Dieu te désire dans sa famille

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

                                           

 

 

Dieu nous a créés à son image et à sa ressemblance. Notre Dieu est un Dieu de relation, de communication. Il désir nous voir entrer dans sa famille.

 

 Le premier bouquet représente une famille ou une assemblée : il est difficile de s'y épanouir, il est difficile d’exprimer les dons que Dieu nous donne. C'est le modèle de famille, naturelle ou spirituelle, créée par les hommes. Il est également difficile d’en sortir.

Ce premier bouquet ressemble également à un bateau amarré dans un

port. Il ne peut quitter les amarres le retiennent. Il est limité dan son espace. Il ne pourra jamais répondre au commandement de Jésus, donné à Pierre et à nous aujourd’hui : avance en pleines eaux ou en eaux profondes.

 

 

Le deuxième bouquet, sans lien extérieur correspond au modèle de Dieu, aussi bien pour une famille qu’une assemblée.

 

Il représente un bateau dont les amarres ont été rompues. Il est libre de gagner la pleine mer et de rentrer dans le kaïros de Dieu.

 

 Le Royaume est encore semblable à un trésor caché dans un champ. L'homme qui l'a trouvé le cache et dans sa joie il va vendre tout ce qu'il possède pour acheter ce champ.

                                                                                                                                                    Mt 13.44

Dans ce chapitre 13 de l’évangile de Matthieu, Jésus présente sept paraboles pour nous permettre découvrir différentes facettes du royaume de Dieu.

Celle que nous citons ci-dessus se situe en cinquième position. Jésus commence par la parabole du semeur.

 Que veut nous enseigner ou nous révéler Jésus, à travers cette parabole ?

 Dans les paraboles précédentes, Jésus nous donne des clés, retenons-les.

A nouveau un homme se présente à nous : cette fois-ci, il ne sème plus, mais il découvre un trésor dans un champ, il vend tout ce qu'il possède pour devenir propriétaire de ce trésor en achetant le champ qui le contient. Donc, avant tout, c'est le trésor qui l'intéresse plus que le champ.

Qui est cet homme ?

 Matthieu 13.24. Le Royaume est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ. Verset 37, Jésus nous dit : le semeur ou l'homme c'est le Fils de l'homme, c'est-à-dire Jésus Lui-même. Verset 38 : le champ c'est le monde.

Ces révélations de Jésus ne changent pas dune parabole à l’autre: l'homme qui trouve, cache et achète avec joie, c'est Jésus. Le champ c'est le monde où ce trésor est caché.

-Comment va-t-il acheter ce champ ?

- Pourquoi accorde t-il une telle valeur à ce trésor ?

-Quel usage va-t-il faire de ce trésor ?

Nous allons découvrir les réponses à chacune de ces questions.

 

Qu'est-ce qu'un trésor ?

 

Le dictionnaire le Petit Robert nous dit : réunion de choses précieuses, amassées pour être conservées, généralement en les cachant, chose enfouie ou cachée sur laquelle personne ne peut justifier de sa propriété et qui est découverte par le fait du hasard, chose précieuse que l'on amasse, que l'on cache ou que l'on peut découvrir.

 

La parabole du trésor caché, c’est la première donnée par Jésus à ses disciples en privé,  elle est restée cachée à la foule.

 Maintenant tenons-nous dans l'intimité de Jésus dans le lieu secret c'est-à-dire le lieu très saint, là où le Père nous confie ses secrets, là où les disciples sont  attendus. Invitons le St Esprit à parler directement dans nos cœurs pour recevoir le message de Jésus. La révélation nous est promise : J'ouvrirai ma bouche en paraboles. Je publierai des choses cachées depuis la création du monde, et à vous, il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux.

                                                                                                                                      Matthieu 13 : 11

Seigneur nous croyons dans ta promesse révèle nous ces choses cachées depuis la fondation du monde.

 Après ces paraboles, Jésus pose cette question à ces disciples : "Avez-vous compris toutes ces choses ?" Oui, répondent-ils.

 Réjouissons-nous, nous sommes de la même nature que les disciples qui ont entendu Jésus leur parler il y a 2000 ans et Jésus est le même, il est également avec nous par le Saint-Esprit qui veut nous enseigner.

