Jésus nous offre de partager son trône.

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Le vainqueur, je lui donnerai de s’asseoir avec moi sur mon trône, comme moi–même j’ai été vainqueur et je me suis assis avec mon Père sur son trône.

                                                 Apocalypse 3-21

                                                                            

Voilà l’objectif qui devrait habiter le cœur de tout chrétien : Répondre à cette invitation de Jésus, ou cette promesse de Jésus. A celui qui vaincra… C’est le désir du cœur de Jésus, nous voir assis son trône. Il souhaite ardemment nous partager son trône, comme le Père lui a partagé son trône. Déjà  nous devrions nous voir assis sur le trône de Jésus. Car cette parole de Jésus est certaine, elle s’accomplira.

 

L’Eternel m’adressa la parole, et il dit : Ecris la prophétie : Grave–la sur des tables, Afin qu’on la lise couramment. Car c’est une prophétie dont le temps est déjà fixé, Elle marche vers son terme, et elle ne mentira pas ; Si elle tarde, attends–la, Car elle s’accomplira, elle s’accomplira certainement.

                                              Habakuk 2 : 2 et 3

Comme nous le recommande cette prophétie gravons la promesse de Jésus sur la tablette de nos cœurs.

Va, Daniel, car ces paroles seront tenues secrètes, scellées, jusqu’au temps de la fin.

 Une multitude sera purifiée, blanchie et épurée ; les méchants agiront en méchants, et aucun des méchants ne comprendra, mais ceux qui auront du discernement comprendront. Quant à toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles et scelle le livre jusqu’au temps de la fin. Une multitude alors cherchera, et la connaissance augmentera.

                                          Daniel 12 : 4- 9 et 10

                                                                    

Nous ne sommes plus au temps de Daniel, pour la connaissance, en Jésus le voile a été déchiré, enlevé. Nous sommes dans le temps ou la connaissance augmente, dans le temps où le discernement augmente. Mais le temps de la purification, de l’épuration continue, ainsi que le temps où les méchants agissent toujours plus en méchants. Toutefois la connaissance leur est fermée.

 Nous parlons bien de la connaissance intime, pénétrante, par la révélation du Saint-Esprit, et non de la connaissance intellectuelle. Voici un passage de l’Apocalypse qui nous confirme tout cela :

Et il me dit : Ne scelle point les paroles de la prophétie de ce livre. Car le temps est proche.  Que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore ; et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore. Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon son œuvre.

                                    Apocalypse 22 : 10 à 12

                                                                

Peut-être que certains chrétiens sont restés ou campent au niveau de la vision et l’action, que Pierre proposait sur le mont de la Transfiguration : Construire une tente pour Jésus. C’était son objectif, sa vision.

 

 

 

La tentation de Pierre nous guette tous : Avoir Jésus avec nous, en lui installant une tente. Oh il serait bien installé, ceci n’est rien d’autre qu’une entreprise purement charnelle. Ce serait revenir au temps de l’Ancien Testament, au temps où la présence de l’Eternel, dans le désert, au milieu de son peuple, se tenait dans une arche ou un tabernacle. Ce temps est bien révolu, vouloir y revenir serait une œuvre purement humaine, terrestre, diabolique.

L’objectif de Jésus, aujourd’hui est tout autre, grandiose. Nous attirer et nous élever jusqu’à lui.

Tu me ravis le cœur, ma sœur, ma fiancée, Tu me ravis le coeur par l’un de tes regards, Par l’un des colliers de ton cou.

 Que des charmes dans ton amour, ma sœur, ma fiancée ! Comme ton amour vaut mieux que le vin, Et combien tes parfums sont plus suaves que tous les aromates !

 Tes lèvres distillent le miel, ma fiancée ; Il y a sous ta langue du miel et du lait, Et l’odeur de tes vêtements est comme l’odeur du Liban.

 Tu es un jardin fermé, ma sœur, ma fiancée, Une source fermée, une fontaine scellée.

                                                          Cantique des cantiques 4 : 9 à 12

Jésus nous tient une place nous attend sur son trône. Il nous désire avec lui, sur son trône comme il partage le trône du Père.

Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi.

                                                                                                Jean 14- 3

                                                                                       

La tiédeur cherche à nous endormir et à nous faire perdre cette vision et cette promesse de Jésus. Jésus nous laisse libres de le croire ou d’oublier.

Cette parole de Jésus est certaine. Nous avons suffisamment de preuves que Jésus est bien retourné vers le Père. La bible nous en donne plusieurs confirmations.

 

Mais Etienne, rempli du Saint–Esprit, et fixant les regards vers le ciel, vit la gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu.

 Et il dit : Voici, je vois les cieux ouverts, et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu.

                                                Actes 7 : 55 et 56

                                                                         

Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous.

L’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous.

En ce jour là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et que je suis en vous.

                                         Jean 14 : 16- 17 et 20

Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis.

 Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux.

