Comprenons bien quel est la volonté du Seigneur

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

                       Comprenons la volonté du Seigneur

Éphésiens 5 -- 17 : c'est pourquoi ne soyez pas sans intelligence mais comprenez quel est la volonté du Seigneur.

Version français courant : c'est pourquoi ne soyez pas insensés, mais efforcez-vous de comprendre comment le Seigneur veux que vous agissiez.

Comprendre la volonté du Seigneur, c'est cherché sa volonté, ce qui  est bon et agréable au Seigneur. Comment nous devons agir, nous  comporter chaque jour. Cela demande aussi de chercher ses directives, surtout, quand nous avons des décisions à prendre. Souvenons-nous que nos choix  engendrent des conséquences bonnes ou mauvaises

. Thessaloniciens 4-3 : ce que Dieu veut,  c’est  notre sanctification, c'est que vous vous absteniez de l’inconduite.

Sanctifié signifie : rendre saint, purifié, mettre à part pour Dieu, consacrer des personnes, des objets etc.

Dans l'ancienne alliance les sacrificateurs étaient sanctifié, mis à part pour le service de Dieu. Le tabernacle, l'autel, les ustensiles étaient sanctifiés. L'Eternel lui-même participait à cette sanctification. Il manifestait sa gloire en venant habiter dans le sanctuaire.

Il en est de même pour nous, qui avons donné notre vie à Jésus, quand nous avons fait de lui notre sauveur et Seigneur. Jésus a manifesté sa gloire en venant habiter en nous par son Esprit. Il nous a donné sa nature divine il nous a mis au bénéfice de l'œuvre de sa croix, nous sommes passés de la mort à la vie. Nous sommes devenus une nouvelle créature en Jésus :

2 Corinthiens 5 -- 17 : Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle création. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.

Nous avons été lavés, purifier de nos péchés passer, n'est-ce pas glorieux ? Nous sommes devenus, en Jésus, enfants de Dieu. Nous qui étions ennemis de Dieu par nos pensées nos mauvaises œuvres Colossiens 1 -- 21 : Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair,

Nous avons été réconciliés avec le Père, nous sommes maintenant ses bien aimés.

Romains 8-9 : Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’Esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas.

Mais en ceci Dieu prouve son amour pour nous. Lorsque nous étions encore pécheurs Christ est morts pour nous. À plus forte raison maintenant que nous sommes justifiés par son sang, nous serions sauvés par lui de la colère. Nous avons été justifiés et rendus juste devant lui.

 

Combien nous devons avoir de la haine pour tous ce qui a crucifié Jésus, et qui nous tenait dans l'esclavage. Car nous avons été rachetés à un grand prix :

 1 Corinthiens 6 -- 20 : Car vous avez été racheté à grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit qui appartienne à Dieu.

Nous devons lui rendre gloire dans nos corps, dans nos esprits en marchant comme lui, le Seigneur, à marcher. Nous ne nous appartenons plus, nous appartenons au Seigneur :

 Tite 2 -- 14 : Il s'est donné lui-même pour nous afin de nous racheter de toute iniquité, de faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et scellée pour les œuvres bonnes.

Nous ne pouvons plus faire ce qui nous plaît, on risque de nous remettre de nouveau sous l'esclavage du péché.

Galates 5 -- 17 : car la chair a des désirs contraire à l'esprit, et l'esprit en a des contraires à la chair. Ils sont opposés l'un de l'autre, afin que vous ne fassiez pas ce que vous voudriez. Le plaisirs de la chair peuvent nous remettre sous l'esclavage. Si nous la laissons gagner du terrain, par ses désirs. Nous avons tellement été habitués à nous débrouiller seul, a prendre des décisions sans consulter Dieu. Parfois par des mauvais choix nous nous remettons sous les jougs qui nous ramènent à la servitude. Cherchons la volonté du Seigneur. Veillons à ne pas exercer notre propre justice, en cherchant à régler des problèmes qui ne nous appartiennent pas. Par nos initiatives, parfois nous devançons le Seigneur et l’empêchons d'agir.

