Jésus s'est fait notre frère

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Le droit de rachat

 

Nous avons démontré que pour sortir de l'emprise du péché il nous fallait un substitut de la même nature que nous, qui verserait son sang, un sang pur de tout péché, c'est-à-dire ayant une vie exempte de toute racine du péché. Un nouvel Adam puisque le péché est venu par Adam. Un homme puisque le  péché est venu sur la terre par un homme. Un nouvel Adam qui se présenterait devant Dieu à notre place et qui agirait volontairement, par amour pour nous, mais aussi par amour de Dieu. L’animal sacrifié ne pouvait pas satisfaire ces deux points. Ce nouvel Adam accepterait d'offrir sa vie en sacrifice, son sang coulerait par effusion, c'est-à-dire provoquée par la violence.

Nous allons développer une nouvelle caractéristique à laquelle ce substitut devra répondre pour satisfaire à une des obligations de la loi. Notons au passage que Jésus est né d'une femme, sous la loi, pour racheter ceux qui étaient captif sous la loi. Seul à un proche parent la loi donnait la possibilité de racheter une personne de sa famille, en esclavage.

Donc Jésus devait devenir notre proche parent, notre plus proche parent, un frère, pour devenir notre substitut légal, notre rédempteur.

Pendant 430 ans le peuple hébreu a vécu dans l'esclavage en Égypte. Et Dieu a entendu ses cris et vu leurs conditions de vie. Il a choisi Moïse pour sortir son peuple du joug que lui imposait pharaon, le roi d'Égypte, qui en même temps se considérait comme un dieu.

L'Égypte, pour nous, représente l'esclavage du péché, pharaon symbolise notre oppresseur, Satan lui-même.

C'est la raison pour laquelle Dieu a donné une terre, une patrie, la terre promise, à son peuple afin qu'il puisse vivre libre de l'adorer, d'avoir une relation avec lui.

 Parmi le peuple nul ne devaient se retrouver esclave. Mais il arrivait à cause de situation financière difficile, que certains se retrouvaient dans l'obligation de vendre un champ ou  de se vendre pour vivre, eux-mêmes et leurs familles. Afin de libérer ces personnes de l'esclavage, une loi donnait la possibilité à un frère ou un proche parent de racheter le terrain vendu ou les personnes en esclavage.

Si ton frère devient pauvre et vend une portion de sa propriété, celui qui a le droit de rachat, son plus proche parent, viendra et rachètera ce qu’a vendu son frère.

Si un étranger, si celui qui demeure chez toi devient riche, et que ton frère devienne pauvre près de lui et se vende à l’étranger qui demeure chez toi ou à quelqu’un de la famille de l’étranger,  il y aura pour lui le droit de rachat, après qu’il se sera vendu : un de ses frères pourra le rachat

                                                                       Lévitique 25: 25- 47 et 48

 

Cette personne agissait comme un rédempteur et nous montre en prémices la manière dont Jésus allait intervenir avec nous, en nôtre faveur. Nous en trouvons un exemple dans le livre de Ruth. Ce livre nous montre l'histoire d'une famille juive, qui à cause d'une famine, quitte Bethlehem,  c'est-à-dire  la maison du pain, là où Jésus allait naître, lui le pain de vie, ou le pain descendu du ciel.

Cette famille était composée des deux parents et de deux fils. Elle trouve refuge au pays de Moab, c'est un pays maudit, car il était  né d'un inceste. Les deux garçons épousent des jeunes filles Moabites, même si Dieu l'interdit. Le chef de famille meurt ainsi que les deux garçons. Naomi la maman revient à Bethléem, accompagnée d'une de ses belles-filles, nommé Ruth.

 

Naomi avait un parent de son mari. C’était un homme puissant et riche, de la famille d’Elimélec, et qui se nommait Boaz.

                                                                                                 Ruth 2 : 1

Ruth sang va glaner dans le champ de Boaz :

 

Il dit : Qui es-tu ? Elle répondit : Je suis Ruth, ta servante ; étends ton aile sur ta servante, car tu as droit de rachat.