Eliminons tout de suite cette pensée de croire que le trésor caché dans le monde c'est Jésus et que l'homme qui vend tout ce qu'il possède pour acheter le champ, nous représente. C'est faux ! Le salut est gratuit, il nous est donné par grâce et nous n'avons rien à vendre ni à acheter du monde pour rencontrer Jésus. Jésus n’est pas à vendre Nous devons plutôt nous débarrasser, nous arracher du monde pour trouver Jésus. Quand nous trouvons Jésus, la Bible ne nous recommande pas de le cacher, mais au contraire de l'annoncer, d'en témoigner. On ne met pas la lumière sous le boisseau.

 

         Dieu désire une famille

 

De toute éternité, Dieu a décidé de se constituer une famille... à sa dimension ! Une famille semblable à Lui-même, de la même nature que Lui. Dieu créa l'homme et la femme à Son image et à Sa ressemblance. Il les créa à l'image de Dieu avec une part de Sa nature. Il créa Adam et Eve : voilà l’embryon de la famille de Dieu qui prit naissance dans ses pensées et dans son cœur.

Comme la femme met au monde un enfant, Adam et Eve, après avoir connu la profondeur de Son cœur, ont vu le jour et sont sortis de Son cœur. Dieu aime Ses œuvres. Il aime Adam et Eve d'un amour sans partage. Il les aime. Il parle avec eux, Il échange avec eux et les rencontre. Tous les jours, Il se rencontre avec Sa famille, à qui Il a donné Son autorité pour dominer sur la terre. Son cœur bat dans l'homme et la femme, Son amour coule dans leur cœur. C’est ce que nous apprend la Bible.

Dieu n'a pas choisi les anges pour être Sa famille, mais l'homme et la femme, façonnés par Ses mains, créés à Son image et à Sa ressemblance et issus de Son cœur.  Dieu a créé les anges par le souffle de Sa bouche.

Les cieux ont été faits par la parole de l’Eternel, Et toute leur armée par le souffle de sa bouche.

                                                                                                                                       Psaumes 33 : 6

 Pour créer l'homme et la femme, Dieu façonne de Ses mains, un vase d'argile dans lequel Il met Son Esprit. Le souffle de Dieu, la Parole de Dieu ne suffisent pas, en quelque sorte, pour que l'homme et la femme voient le jour. L'intervention des mains de Dieu, complète, termine Son œuvre divine. C'est-à-dire qu'ils sont l'objet d'une attention toute particulière. En quelque sorte, la création de l'homme et de la femme demande "plus d'efforts", plus de soins, plus d'attention à l'Eternel. Donc, Il met plus de Son cœur, plus de Son amour dans cette œuvre. Ils deviennent ainsi Son trésor.

L'homme et la femme ont été créés pour œuvrer avec Dieu : pour avoir la domination sur toutes les œuvres créées par Dieu, pour échanger, parler avec Dieu. Compte tenu de la grandeur de ce plan éternel, Dieu créa l'homme et la femme avec un libre arbitre.

 Dieu ne veut pas de robot, mais un être capable de choisir librement, d'aimer librement, de communiquer librement, de communier librement. L'homme et la femme allaient par conséquent recevoir une âme avec des pensées, une volonté, des émotions, comme leur créateur.

 Oui nous avons été façonnés par ses mains... ! C'est peut-être pour cela que nous recherchons si facilement la main de Dieu pour recevoir ses bénédictions et non Son cœur d’où nous sommes sortis et encore moins Sa face...C’est la conséquence du péché, de la chute, car du cœur nous recevons l’amour et la communion. C’est de sa  face que jaillit la lumière de Dieu. Même justifiés un certains nombre d’enfants de Dieu se présentent lui et n’osent lever les yeux devant lui. Ils doutent qu’ils sont aimés et conservent une certaine culpabilité. 

 La Bible nous dit comment Dieu voyait Son œuvre : Dieu vit tout ce qu'Il avait fait et voici, cela était très bon.

Dieu vit alors tout ce qu’il avait fait : c’était très bon.                                     Genèse 1 : 31a

 

Intervention de Satan  

 

Nous retrouvons là, l'ennemi de Dieu : Satan, anciennement Lucifer, ou fils de l'Aurore, un proche de Dieu qui s'est révolté.

