La sexualité : une puissance d’amour qui unit le couple dans le mariage

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

      

Dieu aime la sexualité. C’est lui qui en est l’auteur. Nous sommes créés pour savourer pleinement  l’attirance vers notre conjoint. La possibilité d’exprimer notre amour en unissant nos corps, nos âmes et nos esprits est un grand don de la part de Dieu qui est la source de l’Amour. Son plan parfait est que nous en bénéficions au maximum dans le cadre de l’engagement d’amour du mariage où l’on n’a rien à cacher ou à retenir. N’oublions jamais de lui accorder notre reconnaissance, ni de le remercier.

    Notons toutefois que la sexualité n’est qu’un aspect du mariage, ce dernier est beaucoup plus grand car il englobe toute la vie d’un couple engagé pour la vie. Le mariage va bien au-delà de la sexualité, tout en l’incluant. Comme il inclut aussi l’obligation de perpétuer la race humaine. Mais les deux domaines ne sont pas identiques.

 

Si le mariage et l’union sexuelle étaient identiques, la Bible ne parlerait pas de rapports sexuels illicites. Elle parlerait alors de mariages non légalisés. L’adultère ne serait plus l’adultère mais de la bigamie (ou polygamie). Or, la Bible parle de péché sexuel hors du mariage, et elle n’affirme pas que l’adultère et la bigamie sont identiques.

 

 

 

Dieu a créé la sexualité à cause de son grand nom

 

Je sanctifierai mon grand nom, qui a été profané parmi les nations, que vous avez profané au milieu d’elles. Et les nations sauront que je suis l’Eternel, dit le Seigneur, l’Eternel, quand je serai sanctifié par vous sous leurs yeux.

 

                                                                                                                   Ezéchiel 36 : 23

 

Tandis que le monde  git sous l’emprise des œuvres de Satan et notamment dans la sexualité, se moque, ridiculise le grand nom de l’Eternel.

 

Voici donc comment vous devez prier : Notre Père qui es aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.                                                                                  Matthieu 6 : 9 et 10

 

Combien de chrétiens, en proclamant cette prière enseignée par Jésus, pensent que la sexualité y est comprise.

 

Dieu attend de nous, ses enfants, que son grand nom soit sanctifié dans la sexualité de notre couple aux yeux du monde et des nations. Quand jésus dit: Soyez mes témoins à Jérusalem, à Samarie et dans toutes nations, sachons que la sexualité y est incluse.  Dieu est très attentif à la manière dont nous allons vivre la sexualité. Dieu attend que nous manifestions sa volonté, sa renommée et sa réputation dans la sexualité. Dieu veille à sa réputation, à sa renommée, à sa gloire.

 

Sanctifié en Hébreu se dit Qadash. Qadash est un verbe au présent et dans un temps d'action continue : Dieu n'est pas saint pour lui-même, il désire nous communiquer sa sainteté qui est active et non statique ;  pour sanctifier ou l'action de sanctifier tous ceux qui le veulent. Dieu nous offre la possibilité de nous sanctifier dans la sexualité, si nous la vivons telle qu’il la voulue. Il nous dit même que nous sanctifions son grand nom par le parfum d’amour et de sainteté que se dégage de nos vies dans le mariage et la sexualité. Ce parfum n’est peut-être pas visible aux yeux du monde, bien qu’il doit interpeler, mais le monde spirituel le voit et notamment les anges de Dieu. Ils se réjouissent de nous voir obéir à la Parole de Dieu.

 

 La sexualité est au nombre des œuvres pour lesquelles il s’est reposé le septième jour.

 

Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu’en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu’il avait créée en la faisant.                                   Genèse 2 : 3

 

 

 

Le jour qu’il a célébré ou il s’est réjoui de ses œuvres. Il vit que tout cela était très bon. Avec la sexualité dans le mariage notre Dieu nous invite à rentrer, à goûter le repos de ses œuvres, comme lui-même s’est reposé. Avec la sexualité notre Dieu nous invite à célébrer une de ses œuvres avec lui.

 

Célébrons c'est-à-dire entrons dans le repos qu’il nous offre comme une invitation à nous réjouir avec lui. Alors célébrons son nom dans la sexualité.

 

Célébrer signifie donner des louanges, chanter des louanges, faire l’éloge, remercier, être reconnaissant, rendre grâce. La sexualité nous est donnée par grâce. Alors chantons des louanges en l’honneur de notre Dieu.

