C'est le temps de relever les manteaux des temps anciens!

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

 

Jean 10 4: 37 et 38 : nous dit : car en ceci ce qu’on dit : l'un sème,  l'autre moissonne.

Je vous ai envoyé moissonner ou vous n'avez pas travaillé, d'autres ont travaillé, et vous êtes entrés dans leur travail.

C'est le temps de prendre ou de relever les manteaux anciens de ceux qui nous ont précédés. Du haut du ciel ils attendent  pour savoir comment nous allons continuer l'œuvre qu'ils ont commencée.

Hébreux 12 --2 : donc nous aussi puisque nous sommes environnés d'une  si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte.

Cette carrière ou cette voie nous a été ouverte par Dieu dans les générations précédentes, comme par exemple le mouvement de réveil dans l'Esprit, Huguenot, qui en France a été combattu et s’est arrêté  de  manière brutale et dramatique.

Depuis quelques années Dieu met dans le cœur de nombreux descendants de huguenots, qui ont fui la France, pour sauver leur vie, de revenir et de reprendre le flambeau abandonné. Car Dieu n'abandonne jamais son œuvre, il demeure fidèle même si parfois il reste silencieux pendant des siècles. Aucun homme, aucun système philosophique, politique ne l'empêchera de manifester ses desseins, ses plans, ses projets, l'œuvre accomplie par Jésus sur la croix.

Soyons attentifs à la voie de l'Esprit, restons éveiller, alignons nos vies sur le fil à plomb de la parole de Dieu.

Ephésiens 2-20 et 21 : vous avez été édifiées sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ en est Lui-même la pierre angulaire. En Lui tout l'édifice, bien coordonnée, s'élève pour être un temple saint dans le Seigneur.

En lui aussi vous êtes  édifié pour être une habitation sainte. Ici la Bible nous présente Jésus comme étant la pierre angulaire, et les apôtres et les prophètes, comme étant le fondement sur lequel nous devons être édifiés. Tout ce que nous bâtissons à côté n'a aucune valeur aux yeux de Dieu. Donc Soyons attentifs à ce que font et disent les apôtres et les prophètes de notre époque.

 Cherchons à connaître l'œuvre ou la carrière ouverte par le corps de Christ dans les temps qui nous ont précédés. Dieu ne répète pas ses œuvres sous forme de photocopies, mais d'une manière renouvelée puisqu'il est créateur et qu'il crée sans cesse,  tout en continuant le même but : la restauration de la puissance de son royaume, rassembler ses élus, ses enfants et vivre au milieu d'eux.

Maintenant cherchons à connaître notre héritage, celui que nous ont laissé nos pères dans la foi et continuons leur œuvre tel que Dieu le veux avec ses stratégies.

En Malachie 4-5 : il est écrit, je vous enverrai Élie le prophète, avant que le jour du Seigneur arrive, ce grand jour redoutable. Il ramènera le coeur des pères vers leur enfant. Et le coeur des enfants à leur Père. De peur que je ne vienne frapper le pays d'interdit :

Il nous faut comprendre cette prophétie comme ayant trois niveaux ou trois dimensions :

-Sur le plan naturel : dans les familles, Dieu demande au père de se réconcilier avec leurs enfants, et les enfants de se réconcilier avec le père, l'initiative venant des pères.

-au niveau des églises : des églises mères ont engendré des églises filles. Là aussi il peut y avoir des conflits de relation, de même Dieu nous demande de résoudre ces problèmes et de vivre la réconciliation.

-enfin le troisième, celui qui nous intéresse pour ce message : notre génération de croyants, aux yeux de Dieu, représente une génération de fils et des filles dans la foi, par rapport à nos pères dans la foi qui nous ont précédé et laissé leur héritage, dont aujourd'hui nous sommes bénéficiaires. Là aussi,  Dieu nous demande la réconciliation avec ses générations passées de croyants, même s'il y a une des erreurs dans leur vie. Ils ont commencé à creuser des puits, ils ont trouvé des sources d’eaux vives qui en été bouchées depuis. Soyons  comme Isaac qui devait redébouché les puits de son père Abraham, comblé par les Philistins : Genèse 26 -- 18

Citons à nouveau Esaïe 61 --4 : ils rebâtirent sur d'anciennes ruines, ils relèveront antiques décombres, ils renouvelleront des villes ravagées, dévastées depuis longtemps.

