L’amour de Dieu surmonte notre incapacité à vivre notre nouvelle identité

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Dieu nous a offert de faire partie de Sa famille : être un enfant de Dieu signifie être adopté de Dieu, avoir une nouvelle identité et un nouveau nom. Nous ne sommes plus des orphelins spirituels, nous sommes des fils et des filles de Dieu. En tant qu’enfants dans la famille de Dieu, nous sommes les bénéficiaires de Sa nature et de Ses richesses, comme l’est Son Fils premier né. Si vous commencez à croire que vous êtes spéciaux, pas ordinaires, saints, parce que vous êtes chrétiens, vous avez raison – vous êtes spéciaux !

Vous n’avez fait que répondre à Son invitation à devenir Son enfant.

Mais en tant qu’enfant de Dieu, uni à Dieu en étant en Christ, vous avez tous les droits de profiter de votre relation spéciale avec votre nouveau Père.

En vivant avec la bonne perception de vous-mêmes, vous allez vivre une vie victorieuse et vous verrez de nombreux combats cesser.

« Voyez quel amour le Père nous a donné, puisque nous sommes appelés enfants de Dieu ! Et nous le sommes… Bien aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; mais nous savons que lorsqu’Il sera manifesté, nous serons semblables à Lui, parce que nous Le verrons tel qu’il est.

Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui (le Seigneur) est pur. » (1 Jean 3:1-3) .

L’espérance du croyant est qu’il sera pur un jour, transformé à l’image de Christ. Cela en fait partie, ce n’est qu’un espoir futur.

Notre espoir pour aujourd’hui, c’est que nous sommes des enfants de Dieu dès maintenant.

Et celui qui place sa confiance dans le fait qu’il est un enfant de Dieu « se purifie » - il commence à vivre en fonction de cette perception.

L’espérance du croyant, avant le retour de Christ, c’est « Christ en vous », l’espérance de la gloire (Colossiens 1 :27).

Besoin de la Parole de Dieu !

Nous devons comprendre qui nous sommes par rapport à la nature de Dieu et à Son œuvre. Un comportement chrétien qui porte des fruits est le sous-produit d’une foi chrétienne solide.

Nous avons besoin de recevoir la révélation de qui est Dieu et qui nous sommes avant de faire les œuvres du Royaume. Pour cela il ne faut pas négliger le temps nécessaire à intérioriser des passages, à mémoriser, à méditer la Parole jusqu’à ce que la foi vienne. Il est important de lire toute la Bible et pas seulement nos passages favoris. Avant de savoir ce que nous devons faire pour vivre notre foi dans la vie chrétienne, nous devons lire des passages dits « doctrinaux.

Chacune des lettres de Paul se divise en deux parties principales : la première est généralement appelée la partie doctrinale, comme Romains 1 à 8, Ephésiens 1 à 3, Colossiens

1 à 2, etc. Ces parties révèlent ce que nous devons savoir au sujet de Dieu, de nous-mêmes, du péché et du salut.

La seconde moitié de chaque lettre est la partie pratique : Romains 12 à 15, Ephésiens 4 à 6,

Colossiens 3 à 4. Ces passages décrivent ce que nous devons faire pour vivre notre foi dans la vie quotidienne.

Nous devons nous tourner vers la doctrine avant de nous tourner vers la pratique : nous avons besoin de lire et de rechercher la révélation des vérités doctrinales concernant notre position en

Christ afin d’avoir une assise pour réussir dans le domaine pratique.

Comment espérer « tenir ferme contre les manœuvres du diable» (Eph.6 :11) si nous n’avons pas intériorisé le fait que nous sommes déjà victorieusement « ressuscités » … et assis dans les lieux célestes en Jésus-Christ (Eph.2 :6) ?

Comment pouvons-nous nous réjouir en espérance et persévérer dans les tribulations (Rom.12 :12) sans la confiance qui vient de la justification par la foi et la paix avec Dieu par le Seigneur Jésus-Christ (Rom.5 :1) ?

Si notre déclaration de foi concernant Dieu et nous-mêmes est vacillante, notre comportement quotidien le sera aussi. Mais si nos croyances sont stables et notre relation avec Dieu est basée sur la vérité, nous aurons peu de difficultés à résoudre les aspects pratiques de notre vie quotidienne.