Tenons-nous enracinés dans sa parole, alors connaissant bien, nous pouvons la mettre en pratique et c'est ainsi que nous allons marcher à la suite de Jésus, avec Jésus

Nous devons veiller à chercher la mentalité du royaume de Dieu, afin de quitter celle du monde. Nous sommes parfois affectés par la pensée du monde, par tout ce que nous entendons, par les raisonnements humains sans nous en rendre compte. La mentalité du monde s’imprime  en nous. Si nous ne veillons pas, nous risquons de réagir  comme le monde. Sans nous en rendre compte, nous pouvons être influencés par la manière de voir de ceux qui nous entourent. Nous devons être sans cesse en éveil, car la ou l'intelligence n'a pas été renouvelée par la parole de Dieu, cela peut nous entraîner dans des choix mauvais. Ensuite il nous faudra assumer les conséquences. Le monde cherche sa propre justice, car il ne connaît pas la justice de Dieu. D’ailleurs, il la déteste, la rejette, trouve qu’elle n’est pas adaptée à notre culture du 21eme siècle.

Contrairement au monde, rappelons nous que nous appartenons à Christ, prenons l'habitude de nous poser la question, avant de choisir, avant d'agir : que ferait Jésus à ma place ?

Que dit la Parole de Dieu dans cette circonstance ?

Quelle est l'attitude juste, pour agir dans cette affaire ?

Le Seigneur nous a donné sa nature divine.

2 Pierre 1- 4 : celles–ci nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise.

Par elle les promesses les plus précieuses et les plus grandes nous ont été données, afin que par elles, nous devenions participants de la nature divine en fuyant la corruption, qui existe dans le monde.

Dans la parole de Dieu il y a des promesses pour chacun de nous. Seigneur quelles sont les promesses pour ma vie ?

La version parole vivante nous dit : par cette gloire et cette puissance divine, nous avons reçu des promesses d'une suprême importance et d’un prix inestimable, grâce à elles, vous pourrez échapper à l'empire des passions qui mènent le monde à la ruine, et devenir participant de la nature divine. Disons au Seigneur : nous voulons participer à ta nature divine, avec les promesses que tu nous as données, que nous découvrons en étudiant sa parole.

Nous trouvons pour nos vies des promesses qui correspondent à chaque circonstance que nous vivons. C'est pour cela qu'il est important que la parole demeure en nous. (Sept mille promesses)

 

Dans la bible, Il y a deux catégories de promesses : des promesses inconditionnelles et des promesses conditionnelles.

Les promesses inconditionnelles nous les recevons sans que nous ayons à produire des efforts ou à les mériter. Nous les recevons uniquement parce que nous croyons en Jésus. Ses dons immérités sont gratuits  sont basées sur les promesses  que Dieu à faites à ceux qui lui appartiennent. Nous ne les recevons pas en fonction de ce que nous avons accompli, mais seulement par l'œuvre de Jésus accomplie sur la croix. Nous ne pouvons rien y ajouter et rien en retrancher. Dieu l'a fait pour nous, c'est tout. Il n'y a pas à y ajouter de bonnes œuvres. La seule chose que Dieu demande c’est que nous croyons en lui, et lui fassions confiance. Car  ce qu'il promet, il l’accomplit.

Hébreux 10 -- 38 : le juste vivra par la foi.

Les promesses conditionnelles de Dieu, demandent que nous accomplissions notre part, et le Seigneur fera le reste. Dieu nous demande l'obéissance. C'est une question d'obéissance et de  mise en pratique de la parole.

Deutéronome 27 -- 10 : tu obéiras à la voix de l'Eternel ton Dieu, et tu mettras en pratique ses commandements et ses prescriptions que je te donne  aujourd'hui.