                                                                                     Actes 2 : 2 et 3

                                                                              

Je regardai, pendant que l’on plaçait des trônes. Et l’ancien des jours s’assit. Son vêtement était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête étaient comme de la laine pure ; son trône était comme des flammes de feu, et les roues comme un feu ardent.

 Un fleuve de feu coulait et sortait de devant lui. Mille milliers le servaient, et dix mille millions se tenaient en sa présence. Les juges s’assirent, et les livres furent ouverts.

Je regardai pendant mes visions nocturnes, et voici, sur les nuées des cieux arriva quelqu’un de semblable à un fils de l’homme ; il s’avança vers l’ancien des jours, et on le fit approcher de lui.

 On lui donna la domination, la gloire et le règne ; et tous les peuples, les nations, et les hommes de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle qui ne passera point, et son règne ne sera jamais détruit.

                                                                              Daniel 7- 9 à 10 et 14

La condition requise pour s’asseoir sur le trône de Jésus : Entendre

 

 

Que celui qui a des oreilles entende.

 

 

Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises.

                                                Apocalypse 3- 22

N’oublions  pas ce dernier verset de la lettre adressée à l’Eglise de Laodicée, mais également pour toutes les Eglises. Cette même exhortation, Jésus, l’adresse sept fois successives, c'est-à-dire à chacune des Eglises de l’Apocalypse, comme un sceau pour terminer à la fi de ses lettres. Il conclut, ainsi toutes les lettres destinées aux sept Eglises de L’Apocalypse.

Jésus attire note attention sur le verbe entendre, et bien sur notre capacité d’écouter.

Ecoute, Israël ! L’Eternel, notre Dieu, est le seul Eternel.

C’est un des commandements que l’Eternel donne à son peuple, et bien sur à nous aujourd’hui. C’est en écoutant une personne que nous apprenons à la connaître. Il en est de même avec notre Dieu.

La foi vient par ce l’on entend, et le salut l’écoute ou en entendant la Parole de Dieu.

 

Toi, cher (e) lecteur ou lectrice qui vient de lire ce message et ne connait pas Jésus, saches que tu es aimé par ce Dieu créateur du ciel et de la terre. Il te cherche, il attend que tu te laisses rencontrer avec lui.

Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n’ont pas cru ? Et comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler ? Et comment en entendront ils parler, s’il n’y a personne qui prêche ?

Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ.

                                        Romains 10 : 14 et 17

 Heureux celui qui lit à haute voix les paroles de la prophétie, comme ceux qui les entendent et qui gardent ce qui y est écrit ! Car le temps est proche.

                                                   Apocalypse 1-3

Dans ce verset nous relevons trois verbes importants :

Lire (à haute voix)

Entendre

Garder

A nouveau nous retrouvons le verbe entendre et toute son importance. C’est lui qui sert de lien entre, lire à haute voix et garder.

Entendre signifie : Assimiler, apprendre par l’écoute, comprendre, percevoir le sens de ce qui est dit.

Etre doté d’oreilles ne set à rien si elles n’entendent pas.

Jésus, le bon berger, nous dit que ses brebis entendent  sa voix, ou discerne sa voix, ou reconnaissance sa voix. C'est-à-dire aime sa voix. Ses brebis éprouvent de la joie à entendre sa voix.

C’est la voix de mon bien–aimé ! Le voici, il vient, Sautant sur les montagnes, Bondissant sur les collines.

                              Cantique des cantiques 2 : 8

J’étais endormie, mais mon cœur veillait… C’est la voix de mon bien–aimé, qui frappe : Ouvre moi, ma sœur, mon amie.

                              Cantique des Cantiques 5- 2

Nos oreilles ont besoin du couteau de la circoncision pour entendre et reconnaître la voix de la vérité. Etienne sur le point d’être lapidé, traite les pharisiens «  d’incirconcis de cœur et d’oreilles.

Même ils se bouchaient les oreilles pour ne pas entendre.

 

Hommes au cou raide, incirconcis de cœur et d’oreilles ! Vous vous opposez toujours au Saint–Esprit. Ce que vos pères ont été, vous l’êtes aussi.

 Ils poussèrent alors de grands cris, en se bouchant les oreilles, et ils se précipitèrent tous ensemble sur lui,                                                     Ils poussèrent alors de grands cris, en se bouchant les oreilles, et ils se précipitèrent tous ensemble sur lui.

                                               Actes 7 : 51 et 57

Circoncire signifie : couper autour et enlever ce qui empêche l’intimité. Nos peuvent avoir besoin de circoncision. Nous avons tellement soumis nos oreilles, à toutes sortes de voix, qu’elles n’identifient  plus ou difficilement la voix du bon berger. Un voile s’est posé sur nos oreilles, comme un prépuce. C’est pourquoi le couteau de la parole, ou l’épée à double tranchant doit opérer.

