Jésus nous offre une vie spirituelle ininterrompue.

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Voici une autre différence entre Jésus et Adam qui a trait à la vie spirituelle. Adam est né vivant aussi bien physiquement que spirituellement. Mais lorsqu’Adam pécha, il mourut spirituellement. Après la chute, tout être humain sur notre planète   est né spirituellement mort, sauf Jésus-Christ. Comme Adam, Jésus est né vivant  aussi bien physiquement que spirituellement. La différence de vie est résumée de la meilleure façon dans 1 Corinthiens 15 -- 22 : et comme tous meurt en Adam, aussi tous revivront en Jésus-Christ. Pour comprendre la maturité et la liberté que nous avons héritée du dernier Adam, nous devons absolument découvrir à quel point nous sommes différents en Christ.

 Maintenant découvrons trois vérités fondamentales qui découlent  de notre position « en Christ ».

Une nouvelle vie nécessite Une nouvelle naissance.

Nous ne sommes pas nés en Christ, nous sommes nés dans le péché à cause de la chute. Pour entrer dans une nouvelle vie en Christ, nous devons y naître. Une vie nouvelle et éternelle commence lorsque nous naissons de nouveau en plaçant notre foi en Jésus-Christ.

Comment Dieu a-t-il prévu de nous permettre de ne plus être « en Adam » mais de venir « en Christ » ?

Jésus l'a révélé dans son dialogue avec Nicodème : nous devons naître de nouveau. La naissance physique ne nous donne que la vie physique. La vie spirituelle, la vie éternelle que Christ promet à ceux qui viennent à lui, ne nous est accordée que par la naissance spirituelle. Lorsque nous avons dit « oui » à Christ, notre vieux moi a disparu. Notre nouveau moi est présent pour toujours. Nous ne recevons pas la vie éternelle à notre mort, nous la possédons maintenant parce que nous sommes « en Christ »

Une nouvelle naissance donne accès à une nouvelle nature :

La mort spirituelle est entrée dans la vie d'Adam lors de sa désobéissance. La mort physique, intervenue ensuite, n'est que la conséquence de la mort spirituelle. Par la mort spirituelle Adam a perdu la nature de Dieu, la nature divine. La nature de Dieu s'est retirée de lui, elle ne pouvait demeurer chez un mort.

À ce moment-là, dans la vie d'Adam, une autre nature s'est installée : la nature des ténèbres ou de la mort, la nature pécheresse, hostile à Dieu, ennemie de Dieu. Avec cette nouvelle nature, Adam a en quelque sorte reçue une nouvelle identité : celle de pêcheur, qui correspond à la nature du père du mensonge.

La Bible nous dit que nous sommes esclaves de celui qui nous domine. Par sa désobéissance Adam s'est soumis au diable dont il a reçu la nature.

L'intelligence d'Adam s'est obscurcie. Ephésiens 4-18 : ils ont l'intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l'ignorance qui est en eux, à cause de l'endurcissement de leur coeur.

Genèse 5-3 : Adam âgé de 130 ans engendra un fils à Sa ressemblance et à son image, et il lui donna le nom de Seth.

Adam avait été créé à l'image et selon ressemblance de Dieu. Il avait reçu la nature de Dieu. Par sa désobéissance Adam a perdu l'image et la ressemblance de Dieu ainsi que sa nature bien sûr.

Adam a donné naissance à son fils Seth après la perte de la nature divine, donc Seth a reçu la nouvelle nature de son père : la nature de pêcheur, de mort, la nature de ténèbres.

Romains 5-12 : c'est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché, et son privés de la gloire de Dieu.

Aujourd'hui, en Jésus, Dieu nous offre la possibilité de mourir à cette nature de ténèbres ou vieille nature, pour naître dans une nouvelle nature, la sienne, par le moyen de la foi en croyant dans l'œuvre rédemptrice de Jésus accomplie à la croix.

1 Corinthiens 15 -- 22 : et comme tous meurt en Adam, aussi tous revivront en Jésus-Christ. Pour comprendre la maturité et la liberté que nous avons héritée du dernier Adam, nous devons absolument découvrir à quel point nous sommes différents en Christ.

2 Pierre 1-3 et 4 : Sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu.

Celles –ci nous assurent de sa part les plus grandes et plus les précieuses promesses, afin que par elles nous devenions participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise.

Une nouvelle vie donne une nouvelle identité.

