Dominer nos émotions avant qu’elles nous dominent

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Dominer nos émotions avant qu’elles nous dominent

Croire Dieu et non les circonstances

Nous sommes moins influencés par notre environnement que par l’idée que nous nous faisons de notre environnement.

Satan travaille avec des mensonges plus qu’avec des circonstances!

Son but est de faire en sorte que nous édifiions en nous des forteresses de pensées contraires à la vérité. Parfois, une petite chose arrive, et c’est tout un enchaînement d’émotions qui se produit bien au-delà du reflet de la réalité présente

C’est Dieu qui détermine qui nous sommes, non les circonstances.

Nous maîtrisons très peu nos émotions, mais nous pouvons maîtriser nos pensées, et celles-ci détermineront nos sentiments et nos réactions. C’est pour cela qu’il est tellement important de permettre à notre pensée d’être renouvelée et habitée par la Parole de Dieu ! Nous avons besoin de contempler notre vie du point de vue de Dieu et de réagir en conséquence pour nous conformer à Sa pensée. C’est Dieu qui détermine qui nous sommes. Si ce que nous croyons ne reflète pas la réalité, nos émotions, ce que nous ressentons, ne reflèteront pas la réalité non plus : si je crois que je ne suis pas aimable, je souffrirai de rejet en présence d’autres personnes.

Encore une fois, nous allons le redire, il y a un ordre important : connaître la vérité, y croire, agir en fonction d’elle et laisser nos émotions être le produit de notre obéissance.

L’inverse serait possible : face à une situation, nos émotions se manifestent, et notre réaction se forme en fonction d’elles… Le résultat est facilement imaginable !

Les émotions ne sont ni bonnes ni mauvaises, elles font partie de notre nature humaine. Elles sont à notre âme ce que les sensations physiques sont à notre corps. Elles sont le moyen fourni par Dieu pour nous permettre de savoir ce qui se passe dans la profondeur de notre être. Les émotions sont normales, elles font partie de notre nature humaine. Si nous ne ressentions plus ni colère, ni tristesse ni joie, notre âme serait en danger. Les émotions sont normales et sont

utilisées par Dieu pour montrer le fonctionnement de notre âme. Mais nous devons, tout comme pour la douleur, apprendre à répondre aux indicateurs qu’elles nous fournissent Savoir réagir aux signaux que lancent nos émotions nous permettra d’empêcher le

diable d’avoir une emprise sur notre vie. Dieu a prévu que nos émotions jouent un rôle vital.

1) Exemple sur le fait de sentir la douleur quand on se brûle.

Personne n’aime avoir mal, mais c’est utile (sinon, c’est qu’il y a un dysfonctionnement). Il ne faut donc pas tomber dans le travers de ne vouloir plus rien ressentir.

2) Voyants clignotants dans la voiture qui signale un problème (tableau de bord)

Plusieurs façons de réagir :

- recouvrir le voyant d’un scotch pour ne plus le voir (et oublier le problème)

- détruire la LED en lui tapant dessus

- rechercher la source du problème et le résoudre.

Il existe un parallèle avec nos émotions et nos réactions :

- les recouvrir, les ignorer, les étouffer => REPRESSION

- exploser sans réfléchir / sortir de nos gonds => EXPRESSION AVEUGLE

- regarder à l’intérieur pour comprendre => ACCEPTATION

Nous allons regarder plus en détail ces 3 domaines.

La répression :

Un rejet conscient des sentiments. C’est lorsque nous ignorons les signaux donnés par les émotions.

Psaume 32, 3-6 : Tant que je me suis tu, mes os se consumaient, Je gémissais toute la journée ;

 Car nuit et jour ta main s’appesantissait sur moi, Ma vigueur n’était plus que sécheresse, comme celle de l’été. –– Pause.

 Je t’ai fait connaître mon péché, je n’ai pas caché mon iniquité ; J’ai dit : J’avouerai mes transgressions à l’Eternel ! Et tu as effacé la peine de mon péché. ––

 Qu’ainsi tout homme pieux te prie au temps convenable ! Si de grandes eaux débordent, elles ne l’atteindront nullement.