Mettez-vous d’abord en règle individuellement avec Dieu.

Découvrez qui vous êtes en Christ et engagez-vous à mettre votre vie intérieure en règle avec Lui.

Il faut établir une fois pour toute que Dieu est votre Père plein d’amour et que nous sommes acceptés comme son enfant. C’est une vérité fondamentale pour notre identité spirituelle.

Vous êtes un enfant de Dieu, vous êtes créé à Son image, vous avez été déclaré juste par Lui à cause de votre foi en Jésus-Christ.

Tant que vous croirez cela et que vous marcherez en conséquence, votre expérience quotidienne du christianisme connaîtra une croissance.

Si vous détournez les yeux de votre identité, et que vous essayez de gagner par votre expérience quotidienne l’accueil que Dieu vous a offert, vous serez toujours en lutte.

Nous ne servons pas Dieu pour gagner son acceptation ; nous sommes acceptés, c’est pourquoi nous servons Dieu.

Nous ne Le suivons pas pour pouvoir être aimés : nous sommes aimés, c’est pourquoi nous Le suivons.

C’est pour cette raison que nous sommes appelés à vivre par la foi (Rom.1 :16-17).

Croyez ce que Dieu dit à votre sujet et vous vivrez une vie victorieuse !

Croire les mensonges de Satan nous enfermera dans une vie stérile et triste.

Croire la vérité de Dieu concernant notre identité nous rendra libres.

La relation et l’harmonie

Qu’arrive-t-il à notre relation idéale avec Dieu quand nous péchons ? Qu’advient-il de notre sainteté lorsque nous péchons ? Dieu nous accepte-t-Il malgré un échec ?

Il est important de faire la différence entre la relation et l’harmonie dans notre communion avec Dieu.

- Nous sommes en relation avec Dieu par notre naissance spirituelle

Rien ne peut changer ce lien de sang. Comme un enfant et son père : l’enfant aura beau être à l’autre bout du monde, ne plus voir son père, ne plus lui parler, malgré tout, le sang de son père coule dans ses veines !

“Qui nous séparera de l’amour de Christ ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée ? Selon qu’il est écrit : C’est à cause de toi qu’on nous met à mort tout le jour, Qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie. Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que

vainqueurs par celui qui nous a aimés. Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur.” (Ro. 8 : 35-39 LSG )

Je suis un enfant de Dieu, né de nouveau, en union spirituelle avec Lui par Sa grâce que j’ai reçue par la foi.

Ma relation avec Dieu a été définitivement fixée quand je suis né dans Sa famille.

- Mais l’harmonie dans notre relation avec Dieu peut être perturbée par notre désobéissance ou par le péché.

Tout comme l’harmonie avec nos parents peut être rompue lorsque nous leur désobéissons ou que nous avons un différend avec eux par nos actions ou nos comportements.

Est-ce qu’une de mes actions pourrait changer mon lien de sang avec mon père ? Si je quittais la maison ou si je changeais de nom ? Est-ce que je serais toujours la fille de mon père ? S’il me chassait de la maison ou s’il me déshéritait serais-je encore sa fille ? Oui, bien sûr.

Nous sommes parents par le sang et personne ne peut le changer. Par contre mes actions peuvent venir troubler l’harmonie de notre relation de père et de fille, ou de fils à Père.

Dès notre petite enfance, nous pouvons venir troubler les bonnes relations que nous avons avec nos parents ; nous découvrons très vite dans la vie que si nous obéissons à Papa ou à Maman, nous vivons en harmonie avec eux et si nous ne leur obéissons pas, nous sommes alors en désaccord.

Mais que nous soyons en harmonie ou en désaccord, il reste toujours notre papa.

Dans le domaine spirituel, quand nous sommes nés de nouveau, nous sommes devenus un membre de la famille de Dieu. Dieu est notre Père et nous partageons une relation éternelle avec Lui par le sang de Christ (1 Pierre 1:18-19).

En tant que fils de Dieu, nos actes peuvent-ils modifier notre relation avec Lui ?

En réalité, nous sommes liés à Dieu par notre naissance spirituelle et rien ne peut changer ce lien de sang.

L’harmonie avec Dieu dépend du même élément que l’harmonie avec notre père terrestre : l’obéissance.