Oui comme les pharisiens, Dieu nous a crées libres, d’entendre la parole de vérité, ou de nous boucher les oreilles pour la refuser, quand elle nous dérange, ou nous invite à changer de voie. Cette attitude ou ce choix endurci les cœurs, l’incrédulité et le doute s’installent.

 

C’est pourquoi je leur parle en paraboles, parce qu’en voyant ils ne voient point, et qu’en entendant ils n’entendent ni ne comprennent.

 Et pour eux s’accomplit cette prophétie d’Esaie : Vous entendrez de vos oreilles, et vous ne comprendrez point ; Vous regarderez de vos yeux, et vous ne verrez point.

 Car le cœur de ce peuple est devenu insensible ; Ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, De peur qu’ils ne voient de leurs yeux, qu’ils n’entendent de leurs oreilles, Qu’ils ne comprennent de leur cœur, Qu’ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse.

                                          Matthieu 13 : 13 à 16

Jésus adresse encore cette parole aux pharisiens, dont les oreilles et les yeux sont fermées.

Vous sondez les Ecritures, parce que, vous, vous pensez avoir en elles la vie éternelle ; or ce sont elles–mêmes qui me rendent témoignage.

 Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie !

                                                  Jean 5- 39 et 40

Oui c’est les pharisiens sondent les Ecritures pour avoir la vie éternelle. Le chemin de la vie éternelle passe par Jésus. Jésus là est devant eux. Ils se veulent les protecteurs de la loi. Mais ils n’ont pas su reconnaître ou entendre la voix de celui que le Père leur envoyait.

 

Mais Dieu révèle ses secrets à ses intimes, à ceux qui le craignent, à ceux qui écoutent, entendent, et lui obéissent. C’est Jésus dit à ses disciples, en privé :

Jésus leur répondit : parce qu’il vous a été donné  de connaître les mystères du royaume des cieux, et que cela ne leur a pas été donné.

Mais heureux sont vos yeux parce qu’ils voient, et vos oreilles parce qu’elles entendent.

                                         Matthieu 13-  11 et 16

Eve  a entendu, écouté et crû les propos mensongers, séducteurs du serpent, dans le jardin d’Eden. Cette attitude l’a conduite dans la tentation, qui s’est transformée en désobéissance, avec toutes les conséquences que nous connaissons.

Ensuite, la voix de Dieu, qui leur était familière, à Adam et Eve, devient source de peur, et les amène à se cacher de Dieu.

Alors ils entendirent la voix de l’Eternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l’homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l’Eternel Dieu, au milieu des arbres du jardin.

                                                        Genèse 3 – 8

Il est important  d’entendre, c’est pourquoi Jésus a guéri et continu de guérir les sourds, non seulement les oreilles physiques, mais aussi les oreilles spirituelles, c'est-à-dire celle de notre cœur. Car la surdité nous isole, nous disqualifie, le cœur s’endurci et la tiédeur se tient à la porte, prête à rentrer.

Signalons un signe avant coureur pour notre temps, de la tiédeur qui rôde : dans les chants nouveaux, de louange ou d’adoration, le nom de Jésus disparaît, nous le trouvons de moins en moins. De même il devient de trouver des chants sur le sang, de Jésus bien sur, et sur le feu.

J’ai un site nommé : www.fleuvesdevie.net. Sur la page d’accueil j’ai mis une bible ouverte avec la colombe au-dessus. De chaque côté de la bible, j’ai placé une flamme, symbolisant le feu du Saint-Esprit. De la part de chrétien, j’ai reçu des invitations avec insistances, m’invitant à retirer ce feu du Saint-Esprit. En me disant que la seule signification du feu, dans la bible, c’était le feu de l’enfer, le feu de l’enfer. Je sais que non, en Dieu il y a du feu, et le bon. En tout cas, j’aime à le dire : je ne pourrai pas vivre sans son feu dans ma vie.

Enfin, pour terminer remarquons que chacune des lettres, adressées aux sept Eglises, sont les Paroles de Jésus. Mais la fin se termine toujours de la même manière : Que celui qui a des oreilles entendent ce que l’Esprit dit au Eglises. Nous constatons que Jésus ne parle jamais sans le Saint-Esprit. D’autre part, si nous n’entendons pas, ou refusons d’entendre, c’est au Saint-Esprit que nous résistons.

Cher lecteur et lectrice je prie le Père, pour vous, dans le nom de Jésus : Donne leur une oreille de disciple, éveille leur oreille, pour qu’ils écoutent à la manière des disciples, ouvre leurs oreilles afin qu’ils entendent ce que l’Esprit dit aux Eglises, et leur dit pour leur vie.

Il éveille, chaque matin, il éveille mon oreille, Pour que j’écoute comme écoutent des disciples.

 Le Seigneur, l’Eternel, m’a ouvert l’oreille, Et je n’ai point résisté, Je ne me suis point retiré en arrière.

                                                Esaie 50 : 4b et 5

 

 

/

Commenter cet article