Citons encore ce verset de l’Apocalypse, Dieu veut faire justice à ses bien-aimés qui sont morts brutalement avant d'avoir terminé leur œuvre.

Apocalypse 6- 9 et 10 : quand il ouvrit le quatrième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu'ils avaient rendu. Ils crièrent d'une voix forte, en disant : Jusqu'à quand Maître, saint et véritable, tardera tu à juger notre sang sur les habitants de la terre ?

La première mention de vêtements, le manteau,  nous le trouvons dans la Bible en Genèse 3-2 : l'Eternel Dieu fit à Adam et sa femme des habits de peau et il les en revêtit. Adam et Ève et sa femme vienne de se rebeller contre Dieu. Ils vont être expulsés du jardin d'Éden, loin de la face de Dieu. Mais avant, Dieu sacrifie deux animaux, pour revêtir Adam et sa femme.

Que représentent ces vêtements ?

 La manifestation de la grâce de Dieu, et puis cela symbolise et annonce la justice qui nous sera offerte en Christ.

 Donc nous aussi soyons revêtus de ce manteau de grâce, vis-à-vis de tous et celles que nous côtoyons. C’est le premier manteau dont nous devons être recouvert : le manteau de la grâce, ayons des attitudes, des paroles de grâce.

C’est en Genèse 9-23 que nous voyons le  mot manteau, apparaître, pour la première fois dans la  bible.

Genèse 9 : 20-29 Noé commença à cultiver la terre et planta une vigne.

Il but du vin et s’enivra, et se découvrit au milieu de sa tente, Cham, fils de Noé et père de Canaan vit la nudité de son père et le rapporta dehors à ses deux frères. Alors Sem et Japhet prirent le manteau, le mirent sur leurs épaules marchèrent à reculons et couvrirent la nudité de leur père, comme leur visage était détourné, ils ne virent point la nudité de leur père. Lorsque Noé se réveilla de son vin, il apprit ce que lui avait fait son fils cadet.

Voilà 3 frères qui ont eu un comportement différent vis à vis de leur père. Le 1er Cham, désobéi à la parole de Dieu au moins 3 fois :

- Lévitique 18 : 7 Tu ne découvriras pas la nudité  de ton père.                                    

-Esaïe 58 : 7 Si tu vois un homme nu couvre le.                     

- Exode 20- 12 : Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne.

 Certes Noé porte sa responsabilité devant Dieu de s’être enivrer, par contre Sem et Japhet ont accompli pleinement ces passages de la parole de Dieu que nous venons de citer : si tu vois un homme nu couvre le, honore ton père et ta mère,  Ces passages de la bible comme beaucoup d’autres, nous invitent à nous élever au delà du naturel pour nous entraîner ou nous élever dans le spirituel. Cham a péché contre son père en publiant en quelque sorte le péché de son père devant ses frères, c’est-à-dire qu’il a rendu public le péché de son père. Il s’est comporté comme un journaliste de scandale. Il a désobéi à la parole de Dieu qui nous commande d’honorer notre père et mère afin d’avoir longue vie sur terre et d’être heureux, dans le pays que Dieu nous donne. Donc il a attiré la malédiction sur lui et ses enfants et plus particulièrement son fils Canaan. Ensuite Cham a jugé son père et en quelque sorte s’est moqué de lui. Il aurait pu tout simplement couvrir son père comme l’ont fait ses frères, sans rien dire, par compassion, par amour. Cette histoire nous invite à nous poser la question à chacun d’entre nous : Suis-je un journaliste de scandale ? En publiant au grand jour les péchés, les faiblesses, les manques, les chutes des uns et des autres. Est-ce que je développe la situation dans tous les sens ? Suis-je de ceux qui cachent la nudité, c’est-à-dire aider ceux qui tombent sans rien dire avec amour compassion, miséricorde ?

