Arrachons les mauvaises racines de nos vies.

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Matthieu 15 -- 13 : toute plante que mon Père céleste n'a pas plantée sera déracinée.

Matthieu 3-10: Déjà la hache est prête à attaquer les arbres à la racine : tout arbre donc qui ne produit pas de beau fruit est coupé et jeté au feu.

Toute la bible nous parle de champ, de jardins, de semence, de graine, d'arbres qui portent soient des mauvais ou des bons fruits pour imager nos vies. Notre vie à chacun d'entre nous a commencé par une graine ou une semence plantée dans un terrain favorable, au moment favorable. Toute vie animale ou végétale a débuté de cette manière. Telle est la volonté de Dieu. Dieu est un semeur ou le semeur par excellence. Il est le modèle du semeur infatigable. Sa semence est pure et dotée d'un pouvoir germinatif excellent. Sa semence rencontre des obstacles. Car Dieu a un ennemi qui sème aussi sa propre semence, selon sa nature. Elle est une contrefaçon qui cherche à faire disparaître la semence de Dieu.

Marc 4 -- 14 : le semeur sème la parole. Qui est le semeur ?

Jésus bien sur, et chacun d'entre nous qui appartenons à Christ. Nous sommes en même temps son champ où sont jardins et nous sommes ouvriers avec lui :

1 Corinthiens 3 --9 : Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l’édifice de Dieu.

Cantiques des cantiques : 4- 16b : Que mon bien aimé entre dans son jardin. J’entre dans mon jardin, ma sœur, ma bien fiancée.

Jésus nous dit qu'il existe quatre sortes de terrain, c'est-à-dire de personnes ou de cœurs, ou quatre manières ou attitudes pour accueillir la parole Dieu:

Marc 4 -- 4 à 9 : Comme il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin : les oiseaux vinrent, et la mangèrent. Une autre partie tomba dans un endroit pierreux, où elle n’avait pas beaucoup de terre ; elle leva aussitôt, parce qu’elle ne trouva pas un sol profond ; mais, quand le soleil parut, elle fut brûlée et sécha, faute de racines.

 Une autre partie tomba parmi les épines : les épines montèrent, et l’étouffèrent, et elle ne donna point de fruit.

Une autre partie tomba dans la bonne terre : elle donna du fruit qui montait et croissait, et elle rapporta trente, soixante, et cent pour un.

Puis il dit : Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.

Pourquoi Jésus dit-il : que celui qui a des oreilles pour entendre entende ?

Matthieu 13 -- 19 : Lorsqu’un homme écoute la parole du royaume et ne la comprend pas, le malin vient et enlève ce qui a été semé dans son coeur : cet homme est celui qui a reçu la semence le long du chemin.

Apocalypse 1-3 : Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites ! Car le temps est proche.

Qu'est-ce qui distingue le quatrième terrain des trois autres ?

Marc 4 -- 20 : D’autres reçoivent la semence dans la bonne terre ; ce sont ceux qui entendent la parole, la reçoivent, et portent du fruit, trente, soixante, et cent pour un.

Luc 8 -- 15 : Ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont ceux qui, ayant entendu la parole avec un coeur honnête et bon, la retiennent, et portent du fruit avec persévérance.

Ce qui distingue réellement et permet d'identifier le quatrième terrain des trois premiers : c'est sa profondeur. Il a été labouré, c’est à dire travaillé en profondeur, toutes ses mauvaises racines, toutes les pierres ont été arrachées, extraites. Cela signifie que tout le passé ancestral de cette personne, de ce coeur, a été mis ou amener à la lumière de christ par la repentance et la délivrance. Cette personne s'est repentie du péché de ses ancêtres, elle a renoncé à cet héritage, et reçu la délivrance. Cette personne n'est plus soumise à la loi du péché ou à la puissance du péché de ses ancêtres. Sa chair est crucifiée. La puissance du péché n'a plus d'emprise ou de domination sur sa vie. Certes il lui arrive encore de péché, mais de moins en moins. Et quand cela lui arrive elle sait que Dieu est fidèle pour pardonner et purifier de tout péché. Cette personne connaît son avocat : Jésus. Comme Paul elle peut dire selon Galates 2- 20 : J’ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi ; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui–même pour moi.

