La sagesse a dressé sa table, qui répondra à son invitation?

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Proverbes 9 --1 à 6 : la sagesse a bâti sa maison, elle a taillé ses sept colonnes. Elle a égorgé  ses victimes,  mêlé son vin, et dressé sa table. Elle a envoyé ses servantes, elle  crie sur le sommet des hauteurs de la ville : que celui qui est stupide entre ici ! Elle dit à ceux qui sont dépourvus de sens : Venez, mangez mon pain, et buvez  le vin que j'ai mêlé. Quittez la stupidité et vous vivrez, et marchez dans la voie de l'intelligence !

L’ange me dit : Ecris : Heureux ceux qui sont appelés au festin des noces de l’Agneau !

Que représente cette nourriture dont nous parle la sagesse ?

Le pain représente bien sûr la parole de Dieu. Mais également le pain vivant descendu du ciel, c'est-à-dire Jésus.

Jean 6-51 à 58 : Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain il vivra éternellement, et le pain que je donne, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. Là-dessus, les Juifs discutaient entre eux disant : Comment peut-il nous donner sa chair à manger ?

Jésus leur dit en vérité, en vérité je vous le dis si vous ne mangez la chair du fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous-mêmes. Car celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle, et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui. Comme le Père qui est vivant m'a envoyé, et que je vais vers le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi. C'est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n'en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts : celui qui mange ce pain vivra éternellement.

Il en est de même pour le vin mêlé. Pour les jours de fête, les Juifs préparaient un vin mêlé avec des épices. C'est le vin de la fête, le vin des réjouissances. Ce vin mélangé annonce  la venue du Saint Esprit lors de la Pentecôte, dans la chambre haute à Jérusalem. Actes 2-13 nous parle des 120 sur lesquels le Saint-Esprit est descendu « Ils sont pleins de vin doux » c'est encore vrai pour nous aujourd'hui.

Le vin mêlé, nous parle également du dernier repas que Jésus a pris et mangé avec ses disciples et que nous appelons la scène.

Matthieu 26 -- 26 à 28 : Pendant qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain, et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant : Prenez, mangez ceci est mon corps. Il prit ensuite une coupe, et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant : buvez en tous, car ceci est mon sang le sang de l'alliance, qui est répandu pour beaucoup, pour le pardon des péchés.

« Les victimes égorgées » cela nous ramènent à l'offrande des animaux offerts en holocaustes pour le pardon des péchés, qui devaient être égorgés.

Lévitique 7-2 C’est dans le lieu où l'on égorge l'holocauste que sera égorgée la victime pour le sacrifice de culpabilité. On répandra le sang sur l'autel tout autour.

Il en est de même pour les autres sacrifices. « Les victimes égorgées » ce passage nous conduit à Esaïe 53-7 : il a été maltraité, opprimé. Et il n'a point ouvert la bouche, semblable à un agneau, semblable à un agneau qu'on mène à la boucherie. Bien sur, ce verset nous annonce l'offrande de  Jésus en sacrifice, l'Agneau immolé. Nous savons que les agneaux immolés étaient égorgés.

Même si ce passage des proverbes a été écrit 1000 ans avant la venue de Jésus sur terre. Salomon l'auteur des Proverbes, peut écrire « la sagesse a égorgé ses victimes » car la parole nous présente Jésus comme l'Agneau immolé dès la fondation du monde. D'autre part, nous savons que Dieu se présente à Moïse sous le nom de je « Suis » c'est-à-dire qu'il ne se tient pas dans le passé, ni dans le futur, il est je « Suis » éternellement. La table de la sagesse et son invitation nous ramène à la parabole du festin des noces :

Matthieu 22_1 : Jésus, prenant la parole, leur parla de nouveau en paraboles, et il dit :

Le royaume des cieux est semblable à un roi qui fit des noces pour son fils. Il envoya ses serviteurs appeler ceux qui étaient invités aux noces, mais ils ne voulurent pas venir. Il envoya encore d'autres serviteurs en disant : dites aux invités : Voici, j’ai préparé au festin, mes bœufs et mes bêtes grasses sont tuées, tout est prêt, venez aux noces.

Mais, sans s'inquiéter de l'invitation, ils s'en allèrent, celui-ci à son champ, celui là à son trafic. Et les autres se saisirent des serviteurs, et les tuèrent.

Le Roi fin irrité, il envoya ses troupes, fit périr ces meurtriers, et  brûla ville. Alors il dit à ses serviteurs : les noces sont prêtes mais les invités n'en étaient pas dignes. Allez donc dans les carrefours, et appelez aux noces tous ceux que vous trouverez. Ses serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu'ils trouvèrent, méchants et bons, et la salle des noces fût pleine des convives.

Le Roi entra pour voir ceux qui étaient à table, et il aperçut là un homme qui n'avait pas revêtu l’habit de noces.

Il lui dit : mon ami, comment es-tu entré ici sans avoir un habit de noces ? Cet homme eu la bouche fermée. Alors le roi dit à ses serviteurs : attachez lui les pieds et les mains et jetez dans les ténèbres du dehors, ou il y aura des pleurs et des grincements de dents.

Car il y a beaucoup d'appelés mais peu d'élus.

Cette parabole nous invite à nous poser cette question : dans quelle catégorie d'invité je me reconnais ?

Suis je dans la catégorie des premiers invités qui ne s'inquiète pas et préfère donner satisfaction à leur désire, plutôt que de se laisser interpeller par cette parole de l'Évangile ?

Suis-je dans la catégorie de ces invités qui outragent, persécutent les serviteurs de Dieu ?

Suis-je de la catégorie de ceux qui entendent l'appel de Dieu pour le festin des noces et qui y répondent ?

Suis-je comme cet homme insouciant qui se rend à l'invitation du roi, sans avoir revêtu l'habit de noces, c'est-à-dire sans s'être préparé à cette rencontre à laquelle nous sommes tous appelés, avec Dieu, à la fin de notre vie terrestre ?

Tu as peut-être ta religion, mais est-ce que tu connais le vrai Dieu, révélé en Jésus-Christ ? mort crucifié et ressuscité pour toi?

 Est ce qu'il vit en toi ?

Est-ce que ton cœur est rempli de son amour ? Soit sincère...

Veux-tu connaître Dieu, veux tu connaître son amour, sa paix, sa joie, le pardon, la guérison ? Vient déposer ton fardeau et tes péchés à ses pieds et demande a Jésus de venir dans ton cœur.

Si tu es d'accord fait avec moi cette simple prière :

Seigneur Jésus, je reconnais que je suis un pêcheur, que je ne  mérite pas le paradis. Je crois que sur la croix tu as été puni à ma place. Je crois que mes péchés ont été pardonnés et mes maladies  guéries. Je crois que tu es ressuscité, je te demande pardon pour mes pécher et je te demande de venir dans mon cœur, je veux recommencer avec toi une nouvelle vie. Amen

 

Publié dans Le coeur du Père

Commenter cet article

daniel 02/04/2010 15:11



la rencontre n'en finit pas de se préparer avec Celui quinous sauve du péché par sa croix glorieuse