Sam et Japhet ont obéi à la parole de Dieu avec humilité, sans rien dire, ils ont « couvert la faute »  de leur père. La crainte de Dieu est présente dans leur vie. - 1 Pierre : 4- 8 Avant tout, ayez les uns pour les autres un ardent amour, car l’amour couvre une multitude de péchés. Couvrir les péchés d’une personne ne consiste pas à cacher ses péchés ou les ignorer. Non, aimer une personne c’est l’aider à sortir d’une situation de péché, c’est l’aider à se relever, à retrouver sa dignité et sa place dans l’appel de Dieu pour sa vie.

Couvrir une multitude de péchés, ne signifie pas fermer les yeux pour voir, ou cacher en couvrant...  c'est aider la personne à revenir

 à la vérité, seule d'abord, ensuite avec les anciens de l'église et dans un troisième temps avec l’église. Couvrir c'est le contraire de dévoiler, c'est le contraire de juger, c'est faire miséricorde, être émus dans ses entrailles et se mettre en action, pas dans la chair, mais dans l'Esprit.

Jacques : 5 19 et 20

 Après le déluge, Noé, devant Dieu se retrouvait un peu comme Adam, lors de la création,’’ le premier’’ homme ou le patriarche, si nous voulons. En se livrant à l’ivresse, Noé, perdait son rang, sa responsabilité. Un peu comme Esaü qui vendit son droit d’aînesse pour un plat de lentilles. En couvrant la nudité de leur père, Sem et Japhet, l’ont aidé à se rétablir dans cette responsabilité.

 L’attitude de cœur de Sem et Japhet nous montre qu’ils étaient   revêtus du manteau de la compassion, la miséricorde et de l’amour. Et c’est de ce manteau qu’ils ont recouvert leur Père. Que ces manteaux soient présents dans nos vies, demandons les. Le Père attend pour nous les donner.

Le manteau de Mardochée :

 Esther 8 -- 15 : Mardochée sorti de chez le roi, avec un vêtement royal bleu et blanc, une grande couronne d'or, un manteau de Byssus et de pourpre. La ville de Suse poussait des cris et se réjouissait. Il n’y n'avait pour les Juifs que bonheur et joie, allégresse et gloire.

Qui est Mardochée et qu’a-t-il accompli pour obtenir et porter ce manteau ? -- Esther 2 -- 5 à 7 : il y avait dans la capitale, un juif  nommé Mardochée, de la tribu de Benjamin. Il avait été emmené de Jérusalem parmi les captifs avec Jéchonias, roi de Juda, par Nébucadnetsar, le roi de Babylone.

Mardochée élevait Hadassa, qui est Esther, fille de son oncle. Car elle n'avait ni père, ni mère. La jeune fille était belle de taille est belle de figure. À la mort de son père et de sa mère, Mardochée l'avait adopté pour fille. Mardochée a toujours veillé sur la vie d'Esther, même devenue  reine. Dieu a placé sur la route d'Esther un vrai père.

Mardochée se tenait constamment à la porte du roi pour écouter. Un jour il entend deux eunuques du roi qui complotent  contre la vie du roi et veulent le tuer. Mardochée en prévint Esther qui le redit au Roi de la part de Mardochée. Les deux eunuques furent pendus.

Après ces choses, nous dit la Bible, le roi  éleva un homme au plus haut rang dans le pays. Cet homme se nomme Hamann. Hamann prie la grosse tête. À partir de ce jour il exigea que toute personne fléchisse le genou et se prosterne devant lui lors de son passage.

Mais Mardochée ne fléchit point le genou ni ne se prosterna devant lui. Même après des rappelles à l'ordre. Mardochée avait la crainte de Dieu dans son cœur, et devant lui seul il se prosternait.

Hamann en colère décide de faire mourir Mardochée et de massacrer le peuple juif  dispersé dans le pays. Il obtient du roi la signature d'un décret, qui lui donne l'ordre de détruire le peuple juif. Mardochée l’apprend et il le fait savoir à Esther afin qu'elle intervienne auprès du roi. Mais personne ne peut l'approcher sans être convoqué. Sinon le roi fait mourir cette personne. Esther craint pour sa vie.

