nous tenons lié ou captif d’une manière ou d’une autre.

Jean 15 : 17 : Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres.

Romains 13 : 8 : Ne devez rien à personne, si ce n’est de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime les autres a accompli la loi.

 

En appliquant ces principes dans nos vies nous deviendront un lieu de repos pour Jésus. C’est lui qui accomplira les œuvres du Père dans nos vies, comme le Père accomplissait ses œuvres en Jésus.

Nous reposer de nos œuvres ne signifie pas que nous cessons de travailler, ou que nous n’aurons plus de combat à mener. Cela veut dire que nous arrêtons d'œuvrer péniblement dans la chair et dans le péché. Cela signifie que nous rentrons dans les œuvres éternelles que Dieu produit au travers de nous.

Souvent nos vies sont encore ballotées, comme cette barque sur la mer de Galilée, déchaînée. Jésus se tient dans notre cœur depuis que nous l’avons reçu comme Sauveur et Seigneur. Dans notre cœur y trouve t-il son lieu de repos, peut-il y dormir ?

Publié dans guérison de l'âme

Commenter cet article