Avec Jésus nous devenons ministre de la consolation

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

 

La véritable consolation, par la repentance, vient d'en haut grâce aux entrailles de miséricorde de notre Dieu : Luc  1 -- 78 et non pas de mes ou de nos entrailles charnelles de compassion.

Avec la consolation par la repentance nous recevons la vie éternelle : guérison émotionnelle, de rejet, délivrance de l’esprit  d'orphelin, du cœur brisé et de toute forme de blessures physiques.  Je peux répondre et devenir un ambassadeur de la réconciliation ou de la consolation pour annoncer la repentance.

 

C’est bien pour cela que Jésus est venu sur la terre : nous réconcilier avec le Père car nous étions devenus ennemis. Jésus nous ouvre la voie de la réconciliation par la repentance qui nous sort des ténèbres et de l'ombre de la mort. Maintenant notre mission consiste à annoncer le temps de la réconciliation. Nous devenons ministres ou ambassadeurs de la réconciliation. 2 Corinthiens 5-20 : Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu !

Dieu parle par tout événement naturel, car ils ont des conséquences spirituelles que nous devons découvrir. .

Esaïe 40 --1 : consolez mon peuple ... Dieu ne va pas à Capernaüm chercher cette consolation ou ne demande pas à Capernaüm de consoler son peuple. Mais à des hommes et des femmes qui ont expérimenté cette consolation par la repentance.

Avec lui, le Saint-Esprit, je deviens une ville de consolation ambulante. Son messager de la consolation, son temple de la consolation. Le Saint-Esprit a besoin de temple pour l’accueillir et lui permettre de continuer le ministère de Jésus. Mon corps, nos corps deviennent pour chacun d’entre nous, qui appartenons à Jésus, son temple.

La consolation n'est pas un puits dans lequel nous venons puiser. Le puits est profond, limité dans son potentiel. Il est impossible ou difficile de  s'y baigner. Nous avons besoin d'un outil pour y puiser. Il est nécessaire d'enlever la pierre pour avoir accès, de la remettre pour le protéger. Autour des puits s’élève des disputes. L'eau fraîche s’y renouvelle, mais lentement. Capernaüm peut-être considérée comme un puits, ce n’est pas dans sa nature ni dans ses capacités de s’étendre à l’extérieure.

Toutefois l’image du puits nous montre combien l’œuvre de la repentance doit être profonde dans nos vies. Jusqu’à ce que nous produisions des fruits dignes de la repentance. Toutefois, chacun d’entre nous nous sommes appeler à devenir comme un fleuve, ou à laisser les fleuves d’eaux vives couler de notre sein

 Un fleuve coule et coule en abondance. C'est normal puisque nous avons le consolateur en nous, la source de la consolation. Il est écrit : des fleuves d'eaux vives couleront de notre sein. Pour puiser dans un puits il faut produire des efforts...Les efforts nous ramène sous la loi.

 Le fleuve  coule tout seul, sans effort, pour en bénéficier il suffit de rentrer dedans par grâce. Le fleuve par sa puissance  arrache, nettoie, emporte les impuretés et tout ce qui est dans le temple, (ou nos vies) jusqu'à ce que tout devienne pur comme du cristal. Et en plus lors de ses débordements il fertilise ses rives. Cela symbolise l’influence que nous exerçons sur notre environnement par notre témoignage de vie.

Le fleuve, avec la puissance du Saint-Esprit, représente la repentance prêchée dans le monde entier par l’Epouse.

 Voilà pourquoi nous ne sommes pas appelés à nous installer dans la consolation, sinon nous risquons d’y mourir sans avoir accompli notre destinée. Nous devons aller plus loin que le lait spirituel de la parole. Nous ne grandirons pas, nous n'atteindrons pas notre maturité spirituelle si nous restons dans cette situation. Nous sommes responsables de notre maturité spirituelle et de notre croissance spirituelle. Ayons faim et soif, c’est ce que nous dit Jésus :

Matthieu 5- 5 : Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés !

Jésus veut nous entraîner dans sa gloire, et nous enrôler dans son armée, faire de nous des disciples. Nous désirons recevoir de Jésus et c’est normal, mais il nous arrive d’oublier que lui aussi veut recevoir et qu’il attend de  nous. Car le Père a préparé des œuvres afin que nous les accomplissions : Ephésiens : 2- 10 : Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus–Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions.

Jésus désire et attend notre maturité. Sa grande joie c’est de voir le « tout accomplit « de la croix  se réaliser dans nos vies. Il nous appelle à régner avec lui. Pour cela nous sommes appelées à combattre.

Si nous acceptons de rentrer dans ce principe de Dieu, alors je deviens ou devenons une consolation pour Jésus à cause  du travail de son âme, ou un fruit de son travail : Esaïe 53 –11: A cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards ; Par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d’hommes, Et il se chargera de leurs iniquités.

