Débusquons la tromperie de nos vies.

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

                         Débusquons la tromperie de nos vies.

Continuons de nous libérer des esprits familiers qui sont dans nos vies, gravitent autour nos vies, influencent nos vies. Nous avons déjà développé et dénoncé le mensonge et la divination, afin d'en être délivré.

Aujourd'hui nous allons mettre l'éclairage du Saint Esprit sur la tromperie. Elle a sa source dans le cœur même, par les paroles que nous prononçons ou que nous entendons, nos choix de vies, une mauvaise connaissance de la parole de Dieu, non mise en pratique, une mauvaise connaissance de Dieu lui-même, l’aveuglement sur nous même, la séduction , les œuvres de Satan et de tous ses démons.

Débusquer signifie : déloger, dénicher, sortir, vider, faire sortir d’un endroit, d’un refuge

La tromperie elle se manifeste de trois manières différentes :

-1 soit nous sommes trompés par nous même,

-2 par ceux qui nous entourent, nous enseignent, nous gouvernent etc.  

-3 ou par Satan lui-même.

Exemples de tromperie venant par nos paroles :

Romains 3-13 : Leur gosier est un sépulcre ouvert ; Ils se servent de leur langue pour tromper ; Ils ont sous leurs lèvres un venin d’aspic ;

Jérémie 29 -- 8 : Car ainsi parle l’Eternel des armées, le Dieu d’Israël : Ne vous laissez pas tromper par vos prophètes qui sont au milieu de vous, et par vos devins, n’écoutez pas vos songeurs dont vous provoquez les songes !

Nous l'avons vu avec Achab qui a préféré le mensonge de ses 400 faux prophètes, plutôt que la vérité sortie de la bouche de Michée, le véritable prophète de Dieu.

Colossiens 2-4 : Je dis cela afin que personne ne vous trompe par des discours séduisants.

La plus grosse tromperie de Satan, consiste à faire croire qu’il n’existe pas, ou de faire croire qu’il est puissant.

Dans ce message nous développerons le point : 1

Se tromper soi-même

 Nous nous trompons nous-mêmes quand nous disons que nous n'avons pas de péché. Alors que la Bible nous enseigne le contraire : Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous faisons Dieu menteur. Et nous nous séduisons nous-mêmes.

1Jean 1-8 : Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous–mêmes, et la vérité n’est point en nous.

Si nous disons que nous n’avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n’est point en nous, et nous nous séduisons nous même ou nous sommes dans l’aveuglement sur notre propre compte.

La bible dit qu’il nous arrive encore de pécher, même si nous sommes des saints. Le péché habite notre corps mortel.

Romains 6 – 12 : Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n’obéissez pas à ses convoitises.

Il est important que nous énumérions, honnêtement, le compte de nos manquements, face à la parole de Dieu et que nous nous repentions. Cette repentance doit porter du fruit dans nos vies, et cela doit se voir, se manifester dans nos choix de vie, dans nos priorités, dans notre langage.

Dès que nous prenons conscience d'un décalage entre notre identité en Christ, entre notre façon de vivre et la parole de Dieu, dans notre comportement, nos actes, nos motivations, intérieures ou cachées, dissimulées, dans nos paroles. Nous devons le confesser et y remédier. Car quiconque se trompe lui-même, en agissant ou en continuant de vivre, comme si ces distorsions, n'existaient pas dans sa vie, en les laissant s'accumuler, cette personne courre à sa perte, à sa chute. Acceptons d’aligner nos vies sur le fil à plomb de la parole de Dieu dans nos vies.

Dans de telles situations nous provoquons l’endurcissement de notre coeur. Notre communion avec le Saint-Esprit s'obscurcit, et nous l’attristons. Nous entendons de moins en moins Sa voix pour nous guider. Nous malmenons notre conscience, nous en déplaçons les bornes. C'est-à-dire que la lumière diminue et l'emprise des ténèbres augmente dans nos vies. La confusion vient, suivie de l'aveuglement, et la tiédeur commence à s’installer.

Certes, nous n’arriverons jamais à la perfection. Elle ne doit pas figurer dans nos priorités. Car elle n'existe pas sur cette terre. Notons de plus, que le perfectionnisme, c'est une œuvre de la chair, un fruit de l'âme. Elle nous entraine soit dans l'orgueil ou le dégoût de nous-mêmes, si nos efforts ne produisent pas les fruits que nous attendons ou espérons atteindre. Ne tombons pas dans le laxisme non plus, ou la procrastination qui consiste à tout remettre pour le lendemain. Ensuite nous reportons au surlendemain, ainsi de suite. Dans ces conditions nous avons à faire face ou à résoudre des événements que nous avons nous-mêmes provoqués, en nous laissant nous endormir, ou des mauvais choix. Ce sont des attitudes, des habitudes de vie qui nous trompent.