Psaume 39, 1-2 : Je disais, Je veillerai sur mes voies, De peur de pécher par ma langue ; Je mettrai un frein à ma bouche, Tant que le méchant sera devant moi.

 Je suis resté muet, dans le silence ; Je me suis tu, quoique malheureux ; Et ma douleur n’était pas moins vive. Nous voyons ici un rejet conscient des sentiments.

Pourquoi la répression pourrait-elle être une mauvaise réaction par rapport aux émotions ? De quelle manière peut-elle faire plus de tort que de bien ? Une expérience ?

La répression totale de nos sentiments n’est pas une réaction saine à l’égard de nos émotions. Elle est mauvaise pour notre relation avec Dieu et avec les autres (Psaumes 39:1-4 : Je m’étais dit : « Je vais me surveiller pour ne pas pécher en paroles. Je serai comme bâillonné aussi longtemps que des méchants se tiendront devant moi. » Je me suis renfermé dans un complet silence, sans prononcer une parole ; ma douleur s’est exaspérée.

Mon coeur brûlait dans ma poitrine, mes pensées s’embrasaient en moi, alors j’ai fini par parler : « O Eternel, fais–moi savoir quand finira ma vie, quel est le nombre de mes jours, afin que je sache à quel point ma vie est éphémère.

C’est d’ailleurs une forme d’orgueil et de rébellion… Il est important de nous ouvrir à Dieu tant que nous le pouvons, avant que de grandes eaux ne nous submergent : quand des circonstances extérieures nous cachent Dieu, nous pouvons rapidement être submergés par nos émotions. Si une « accumulation » arrive comme pour David, il devient très difficile de se tourner vers Dieu.

Nos émotions nous dominent.

C’est comme un cercle vicieux.

L’accumulation de sentiments réprimés sur un trop long terme détruit peu à peu l’harmonie de notre relation avec Dieu et avec les autres et elle nous consume à petit feu.

IMPACT :

- sur notre relation avec Dieu (comme un mur qui se bâtît entre Lui et nous)

- Et aussi sur notre relation aux autres.

L’expression aveugle (expression sans retenue) :

Dire à tout le monde et n’importe qui exactement ce que nous ressentons et pensons. Rappelons que ce que nous ressentons n’est très souvent pas la réalité

. De quelle manière l’expression aveugle est-elle bonne ? De quelle manière peut-elle être mauvaise ?

Exemple de Pierre que l’expression aveugle a mis dans l’embarras plus d’une fois !

- dans Mat. 16 : 16 : Simon Pierre répondit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.

- puis v22-23 : Pierre, l’ayant pris à part, se mit à le reprendre, et dit : A Dieu ne plaise, Seigneur ! Cela ne t’arrivera pas.

 Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre : Arrière de moi, Satan ! Tu m’es en scandale ; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes. Mais Pierre est devenu un magnifique conducteur d’Eglise, démontrant la Puissance de la transformation par l’Esprit ! L’expression aveugle des émotions peut parfois être saine pour nous même (pour éviter la peine de les réprimer), mais elle est généralement malsaine pour ceux qui nous entourent. Elle peut aussi donner l’occasion, d’une certaine manière, de régler ses comptes… Même si elle fait du bien à celui qui l’exprime, elle peut être destructrice pour les autres. Nous pourrions dire « Je suis content d’avoir dit ce que je pensais… » Mais en même temps, nous venons de détruire la personne qui était en face.

Une expérience ?

Jacques 1, 19-20 : Sachez le, mes frères bien–aimés. Ainsi, que tout homme soit prompt à écouter, lent à parler, lent à se mettre en colère ; car la colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu.

Voici un autre verset sur la colère

Ephésiens 4 : 26 : Si vous vous mettez en colère, ne péchez point ; que le soleil ne se couche pas sur votre colère,

Commençons à nous mettre en colère contre le péché !

