Comment nous préparer à vivre victorieux face à l'offense (suite)

Publié le par louis trifault




Suis je enfant ou fils de Dieu (suite)

Le fils mature ou « huios» désigne celui qui est gouverné par le Saint Esprit.

Romains 8 -- 14 : car tous ceux qui sont conduit par l'Esprit de Dieu son fils «huios»

Les « huios » nous les trouvons dans le quatrième terrain de la parabole du semeur. Marc 4- 8 : Une autre partie tomba dans la bonne terre : elle donna du fruit qui montait et croissait, et elle rapporta trente,, soixante, et cent pour un.

Marc 4-20 : D’autres reçoivent la semence dans la bonne terre, ce sont ceux qui entendent la parole, la reçoivent, et portent du fruit, trente, soixante et un pour cent.

« Huios » ce terme est utilisé pour désigner ceux qui sont nés de nouveau. Selon Luc 20 -- 36 : car ils ne pourront plus mourir, parce qu'ils sont semblables aux anges, et qu'ils seront fils « huios » de Dieu. Étant fils « huios » de la résurrection.

Huios signifie également : ceux qui adorent Dieu comme leur père, et qui dans leur vie et dans leur caractère veulent lui ressembler.

Ceux qui sont gouvernés par l'Esprit de Dieu, et qui ont la même confiance joyeuse en Dieu que des enfants dans leurs parents.

Ceux qui se reconnaissent comme héritiers ou cohéritiers de Christ. Ils savent et croient que cet héritage leur ait donné par grâce. Ils ne sont plus sous la tutelle de la loi, la foi est devenue la clé de leur héritage.

Galates 4 --4 à 7 : mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils né d'une femme, né sous la loi, afin qu'il rachète ceux qui étaient sous la loi, afin que nous recevions l'Esprit d'adoption. Et parce que vous êtes fils « huios » Dieu a envoyé dans nos cœurs l'Esprit de son fils « huios », lequel crie : Abba ! Père ! Ainsi tu n'es plus esclave mais fils « huios », et si tu es fils « huios », tu es aussi héritier par la grâce de Dieu.

Romains 8 -- 14 à 17 : Car tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils « huios » de Dieu. Et vous n'avez pas reçu un esprit de servitude pour être encore dans la crainte, mais vous avez reçu un Esprit d'adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père ! L'Esprit Lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Or, si nous sommes enfants de Dieu nous sommes aussi héritiers : héritier de Dieu et cohéritier de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui afin d'être glorifié avec lui.

 Romains 4 : 13 à 16 en effet ce n'est pas par la loi que l'héritage du monde a été promis à Abraham ou à sa postérité, c'est par la justice de la foi. Car si les héritiers le sont par la loi, la foi est vaine et la promesse est annulée.

Car la loi produit la colère et là où il n'y a pas de loi il n'y a pas non plus de transgressions. C'est pourquoi les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce, afin que la promesse soit assurée que la postérité, non seulement à elle qui est sous la loi, mais aussi à celle qui a la foi d'Abraham, notre père à tous selon qu'il est écrit.

Le « huios » a reçu l'Esprit d'adoption et vit réellement dans cette condition de fils « huios »

Adoption vient d'un mot grec «huiothésia» qui signifie relation que Dieu a établie entre lui-même et les Israélites en préférence aux autres peuples.

Désigne également la nature et la condition des vrais disciples en Christ qui, par la réception de l'Esprit de Dieu dans leur vie sont devenus fils « huios » de Dieu

Les « huios » sont sortis de la loi, de la tutelle de la loi pour vivre avec sa grâce,  par la foi. Ils ne sont plus des observateurs de la loi, ni des accomplisseurs.

Voilà pourquoi Jésus dit à propos de Jean-Baptiste « le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que Jean » Jean n'avait pas cette possibilité de recevoir l'Esprit d'adoption, ni de rentrer et de s'accaparer l'héritage de Christ. Il était comme un héritier sous tutelle, un enfant « teknon » malgré que l'Esprit de Dieu reposait sur lui pour l'accomplissement de sa mission. Quand Jésus nous parle du plus petit du royaume des cieux, il fait allusion à toute personne qui est née de nouveau. Elle est sortit de la tutelle de la loi. Par l'esprit du fils de Dieu, le Saint Esprit, cette personne est devenue fils « huios » ou fille de Dieu à part entière par grâce et par la foi. Le Saint Esprit le confirme dans son coeur et elle peut dire à Dieu : Abba ! Père ! Comme Jésus.

 

 

Les fils matures sont ouvriers de paix, ils bénissent ceux qui les maudissent et prient pour ceux qui les persécutent.

 Matthieu 5 --9 : 10 heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés Fils (huios) de Dieu.

Matthieu 5 -- 44 et 45 : Mais moi, je vous dis : aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent,

Afin que vous soyez fils (huios) de votre Père qui est dans les cieux, car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes.

2 Corinthiens 6 -- 17 et 18 : c'est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur, ne touchez pas à ce qui est impur. Et je vous accueillerai. Je serai pour vous un Père, et vous  serez pour moi des fils (huios) et des filles, dit le Seigneur Tout-Puissant.

 

Matthieu 26 -- 63 et 64 : Jésus garda le silence. Et le souverain sacrificateur, prenant la parole, lui dit : Je t'adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si tu es le Christ, le fils «huios» de Dieu.

Jésus lui répondit : tu l'as dit. De plus, je vous  le déclare, vous verrez désormais le fils «huios » de l'homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel.

Par quoi reconnaît-on la maturité de Jésus ?

 Par l'obéissance à son Père. La Bible nous dit que Jésus a appris l'obéissance par la souffrance. Hébreux 5 -- 5 à 8 : c'est lui qui, dans les jours de sa chair, a présenté avec de grands cris et avec  larmes des prières, et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et il a été exaucé à cause de sa piété. Il a appris bien qu'il soit fils «huios» l'obéissance par les choses qu'il a souffertes.

Le Père n'a pas eu besoin de lui demander de travailler dans sa vigne. Comme dans la parabole des deux fils que nous avons vus précédemment. Non:

 Hébreux : 10 --5 à 8 : tu n'as agrée ni sacrifice ni offrande, mais tu m'as donné un corps, tu n'as agréé ni holocauste ni sacrifice pour le péché. Alors j'ai dit : Voici je viens pour faire ô Dieu ta volonté.

Dans l'évangile de Luc : Jésus donne en réponse à la question de Marie et de Joseph qui le recherche à Jérusalem, lorsqu'il est âgé de 12 ans : Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne savez-vous pas que je dois m'occuper des affaires de mon Père ?

Voilà encore différentes raisons pour lesquelles l'offense n'a pas eu d'emprise  sur lui. Un chrétien mâture choisi les voies de Dieu et non les siennes. Tout comme Jésus, nous apprenons l'obéissance par les circonstances difficiles auxquelles nous sommes confrontés. Quand nous obéissons à la parole de Dieu qui est donnée par le Saint Esprit, nous grandissons et murissons dans les périodes de conflit, de souffrances. Par exemple en sachant éviter de recevoir l'offense, ou de tomber dans les pièges qui nous sont tendus.

La clé n'est pas la connaissance de la parole : c'est l'obéissance

Hébreux 5 -- 14 : mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l'usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal.

 

Publié dans Parolevivante

Commenter cet article