1 Jean 3- 6 : Quiconque demeure en lui ne pratique pas le péché.

1 Pierre 1-13 et 18 : Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu ; il a été mis à mort quant à la chair, et rendu vivant quant à l’Esprit,

Les trois autres terrains : sont des terrains durs, pierreux, ou croissent les épines (signe de malédiction) ce sont des terrains où la repentance des péchés des ancêtres n'a pas été pratiquées ou insuffisamment. Le poids du péché des ancêtres, de chacune de nos lignées familiales plombe la terre de nos cœurs, et l’a rend imperméable à la vie de Dieu,  c'est-à-dire à la bonne nouvelle de l'évangile, à la vie du royaume de Dieu.

Plomber ou plombage signifie : opération qui consiste à garnir de plomb, ou action de sceller avec un sceau de plomb, cette action consiste à rendre imperméable ou impénétrable. Pensons à l’amalgame qui bouche le trou d’une dent. Il en est de même pour le péché de nos ancêtres. Cela est vrai en partie car ces péchés vont continuer à produire des fruits sans nos vies.

Le terrain des cœurs de ces personnes reste superficiel et sans profondeur. Dans ces cœurs la parole de Dieu n'est pas reçue avec douceur. Les œuvres de la chair ont encore des racines qui produisent des fruits selon leur nature et étouffent la semence de Dieu, c'est-à-dire sa parole.

Nous avons entendu bien des fois la liste des œuvres de la chair, selon Galates 5 -- 18 à 21 : En effet, un comportement inspiré par l’être instinctif est facile à reconnaître ; on sait bien de quoi est capable l’homme livré à ses penchants naturels ; ce sont d’abord les pensées impures, la sensualité, l’immoralité, l’indécence, le libertinage, l’adultère, la débauche.

 C’est ensuite l’adoration de faux dieux, les superstitions, l’occultisme, la sorcellerie et la magie. Puis ce sont les inimitiés, les discordes et les querelles, la jalousie, le mauvais caractère, les accès de colère, les intrigues, les cabales, les rixes, les rivalités inspirées par des ambitions égoïstes et aboutissant à des dissensions et des scissions dans l’Eglise. C’est l’esprit de parti, le sentiment d’être seul dans la vérité, ce sont les fausses doctrines et leur cortège de divisions.

 C’est la haine, l’envie, l’ivrognerie, la gloutonnerie, les beuveries, les ripailles et autres excès de ce genre. Je ne puis que répéter ce que j’ai déclaré jadis à ce sujet : celui qui commet de telles actions n’a aucune part à l’héritage du Royaume de Dieu.

Cette liste nous la rappelons encore aujourd'hui, parce qu'elle existe, en partie dans beaucoup de vie. Une lutte ou une domination de ses œuvres qui resurgissent dans des situations propices. Tant que nous ne nous sommes pas repentis, des œuvres de la chair de nos ancêtres, de notre lignée familiale, elles ont de l’emprise et de la domination sur nos vies. Même si nous devenons une nouvelle création. Nous en avons déjà parlé avec eux DSK, ces œuvres resurgissent et nous rattrapent. Maintenant écoutons le témoignage de Patrick poivre d'Arvor publiée sur Internet : Patrick Poivre d'Arvor Actuellement aux commandes de La Traversée du Miroir sur France 5, il revient à l'antenne sur France 3 en prime-time, et pourtant, il ne parvient pas à palper le bonheur que sa situation professionnelle lui offre. Il est triste, lugubre.

En proie à une mélancolie depuis sa plus tendre enfance, PPDA se confie sur cette tendance dans son dernier livre, une tendance suicidaire qu'il explique comme un héritage familial. L'expression des sentiments est sortie le 3 novembre chez Stock, un ouvrage consacré à sa mère. Madeleine-France est morte le 16 juillet dernier à l'âge de 86 ans.

Patrick Poivre d'Arvor, dévasté par le chagrin, y exprime son désir régulier d'en finir. Une pulsion contre laquelle il lutterait en fait depuis toujours. Au micro de RMC, il tenait ces propos : "Quand vous souffrez trop, vous avez envie de disparaître, que ça s'arrête..."

Dans sa famille, outre sa fille Solenne, qui s'est suicidée en 1995, de nombreux autres cas de mort par choix sont à compter, malheureusement. Certains de ses aïeux, oncles, cousins, neveux...