 

Que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, dans le mariage il nous donne la grâce de sanctifier son nom et de manifester son règne sur la terre. Quand nous sanctifions son nom, il nous sanctifie et nous nous sanctifions nous même. La sexualité nous donne de rentrer dans son repos, le repos de ses œuvres, elle apaise, met un terme aux conflits.

 

Le monde ne s’y trompe pas, il organise le repos du guerrier en offrant des prostituées aux soldats. C’est ce qu’a voulu faire le roi David quand il fit revenir Urie le mari de Bat-Shéba avec qui il commit l’adultère. Descends dans ta maison lui dit-il….mais Urie refusa.

 

 

 

L’homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n’en avaient point honte.

 

                                                                                                                         Genèse 2 : 25

 

Etre nu devant son conjoint est l’image ou la représentation de la sincérité absolue, de la confiance totale, du don et de l’engagement complets; si le cœur n'est pas nu en même temps que le corps l'acte n'est que mensonge et parodie. C'est s'impliquer dans une contradiction absurde et tragique: donner son corps en retenant son être véritable : son âme, son esprit ou son cœur.  Si tel était le cas ce ne serait plus qu’un acte sexuel et non une relation appelée à se vivre tout au long de la vie de couple. Autrement dit elle trouve toute son importance lorsqu’une relation profonde, totale est établie, vécue dans le couple.

 

Révéler son corps dans une rencontre personnelle, c'est comme raconter le plus intime de nos secrets: ensuite, nous ne pouvons plus revenir en arrière  et feindre que le secret nous appartient encore ou que l'autre ne le connaît pas. Ce doit être, en fait, la toute dernière étape dans les relations humaines, et  c’est' pourquoi il ne faut pas la franchir à la légère. Ce n'est pas la relation sexuelle qui établi l'intimité profonde, au contraire, elle présuppose que celle-ci existe déjà.  

 

Cherchons d’abord à vivre une véritable relation de l’esprit, de l’âme, le corps vient ensuite. Nous avons été créés esprit, âme et corps, respectons l’ordre de notre créateur. Cela ne veut pas dire nier l’attirance physique et la beauté de notre conjoint, de notre de cœur: Le diable inverse l’ordre de Dieu, ne tombons pas dans un ses pièges

 

 

 

Du point de vue historique, l'Eglise doit accepter qu'elle soit en partie responsable d’une fausse conception de la vie sexuelle. La Bible enseigne clairement que la sexualité dans le mariage est bonne. Mais l’Eglise n'a pas toujours transmis ce message avec fidélité. Au quatrième siècle, Augustin à parler de « la honte qui s'attache à toutes les relations sexuelles » d'autres théologiens sont allés plus loin. Certains ont averti les couples mariés que le Saint-Esprit quittait leur chambre quand ils avaient des relations sexuelles. Donc, moins ils en avaient, mieux c'était.

 

 

 

Aujourd’hui le monde veut nous entraîner dans une sexualité débridée, hors des principes du royaume de Dieu, hors des lois d’amour.

 

Débridée signifie : sans retenue, déréglée, désordonnée, effrénée, endiablée, folle. Cela nous fait penser au propriétaire d’une moto qui débride le moteur de sa moto pour lui donner plus de puissance. Il devient hors la loi, en cas de contrôle sa moto sera saisie et détruite puisqu’elle est hors la loi. Enfin la durée de vie de ce moteur sera plus courte que celle prévue le constructeur. Il en sera de même avec la sexualité si nous sortons des normes instituées par son auteur.

 

Dans la sexualité  soyons des témoins, des lumières, respectueux des lois établies par notre Dieu pour la sexualité.

 

 La Bible nous apprend que la femme a été tirée de l'homme. De ce fait il est normal qu'une attirance existe entre l'homme et la femme, entre un époux et son épouse. Cette attirance va les pousser à retrouver cette intimité selon qu'il est dit dans Genèse 2 : 23 25 : L’Eternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme. Et l’homme dit : Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! on l’appellera femme, parce qu’elle a été prise de l’homme.

 

C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. L’homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n’en avaient point honte.