Pourtant, souvent les personnes de notre entourage le constatent. Elles tirent le signal d'alarme pour nous avertir, mais nous restons sans réaction, sourd à leurs conseils, car elles nous dérangent dans nos habitudes de vies. Cela dénote que notre vie n'appartient pas totalement ou n'est pas totalement sous le gouvernement de Christ, ou qu’il y a encore des guérisons émotionnelles à recevoir. Cela donne place à la tromperie et à l’emprise des esprits de tromperie sur nos vies. Les vierges folles étaient dans cette situation. C'est une des raisons pour lesquelles leur réserve d'huile était défaillante. Nous connaissons la finalité de leur vie. Elles n'ont put rentrer et participer aux noces de l'Agneau. Craignons que cela nous arrive.

Voici quelques points sur lesquels nous devons veiller dans nos vies, tout au long de notre vie.

-la propre justice

La propre justice, nous trouvons sa base dans un manque de foi et un manque de confiance en Dieu : soit nous agissons ou nous prenons des décisions sans prendre le temps de consulter Dieu, ou d'attendre sa réponse, par habitude, négligence, impatience, inquiétude. Soit nous avons une confiance erronée de nous même.

La propre justice résulte d'une réaction charnelle, ou de notre moi qui aime dominer. La propre justice peut révéler des motivations égoïstes, où le manque de pardon qui se cache derrière un désir naissant ou sous jacent, c'est-à-dire chronique de vengeance, ou de règlements de comptes envers des personnes qui nous ont  causés des torts, des injustices.

L’autojustification est une tromperie charnelle et diabolique.

 La réaction d'Adam et d'Eve, pour se présenter devant Dieu, qui consiste à choisir de se coudre  des ceintures avec des feuilles de figuier nous guettent tous. Rappelons simplement que les feuilles, dans la Bible, symbolisent les œuvres de la chair. Notre comportement doit être basé sur Jésus, l'attitude de Jésus dans la situation que nous vivons, et non sur l'attitude et les agissements de nos adversaires ou des personnes qui nous causent des torts.

Luc 12 -- 58 : Lorsque tu vas avec ton adversaire devant le magistrat, tâche en chemin de te dégager de lui, de peur qu’il ne te traîne devant le juge, que le juge ne te livre à l’officier de justice, et que celui–ci ne te mette en prison.

 Notre propre justice sent mauvais et déplaît à Dieu, car elle dédaigne sa justice et un manque de confiance  en lui :

Esaïe 64 --6 : Nous sommes tous devenus comme impurs, et tout ce que nous faisons pour la justice est comme un vêtement souillé ; nous sommes tous flétris comme des feuilles mortes, et nos fautes nous emportent comme le vent.

-Nous nous trompons nous-mêmes quand nous croyons être sages selon les critères de ce monde, et nous négligeons la sagesse de Dieu :

Proverbes 3 -- 18 et 19 : Elle est un arbre de vie pour ceux qui la saisissent, Et ceux qui la possèdent sont heureux.

 C’est par la sagesse que l’Eternel a fondé la terre, C’est par l’intelligence qu’il a affermi les cieux ;

C’est le comble de l'arrogance de  l'homme, que de se croire sage, par sa propre sagesse, sans la révélation de Dieu :

Romains 1 -- 22: se vantant d'être sage ils sont devenus fous.

Nous sommes parfois tentés de nous croire capable de rivaliser d'astuces et de l'intelligence avec le dieu de ce monde ou de ce siècle, c'est-à-dire Satan. Mais nous oublions que nous ne faisons pas le poids contre lui selon la chair. Chaque fois que nous pensons pouvoir nous montrer plus malin que Satan a nous-mêmes, nous nous exposons directement à être détournés du droit chemin par sa ruse. Par contre, Satan ne fait pas le poids contre Dieu. En ce qui nous concerne, il est important de nous appuyer non pas sur notre intelligence, mais sur la pensée de Christ, et de le reconnaître dans toutes nos voies :

Proverbes 3-5 et 6 : Confie toi en l’Eternel de tout ton cœur, Et ne t’appuie pas sur ta sagesse ; Reconnais le dans toutes tes voies, Et il aplanira tes sentiers.

