Comment recevoir le cœur doux et humble de Jésus ?

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

 

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.

Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur ; et vous trouverez le repos pour vos âmes.             Matthieu 11 : 28 à 30

 

Doux signifie : vertueux, aimable, bienveillant, opposé à rude, tranchant, amer

 

Avant tout jésus est la Parole de Dieu. La Parole est une personne.

 

Ses yeux étaient comme une flamme de feu ; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes ; il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n’est lui–même ; et il était revêtu d’un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu.

                                                                                                          Apocalypse 19: 12 et 13

Au commencement était la Parole ; la Parole était auprès de Dieu ; la Parole était Dieu.                                                                                                                              Jean 1 :1

 

Plus notre intimité est grande avec la Parole plus nous lui serons semblables. Nous devenons semblables à notre nourriture  pour notre corps, pour notre âme ainsi que notre esprit. Lors de la première tentation de Jésus par Satan, celui-ci lui dit : Si tu es Fils de Dieu…

Le tentateur, s’étant approché, lui dit : Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains.

 Jésus répondit : Il est écrit : L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.

                                                                                                                    Matthieu 4 : 3 et 4

Cette réponse spontanée de Jésus nous démontre qu’il connait bien la Parole.

Jésus nous le dit à chacun de nous aujourd'hui : ma parole est vraiment une nourriture car mes paroles sont Esprit et vies. Mangeons-nous suffisamment la parole ? Elle ne donne pas d'embonpoint. Toutefois il est nécessaire de la méditer et de la mettre en pratique.

Que ce livre de la loi ne s’éloigne point de ta bouche ; médite-le jour et nuit, pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit ; car c’est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras.

Ne t’ai–je pas donné cet ordre : Fortifie-toi et prends courage ? Ne t’effraie point et ne t’épouvante point, car l’Eternel, ton Dieu, est avec toi dans tout ce que tu entreprendras.                                                                                                  Josué 1: 8 et 9

 

Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, Et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs, mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, Et qui la médite jour et nuit !

Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, Qui donne son fruit en sa saison, Et dont le feuillage ne se flétrit point : Tout ce qu’il fait lui réussit.

                                                                                                                       Psaumes 1 : 1 à 3

Quand nous passons du temps à lire, à étudier la parole, à la méditer sous la conduite du Saint Esprit nous sommes transformés en la même image (que Jésus) nous lui devenons de plus en plus semblables. Satan connaît mieux la Parole alors comment lui résister ?

N'oublions jamais que nous avons vécu dans son royaume des dizaines d'années. De ce fait il nous connaît très bien. Il a mis beaucoup de semences dans nos vies. Certaines ont déjà porté des fruits de nous rougissons  aujourd'hui.

Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l’égard de la justice.

Quel fruit portiez–vous alors ? Des choses dont vous avez honte maintenant, car leur fin, c’est la mort. Mais maintenant, libérés du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit une consécration et pour fin la vie éternelle.

                                                                                                                  Romains 6 : 20 à 22

 

D’autres graines sont restées à l’état de semence à notre insu. Elles attendent le moment favorable pour paraître. Certes nous avons changé de royaume, toutefois ces semence sont  encore là dans nos vies. Tout comme nous voyons apparaître des plantes après la démolition d'un bâtiment, même s'il est resté en place un siècle ou plus. Certaine semence subsiste et conserve leur pouvoir  germinatif malgré les années. Cette parole donnée à Jérémie est pour nous aujourd’hui.

Regarde, je t’établis aujourd’hui sur les nations et sur les royaumes, pour que tu arraches et que tu abattes, pour que tu ruines et que tu détruises, pour que tu bâtisses et que tu plantes.                                                                             Jérémie 1 : 10

Dieu nous autorité pour arracher, abattre, ruiner, détruire avant de bâtir et de planter non pas dans la vie de notre conjoint mais dans la notre d’abord. Arracher, abattre, ruiner, détruire nous parle des semences diabolique qui subsistent dans nos vies. Certes il est plus facile de regarder ce qui nous semble t’il ne va pas dans la vie de notre conjoint.

 Pourquoi vois–tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ?  Ou comment peux-tu dire à ton frère : Laisse-moi ôter une paille de ton œil, toi qui as une poutre dans le tien ?

 Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère.                                                       Matthieu 7 : 3 à 5

Concentrons-nous sur ce qui est positif dans la vie de notre conjoint. Regardons à la parabole de l’ivraie et du bon grain : Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ.

 Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l’ivraie parmi le blé, et s’en alla. Lorsque l’herbe eut poussé et donné du fruit, l’ivraie parut aussi.

 Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire : Seigneur, n’as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ?

 Il leur répondit : C’est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent : Veux-tu que nous allions l’arracher ?

 Non, dit-il, de peur qu’en arrachant l’ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé.                                                                                                  Matthieu 132 : 24 à 29

L’ivraie peut symboliser les semences qui sont encore dans la vie de notre conjoint, Jésus nous dit qu’il ne nous appartient pas de les arracher, sauf si notre conjoint nous en parle. Notre responsabilité consiste à les discerner et le dire « au maître » c'est-à-dire à Jésus par la prière en faveur de notre conjoint. Sinon nous risquons de déraciner les bonnes semences, soit le blé, de bloquer le développement de notre conjoint. Laissons jésus prendre soin de ces mauvaises herbes parce que nous risquons de faire des dégâts en essayant de les arracher. Entre les mains de Jésus, les mauvaises herbe seront brûlées.

 

 

Le combat pour se nourrir de la parole

 

Certains disent demain ce sera plus facile ou si j'étais seul… D'autres disent si j'étais marié ce serai plus facile etc. ce sont des mensonges diaboliques. Tant que nous reportons nos efforts à demain nous sommes en danger de mort et sous le contrôle de Satan et ses mensonges. Nous sommes un chrétien ou une chrétienne squelettique sur le plan spirituel et Satan aime ce genre de chrétiens. Ils ne sont pas dangereux pour le royaume des ténèbres. Toutefois ce chrétien met sa vie en danger, son couple ou son futur  en danger.

Nous devons nous nourrir de la Parole tous les jours comme les Hébreux dans le désert avec la manne.

Voici ce que l’Eternel a ordonné : Que chacun de vous en ramasse ce qu’il faut pour sa nourriture, un omer par tête, suivant le nombre de vos personnes ; chacun en prendra pour ceux qui sont dans sa tente.

 Les Israélites firent ainsi ; et ils en ramassèrent les uns en plus, les autres moins. On mesurait ensuite avec l’omer ; celui qui avait ramassé plus n’avait rien de trop, et celui qui avait ramassé moins n’en manquait pas. Chacun ramassait ce qu’il fallait pour sa nourriture. Moïse leur dit : Que personne n’en laisse jusqu’au matin.

 Ils n’écoutèrent pas Moïse, et il y eut des gens qui en laissèrent jusqu’au matin ; mais il s’y mit des vers, et cela devint infect. Moïse fut irrité contre ces gens. Tous les matins, chacun ramassait ce qu’il fallait pour sa nourriture ; et quand venait la chaleur du soleil, cela fondait.

                                                                                                                        Exode 16:16 à 21

Ce travail de collecte de la manne s’adressait plutôt aux hommes et notamment au chef de famille, étant donné leurs responsabilités de sacrificateur de leur famille. Nous les responsables de famille posons-nous la question : quelle part de manne apportons-nous à notre épouse et à nos enfants ? La manne symbolise la révélation fraiche de la Parole.

Soumettez-vous donc à Dieu ; résistez au diable, et il fuira loin de vous.

                                                                                                                                Jacques 4 : 7

Dans l’évangile de Matthieu Jésus nous dit que ce sont les violents qui s’emparent du royaume de Dieu.

Depuis le temps de Jean–Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui s’en s’emparent.                                          Matthieu 11 : 12

Que veut nous dire Jésus ? Nous parle t-il de celui ou celle qui livre une compétition avec son conjoint ? Sûrement pas. Mais de ceux ou de celles qui sont violents contre leur nonchalance, contre leur sommeil spirituel ou leur tendance à reporter la bonne décision à demain etc.

 

Vous n'avez pas encore résisté jusqu'au sang comme Jésus.

 Etant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre.

                                                                                                                                      Luc 22:44

Par la lenteur à la colère on fléchit un prince, et une langue douce peut briser des os.                                                                                                           Proverbes 25 :15

Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien–aimés, revêtez-vous de sentiments de compassion, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience.

                                                                                                                         Colossiens 3 :12

Souvenons-nous que nous ne sommes pas appelés à chercher la perfection mais l’excellence, la sainteté, la grâce, la miséricorde, l’amour qui est patient, la compassion, donner des paroles de grâce.

Notre conjoint représente la prunelle de l’œil de Dieu : car celui qui vous touche touche la prunelle de son œil (Dieu) Zacharie 2 : 8b Toucher, ici, a le sens d’écraser, de maltraiter. Maltraiter notre conjoint équivaut à maltraiter Dieu lui-même ou la prunelle de l’œil de Dieu.