 

 

 

Adam a sûrement poussé un cri d'admiration quand son regard a découvert Eve, après son sommeil ou son anesthésie. Selon le merveilleux plan divin pour le mariage, l'ardente attirance que les époux ressentent pour son accomplissement dans la relation sexuelle. Quand elle se fait dans l’amour, elle exprime, mais en même temps créé, le sentiment de ne former qu'un à nouveau » c'est pourquoi la relation sexuelle avant le mariage est toujours néfaste. Elle engendre souvent une conception non désirée, qui sera suivi d’un avortement par interruption volontaire de la grossesse ou par la pilule du lendemain ou le port du stérilet. Quelque soit le moyen employé cela constitue un meurtre. Elle est une résultante de la tentation opérée par le serpent à l’encontre d’Eve dans le jardin d’Eden.

 

 

 

 A partir de cette désobéissance l’homme et la femme, toutes sortes de portes au désordre se sont  ouvertes. Notamment dans le domaine sexuel que les anges ne connaissent pas. Ils n’ont pas été crées pour cela. Satan est jaloux de la sexualité que notre Dieu nous a accordé à nous les hommes et les femmes. C’est une des raisons pour lesquelles il s’évertue tant à pervertir la sexualité. Pour lui c’est une manière de manifester sa rébellion contre Dieu.

 

 

 

La relation sexuelle d'un homme et d'une femme n'est jamais un simple lien physique temporaire.

 

 

 

Ce n’est pas un acte gratuit comme on partage un morceau de pain ou une barre chocolat avec un ami ou une amie. L’apôtre Paul nous explique quelle engendre une alliance, une codépendance qui, même en dehors du mariage nous lie car il est écrit : les deux deviendront une seul chair.

 

Vos corps font partie du corps du Christ, vous ne savez donc pas cela ? Eh bien, est–ce que je vais prendre une partie du corps du Christ pour en faire une partie du corps d’une prostituée ? Sûrement pas !

 

 Celui qui s’unit à une prostituée devient avec elle un seul corps, vous ne savez donc pas cela ? En effet, les Livres Saints disent : « Les deux deviendront comme une seule personne. »  Parole de vie                    Corinthiens 6 : 15 et 16

 

 

 

Bien sûr Dieu pardonne si nous nous repentons. Toutefois n’oublions que Jésus est mort sur une croix afin que le Père nous accorde son pardon.

 

Que nous le voulions ou non, avec la sexualité nous sommes touchés en profondeur au niveau émotionnel, psychologique et spirituel.

 

 

 

Notre Dieu à différencier la relation sexuelle des animaux et celle d'un couple humain dans le cadre du mariage. Chez les animaux la femelle est toujours dominée lors d'un accouplement. Lors de la création Dieu a fait défiler tous les animaux devant Adam. Il ne trouva point d’aide semblable à lui parmi ceux-ci. La Bible nous dit que Dieu fit tomber un sommeil profond sur l'homme : la femme n'a pas été tiré du pied, de la cheville ou de la main d'Adam, mais d’une côte ou de son côté selon les traductions, afin qu'elle soit son vis-à-vis, c'est la position utilisée lors de la relation sexuelle, de manière qu’il n’y  pas de dominé ni de dominant.

 

Souvenons-nous que notre conjoint représente la prunelle de l’œil de Dieu. Quand nous tenons notre conjoint dans nos bras, c’est la prunelle de Dieu que nous tenons. Cela doit nous rappeler, si besoin était, combien nous avons besoin de délicatesse et d’amour.

 

 

 

La sexualité : à découvrir la vie durant

 

 

 

D’innombrables films font au contraire croire que la relation sexuelle est plus stimulante quand elle est nouvelle ou adultère. En acceptant cette idée fausse beaucoup pensent que, quand les époux se connaissent bien le plaisir va forcément diminuer et que seule une relation extraconjugale pleine d'aventure et de secret pourra donner des sensations fortes.

 

Mais ce n'est pas ainsi que Dieu a conçu notre corps. Il veut plutôt que, tandis que nous nous comprenons mieux, nous connaissons mieux notre conjoint plus nos relations sexuelles s'épanouissent et la satisfaction grandit avec les années. Notre de vie de couple toute entière s'en trouve enrichie grâce à cet échange d'amour. Cette conviction amène l'auteur du livre des Proverbes à l’affirmer avec ardeur.

 

Proverbes 5 : 15 à 19 : Bois les eaux de ta citerne, Les eaux qui sortent de ton puits.

 

Tes sources doivent-elles se répandre au–dehors ? Tes ruisseaux doivent ils couler sur les places publiques ?  Qu’ils soient pour toi seul, Et non pour des étrangers avec toi.