Quand nous obéissons à Dieu, nous vivons en harmonie avec Lui. Quand nous ne le faisons pas, notre relation avec Lui est perturbée et nous en souffrons. En général, notre vie devient pénible.

- Même quand nous ne sommes plus en harmonie à cause de notre

désobéissance, notre relation avec Dieu n’est pas mise en danger, parce que rien ne peut l’améliorer.

J’aime mon père céleste et je veux vivre en harmonie avec Lui, je m’efforce donc de Lui obéir.

Mais quoi que je puisse faire à cause de ma désobéissance, ma relation n’est pas mise en doute parce que je suis lié par le sang de Jésus-Christ.

- Ainsi, nos efforts pour grandir et atteindre la maturité ne doivent pas se concentrer sur notre relation avec Dieu, parce que rien ne peut l’améliorer. Nous devons simplement continuer à croire que c’est vrai.

Nous ne pouvons rien faire pour être davantage un enfant de Dieu que nous le sommes déjà par la naissance spirituelle.

Au contraire, nos efforts doivent se diriger vers l’amélioration de l’harmonie dans notre relation avec Dieu alors que nous cherchons à Lui obéir, un effort qui provient de notre amour sincère pour Lui, notre Père éternel plein d’amour.

La seule chose que nous pouvons améliorer c’est l’harmonie de notre relation avec Dieu.

Notre relation avec Dieu est fixée une fois pour toutes depuis que nous avons placé notre foi en Jésus-Christ. Notre communion avec Dieu et l’harmonie de notre relation avec Lui découlent de l’obéissance quotidienne.

ENCOURAGER LES AUTRES

Considérez les autres comme des saints

Tout comme il est important pour nous de croire en notre identité réelle en Dieu, il est aussi important que nous considérions les autres chrétiens pour ce qu’ils sont et que nous les traitions en conséquence.

L’élément qui détermine la façon dont nous traitons les autres, c’est notre façon de les percevoir.

- Si nous croyons qu’ils sont des perdants, nous les traiterons comme tels et ils reflèteront notre comportement et agiront comme des perdants.

- Mais si nous considérons nos frères et sœurs comme des saints, nous les traiterons comme des saints et ils agiront comme des saints, ce qui leur fera le plus grand bien.

Nous exprimons notre perception des autres par ce que nous leur disons.

Des études sur la famille ont montré que, dans une famille moyenne, pour chaque remarque positive, un enfant reçoit dix remarques négatives.

Nous grandissons comme des perdants car nous entendons tellement de remarques négatives tout au long de notre vie que ce soit à l’école ou à la maison.

Nous ne devons pas nous fixer sur nos erreurs ou sur nos péchés : nous sommes des saints qui péchons. Un enfant de Dieu qui dit ne pas pécher est appelé menteur (1 Jean 1:8).

Nous sommes appelés à nous considérer comme des saints et à nous édifier les uns les autres, à déceler la nature de Christ chez ceux qui nous entourent.

« Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole malsaine, mais s’il y a lieu, quelque bonne parole qui serve à l’édification nécessaire et communique une grâce à ceux qui l’entendent. » Ephésiens 4 :29.

Faire partie de l’équipe de construction !

N’est-ce pas étonnant que nous ayons le pouvoir de communiquer une grâce aux autres par un bon usage de nos paroles ? Si nous pouvions ne rien dire pour abaissez les autres et uniquement nous édifier les uns les autres, nous pourrions faire partie de l’équipe de

construction de Dieu dans l’Eglise, au lieu d’être membres de l’équipe de démolition de Satan.

Nous insisterons sur l’importance de l’édification mutuelle des chrétiens, alors que nous confirmons notre identité en Christ par nos paroles et nos actes.

Nous allons mettre en route des habitudes quotidiennes qui nous permettrons d’être plus conscients de notre identité en Christ, de ce que nous sommes et de ce que nous recevons en Lui.

L’important est que chacun puisse saisir ces vérités afin que vous puissiez connaître la maturité et la liberté en Christ qui en résulteront.

Prions particulièrement pour les domaines que chacun a partagés et pour que chaque membre puisse saisir et se réjouir de cette facette de son identité nouvellement révélée.

 

Publié dans Identité en Jésus

Commenter cet article