 Comment en prenons-nous soin, comment le traitons nous ? La prunelle de l’œil représente la partie par laquelle passe la lumière destinée à impressionner la rétine. Si nous perdons la prunelle de l’œil nous perdons la lumière.

Il l’a trouvé dans une contrée déserte, Dans une solitude aux effroyables hurlements ; Il l’a entouré, il en a pris soin, Il l’a gardé comme la prunelle de son œil.                                                                                                         Deutéronome 32 : 10

Ce verset nous parle de l’attention de Dieu pour le peuple d’Israël. C’est également vrai pour nous et pour notre conjoint. Avant que nous nous laissions trouver nous étions dans le désert. Autour de nous hurlaient toutes sortes de sirènes pour nous attirer dans leur guet-apens.

Et dit : Ouvre la fenêtre vers l’est ! Il l’ouvrit. Elisée dit : Tire ! Il tira. Elisée dit : C’est une flèche victorieuse pour le SEIGNEUR, une flèche victorieuse contre les Araméens ; tu battras les Araméens à Apheq, jusqu’à l’extermination.

 Elisée dit : Prends les flèches ! Il les prit. Elisée dit au roi d’Israël : Frappe contre terre ! Alors il frappa trois fois et s’arrêta.

 L’homme de Dieu s’irrita contre lui ; il dit : Il fallait frapper cinq ou six fois ; alors tu aurais battu les Araméens jusqu’à l’extermination ; maintenant tu ne les battras que trois fois.                                                                                       2 Rois 13 : 19

Ces versets nous parlent de l’usage de l’épée de l’Esprit ou la seule arme offensive que représente la Parole de Dieu.

Et l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu : prenez l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu.                                                                                           Ephésiens 6 : 17b

Comment combattons-nous avec cette épée qui agit comme épée aigüe, tranchante ? Est-ce que nous nous contentons de remporter des victoires ? Alors que nous sommes appelés à gagner la guerre ou sommes-nous comme ce roi qui dans un manque de foi ou de vision tira trois flèches seulement et s’arrêta avant d’avoir exterminé prophétiquement son ennemi.

Il chassera peu à peu ces peuples devant vous. Vous ne pourrez pas les supprimer tous en même temps, sinon les bêtes sauvages seront trop nombreuses et elles vous attaqueront :                                                                                 Deutéronome 7 :22

 

Employons-nous cette épée contre notre adversaire ou contre notre conjoint ?

Il y a des familles où tout différent se règle à coup de versets bibliques. En voici un exemple : Une maman demande un service à son fils âgé de dix ans. L’enfant ne bouge alors la maman lui cite : Honore ton père et ta mère, comme l’Eternel, ton Dieu, te l’a ordonné, afin que tes jours se prolongent et que tu sois heureux dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne.           Deutéronome 5 : 16

L’enfant  n’a toujours pas obéi.

Le soir, l’enfant a faim, il demande à manger à sa maman qui lui répond : L’homme ne vivra pas seulement de pain, mais de toute parole qui sorte de la bouche de Dieu.                                                                                                Matthieu 4 : 4

Le lendemain matin la maman va réveiller son garçon afin qu’il soit à l’heure à l’école. Ce dernier juge qu’il est trop tôt de se lever, répond à sa maman : femme mon heure n’est pas encore venue.                                                         Jean 2 :4

 

Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l’écoutez en vous trompant vous–mêmes par de faux raisonnements.

 Car, si quelqu’un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel, et qui, après s’être regardé, s’en va, et oublie aussitôt comment il était.

 Mais celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n’étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l’œuvre, celui–là sera heureux dans son activité.                                            Jacques 1 : 22 à 25

 

 Pour le mari, le meilleur exemple, l’époux par excellence est Jésus. Le passage où Jésus lave les pieds de ses disciples avant la crucifixion est une parfaite démonstration de ce que le responsable spirituel de la famille peut accomplir. C’est le comble de l’amour pour l’autre.

Avant la fête de Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde au Père, et ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, mit le comble à son amour pour eux.                                                                                              Jean 13 : 1

Ensuite jésus ajoute : Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres ; car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait. Si vous savez ces choses, vous êtes heureux, pourvu que vous les pratiquiez.

                                                                                                               Jean 13 : 14 et 15 : 17

Etre comme Christ commence par le service pour le conjoint.

Encourageons-nous l’un l’autre. Apprenons à exprimer nos différences avec amour, avec compassion, acceptation et pardon elles sont notre complémentarité ces différences sont notre complémentarité. C’est alors que le Saint-Esprit pourra nous enseigner et nous faire grandir.

Commenter cet article