Il est bien vrai que j’ai droit de rachat, mais il en existe un autre plus proche que moi.  Passe ici la nuit. Et demain, s’il veut user envers toi du droit de rachat, à la bonne heure, qu’il le fasse ; mais s’il ne lui plaît pas d’en user envers toi, j’en userai, moi, l’Eternel est vivant ! Reste couchée jusqu’au matin.

                                                                                  Ruth 3 : 9- 12 et 13

Boaz monta à la porte, et s’y arrêta. Or voici, celui qui avait droit de rachat, et dont Boaz avait parlé, vint à passer. Boaz lui dit : Approche, reste ici, toi un tel. Et il s’approcha, et s’arrêta.

 Boaz prit alors dix hommes parmi les anciens de la ville, et il dit : Asseyez vous ici. Et ils s’assirent. Puis il dit à celui qui avait le droit de rachat : Naomi, revenue du pays de Moab, a vendu la parcelle de terre qui appartenait à notre frère Elimélec.

 J’ai cru devoir t’en informer, et te dire : Acquiers-la, en présence des habitants et en présence des anciens de mon peuple. Si tu veux racheter, rachète ; mais si tu ne veux pas, déclare le moi, afin que je le sache. Car il n’y a personne avant toi qui ait le droit de rachat, et je l’ai après toi. Et il répondit : je rachèterai.

 Boaz dit : Le jour où tu acquerras le champ de la main de Naomi, tu l’acquerras en même temps de Ruth la Moabite, femme du défunt, pour relever le nom du défunt dans son héritage. Et celui qui avait le droit de rachat répondit : Je ne puis pas racheter pour mon compte, de peur de détruire mon héritage ; prends pour toi mon droit de rachat, car je ne puis pas racheter.

Boaz prit Ruth, qui devint sa femme, et il alla vers elle. L’Eternel permit à Ruth de concevoir, et elle enfanta un fils.

                                                                      Ruth 4 : 1 à 4- 5 et 6 - 4:13

 

C’est ainsi que Jésus s'est fait notre proche parent, notre frère, c'est-à-dire le plus proche parent, pour répondre parfaitement à cette loi et avoir le droit de nous racheter :

Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d’un seul. C’est pourquoi il n’a pas honte de les appeler frères,

 Lorsqu’il dit : J’annoncerai ton nom à mes frères, Je te célébrerai au milieu de l’assemblée.

 Et encore : Je me confierai en toi. Et encore : Me voici, moi et les enfants que Dieu m’a donnés.

                                                                                 Hébreux 2 : 11 à 13

Mais va trouver mes frères, et dis leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu.

                                                                                              Jean 20: 17

Rachat signifie : affranchir, délivrer, sauver, être un libérateur, un rédempteur, délivrer une personne qui est en esclavage ou en prison pour une dette.

Pour s’identifier parfaitement à nous, Jésus n’a pas crains de quitter son ciel de gloire, son égalité avec le Père. La Bible nous dit qu’il s’est dépouillé lui-même en devenant un serviteur en devenant semblable aux hommes. Lui-même s’est abaissé pour laver les pieds de ses disciples. Il s’est humilié lui-même,  se rendant obéissant jusqu’à la mort sur une croix, entre deux brigands ou criminels. Il a accepté d’être mis au même rang, c’est à dire de descendre au plus profond de la déchéance humaine.

Jésus est né sous la loi afin de racheter tous ceux qui sont sous la loi. Il est devenu semblable à l'un d'entre nous. Il s'est soumis parfaitement à tous les aspects de la loi pour connaître tous les aspects de la vie humaine, joie, souffrance, tentation, rejet, moqueries,  trahison, deuil, à l’exception du péché.

La loi, il n’est pas venu l’abolir, mais l’accomplir complètement, parfaitement, ce qu’aucun homme n’avait réussi avant lui.

 

Publié dans Identité en Jésus

Commenter cet article