Être chrétien, ce n'est pas seulement recevoir quelque chose, c'est être quelqu'un... le fait d'être né de nouveau nous a transformé pour faire de nous quelqu'un qui n'existait pas avant. Ce que nous recevons en tant que chrétien, n'est pas le plus important, l’essentiel c'est qui nous sommes. Le chrétien n'est pas simplement une personne qui obtient le pardon, qui va aller au ciel, qui reçoit le Saint Esprit ainsi qu'une nouvelle nature.

Etre chrétien, au sens où le plus profond de notre identité, est un saint, un enfant de Dieu, né de l'esprit, un chef-d’œuvre divin, un enfant de lumière, un citoyen des cieux, quelqu'un qui marche dans la sanctification. Être né de nouveau nous transforme en une personne qu'il n'existait pas auparavant. Ce n'est pas ce que nous obtenons de Dieu qui compte, c'est la personne que nous sommes. Ce n'est pas ce que nous faisons en tant que chrétien qui détermine qui nous sommes, c'est qui nous sommes qui détermine ce que nous faisons.

 Comprendre notre identité en Christ se révèle absolument indispensable pour réussir notre vie du chrétien. Nous ne pouvons pas nous comporter d’une manière opposée à la vision où la pensée que nous avons chacun d'entre nous. Si nous nous croyons  bon à rien, nous allons probablement vivre comme si  nous étions bons à rien, mais si nous nous considérons comme enfants de Dieu, vivant spirituellement en Christ, nous allons commencer à vivre dans la victoire et la liberté, comme lui.

En dehors de la connaissance de Dieu, une connaissance de notre identité en Christ est de loin la vérité la plus importante que nous puissions posséder.

Sommes-nous bien conscients qu'il existe quelqu'un, vivant et agissant, dans ce monde aujourd'hui qui se dresse de toutes ses forces contre nous, lorsqu'il nous voit vivant et spirituellement  en Christ ?

Il s'agit bien sûr de Satan, il ne peut rien faire pour ébranler notre position et notre identité en Christ. Mais s'il peut nous duper en nous faisant croire ce mensonge, à savoir que nous ne sommes pas digne aux yeux de Dieu et que jamais vous ne vaudront grand-chose en tant que chrétiens. Alors nous vivons comme si nous n'avions pas de position, ni d'identité en Christ. La tromperie de Satan en ce qui concerne notre communion avec Dieu est l'une des principales armes qu’il utilise contre nous pour nous empêcher de grandir et de mûrir en Christ.

 Etre en Christ, c'est recevoir une nouvelle identité. La deuxième épître aux Corinthiens 5-17 déclare : si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées, voici : toutes choses sont devenues nouvelles !

« Les choses anciennes » nous parlent de la vieille nature qui a été crucifiée avec Christ. « Toutes choses sont devenues nouvelles » annonce la nouvelle nature que nous propose Jésus, en échange.

La seule façon de réussir la vie chrétienne, c'est de se voir tel que nous sommes réellement en Christ. Aucune personne ne peut systématiquement se comporter d'une manière contraire à la façon dont tel se perçoit. Si nous pensons être un bon à rien, nous vivrons probablement comme un bon à rien. Mais si nous nous considérons comme un enfant de Dieu, spirituellement vivant en Christ, nous commencerons à vivre dans la victoire et la liberté, comme lui a vécu. Outre la connaissance de Dieu, la connaissance de qui nous sommes est de loin la vérité la plus importante que nous puissions saisir.

 Un des principaux stratagèmes que Satan utilise pour nous tromper. Il ne veut pas que nous réalisions qui nous sommes en Christ, parce qu'il ne veut pas que nous profitions de la maturité et de la liberté qui se développeront lorsque nous commencerons à vivre en fonction de ce que nous sommes réellement : « des saints »

Mais si Satan veut nous tromper et nous faire croire  son mensonge, que nous ne sommes pas acceptables aux yeux de Dieu et que nous n'aboutirons jamais à rien en tant que chrétiens, alors nous vivrons comme si nous n’avions pas de position ou d'identité en Christ. Le mensonge de Satan concernant notre identité est son arme principale pour attaquer notre croissance et de notre maturité en Christ.

Une nouvelle vie donne un nouveau nom.

Voici l’exemple, dans l’ancien testament, d’un homme dont Dieu à changer le nom

Genèse 32- 24 à 28

Jacob demeura seul. Alors un homme lutta avec lui jusqu'au lever de l'Aurore. Voyant qu'il ne le maîtrisait pas, cet homme le frappa à l'emboiture de la hanche, et l'emboiture de la hanche de Jacob se démit pendant qu'ils luttaient avec lui. Il dit : laisse-moi aller, car l'aurore se lève. Et Jacob répondit : je ne te laisserai pas aller, que tu ne m'aies béni.