Proverbes 2- 7 : Il  tient en réserve des ressources pour les hommes droits, un bouclier pour ceux qui marchent dans l'intégrité

Version français courant : Il aide les hommes intègres comme un bouclier, il les protège. La condition pour recevoir l'aide de Dieu consiste à marcher dans l'intégrité et la droiture. Dieu fera le reste. Mais il faut lui demander ses promesses.

Psaume 84 -- 12 : car l'Eternel Dieu est un soleil, et un bouclier. L’Eternel donne la grâce et la gloire. Il ne refuse pas le bonheur à ceux qui marchent dans l’intégrité. Dieu veut  notre bonheur et notre paix. En obéissant aux commandements de Dieu, c'est comme ça que nous remplirons les conditions relatives aux promesses. Dieu cherche à développer notre caractère afin que nous pensions, agissions et réagissions envers les autres comme le ferait Jésus, quelle que soit la situation. Volontiers nous réclamons les promesses de Dieu mais nous oublions les conditions qui y sont attachées. Parfois nous oublions les conditions qu’il nous est demandé de remplir. Dieu nous fera justice, à condition que nous abandonnions, notre propre justice. Il nous demande également que nous lui adressions une confiance totale. Même dans les pires conditions, il est toujours au contrôle, comme Jésus qui dormait dans le bateau pendant la tempête.

S'il nous oublions que certaines promesses sont conditionnelles, nous n'expérimenterons jamais la plénitude des bénédictions de Dieu pour nos vies.

Et d'autre part, si nous ne savons pas que les autres promesses sont conditionnelles, nous tomberons facilement dans le piège de la religion. La religion demande continuellement de travailler pour obtenir, de faire des œuvres pour mériter l'approbation de Dieu. La réalité, c'est qu'après notre nouvelle naissance, Dieu nous aime à cause de ce que Jésus a accompli sur la croix. Nous sommes désormais sous la grâce et non sous la loi. Dieu nous considère juste en Jésus, nous n'avons rien à y ajouter. Nous avons reçu le Saint Esprit qui est parfait en nous. Par conséquent nous sommes justes et parfait, aussi parfait que Jésus.

2 Corinthiens 4 --7 : Nous portons ce trésor dans des vases de terre, afin que cette puissance supérieure, soit attribuée à Dieu et non à nous. Nous regardons trop souvent à l'extérieur du vase que nous sommes, et nous oublions le trésor qui est à l'intérieur c'est-à-dire en nous. SI nous réalisons pleinement cela, ce sera plus facile de veiller sur nos voies.

Colossiens 2 -- 10 : nous avons tout pleinement en Christ. Pleinement, c'est pleinement, nous n'avons rien à y ajouter. C'est l'œuvre de la rédemption de Dieu pour chacun de nous. La justice fait partie de ce trésor parfait qui est en nous. Donc nous ne pourrons jamais devenir plus juste, ou grandir en justice. Mais Dieu nous demande de participer à sa croissance de en nous ou à notre sanctification. C'est pour cela qu'il nous demande d’étudier sa parole et de la mettre en pratique en obéissant à ses commandements. À ce moment là nous verrons l'homme extérieur « l'âme, la pensée, la volonté, les émotions » changée et nous grandirons en maturité, c'est alors que nous porterons le fruit de l'esprit selon Galates 5 -- 22 : l'amour, la paix, la joie, la patience, la patience, la bienveillance, la fidélité, la douceur, la maîtrise de soi.

Il est important que nous retenions que notre foi doit être basée sur la justice de Jésus et non sur nos œuvres où la justice humaine. La justice des hommes n’est pas comparable avec celle de Dieu. Trop souvent nous vivons dans nos propres standards de sainteté ou de justice, qui sont basés sur ce que nous accomplissons. Voilà ce que Dieu penses de nos habitudes, de nos choix. Esaïe 64 --5 : nous sommes tous comme des impurs et notre justice est comme un vêtement souillé.