Satan ou diable signifie adversaire. Voici ce que nous dit la Bible de cet adversaire de Dieu :

-      Jean 10.10 : il dérobe, égorge et détruit

-      Jean 8.44 : il est meurtrier, menteur et père du mensonge

-      Apocalypse 12 : 9 : celui qui séduit toute la terre

-      Apocalypse 12.10 : l'accusateur des frères.

 

La Bible nous apprend dans Genèse 3 comment Satan se présente, sous l’aspect d’un serpent, devant Eve et celle-ci se laisse prendre par la séduction. Elle accepte les mensonges concernant la Parole de Dieu. La rébellion contre Dieu, entre dans son cœur. Adam y participe également. Leurs regards se détournent de Dieu et s'orientent vers l'arbre de la connaissance du bien et du mal : à la place de l’arbre de vie (Jésus° Ils mangent du fruit défendu et la mort éternelle les frappe et rentre dans leur vie. Ils désobéissent malgré l'avertissement de Dieu. Ils deviennent ennemis de Dieu, à leur tour, et se mettent sous le joug, l'emprise du diable, d'un plus fort qu'eux.

 La famille de Dieu vient d'être volée, détournée, frappée, enchaînée, dépouillée de son autorité, coupée, arrachée du cœur de Dieu, condamnée à mort, à la destruction, à la souffrance, mise en esclavage. Et Dieu chasse sa famille déchue du jardin d'Eden, de l’accès à l’arbre de vie, pour qu'elle cultive la terre d'où elle avait été tirée.

Empêchons-le maintenant d’avancer sa main, de prendre de l’arbre de vie, d’en manger, et de vivre éternellement.

 Et l’Eternel Dieu le chassa du jardin d’Eden, pour qu’il cultive la terre, d’où il avait été pris.

C’est ainsi qu’il chassa Adam ; et il mit à l’orient du jardin d’Eden les chérubins qui agitent une épée flamboyante, pour garder le chemin de l’arbre de vie.

                                                                                                                                 Genèse 3 : 22b à 24

 Conséquence : nous sommes devenus errants comme des brebis, chacun suivant sa propre voie (Es 53.6a).incapable de nous sortir de cette situation.

 

Dans le ciel, Dieu perd Sa famille  

 

La famille de Dieu a été arrachée de Son cœur. Cela a provoqué une souffrance dans Son cœur, une douleur impensable. Le Père a vu Sa bien-aimée l'abandonner, pour se mettre sous la domination du péché, de l'adultère avec l'adversaire. Le Père a vu cela avec Son cœur qui aime d'un amour agapè c'est-à-dire inconditionnel, un amour sans faiblesse, dans Sa justice.

Dieu hait le péché. Il manifeste Sa colère à travers le déluge. Malgré cela, Il va se réserver une famille par l'intermédiaire d'une arche et d'un homme qui le craint : Noé. Noé trouva grâce auprès de Dieu. Il avait une crainte respectueuse et la foi en Dieu. Dieu sauve une famille, en tout 8 personnes, car Il aime Ses œuvres et dans Son cœur Il conserve la vision de se créer une famille nombreuse qui deviendra son héritage, son trésor. C'est à travers cette famille ou ce reste que va s'accomplir :

Je mettrai inimitié entre toi (Satan) et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle-ci t’écrasera la tête et tu blesseras le talon.

                                                                                                                                             Genèse 3 : 15

 

Si lors du déluge Dieu avait tout détruit ce passage de la parole  n’aurait pu se réaliser ou s’accomplir.

 Oui la descendance de Noé va donner naissance à Jésus dans sa nature humaine.

Son trésor a été submergé, enfoui par les vagues de l'enfer. Mais elle existe toujours, même caché aux yeux du monde qui est sous la domination du Malin. Le diable tient captif ce trésor. Mais Dieu connaît les cœurs, la souffrance des cœurs. Dans sa prescience Il sait qu'un grand nombre aspire à vivre autre chose. Dans leur cœur il y a un vide en forme de Dieu et que seul Dieu comblera. A tous, Dieu inscrit dans les cœurs "la pensée de l'éternité". Certains s'en moquent ou soulèvent de l'hostilité à ce projet de Dieu. D'autres, au contraire, l'accepteront avec joie après l’annonce du salut à travers le sacrifice de Jésus

 Voila le trésor caché et détenu, par vol ou par kidnapping de l’adversaire. Nous étions de ce nombre. Voilà le trésor caché que voit Jésus .Il décide de tout vendre même sa vie pour racheter ces âmes, les arracher à la captivité.

