Bien comprendre qui nous sommes en Christ

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

     

Pour comprendre qui nous sommes réellement en Christ, nous devons d'abord comprendre l'identité que nous avons héritée d'Adam depuis la création.

Genèse 2 --- : L’Eternel Dieu forma l'homme de la poussière du sol, il insuffla dans ses narines un souffle vital, et l'homme devint un être vivant. Cet homme était Adam, et puisque nous sommes ses descendants, nous avons hérité certaines de ses caractéristiques.

L’héritage positif de la création :

A cause de notre relation avec le premier Adam, nous avons une enveloppe extérieure, un corps physique, qui réagit avec le monde par les cinq sens, est un être intérieur qui a été créé à l'image de Dieu : Genèse 1-26 et 27 : puis Dieu dit : faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur toute la terre.

Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme.

Dans  l’être intérieur nous trouvons notre pensée (qui nous permet de réfléchir), nos émotions (qui nous permettent de ressentir) et notre volonté (qui nous permet de choisir) cette partie de notre être se nomme l'âme. Dans cet être intérieur nous trouvons également notre esprit qui est de la même nature que Dieu et nous permet d'avoir une relation avec Dieu.

Adam jouissait de plusieurs bienfaits de la création et nous avons hérité ses bienfaits de lui ou de Jésus-Christ, qui les a rétablit pour nous après qu’Adam y est renoncé.

1-la vie physique. (Bios)

Le mot bios décrit l'union du corps physique de l'être immatériel. Les émotions, les pensées et la volonté. Le fait de mourir physiquement signifie être séparé du corps temporel et c’est la fin du bios. Nous avons hérité la vie et la mort physique d'Adam. Mais notre identité en Christ doit dépasser la vie et les attributs physiques, puisque le corps est abandonné à la mort et l'être spirituel va rejoindre le Seigneur.

2 Corinthiens 5-8 : nous sommes plein de confiance, et nous aimons mieux quitter ce corps et demeurer auprès du Seigneur.

-2 la vie spirituelle (Zoé) dans le nouveau testament, le mot Zoé désigne la vie spirituelle : l'âme et l'esprit son uni à Dieu. Adam a été créé à la fois physiquement et spirituellement vivant. Nous avons aussi hérité d’Adam la capacité de vivre spirituellement :

 2 Corinthiens 2-4 -- 16 : c'est pourquoi nous ne perdons pas courage. Et même si notre être extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour.

Être spirituellement vivant, c'est être en union avec Dieu en étant en Christ. Comme Adam, nous avons été créés pour être unis à Dieu. Et comme Adam, notre union avec Dieu a été brisée par la chute.

-3 la valeur : Adam a reçu la domination sur toutes les autres créatures :

Genèse 1- 26 et 27 : puis Dieu dit faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur tous les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.

Il avait de la valeur parce que qu'il dominait tout ce qui se  trouvait dans le jardin, sous la direction de Dieu, jusqu'au moment où Satan a usurpé cette domination par la tromperie et qu'il est devenu le dieu de ce monde. En qualité de chrétien, Christ nous a rendu Notre valeur, en nous restituant la domination qu'Adam exerçait avant la chute. Cela fait partie de notre identité.

-4 la sécurité.

Dieu subvenait à tous les besoins d'Adam :

Genèse 1-29 : Et Dieu dit : Voici je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d'arbre et portant de la semence : ce sera votre nourriture.

La sécurité est une autre facette de notre héritage en Christ. Il a promis de subvenir à tous nos besoins.

Philippiens 4 -- 19 : et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse,  avec gloire, en Jésus-Christ.

- 5- le sentiment d'appartenance.

 Adam connaissais une communion intime, de personne à personne avec Dieu avant la création d'Eve. Ensuite, Dieu donna Eve à Adam, et Adam à Ève, pour enrichir ce sentiment d'appartenance. Cela signifie que pour nous chrétiens, un vrai sentiment d'appartenance découle de notre relation intime avec Dieu et avec d'autres croyants ensuite.