Quand nous voulons nous justifier nous-mêmes, nous insultons le Roi Jésus et méprisons sa justice. Nous venons de le voir, Dieu considère notre justice comme un vêtement souillé. La moralité du monde n'a rien à voir avec les principes de Dieu qui sont éternels, stables et ne changent jamais. Mais la morale du monde est évolutive, elle change en fonction de ce que nous appelons l'évolution des mœurs.

L'homme religieux dit : je fais ma prière chaque jour, je lis la parole de Dieu. C'est bien, à condition de la mettre en pratique, sinon je suis un insensé. D'autres sont gentils avec les membres de leur famille, ils rendent des services, ils pensent être des bons chrétiens. Dieu dit : si tu fais cela pour te justifier et te donner bonne conscience, et que tu continues à vivre dans le péché, ta religion m’est  en abomination.

Proverbes 15 --8 : le sacrifice des méchants et en horreur à l'Eternel. Mais la prière des hommes droits à sa faveur. Il y a des personnes qui, croit Dieu, ou plutôt dans un dieu,  le dieu qu’ils se sont créés ou fabriqués, comme ils l’ont décidé. Cela s'appelle se fabriquer un faux dieu.

Les commandements de Dieu nous disent : tu ne te feras pas d'autres dieux devant ma face. Ces personnes risquent fort d'avoir de grandes déceptions si elles ne se repentent pas. Cela s'appelle se tromper soi-même car le péché mène à la mort.

Ephésiens 5 –5 et 6 : Car, sachez le bien, aucun débauché, ou impur, ou cupide, c’est–à–dire idolâtre, n’a d’héritage dans le royaume de Christ et de Dieu. Que personne ne vous séduise par de vains discours ; car c’est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion.

 N’ayez donc aucune part avec eux.

Nous ne pouvons pas vivre dans le péché et dire que Dieu me comprend. La sexualité débridée, l'alcool qui coule à flots chez les jeunes, et parfois chez les moins jeunes, ne nous donne pas le droit de nous considérer comme de bons chrétiens à cause de nos bonnes œuvres. Ce sont vraiment des paroles insensées, une croyance insensée.

 Quelle sera la fin de ces choses ?

 Certains disent que je suis tolérant, d'où vient cette doctrine de la tolérance ?

Nulle part dans la Bible nous trouvons la moindre trace de tolérance. Dieu n'est pas tolérant. Il accorde le pardon, sur la base du sacrifice de jésus, à celui qui se repend et abandonne ses mauvaises œuvres.

Pour connaître les principes du royaume de Dieu, lisons les chapitres 5 --6 --7 de l'évangile de Mathieu. Jésus a vraiment mit la barre haute. Matthieu 5 -- 20 : Jésus dit : 20  Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux.

Matthieu 5 -- 22 : Car quiconque se met en colère contre son frère est passible de la géhenne ou de l'enfer. Car la colère n’accomplit pas la justice de Dieu.

Matthieu 5 -- 28 : car quiconque regarde une femme (ou un homme) pour la convoiter a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur. La Il s’agit de nos pensées.

Matthieu 5 -- 39 : Mais moi je vous dis de ne pas résister aux méchants, si quelqu'un te frappe le joug droite, présente lui aussi l’autre.

Si Dieu nous dit cela, c'est qu'il prendra soin de nous, quand nous agirons ainsi. Il verra que nous lui accordons confiance.

Un Matthieu 5 -- 44 à 45 : Aimez vos ennemis et bénissez ceux qui vous maudisse, faite du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et vous persécutent.

Afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes.

 Les promesses de Dieu derrière ces conditions sont les suivantes : Il  fera de nous ses fils ou ses filles.

Un non pardon entretient l'amertume dans le cœur, cela peut provoquer des maladies.

 Matthieu 6 – 14 et 15 : Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses.

Pardonnons aux hommes leurs fautes comme notre Père Céleste nous pardonne aussi. La condition pour être pardonné c'est que nous-mêmes nous pardonnions. Ces versets nous demandent d’obéir à ce principe du royaume de Dieu. Les conséquences sont très graves « Si vous ne pardonnez pas aux hommes votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos fautes. La condition pour être pardonné  c’est que nous  pardonnions aussi.