L’acceptation

Etre honnête vis-à-vis de nos sentiments devant Dieu et devant quelques amis fidèles. Dieu ne nous empêchent pas d’avoir des sentiments mais ne veut pas que nous soyons hypocrites. Exposer nos problèmes à Dieu ou nos amis proches évitera certainement de le faire à d’autres de manière destructrice. Il est bon de partager nos émotions avec des amis intimes : l’honnêteté est toujours la meilleure solution, mais n’oublions pas de dire la vérité avec amour Ephésiens. 4 : 15 : mais en professant la vérité dans l’amour, nous croîtrons à tous égards en celui qui est le chef, Christ.

Dieu n’est pas choqué par ce que nous pourrions ressentir, et Il sait exactement ce que nous ressentons, pas la même de tenter de le Lui cacher ! Il sonde notre cœur… Même si ce genre de prière peut paraître « mauvais », elles sont honnêtes et vraies devant Dieu

 Exemple de David dans Psaume 109 : 1-13 : Dieu de ma louange, ne te tais point ! Car ils ouvrent contre moi une bouche méchante et trompeuse, Ils me parlent avec une langue mensongère,

Ils m’environnent de discours haineux Et ils me font la guerre sans cause. Tandis que je les aime, ils sont mes adversaires ; Mais moi je recours à la prière. Ils me rendent le mal pour le bien, Et de la haine pour mon amour. Place–le sous l’autorité d’un méchant, Et qu’un accusateur se tienne à sa droite ! Quand on le jugera, qu’il soit déclaré coupable, Et que sa prière passe pour un péché !

 Que ses jours soient peu nombreux, Qu’un autre prenne sa charge !

Que ses enfants deviennent orphelins, Et sa femme veuve !

 Que ses enfants soient vagabonds et qu’ils mendient, Qu’ils cherchent du pain loin de leur demeure en ruines !

 Que le créancier s’empare de tout ce qui est à lui, Et que les étrangers pillent le fruit de son travail !

 Que nul ne conserve pour lui de l’affection, Et que personne n’ait pitié de ses orphelins ! Que ses descendants soient exterminés, Et que leur nom s’éteigne dans la génération suivante !

 Nous pouvons être dans un « piteux » état en nous approchant de Dieu, et, il ne s’agit pas là de Lui dire « merci Seigneur pour cette magnifique journée qui vient de s’écouler », avec aussi un « magnifique » vernis religieux ! Il attend que nous déversions notre cœur devant Lui… Dieu sait avant même que nous nous approchions de Lui ce que nous ressentons ! La suite du psaume est tout aussi importante v26, 30 : Secours-moi, Eternel, mon Dieu ! Sauve moi par ta bonté !

 Et qu’ils sachent que c’est ta main, Que c’est toi, Eternel, qui l’as fait. S’ils maudissent, toi tu béniras ; S’ils se lèvent, ils seront confus, Et ton serviteur se réjouira. Que mes adversaires revêtent l’ignominie, Qu’ils se couvrent de leur honte comme d’un manteau !

 Je louerai de ma bouche hautement l’Eternel, Je le célébrerai au milieu de la multitude ;

Nous répondons aux émotions par des émotions !

Romains 12 :15 « Réjouissez-vous avec ceux qui sont dans la joie, pleurez avec ceux qui pleurent ! »

Ne nous arrêtons pas aux paroles de ceux qui expriment leurs émotions, parce que leurs paroles sont des réactions émotionnelles. Il nous faut pour cela être guéri de tout rejet…

De même, soyons honnêtes avec notre état émotionnel et exprimons notre mal-être au lieu de nous en prendre à ceux qui nous entourent…Savoir réagir aux signaux que lancent nos émotions nous permettra d’empêcher le diable d’avoir une emprise sur notre vie. Nous devons apprendre à résoudre les conflits du passé pour que ce poids émotionnel ne s’accumule pas et qu’il ne nous pousse pas à nous isoler progressivement.

Source : www.abri-vcf.com

Publié dans guérison de l'âme

Commenter cet article