 

Que ta source soit bénie, Et fais ta joie de la femme de ta jeunesse,

 

Biche des amours, gazelle pleine de grâce : Sois en tout temps enivré de ses charmes, Sans cesse épris de son amour.

 

Selon la version Nouvelle Bible Segond : Bois l’eau de ta propre citerne, celle qui coule de ton puits. Tes sources doivent-elles se répandre dans les rues, tes canaux d’irrigation doivent-ils couler sur les places ?

 

 Qu’ils soient pour toi seul, et non pour des étrangers avec toi.

 

Que ta source soit bénie, et fais ta joie de la femme de ta jeunesse, biche des amours, gazelle gracieuse ; enivre-toi de ses seins en tout temps, sois sans cesse grisé par son amour.

 

 

 

Selon la Bible Parole de Vie : Ta femme est comme l’eau de ta citerne et celle qui jaillit de ton puits. Bois de cette eau !

 

Ne laisse pas ta source couler au dehors et sur la place du marché. Garde-la pour toi seul, ne la partage pas avec des étrangers !

 

Trouve ta joie avec la femme choisie dans ta jeunesse : elle est affectueuse comme une biche, charmante comme une gazelle. Rends-la heureuse. Que son corps te remplisse toujours de joie ! Sois toujours fou d’amour !

 

Ces paroles ne prendront vie que si, tout au long des années du mariage, nous célébrons Dieu dans ses œuvres et notamment dans la sexualité en le remerciant toute la vie. C’est le moyen pour rester enivré, sinon la sexualité risque de devenir une habitude parmi d’autres.

 

Enivré signifie : rassasié, avoir bu tout son content, être abreuvé, boire jusqu’à satiété.

 

 

 

Les relations sexuelles existent avant tout pour approfondir la relation affective du couple. Si ce n'était pas le cas, Dieu n'aurait pas permis que cette partie de notre être continu à être pleine bien au-delà des années où l’on peut avoir des enfants.

 

L'intention divine pour la sexualité est de mettre fin à la solitude et de permettre la communion. Elle demande des années pour se développer. Au début, c'est une belle plante délicate qui déborde de vie. Ensuite elle devient un arbre solide qui va traverser la sécheresse et la tempête grâce à des profondes racines.

 

L'apôtre Paul dit au mari de faire son devoir envers son épouse et l’épouse envers son mari.

 

1 Corinthiens 7 : 3 à 5 : Que le mari rende à sa femme ce qu’il lui doit, et que la femme agisse de même envers son mari.

 

 Ce n’est pas la femme qui dispose de son corps, c’est son mari. De même, ce n’est pas le mari qui dispose de son corps, c’est sa femme.

 

Ne vous privez point l’un de l’autre, si ce n’est d’un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière ; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente en raison de votre manque de maîtrise.

 

 

 

Ces versets sont parfois utilisés à tort, surtout par l’homme qui veut exiger que son épouse se soumette à tous ses caprices sexuels. C'est une contradiction avec l’idée principale de ce passage de la Bible qui est de rappeler à l’époux et à l’épouse leur « devoir » l’un  envers leurs l'autre plutôt que leur droit. Mais ni le mari, ni l’épouse n’a le droit de refuser une relation sexuelle sauf par consentement mutuel pour une période limitée. Tous deux ont besoin de reconnaître que les relations sexuelles sont, non la cerise sur le gâteau, mais un ingrédient essentiel du gâteau lui-même, c'est-à-dire du mariage.

 

L'apôtre Paul donne cette consigne par opposition à la loi romaine qui donnait tous les droits au mari. L'enseignement de Paul sur le don réciproque du corps du mari comme le corps de la femme était donc révolutionnaire au premier siècle. Si nous ne tenons pas compte du commandement biblique et que nous refusions d'avoir régulièrement des relations sexuelles, sauf en cas de maladie ou après une naissance par exemple, nous nous séparons à tous les niveaux. Le manque de relations sexuelles dans un couple doit être pris au sérieux. Il peut conduire à se sentir isolé et seul. On se trouve alors dans une position vulnérable face à la tentation qui vient de l’extérieur.

 

 

 

La relation sexuelle

 

 

 

Il faut bien retenir que  la relation sexuelle est  voulue par Dieu, donc elle est de nature spirituelle et non simplement charnelle comme beaucoup le pensent. Elle a une grande conséquence spirituelle. Elle constitue un acte d'adoration qui va engraisser soit l'épée de Dieu s'il est réalisé dans le cadre du mariage entre deux chrétiens, ou l'épée du diable dans le cas contraire. Voilà pourquoi Satan se réjouit de la libération des mœurs, c'est lui qui en récolte le fruit.