Maintenant il fait de moi « sa Capernaüm », sa ville de la consolation, son temple de la consolation, car le consolateur est en moi : Jean 14 -- 16 : Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous.

Capernaüm n'a pas su reconnaître le temps où elle a été visitée, son cœur s'est endurci. Elle s'est installée dans la consolation émotionnelle, charnelle, dans le miraculeux. Elle a laissé passer le temps de la visitation, de l'appel à la repentance. Tous les miracles de guérison, résurrection de mort, n’ont pas amené la crainte de Dieu. C'est vrai que nous avons toujours la capacité d'accepter ou de refuser la repentance, Dieu nous laisse libre. Mais si nous la refusons nous en payons les conséquences.

 Ce mot repentance trouve son origine, sur le plan naturel, dans la culture du Moyen-Orient. Lorsque quelqu'un se trompe de route et demande à une personne de l'orienter dans la bonne direction. Cette dernière donne cette réponse : Repentez-vous, c'est-à-dire changez de chemin, reprenez la bonne route qui vous mènera au lieu que vous souhaitez atteindre.

Sur le plan spirituel, la repentance est un don de Dieu et une action de Dieu qui œuvre dans les cœurs par le Saint-Esprit. Elle n’est jamais une œuvre humaine.       

 Posons-nous la question, chacun d'entre nous : suis-je dans cette situation ?

Si oui repentons nous, c'est encore le temps de la grâce.

Ai-je apporté des consolations, sans en référer à Dieu, comme Josué et le peuple Hébreux, avec les Gabaonites ?

Si oui quelles en sont les conséquences désastreuses, pour moi aujourd'hui ? Pour ma famille ? Suis-je dans le tourment la culpabilité à cause de ses conséquences ?

Si oui repentons nous pour les mauvais fruits de nos vies qui résultent de nos actes, de nos choix, repentons nous pour toutes nos œuvres mortes.

Nous attendons beaucoup de consolation de la part de Jésus. Avons-nous, un jour, pensé que nous sommes pour lui une consolation ? Souvenons-nous que nous sommes une consolation pour Jésus chaque fois que nous manifestons le fruit de la repentance. Chaque fois que nous laissons le Saint Esprit agir dans la vie des personnes que Dieu met sur notre route, afin qu'elle soit touchée par la repentance. C'est à dire qu'elle découvre l'œuvre de Jésus à la croix.

 Nous avons reçu un bon dépôt de la part de Dieu dans chacune de nos vies, comment le gérons nous ? Sommes-nous des bons ou des mauvais intendants de ce dépôt ?

Voulons vivre un temps de gloire comme Capernaüm, et ensuite disparaître à tout jamais à tout jamais dans le feu de l’enfer ? Ou vivre éternellement pour recevoir la véritable consolation ? C'est-à-dire vivre dans la présence de notre Dieu, dans la nouvelle Jérusalem ? Là où il essuiera toute larme.

Apocalypse 22-5 : Il n’y aura plus jamais de nuit. On n’aura donc plus besoin ni de la lumière d’une lampe, ni de celle du soleil, car le Seigneur Dieu répandra sur eux sa lumière. Et ils régneront éternellement.

Toi qui viens de lire ce message, saches que tu es aimé par ce Dieu créateur du ciel et de la terre. IL te cherche, il attend que tu te laisses rencontrer avec lui. Car il a une destinée pour toi, un plan de bonheur, il désire que tu le connaisses pour te manifester son amour et que tu deviennes membre de sa famille. Il te donne et t'ouvre le chemin qui accède directement à son coeur. Ce chemin se nomme Jésus, qui a dit : Je suis le chemin, la vérité, la vie, nul ne vient au Père que par moi. Jean 14-6.

Jésus te dit: Voici je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. Apocalypse 3-20. Oui Jésus frappe à la porte de ton coeur, il attend que tu lui dises de rentrer. C'est très simple, car Dieu est simple. Il suffit de lui adresser cette prière bien simplement mais bien sincèrement:

Seigneur Jésus je te remercie de ton amour et de ce que tu es venu dan le monde mourir pour moi. Je reconnais que j'ai dirigé ma vie, jusqu'a présent, comme je l'ai décidé et qu'aussi j'ai péché contre toi. Je crois que tu es mort sur une croix et que tu as versé ton sang pour que j’aie le pardon de mes péchés. Je veux te recevoir dans ma vie et obtenir le pardon de mes péchés. Et je t’invite dans mon cœur pour que tu prennes la première place, que tu sois mon Seigneur et que tu diriges ma vie, selon tes lois.

Merci pour le pardon de mes péchés. Fais de moi la personne que tu désires que je sois. Je crois que tu es vivant, ressuscité. Je te remercie d'avoir répondu à ma prière et d'être maintenant dans ma vie.

 Ne reste pas seul, contacte nous :fleuvesdevie@free.fr

 

                 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article