Il lui dit : quel est ton nom ? Et il répondit : Jacob. Il dit encore : ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël, car tu as lutté avec Dieu et avec les hommes, et tu as été vainqueur.

Voilà comment Dieu a changé le nom de Jacob, qui signifie : l'usurpateur, celui qui trompe. Dieu lui a donné le nom d'Israël, ou prince de Dieu. Nous croyons que cet homme qui a lutté avec Jacob, est l'ange de l'Eternel ou Jésus lui-même. De même pour nous, la rencontre avec Jésus, l'acceptation de sa nature nous vaut un nom nouveau, comme avec Jacob.

Dans le nouveau testament,  le  mot, utilisé, le plus fréquemment pour qualifier le chrétien ordinaire, est celui de « saint ». Nous ne sommes pas appelés saint parce que nous avons gagné ce titre par nos propres efforts. Nous sommes « appelés à être saints par vocation et à tous ceux qui invoquent, en quelque lieu que ce soit, le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, leur Seigneur et le  nôtre » 1 Corinthiens 1-2

Le mensonge de Satan apparaît même dans le nom que nous nous donnons souvent : des pécheurs sauvés par grâce.  Nous ne sommes plus des pécheurs. Nous sommes des saints qui pêchons parfois. Dieu ne nous appelle pas des pécheurs, il nous appelle des saints. Si nous nous considérons comme des pécheurs, devinons ce que nous ferons : nous vivrons comme des pécheurs, nous pécherons. Pour quoi ne pas nous considérer comme ce que nous sommes vraiment : des saints qui pêchent occasionnellement.

Posons-nous de questions :

Etre chrétien, ce n'est pas simplement recevoir quelque chose, c'est être quelqu'un ?

Qu’est-ce que cela signifie pour nous.

Nous ne sommes pas des pécheurs sauvés par grâce, nous sommes des saints qui pêchons parfois ? Que veut dire pour nous cette phrase ?

Croire la Parole de Dieu au sujet de notre identité en Christ est à la base de notre réussite dans la vie chrétienne. Si nous ne croyons pas que nous sommes des saints nés de nouveau, éternellement acceptés du Père, le diable aura le champ libre pour semer la confusion dans notre identité et nous rendre impuissant pour suivre la vie chrétienne.

Que devient cette relation idéale avec Dieu quand nous péchons ?

Dieu nous accepte-t-il malgré cet échec ?

En d'autres mots si nous sommes des saints qui péchons parfois que devient notre sainteté lorsque nous péchons ?

Nous pouvons comparer notre relation, notre communion avec Dieu avec  la relation et la communion que nous avions avec nos parents lorsque nous étions enfants.

Nous sommes adoptés et fils  Dieu par notre naissance spirituelle et rien ne peut changer ce lien de sang. Nous parlons du sang de Jésus. Je suis un enfant de Dieu, né de nouveau, en union spirituelle avec lui par sa grâce que j'ai reçue par la foi. Mon adoption avec Dieu a été définitivement fixée quand je suis né dans sa famille.

Mais l'harmonie dans notre relation avec Dieu peut être perturbée par la désobéissance, tout comme l'harmonie avec nos parents a été rompue lorsque nous leur avons désobéi. Quand nous obéissons à Dieu, nous vivons en harmonie avec lui. Quand nous ne le faisons pas, notre réaction avec lui est perturbée et nous en souffrons.

Même quand nous ne sommes plus en harmonie à cause de notre désobéissance, notre relation avec Dieu n'est pas mise en danger parce que nous sommes liés à lui par le sang de Jésus-Christ.

Ainsi, nos efforts pour grandir et atteindre la maturité ne doit pas se concentrer sur notre relation avec Dieu, parce que rien ne peut l'améliorer. Nous devons simplement continuer à croire que c'est vrai. Nous ne pouvons rien faire pour être davantage un enfant de Dieu,  nous le sommes déjà par la naissance spirituelle. Au contraire, Nos efforts doivent se diriger vers l'amélioration de l'harmonie dans notre relation avec Dieu. Alors que nous cherchons à lui obéir, un effort qui provient dans notre amour sincère pour lui, notre Père éternel plein amour.

En résumé disons que notre adoption et notre filiation avec Dieu est fixée une fois pour toutes depuis que nous avons placé notre foi en Christ, elle ne peut être améliorée. Mais notre communion avec Dieu et l'harmonie de notre relation avec lui découle de notre obéissance quotidienne.

Publié dans Identité en Jésus

Commenter cet article