Ainsi, PPDA écrit : "Je me sens proche de tous ces petits frères ou petites sœurs de souffrance. Parfois j'aimerais les rejoindre, au paradis des vies brisées. (...) Et puis je me retiens au bord du gouffre parce que je pense à la peine des rares êtres qui tiennent à moi."

2 Corinthiens 4 -- 2 : Nous rejetons les choses honteuses qui se font en secret, nous n’avons point une conduite astucieuse, et nous n’altérons point la parole de Dieu. Mais en publiant la vérité, nous nous recommandons à toute conscience d’homme devant Dieu.

Il existe un deuxième héritage ancestral qui s'attache à nos vies : ce sont des péchés attachés à notre culture, à la culture de notre pays, ou à la culture de notre tribu etc. car Satan a mis en place des esprits territoriaux qui influencent les personnes qui sont sous leur domination.

Nous avons à nous repentir également des péchés ou des pratiques des assemblées que nous avons fréquentées ainsi que des mauvais enseignements sur lesquelles sont posées nos fondations.

Dieu a un ennemi qui sème également sa semence dans le champ de Dieu. Sa semence a pour but d'étouffer, faire douter, tendre la parole de Dieu, rendre incrédule, rebelle, nous souille et tente de nous faire croire que Dieu est menteur. La semence de l'adversaire de Dieu est toujours présentée avec un emballage séduisant qui se nomme bien sur la séduction afin de nous entraîner dans la convoitise, l’envie, éveil le désir des sens, c'est-à-dire de la chair corrompue par le péché :

Marc 4 --  19 : mais en qui les soucis du siècle, la séduction des richesses et l’invasion des autres convoitises, étouffent la parole, et la rendent infructueuse.

1 Jean 2 -- 16 et 17 : car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde.

 Et le monde passe, et sa convoitise aussi ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement.

1 Jean 3 –7 et 8 : Petits enfants, que personne ne vous séduise. Celui qui pratique la justice est juste, comme lui–même est juste.

8  Celui qui pratique le péché est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les œuvres du diable.

1 Timothée 4 --1 : Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques–uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons,

2 Jean 7 : Car plusieurs séducteurs sont entrés dans le monde, et ne déclarent pas publiquement que Jésus–Christ est venu en chair. Celui qui est tel, c’est le séducteur et l’Antéchrist.

Genèse 3-13 : Et l’Eternel Dieu dit à la femme : Pourquoi as tu fais cela ? La femme répondit : Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé.

Esaie 47- 10 : Tu avais confiance dans ta méchanceté, Tu disais : Personne ne me voit ! Ta sagesse et ta science t’ont séduite. Et tu disais en ton cœur : Moi, et rien que moi !

Séducteur : celui qui corrompt, imposteur, trompeur qui amène à l'erreur.

Séduction : artifice, égarement, être égaré, dans l'égarement, qui amène à s'égarer hors du droit chemin, erreur qui se montre dans l'action, le choix, les motivations, met en éveil les sens, les sentiments, les émotions, fait perdre le bon sens,  viol la conscience.

La séduction du péché endurci : Hébreux  3- 13 : Mais exhortez vous les uns les autres chaque jour, aussi longtemps qu’on peut dire : Aujourd’hui ! Afin qu’aucun de vous ne s’endurcisse par la séduction du péché.

Ephésiens 4 -- 14 : ainsi, nous ne serons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction,

15  mais en professant la vérité dans l’amour, nous croîtrons à tous égards en celui qui est le chef, Christ.

Être séduite : être dans l'illusion, se jouer de ou être le jouet de... Être entre les mains ou la manipulation d'un homme, d'une femme, de la convoitise de la chair, surprendre, s'éloigner de Dieu, peut mener à l'apostasie, conduire au loin d'une manière séduisante.

Convoitise : éprouver un désir ardent, désiré avec ardeur... Soit nous pouvons être le convoiteur où désirer être convoité, éprouvés de la joie à être convoité. La convoitise mobilise le siège des émotions et des passions, elle rend esclave. Un convoiteur nous pouvons dire que c'est un homme vorace.