 

Adorer en hébreu signifie : se prosterner, se coucher devant… ou s'allonger devant… se courber devant Dieu dans l'adoration ou devant un faux dieu.

 

 

 

Josaphat s’inclina le visage contre terre, et tout Juda et les habitants de Jérusalem tombèrent devant l’Eternel pour l’adorer.

 

                                                                                                            2 Chroniques 20 :18

 

Et comme si c’était pour lui peu de choses de se livrer aux péchés de Jéroboam, fils de Nebath, il prit pour femme Jézabel, fille d’Ethbaal, roi des Sidoniens, et il alla servir Baal et se prosterner devant lui.

 

                                                                                                                             1Rois 16:31

 

Se courber, s’allonger, se prosterner, se coucher devant… c’est la position qui est utilisée pour accomplir la relation sexuel.

 

Dans le cadre du mariage, il constitue un acte d’adoration adressé à l’Eternel, d’autant plus fort quand il est réalisé entre deux croyants. Voilà une des raisons pour laquelle 2 Corinthiens 6 : 14 et 15 nous dit : Ne formez pas avec les non–croyants un attelage disparate. En effet, quelle association peut-il y avoir entre la justice et le mal ? Quelle communion entre la lumière et les ténèbres ? Quel accord entre le Christ et Bélial ? Quelle part, pour le croyant, avec le non–croyant ?

 

C’est la raison pour laquelle, également, l’Eternel demandait aux hommes de son peuple de ne pas épouser de femmes étrangères car elles adoraient d’autres dieux. Elles auraient entraîné les Hébreux dans des cultes idolâtres et donné de la puissance au royaume des ténèbres.

 

Nous allons prendre un exemple dans la Bible,  dans le livre d’Esdras.

 

Car ils ont pris de leurs filles pour eux et pour leurs fils, et ont mêlé la race sainte avec les peuples de ces pays ; et les chefs et les magistrats ont été les premiers à commettre ce péché.   

 

                                                                                                                     Esdras 9 : 1 et 2                                                                                                                                

 

Esdras, le sacrificateur, se leva et leur dit : Vous avez péché en vous alliant à des femmes étrangères, et vous avez rendu Israël encore plus coupable. Confessez maintenant votre faute à l’Eternel, le Dieu de vos pères, et faites sa volonté ! Séparez-vous des peuples du pays et des femmes étrangères.

 

                                                                                                             Esdras 10 : 10 et 11

 

Le but de Satan est toujours le même : profaner tout ce qui appartient à Dieu ou tout ce que Dieu sanctifie.

 

En ramenant des femmes qui adorent des dieux étrangers, ces hommes qui reviennent de Perse où ils étaient en déportation, profanent le pays d’Israël. Ils se sont profanés eux-mêmes en épousant des femmes qui adorent des dieux étrangers. Par ces relations sexuelles, ces hommes ont adoré ces mêmes dieux étrangers.

 

 

 

Les versets de 2 Corinthiens 6 : 14 et 15, mentionnés ci-dessus, s’adressent à nous chrétiens d’aujourd’hui. Notre Dieu, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation (Jacques 1 : 17b) n’adapte pas ses commandements aux mœurs de notre époque :

 

Aujourd’hui, le chrétien qui épouse une femme de religion bouddhiste, musulmane, shintoïste,  etc. se souille lui-même ainsi que son pays comme les Hébreux dont nous parle la Bible.

 Ces mariages constituent :

 

Une désobéissance à Dieu et à sa Parole,

  1. Une alliance avec un dieu étranger. En effet, le sang qui coule est offert à ce dieu.

    Quel accord (ou alliance) entre Christ et Bélial ? ou le fidèle (chrétien) avec l’infidèle (ou croyant d’une autre religion)                                                  2 Corinthiens 6 : 15

     

    L’époux chrétien qui dépose sa semence dans le sein de son épouse chrétienne (temple vivant du Saint-Esprit), lui offre une partie de lui-même, en même temps il l’offre à son Dieu en acte d’adoration. Si son épouse adore  un autre dieu, il offre sa semence au dieu de son épouse. Joseph avait bien compris cela.