Posons-nous cette question : quel est la différence fondamentale entre la façon dont nous héritons de la vie physique et la façon dont nous héritons la vie spirituelle ?

Nous ne choisissons pas de naître physiquement, mais nous devons choisir de naître spirituellement en plaçant notre foi en Jésus-Christ.

Posons-nous encore cette question : Quelle est pour nous l'aspect le plus important de notre valeur, de notre sécurité et du sentiment d'appartenance qu’Adam à reçu à la création et que nous avons hérité en Christ ?

L'héritage négatif de la chute.

Les effets immédiats du péché dans la vie d'Adam étaient importants et ils ont aussi largement influencé la vie quotidienne de chaque membre de l'espèce humaine.

-1- la mort spirituelle.

 Quand Adam et Ève ont pêché, leur union avec Dieu a été rompue et ils ont été séparés de Dieu, banni de sa présence.

Genèse 3-8 à 19 : alors ils entendirent la voix de l'Eternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l'homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l'Eternel Dieu, au milieu des arbres du jardin. Mais l'Eternel Dieu appela l'homme, et lui dit : ou es-tu ?

Il répondit : j'ai entendu ta voix dans le jardin et j'ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché. Et l'Eternel Dieu dit : qui t'a appris que tu es  nu ? Est-ce que tu as mangé de l'arbre dont je t'avais défendu de manger ?

 L’homme répondit : la femme que tu as mise auprès de moi m'a donné de l'arbre, et j'en ai mangé. Et l'Eternel Dieu dit à la femme : pourquoi as-tu fait cela ? La femme répondit : le serpent m'a séduite et j'en ai mangé.

L'Eternel Dieu dit au serpent : puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle-ci t'écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.

Il dit à la femme : j'augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi.

En il dit à l'homme : Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l'arbre au sujet duquel je t'avais donné cet ordre : Tu n'en mangeras pas ! Le sol sera maudit à cause de toi. C'est à force de peine que tu tireras ta nourriture tous les jours de ta vie, il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l'herbe des champs.

C'est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu'à ce que tu retournes dans la terre, d'où tu as été pris, car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.

La séparation d'avec Dieu, c'est la mort spirituelle. La mort physique a aussi été déclenchée à ce moment-là, bien qu’Adam et Ève est encore vécu quelques centaines d'années avant de mourir physiquement. En conséquence, chaque être humain entre dans le monde physiquement vivant mais spirituellement mort, séparé de Dieu.

2 la connaissance de Dieu perdue.

Quand Adam et Ève ont péché, ils ont perdu la vraie connaissance de Dieu parce que leur relation intime avec Dieu a été rompue. Être avec Dieu, c'est connaître Dieu. Banni de sa présence, Adam et Ève ont perdu la connaissance de Dieu qui venait de leur relation avec lui. Puisque nous sommes entrés dans le monde spirituellement mort, nous avons commencé notre vie sans vraie connaissance de Dieu. Nous savions quelque chose au sujet de Dieu, mais nous ne connaissions pas vraiment Dieu avant d’établir une relation avec lui en Christ.

-3 Des émotions négatives dominantes.

 Suite à la chute, la peur, l'anxiété, la honte, la culpabilité, la dépression et la colère ont remplacé le sentiment de sécurité et d'appartenance d’Adam. Nous perpétuons ces sentiments par nos propres actes d'injustice et aussi lorsque nous nous permettons d'être les victimes des actes d’injustice des autres.

4 Des choix trop nombreux.

Dans le jardin d'Éden Adam et Ève ne pouvait faire qu’un seul mauvais choix. Tout était bon sauf de manger de l'arbre de la connaissance du bien et du mal.

Genèse 2-16 et 17 : l'Eternel Dieu donna cet ordre à l'homme. Tu pourras manger de tous les arbres du jardin, mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras tu mourras certainement.