Ecoutons la fable du corbeau et du renard de Jean de la Fontaine. Nous découvrons que derrière toutes séductions il y a de la ruse, de la manipulation, des paroles de tromperies, de flatteries, pour obtenir ou subtiliser quelque chose à une ou des personnes :

 Maître corbeau, sur un arbre perché, Tenait en son bec un fromage.
Maître renard par l'odeur
alléché , Lui tint à peu près ce langage :
 «
Et bonjour Monsieur du Corbeau. Que vous êtes joli! Que vous me semblez beau! Sans mentir, si votre ramage.    Se rapporte à votre plumage, Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois»
A ces mots le corbeau ne se sent pas de joie; Et pour montrer sa belle voix, Il ouvre un large bec laisse tomber sa proie.
Le renard s'en saisit et dit: "
Mon bon Monsieur, Apprenez que tout flatteur. Vit aux dépens de celui qui l'écoute:
Cette leçon vaut bien un fromage sans doute." Le corbeau
honteux et confus . Jura mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

J'ai assisté à une prise de possession : ce passage est tiré du livre. J’ai vu le royaume des démons. Dont l’auteur est : Howard Pitman. Diffusion Impact de la foi. Chemin neuf. 32140 Masseube

Franchissant le mur dimensionnel, nous nous trouvâmes dans une autre salle du même hôpital où reposait mon corps. Ce n'était pas une chambre de malades mais un local réservé au personnel. Il y avait là deux personnes : un jeune homme et une jeune femme. Mais nous nous sommes approchés jusqu'à moins d'1 mètre d’eux, de sorte que nous aurions pu les toucher. Je pouvais entendre toutes leurs paroles mais ils ne pouvaient ni me voir, ni m'entendre, ni sentir la présence des anges. Ils étaient loin de penser que nous étions la. Et ils se croyaient tout à fait seuls.

 Je ne pouvais pas l'avertir :

Entre les deux se tenait la plus répugnante des créatures. Mais ils n’en n'avaient nullement conscience. Cela ressemblait à une énorme grenouille verte, enflée et difforme. L'homme et la femme bavardaient et riaient comme s'ils venaient d’échanger une plaisanterie. Le démon, lui, se trouvait entre les deux et se déplaçait  en direction du visage de l'homme. Son mouvement était précis, calculé, semblable à celui d'un chat qui guette un oiseau. L'homme ne le voyait pas et ne se doutait pas de ce qui allait se produire. J'étais tout proche mais sans pouvoir l'avertir, incapable qu'il était de m'entendre. La communication était impossible parce que moi, j'étais purement esprit. Le démon, ayant atteint la hauteur du visage, telle une bouffée de fumée disparue au travers de la figure de cet homme, comme s'il était entré dans le pore de sa peau. L’ange me dit : « voilà, c'est fait, il est pris » comme je  m’éloignais les anges parlèrent de la volonté souveraine de cet homme de, et de la manière don le démon s'était fait passer pour beau, attrayant et désirable, tel était son champ de compétence. L'ange m'expliqua que cet individu, par sa propre volonté avait explicitement donné accès à cette chose qui semblait si séduisante. Mais moi, je l'avais vue telle qu'elle était, indiciblement laide et répugnante. Combien, Oh ! Combien de temps encore les humains refuseront-ils de croire ? Si seulement ils voulaient se rendre compte de  la véracité de la Bible ! Combien sont subtiles et trompeuses les ruses de notre adversaire, le diable !

Compagnon invisible.

Ce spectacle ressemblait à une chasse, mais pas celle de l'homme face à l'animal. Ici, l'individu était bien situé comme cible. Chaque victime avait été habilement étudiée et chaque faiblesse cataloguée avec précision. Les tentateurs, pour chaque point faible des victimes ont reçu leur tâche. Ils suivent la victime, guettant l'instant où elle sera le plus vulnérable et mettra le pied dans le piège préparé. Ils attendent qu’elle soit dans une position de faiblesse, réceptive à la tentation et, alors, il lui saute dessus.  La victime n'est jamais laissée seule, car le démon, une fois sa tâche assignée, ne quitte plus l'individu choisi comme cible. Peu importe où arrive la personne, elle a toujours un compagnon de voyage. Dans bien des cas, c'est toute une armée. Oh ! Homme de chair si seulement tu pouvais voir qui fait route avec toi !

 

Publié dans guérison de l'âme

Commenter cet article

OUEDRAOGO Richard 24/11/2011 13:26


Je vous remercie infiniment pour vos enseignements.Depuis que j'ai découvert votre site je suis richement béni.Continuez d'être inspiré dans tout ce que vous faites .Votre Récompense sera très
grande.Richard O.Burkina Faso