Prenons la parole de Dieu au sérieux et mettons là en pratique. Jésus nous a laissé un commandement, que nous ne pouvons pas ignorer :

Jean 15-- 12 : voici mon commandement : aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé, et il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. C'est ce que Jésus a fait pour nous.  Romains 5 –8 : Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.

Le seul moyen qui nous est donné pour nous garder de la chute, consiste à demeurer dans l’amour.

1 Jean 2 -- 10 Celui qui aime son frère demeure dans la lumière et ne risque pas de tomber.

C'est une clé pour ne pas tomber : demeurer dans son amour. Mais celui qui a de la haine dans son cœur risque fort de tomber dans l'aveuglement. Car la haine vient du diable. Mais l'amour vient de Dieu.

1 Jean 2 -- 11 mais celui qui a de la haine pour son frère est dans les ténèbres, il marche dans les ténèbres et ne s'est pas où il va parce que les ténèbres ont rendu ses yeux aveugles.

Dieu est amour c'est sa nature. Il nous a donné sa nature divine, le Saint Esprit est en nous. L'amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par le Saint Esprit qui est en nous. C'est comme cela qu'il nous est donné la possibilité d'aimer.

Luc 14 -- 27 : Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple.

Porter sa croix c'est accepté de se laisser crucifier avec Jésus, crucifié l’égo, le moi, qui veut toujours se défendre. Gardons ses commandements et mettons les en pratique, c'est impératif. Si nous ne gardons pas ses commandements, nous ne pouvons pas dire que nous aimons Dieu.

Jean 15-- 10 : si vous gardez mes commandements vous demeurerez dans mon amour. Comme j'ai gardé les commandements de mon Père et je demeure dans son amour.

Nous ne pouvons pas tromper Dieu.

1 Jean 4 -- 20 : Si quelqu’un dit : J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur ; car celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut il aimer Dieu qu’il ne voit pas ?

 

1 Jean 4 -- 21 nous avons de lui ce commandement que celui qui aime Dieu, aime aussi  son frère. L'un et l'autre ne peuvent être séparés.

1 Jean 3 -- 18 : petits-enfants n'aimons pas en parole, ni avec la langue, mais en action et en vérité.

Voici quelques idées pour m'aider à marcher avec Jésus :

Quand je me trouve devant  des situations difficiles que je dois faire un choix :

1 – se tourner vers le Seigneur pour le consulter :

2 -- que ferait Jésus à ma place ?

3 -- que dit sa parole dans une telle situation ?

4 -- Suis je dans l'amour ?

5 – prendre  du temps avec le Seigneur pour chercher la parole qui correspond à ma situation, et demander au Seigneur qu'il mette ses convictions temps mon cœur.

Quand nous avons priée et que nous n’avons pas été exaucés, il est bon de s'arrêter et de demander au seigneur   de ce dire qu’il veut me dire au travers de cette situation, car il a le contrôle sur toutes choses.

Sondons nos cœurs .Il regardons les évènements passés a la lumière de la parole .est ce que j’ai demandé des promesses sans mettre en pratique la parole ? Suis-je dans  la colère, l'inquiétude, la rébellion, le non pardon ? Est-ce que j'ai vraiment la paix vous suis-je tourmenté dans mes pensées ?

Un verset pour nous aider Philippiens 4-8 : Au reste frère de tout ce qui est vrai, honorable, juste, pur, aimable, tout ce qui mérite l'approbation, ce qui est vertueux, digne de louange, soit l'objet de mes pensées.

Romains 12 -- 17 et 18 : Ne rendez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes. S'il est possible, autant que cela dépend  de vous, soyez en paix avec tous les hommes.

Ai-je été un insensé en réclamant les promesses du Seigneur, sans les mettre en pratique sa parole, sans avoir tenus compte de se conditions

 

 Publié avec l'aimable autorisation de Jédidia   

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article