La solution pour libérer ce trésor : en devenir propriétaire à nouveau par le rachat, la rédemption, l'expiation. Une vie humaine ne se rachète pas avec de l'or ou de l'argent mais en sacrifiant une autre vie qui en quelque sorte accepte de se "vendre" ou de se donner en rançon.

Le trésor de Dieu a besoin d’être purifié, lavé, sanctifié, guérit, fortifié, de retrouver sa nature. Ce ne sera par par l’œuvre d’aucun produit chimique, aucun médicament, aucun onguent, mais uniquement par le sang de Jésus.

           

       La puissance du sang

 

 

Le verset 17.11 du Lévitique, nous apprend ceci : "car la vie de la chair est dans le sang. Je vous l'ai donné sur l'autel afin qu'il serve d'expiation pour vos âmes, car c'est par la vie que le sang fait l'expiation".

 Ce verset très important, nous apprend et contient beaucoup de points précieux, au moins trois :

 

1)   La vie se trouve dans le sang, c'est le siège de la vie.

2)   Pour l'expiation et le rachat, le sang n'exprime sa pleine valeur, que s'il coule et coule sur un autel c'est-à-dire s'il est offert en sacrifice.

3)   Dieu nous dit : "Je vous l'ai donné sur l'autel". Donc, ce n'est pas par n'importe quel sang que Dieu va racheter son trésor. Nous le savons : c'est par le sang de Son Fils bien-aimé qui accepte d’être l’Agneau de Dieu.

 

 Nous pouvons imaginer bien avant que l'homme n'apparaisse sur terre, un grand conseil se tient dans le ciel entre le Père, Jésus et le St Esprit. Quand Dieu dit "faisons l'homme à notre image...", Dieu savait que Sa créature chuterait, succomberait à la tentation de l'adversaire. Dieu n'est jamais surpris. Dans le ciel, le plan de sauvetage de l'humanité a été élaboré. Dès avant la fondation du monde, ce jour-là, Jésus prit la parole et dit.

 Tu n'as voulu ni sacrifice, ni offrande, mais tu m'as formé un corps. Tu n'as agréé ni holocauste, ni sacrifice pour le péché. Alors j'ai dit : voici je viens pour faire ô Dieu ta volonté. C'est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l'offrande du corps de Jésus Chris, une fois pour toute.

                                                                                                                       Hébreux 10 :5 : 7 et 10

 

Jésus Christ est vraiment cet homme qui vend tout, avec joie et qui "se vend" lui-même en se donnant en rançon (1 Tm 2.6), pour racheter ce trésor caché dans le monde et l'offrir à Son Père.

Jésus a vraiment vendu tout ce qu'Il possédait pour devenir propriétaire de ce trésor qui ne pouvait être tenu caché plus longtemps.

Existant en forme de Dieu (Jésus), Il n'a pas regardé son égalité avec Dieu, comme une proie à arracher.  Il s'est dépouillé Lui-même en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes.  Il s'est humilié Lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort sur une croix.

                                                                                                                                Philippiens 2 : 6 à 8

Nous découvrons à travers tout cela, la futilité des œuvres pour "gagner" la vie éternelle et nous réconcilier avec Dieu.

Ecoutons encore ce verset qui nous parle de la joie de Jésus à travers la souffrance de la croix : Ayons les regards sur Jésus qui suscite la foi  et la mène à la perfection ; en échange de la joie qui lui était  réservée , il a souffert la croix , méprisé l’ignominie ou la honte, il s’est assis à la droite de Dieu .