En fin de compte, ils ont malgré tout fait ce mauvais choix. En conséquence, nous rencontrons une foule de bons et de mauvais choix chaque jour de notre vie chrétienne, et parfois nous faisons de mauvais choix.

5- les privilèges deviennent des besoins.

Après la chute, les privilèges d’Adam sont devenus des besoins criants. D'abord, séparé de Dieu par le péché nous nous sentions plus acceptés de Dieu et des autres, nous avions besoin d'appartenir. Et quand nous sommes venus à Christ et que nous avons rétabli notre relation avec Dieu, nous avions encore besoin d'appartenir aux autres.

Deuxièmement, la culpabilité et la honte ont remplacé l'innocence, ainsi nous avons besoin que notre valeur soit rétablie.

Genèse 3 -- 10 il répondit : j'ai entendu ta voix dans le jardin, et j'ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché.

Une mauvaise image de soi est un problème constant depuis la chute. Mais le remède ne consiste pas à flatter le moi humain. La valeur personnelle ne dépend pas des talents, de l'intelligence de  la beauté. C'est une question d'identité. Nous trouvons notre valeur personnelle quand nous savons qui nous sommes : un enfant de Dieu. Aussi nombreux sont les chrétiens qui ne saisissent pas pleinement l'immense changement qui s'opère en eux au moment où il accepte Christ.

Troisièmement, la faiblesse et la puissance ont remplacé l'autorité, ainsi, nous avons besoin de force et de maîtrise de nous-mêmes. Dans notre condition pécheresse, nous luttons pour dominer les autres et notre environnement parce que Satan a usurpé l'autorité donnée par Dieu. Nous tentons désespérément de maîtriser notre destin, or nous n'avons pas été créés pour être des maîtres. Nous avons été conçus pour servir Dieu, et si nous ne le faisons pas, nous finissons par servir le dieu de ce monde.

Quelles conséquences de l'héritage négatif de la chute nous frappent le plus aujourd'hui dans le monde ?

Si l'un ou l'autre de nous avait été dans l'environnement parfait du jardin à la place d'Adam et Ève  nous aurions certainement aussi péché.

En fait ce triste héritage du premier Adam ne devrait pas être notre unique préoccupation. Nous avons un héritage beaucoup plus positif  grâce au dernier Adam. Le dernier Adam apporte une différence qui transforme une vie.

Beaucoup de chrétiens s'identifient au vieil Adam. Il se voit banni du jardin d'Éden avec Adam et Ève. Il pense l'avoir détruit et avoir, a jamais, perdu le paradis. Et tous les jours de leur vie Ils semblent  résister à la tentation de retomber comme Adam dans le péché.

Ceux qui ont mis leur confiance en Christ non plus leur identité en Adam et son péché, mais en Jésus-Christ et sa justice. Ils ne sont pas privés de la présence de Dieu comme l'était Adam. Ils sont assis dans les lieux célestes en Christ. La différence entre Adam et Christ dans notre vie personnelle a une portée éternelle nous devons être sûr de nous identifier à la bonne personne.

Nous dépendons éternellement de Dieu.

Lorsque nous considérons Jésus ce qui nous frappe en premier, c'est son entière dépendance de Dieu, c'est-à-dire de son Père. Adam dépendit de Dieu jusqu'à la chute, puis il devint tout à fait indépendant, choisissant de croire le mensonge du serpent au sujet de l'arbre de la connaissance du bien et du mal.

Mais Jésus, lui, dépendait entièrement de son Père il dit : Moi je ne peux rien faire par moi-même, je fais tout par le Père. Jésus nous dit qu'il est venu du Père afin d’accomplir ses œuvres et pour prononcer les paroles que le Père voulait qu'il dise.

Jésus n'a jamais dépendu de qui que ce soit d'autre que son Père. Même à la fin de sa vie terrestre, Jésus dira qu'il avait accompli tout ce que Dieu lui avait demandé de faire. La vie de Jésus nous est donnée en exemple de ce que doit être une vie dépendant de Dieu à 100 %.

Publié dans Identité en Jésus

Commenter cet article