Esther 4 -- 13 Mardochée fit répondre à Esther : ne t'imagine pas que tu échapperas seule d'entre tous les Juifs, parce que tu es dans la maison du roi. Et qui sait si ce n'est pas pour un temps comme celui-ci que tu es parvenu à la royauté ?

Esther envoya dire à Mardochée : Va rassemble tous les Juifs qui sont à Suze  et jeûnez pour moi, sans manger et sans boire pendant trois jours et trois nuits. Je jeûnerai également avec mes servantes, puis je rentrerai chez le roi, malgré la loi. Et si je dois périr, je périrais. Mardochée fit tout ce qu’Esther lui avait ordonné.

Pendant ce temps Hamann fait dresser la potence pour pendre Mardochée le lendemain.

Cette nuit-là le roi eut une insomnie. Il se fit relire les chroniques. On le lut devant le roi. Ses serviteurs relisent ce passage où la vie du roi a été exposée par les deux eunuques.

Le roi s'inquiète de savoir si Mardochée a été récompensé. Non lui dit-on. Le lendemain matin, quand Hamann se présente devant le roi, celui-ci lui dit : que ferais tu pour un homme que le roi veut honorer ? Hamann tout heureux, car il pense que c'est lui, l’homme que le roi veut honorer. Hamann décrit tout un faste. Il faut le couvrir de vêtements royaux, mettre une couronne sur sa tête. Prendre le cheval du roi et le promener à travers la place de la ville, et crier devant lui : c'est ainsi que l'on fait à l'homme que le roi veut honorer.

Le roi lui dit  très bien, et c'est ce que tu vas faire avec Mardochée. C'est toi qui marcheras avec le cheval et qui criera cela devant la foule.

À la fin du jeûne Esther se présente devant le roi, au risque de sa vie. Elle trouva grâce auprès du roi. Le roi en colère fit prendre Hamann à la potence qu'il avait préparée pour Mardochée.

L’édit de destruction du peuple juif  fut révoqué.  Esther fit connaître sa parenté avec Mardochée. Le roi ôtant son anneau, qu'il avait repris à Hamann, et le donna à Mardochée. C'est-à-dire que Mardochée devint le second du pays, à la place de Hamann.

Voilà ce que Dieu peut faire avec nous, si nous sortons de l'esprit et de la mentalité d'orphelin. Même si nous avons toutes les conditions, ou si nous sommes dans la situation pour l'être, Dieu saura mettre sur notre route un Mardochée, un couple, un père, une mère.

Mardochée n'a jamais recherché quoi que ce soit pour lui-même. Une seule chose l'intéressait, l'accomplissement du plan de Dieu dans la vie d'Esther. Esther, de son côté, également n’a jamais cherché à rentrer dans sa destinée part elle-même. Elle n’a jamais non plus sombré dans un esprit  et une mentalité d'orphelin, même privée de parents et déportée dans un pays étranger, et ennemi. Elle a toujours écouté les conseils de Mardochée, les recevant comme venant de Dieu.

Que représente ce manteau de byssus de Mardochée ?

Le manteau de l'adoption et du gouvernement, le manteau du veilleur ou de la sentinelle.

Mardochée symbolise le père qui adopte, donne son identité à ses enfants, sème dans leur vie afin qu'ils rentrent dans leur destinée. Il donne sa vie comme le Père nous a donné Jésus.

 Mardochée se tient constamment à la porte du roi, c'est-à-dire à l'écoute de Dieu afin de recevoir la révélation, les confidences.

Le byssus est un tissu très coûteux, à la base de lin blanc dont étaient revêtus les rois. C'est un vêtement royal.

 Le pourpre symbolise la puissance, le pouvoir, le sang de Jésus

Le bleu symbolise : la sagesse, la sérénité, la loyauté, la fidélité.

Dieu cherche des pères et des mères dans le corps de Christ pour les revêtir de ce manteau, car il ne devrait plus y avoir d'orphelins dans le corps de Christ.

Publié dans Le coeur du Père

Commenter cet article