1 Corinthiens 2 -- 16 : Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l’instruire ? Or nous, nous avons la pensée de Christ.

Cela signifie que nous nous trompons nous-mêmes quand nous agissons par notre propre sagesse au lieu de la sagesse de Dieu. Notre propre sagesse peut nous entraîner dans la folie. C'est-à-dire agir comme une personne qui a perdu son bon sens, comme un insensé, qui a perdu sa saveur et son intelligence, comme le sel qui perd sa force et sa saveur.

Quel est la source de notre sagesse humaine ?

Notre sagesse est tirée des hommes, elle vient d’en bas, celle de Dieu vient d'en haut.

La sagesse humaine est tournée vers soi-même, vers nos désirs. Elle nous pousse à nous évaluer ou à choisir nos actes selon des personnes qui nous semblent raisonnables et qui disent : tu as le droit, tu ne commets aucun mal, tu peux te faire justice, etc. Ces choix résultent de la sagesse humaine, des normes du monde ou de sa morale, cela risque de nous entraîner ou nous ramener dans la propre justice. Elles nous entraînent hors de la volonté de Dieu et hors de la crainte de Dieu. Elle nous fait perdre le discernement donné par le Saint-Esprit :

 Proverbes 3- 7 et 8 : Ne sois point sage à tes propres yeux, Crains l’Eternel, et détourne toi du mal :

 Ce sera la santé pour tes muscles, et un rafraîchissement pour tes os.

Une autre traduction dit : Ne te crois pas trop sage ; crains le SEIGNEUR, écarte toi du mal : ce sera la santé pour ton corps et un rafraîchissement pour tes os.

Dans le langage populaire, la sagesse est attribuée à celui ou celle qui semble prendre des décisions raisonnables, servant, souvent ses propres intérêts. Bouddha, ainsi que tout ce qui vient de l’Orient, est de plus en plus considéré comme un maître et un modèle, une source de la sagesse, humaine bien sur. Récemment le pape Benoit 16, c’est un comble, a félicité le responsable du bouddhisme pour la sagesse qu’il apportait à l’occident. Autre source la sagesse humaine : la sagesse gréco-romaine. Citons encore dans la sagesse, celle qui vient du siècle des lumières avec Voltaire, Rousseau, Diderot etc. Toutes ces sagesses sont sources de tromperies, car elles nous conduisent à l’incrédulité.

La sagesse humaine nous amène à négliger les conseils qui nous sont donnés, elle nous rend stupide :

Proverbes vous 1-7 : les insensés méprises la sagesse et l'instruction. Ce n'est pas forcément un style de vie. Mais cela peut se manifester dans un ou des choix sans réflexion qui donne une satisfaction, momentanée, à l’âme et nous entraîne dans des conséquences désastreuses. Derrière la sagesse humaine peut se cacher une pointe de rébellion, d'indépendance, désir de vengeance, par opposition à la sagesse de Dieu. Cette sagesse prend sa source dans la sagesse  corrompue de Satan :

Ezekiel 28 -- 17 : Ton cœur s’est élevé à cause de ta beauté, Tu as corrompu ta sagesse par ton éclat ; Je te jette par terre, Je te livre en spectacle aux rois.

Corrompre signifie : avarier, décomposer, nourrir, putréfier, empoisonner, dépraver, dénaturer, pervertir, souiller.

La sagesse humaine, c'est une tromperie, elle nous entraîne à nous appuyer sur nos propres forces, nos capacités, notre intelligence, derrière il y a souvent, l’illusion de soi et un zèle amère et l’hypocrisie.

Jacques 3 – 15 et 16 : Cette sagesse n’est point celle qui vient d’en haut ; mais elle est terrestre, charnelle, diabolique.

 Car là où il y a un zèle amer et un esprit de dispute, il y a du désordre et toutes sortes de mauvaises actions.

A chaque fois que nous agissons selon la sagesse humaine, nous nous adorons nous-mêmes.

Dieu dit qu’il détruira la sagesse humaine : 1 Corinthiens- 1-19 et 20: Aussi est il écrit : Je détruirai la sagesse des sages, Et je rendrai nulle l’intelligence des intelligents.

 Où est le sage ? Où est le scribe ? Où est le raisonneur de ce siècle ? Dieu n’a–t–il pas convaincu de folie la sagesse du monde ?

