Jésus est vraiment celui qui a accompli toute justice. Quand ?

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

 

 À la croix ? Non, lors de son baptême :

Matthieu 3-13 à 17 : Alors Jésus vint de la Galilée au Jourdain vers Jean, pour être baptisé par lui. Mais Jean s'y opposais, en disant : C'est moi qui ai besoin d'être baptisé par toi, et tu viens à moi !

Jésus lui répondit : Laisse faire maintenant, car il est convenable que nous accomplissions ainsi toute justice ou tout ce qui est juste, selon les versions. Et Jean ne lui résista plus. Dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l'eau, et voici, les cieux s’ouvrirent, et il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles : Celui ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection.

Comment Jésus a-t-il accompli toute justice en demandant le baptême ?

Rappelons que le baptême prêché par Jean était un baptême de repentance. Jésus avait-il besoin de repentance ?

Non, puisqu'il n'a pas connu le péché.

Jésus est venu non pour abolir la loi, mais pour l’accomplir. Et le baptême annoncé ou prêché par Jean, représente la fin de la loi. Le dernier acte à accomplir pour que la loi soit observée ou pratiquée totalement par Jésus. Jésus s’y est soumis volontairement en mesurant l’importance de son acte d’obéissance.

Enfin c'est là que pour la première fois, Jésus, s'est identifié à nous pécheurs, sans être coupable. C'est la qu'il a commencé à mourir à lui-même. S'il avait raté ce premier rendez-vous, toute sa mission aurait échoué. L'œuvre accomplie sur la croix n'aurait servi à rien. Il fallait un juste qui  accomplisse totalement la loi pour qu'elle cesse de nous accuser, de nous rendre coupable devant Dieu.

Colossiens 2-14 : il est écrit : il a effacé l'acte accusateur (de la loi) dont les ordonnances nous condamnaient, et qui subsistait contre nous. Et il l’a éliminé en le clouent à la croix.

Comment Jésus aurait-il éliminé ce document accusateur, en le clouant à la croix si lui-même avait été transgresseurs de la loi ? Jacques 2-4 : car quiconque observe toute la loi mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous. Jésus avait bien compris toutes ces choses.

C'est comme si l'un d'entre nous, païens de nature, décide d'embrasser le judaïsme. Il devra accomplir toute la loi. Comment le pourra t'il s'il n'est pas été circoncis le huitième jour ? Tel que la loi l’ordonne. Jamais il n'y arrivera puisqu'il a raté le premier commandement de la loi.

Mais Christ a été circoncis pour moi : Colossiens 2-10 : C'est en lui que vous avez été circoncis d'une circoncision que la main n’a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair.

Ayant été enseveli avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l'a ressuscité des morts.

Vous qui étiez morts par vos offenses et par l'incirconcision de votre chair, il  vous a rendu à la vie avec lui, en nous  faisant  grâce pour toutes nos offenses.

Il en aurait été de même pour Jésus s'il n'était pas passé par le baptême de repentante pour s'identifier à nous. C'est bien là, et ce jour-là que Jésus a accompli « toutes justices » c'est là que le ciel s'est ouvert et la voix du Père s'est fait entendre à nouveau. En effet en Israël, à cette époque, personne n'avait entendu la voix de Dieu depuis quatre siècles. Le ciel était fermé.

 Le jour du baptême de Jésus le ciel s'est ouvert et le Père fit entendre sa voix par ces paroles « celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j'ai mis toute mon affection »

Au contraire, quand Jésus était sur la croix le ciel s'est fermé. Jésus a été coupé du Père, c'est pourquoi il s'est écrié : mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné ? Pendant trois heures les ténèbres ont recouvert la terre et à ce moment-là Jésus a connu la condamnation qui nous était destinée, être séparé de Dieu éternellement.

En Jésus, le ciel est ouvert pour nous aussi maintenant. Pour cela il nous faut abandonner, renoncer à la nature dans laquelle nous sommes nés. La nature de ténèbres ou de rébellion et naître de nouveau pouvons recevoir une nouvelle nature. Comme Jésus l'a déclaré Nicodème.

Jean 3- 1 à 7 : mais il vint d'entre les pharisiens, un homme nommé Nicodème, un chef des Juifs, qui  vint vers Jésus, de nuit, et lui dit : Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu. Car personne ne peut faire les miracles que tu fais, si Dieu n'est avec lui.

Jésus lui répondit : En vérité, en vérité je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu.

Nicodème : comment un homme peut-il naître quand il est vieux ?   Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître ?

Jésus lui répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d'Esprit, il ne peut rentrer dans le royaume de Dieu.

Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est Esprit. Ne t’étonne pas de ce que je te dis : il faut que vous naissiez de nouveau.

Par notre première naissance nous avons reçu une nature terrestre, charnelle, d'en bas.

Maintenant par le sacrifice de Jésus, le Père nous offre sa nature, la nature de l'Esprit, celle d'en haut, là d’ou vient notre origine et notre destinée. Autrement dit, Jésus nous a acquis la possibilité, par cette nouvelle naissance de repartir à zéro. L'ardoise de notre dette peut-être effacée, pour le pardon de nos péchés. À cause du sacrifice de Jésus nous sommes déclarés justes. Le Père impute notre compte débiteur en un compte créditeur.

Prenons l'image d'une balance à plateau : d'un côté tout le poids de nos péchés est placé sur ce plateau et le fait descendre au maximum, l'autre plateau remonte au maximum puisqu’il est vide. Il restait désespérément vide quel que soient nos efforts ou nos œuvres. Nous n'avions rien à mettre dessus. Dieu a pourvu, par le sang de Jésus, tout le poids qui pesait sur ce plateau a été enlevé, effacé a tout jamais. Et le Père a mis sur l'autre plateau le crédit inestimable et inépuisable de la justice obtenue par Jésus. Ce plateau est remonté à tout jamais et l'autre est vide. il le restera si nous croyons et marchons dans cette justice offerte par grâce par le moyen de la foi.

Par cette nouvelle naissance nous recevons la nature de Jésus ressuscité. Une nouvelle identité nous est offerte : fils et filles de Dieu, avec un nouveau nom : juste ou saint. le ciel s'ouvre sur nos vies, commme sur Jésus lors de son baptème. Nous ne sommes plus orphelin nous avons un Pére, c'est la raison pour laquelle nous sommes fils et fils de Dieu. Car sans Père il n'y a pas d'enfants.

Publié dans Identité en Jésus

Commenter cet article