     

    Voici deux exemples d’hommes qui ne se sont pas laissés profaner : leurs consciences n’étaient pas souillées

    -Joseph, bien qu’esclave, ne s’est pas laissé profaner par la femme de Potiphar qui lui disait pendant de nombreux jours : couche avec moi. Elle désirait  sa semence pour l’offrir à ses dieux, et détourner Joseph de l’objectif que l’Eternel lui destinait avec sa descendance. Deux de ses fils : Ephraïm et Manassé allaient devenir chacun une demi-tribu d’Israël.  A cause de son refus, Joseph s’est retrouvé en prison pendant de longues années.

    -Daniel ne s’est pas laissé profaner, il a refusé la nourriture que le roi voulait lui imposer, bien qu’il fût esclave dans un pays ennemi. S’il avait accepté cette nourriture consacrée à des idoles, il se serait souillé en adorant d’autres dieux.

     

    Qu’en est-il des relations sexuelles pratiquées en dehors du mariage ?

     

    Satan veut se voir offrir la semence de l’homme. Il n’a pas la capacité d’en créer donc il cherche tous les moyens possibles de la voler. C’est ce qui se produit dans les relations sexuelles pratiquées en dehors du mariage. La Bible nomme cet acte de la débauche ou de la fornication. La débauche figure au nombre des œuvres de la chair : Or, les œuvres de la chair sont évidentes ; ce sont la débauche, l’impureté, le dérèglement, l’idolâtrie, la magie, les rivalités, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes. Et ceux qui les pratiquent n’hériteront pas du royaume de Dieu.                                                                                              Galates 5 : 19 et 21

    Débauche vient du mot grec « pornos » qui signifie : homme qui se complait dans les relations sexuelles illicites ou qui fornique.

     Selon le dictionnaire le Petit Robert, forniquer signifie : avoir des relations charnelles entre deux personnes qui ne sont pas mariées ni liées par des vœux ou une alliance.

    Ne nous livrons point à la débauche, comme quelques–uns d’entre eux s’y livrèrent, de sorte qu’il en tomba vingt-trois mille en un seul jour.

                                                                                                                 1Corinthiens 10 : 8

    Dans ce verset, deux mots retiennent notre attention : « livrons » et « débauche », en grec ils ont tous les deux la même origine : « porneuo » qui signifie : se livrer à l’impudicité, prostituer son corps à la convoitise d’un autre (homme, femme ou Satan), être adonné à l’idolâtrie, permettre à un autre de nous conduire à l’idolâtrie. D’ailleurs nous croyons qu’il est bon de distinguer l’acte sexuel et la relation sexuelle.

    La relation sexuelle ne peut se vivre que dans un couple établi dans l’alliance du mariage tel que Dieu l’a institué.

     Par contre deux personnes non mariées n’auront qu’un acte ou des actes sexuels.

    Ils constituent des actes d’adoration offerts à des faux dieux, le dieu de Baal, Baal-Péor (auquel fait allusion le verset précédent 1 Corinthiens 10 : 8) par exemple, c'est-à-dire à Satan lui-même. C’est s’offrir en sacrifice sur l’autel de Sodome.

    Cet acte donnera de la puissance au faux prophète, à l’Antichrist et à son royaume. Le faux prophète c’est celui qui se tiendra aux côtés de la bête et qui sera jeté dans l’étang de feu avec Satan et la bête.

    Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles.

                                                                                                                Apocalypse 20 :10

     

    C’est le piège que tend Satan plus particulièrement aux vrais apôtres et prophètes, car pour lui c’est un moyen de décapiter ceux que Dieu a choisis pour parler aux brebis afin de les séparer des ténèbres. Souvenons-nous qu’un des buts de Satan consiste à détourner les invités du banquet des noces de l’Agneau.

    Voilà pourquoi il est impératif de déchirer le manteau de Sodome sur nos vies avant qu’il nous engloutisse. Les lois qui sont votées actuellement dans notre pays et dans le monde veulent nous y enfermer et nous entraîner dans la confusion. Elles souillent nos enfants en semant la confusion dans leur vie. Elles s’attaquent à leur identité. Déclarons que nous brisons la bague de fiançailles avec Sodome, que nous portons à notre doigt et à notre insu, nous déchirons les faux vêtements du mariage de la fausse épouse dans lequel l’esprit du monde cherche à nous entraîner. 

     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

Publié dans Le mariage

Commenter cet article