Voici quelques points de comparaison avec la sagesse divine :

Elle trouve sa source en Dieu : la sagesse de Dieu est créatrice, tournée vers le don de soi.

Jacques 3 -- 17 et 18 : La sagesse d’en haut est premièrement pure, ensuite pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits, exempte de duplicité, d’hypocrisie.

 Le fruit de la justice est semé dans la paix par ceux qui recherchent la paix.

La sagesse divine est tournée vers l'autre, pour son bien. Salomon l'avait bien compris. Il n'a rien demandé pour lui-même à Dieu, mais il désirait recevoir la sagesse de Dieu pour gouverner le peuple, à la tête duquel il était établi comme roi.

1 Rois 3- 9 à 12 : Accorde donc à ton serviteur un cœur intelligent pour juger ton peuple, pour discerner le bien et le mal ! Car qui pourrait juger ton peuple, ce peuple si nombreux ?

 Cette demande de Salomon plut au Seigneur.

 Et Dieu lui dit : Puisque c’est là ce que tu demandes, puisque tu ne demandes pour toi ni une longue vie, ni les richesses, ni la mort de tes ennemis, et que tu demandes de l’intelligence pour exercer la justice,

 Voici, j’agirai selon ta parole. Je te donnerai un cœur sage et intelligent, de telle sorte qu’il n’y aura eu personne avant toi et qu’on ne verra jamais personne de semblable à toi.

Comment reconnaître, si la décision ou la direction, ou le choix que je prends trouve sa source dans la sagesse humaine ou la sagesse divine ?

Ou selon la sagesse d’en bas, c'est-à-dire de l’enfer ou la sagesse d'en haut ?

À leurs fruits : précisons tout de suite que beaucoup de personnes confondent ou mélangent signes et fruit. Les signes viennent des dons du Saint-Esprit, par grâce, sans mérite de la personne qui les reçoit, et les seconds du fruit de l’Esprit. Leur croissance dépend de nous, de notre travail sur nous même, avec le Saint-Esprit, avec l’œuvre de la parole de Dieu.

Je vais récolter des fruits selon les  choix et la sagesse que je choisis. La sagesse humaine donne satisfaction à ma chair, à mes sentiments, à mes émotions, à mon âme qui va vibrer. La satisfaction que donne ces fruits seront de courte durée, voir éphémère. Mais leurs conséquences désastreuses peuvent empoisonner toute une vie. Souvent ils laisseront place à l'insatisfaction, le dégoût de soi même, nous dirons que je me suis encore trompé, j'ai fait le mauvais choix.

Autour de moi les fruits qui résultent de ces décisions, de ces choix vont provoquer toutes sortes de désordre, de l'amertume, des disputes, des tourments. Ces choix ou ses actions apporteront le mensonge contre la vérité et ferons de nous de faux témoins de Christ. Ce sont des fruits qui nous tiendront dans l'isolement, la culpabilité, dans les ténèbres.

La question à se poser est la suivante : est-ce que je sors grandi en maturité par ses fruits dans ma vie ?

Si notre réponse est non, alors nous nous sommes trompés de sagesse. Nous sommes dans l’égarement.

Les choix ou les actions choisis selon la sagesse divine donneront satisfaction à notre esprit. C'est-à-dire à tout notre être puisque notre esprit, normalement, doit dominer sur notre âme et notre corps. Les fruits que nous allons récolter, de cette sagesse divine,  ont une valeur éternelle. Nous allons en sortir grandi en maturité. Ce sont des fruits de lumière, qui manifestent la vérité, glorifient Jésus. Ces choix ou ces actions démontreront notre bonne conduite, et surtout la douceur de la sagesse, la paix, le repos, la grâce, la miséricorde, auxquels nous sommes appelés. Ils glorifieront Jésus et manifesteront le royaume de Dieu. C’est ainsi que nous serons de véritables témoins de Jésus.

Une autre question à nous poser, pour savoir si nous évoluons dans la sagesse humaine ou la sagesse de Dieu : Que ferait Jésus à ma pace, dans cette situation ? En lui la tromperie n’a pas de prise, en lui sont cachés tous les trésors de la sagesse divine :

Colossiens 2- 2 et 3 :  afin qu’ils aient le cœur rempli de consolation, qu’ils soient unis dans l’amour, et enrichis d’une pleine intelligence pour connaître le mystère de Dieu, savoir Christ, mystère dans lequel sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance.

 

Publié dans guérison de l'âme

Commenter cet article