                                                                                                                                          Hébreux 12 : 2

 

 Oui, vraiment Jésus voyait au-delà de la croix les âmes sauvées, arrachées à l’enfer. En échange il en avait de la joie à cause du trésor qui allait lui appartenir. Cette joie lui était donnée par le Saint-Esprit

Continuons avec la joie de Jésus. Jésus se réjouit  de nous voir délivrés de la puissance des ténèbres et que le Père nous transporte dans le royaume de son Fils bien-aimé, c’est-à-dire Jésus. Colossiens 1-13

Jésus a payé pour tous. Non seulement pour ceux qui acceptent le salut offert par grâce, mais aussi pour ceux qui refusent. Ils se condamnent eux-mêmes. Jean 3-16 déclare : Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit lui en ne périsse point mais qu’il est la vie éternelle.

 Ce verset donne tout le sens de cet achat  du champ (le monde) dont nous parle cette parabole du trésor caché. Rappelons nous que le but de cet achat c’est de posséder le trésor.

Pourquoi Jésus accorde t’il une si grande valeur à ce trésor ? Au moins 4 raisons.

1)   Jésus veut redonner à son Père la famille qui l’a abandonné

2)   Jésus rétablit le royaume de Dieu sur terre, dans le champ de l’ennemi qu’il dépouille, même si des âmes continuent de se perdre.

3)   Jésus nous achète ou rachète pour que nous continuions son œuvre, pas de rachat mais d’annoncer la bonne nouvelle, l’évangile et d’en manifester la puissance par le Saint-Esprit dont nous sommes oint.

  Afin que tu leur ouvres les yeux, pour qu’ils passent des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu, pour qu’ils reçoivent, par la foi  en moi, le pardon des péchés et l’héritage avec les sanctifiés. Cette parole s’adresse à nous maintenant.

                                                                                                                                            Actes 26 : 18

4)   Jésus achète ce trésor que nous sommes non pour l’exposer sur un écrin et le contempler. Jésus désire beaucoup plus. Il veut que nous le connaissions, c’est  à dire avoir une relation intime avec lui et avec le Père, comme un époux avec son épouse.

Jésus agit de manière que tous ceux qui veulent revenir dans la famille de Dieu trouvent leur place, dans le gros bouquet sans liens extérieurs, qui les attend.

Le désir de Jésus ne s’arrête pas à cette dimension, il veut plus pour nous.

 

Afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé.

 Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un,  moi en eux, et toi en moi, afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

                                                                                                                                      Jean 17 : 21 à 23

Tous les membres de la famille de Dieu trouvent leur place comme les membres d’un corps et aucun d’entre eux ne se suffit à lui même. Aucun membre ne vit pour lui-même. Nous allons prendre un exemple dans corps : un pied, ne marche pour lui-même. Il marche  pour faire avancer  tout notre corps. Notre cœur bat pour que tout notre corps irrigué par du sang frais et oxygéné.

Ainsi le corps n’est pas un seul membre, mais il est formé de plusieurs membres.

 Si le pied disait : Parce que je ne suis pas une main, je ne suis pas du corps ne serait–il pas du corps pour cela ?

 Et si l’oreille disait : Parce que je ne suis pas un œil, je ne suis pas du corps ne serait–elle pas du corps pour cela ?

 Si tout le corps était œil, où serait l’ouïe ? S’il était tout ouïe, où serait l’odorat ? Maintenant Dieu a placé chacun des membres dans le corps comme il a voulu.

                                                                                                                   1 Corinthiens 12 : 14 à 18

Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ; si un membre est honoré, tous les membres se réjouissent avec lui. Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part.

                                                                                                                 1 Corinthiens 12 : 26 et 27

C’est de lui (jésus), et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties, et s’édifie lui–même dans l’amour.

                                                                                                                                       Ephésiens 4 : 16

C’est également au sein de la famille de Dieu que chaque chrétien apprend à exercer les dons reçus par le Saint-Esprit.

En effet, à l’un est donnée par l’Esprit une parole de sagesse ; à un autre, une parole de connaissance, selon le même Esprit ; à un autre, la foi, par le même Esprit ; à un autre, le don des guérisons, par le même Esprit ; à un autre, le don d’opérer des miracles ; à un autre, la prophétie ; à un autre, le discernement des esprits ; à un autre, la diversité des langues ; à un autre, l’interprétation des langues. Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut.

                                                                                                                       1 Corinthiens 12 : 8 à 11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Le coeur du Père

Commenter cet article