Apprenons à résister à la tentation

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

La Bible nous dit dans 2 corinthiens 5-17 : Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle création. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.

C’est-à-dire que nous recevons, lors de la nouvelle naissance, la nature de Christ ressuscité. Celui qui a vaincu, désarmé la puissance du péché, vaincu notre adversaire et notre ancien maître : Satan et ses démons. Pour Jésus tout est accompli, dans les lieux célestes ou dans le monde spirituel.

Quand nous acceptons de nous repentir de nos péchés et acceptons Jésus comme sauveur et Seigneur de notre vie, nous recevons un esprit nouveau,  mais toute notre âme est remplie de notre ancienne vie. Comme les Hébreux dans le désert, ils étaient libérés, physiquement, sur le plan géographique également, mais leur âme était restée pleine de l'Égypte : de sa culture, de l'influence de ses dieux, et de tous les souvenirs des coups, de la maltraitance qu'ils avaient subie. En 40 ans de désert, deux seuls, parmi tous, ont réussi à sortir l'Égypte de leur âme.

Nous, qui avons reçu Jésus comme sauveur et Seigneur de notre vie, une nouvelle une vie commence, la vie éternelle. Toute notre vie il nous faudra veiller, combattre, pour gagner le combat sur la tentation de retourner en Égypte. C'est à dire de redonner vie aux puissances du mal dans nos vies, ou de céder à leur tentation de céder au péché à nouveau.

Jésus nous prévient. Dans l'Apocalypse, il adresse une lettre aux anges  des sept églises, dont le contenu varie selon la situation de ces églises.

Mais aux sept églises, Il adresse la même recommandation et la même promesse :

Apocalypse 2 --7 : Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises ! Au vainqueur, je donnerai de manger de l’arbre de la vie qui est dans le paradis de Dieu.

Apocalypse 2 -- 11 : Le vainqueur n’a rien à craindre de la seconde mort.

Apocalypse 2 -: 17 : Au vainqueur, je donnerai de la manne cachée et un caillou blanc ; sur ce caillou est écrit un nom nouveau que personne ne connaît, sinon celui qui le reçoit.

Apocalypse 2 -- 26 : Au vainqueur, à celui qui garde mes œuvres jusqu’à la fin, je donnerai pouvoir sur les nations.

Apocalypse 3 --5 : Ainsi le vainqueur sera habillé de vêtements blancs ; je n’effacerai jamais son nom du livre de la vie, je reconnaîtrai son nom devant mon Père et devant ses anges.

Apocalypse 3 -- 12 : Le vainqueur, j’en ferai une colonne dans le sanctuaire de mon Dieu, et il n’en sortira jamais plus. J’écrirai sur lui le nom de mon Dieu et le nom de la ville de mon Dieu, la Jérusalem nouvelle qui descend du ciel d’auprès de mon Dieu, ainsi que mon nom nouveau.

Apocalypse 3 -- 19 : Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle, et repens-toi.

A ces sept églises Jésus leur demande de vaincre ou de se repentir, non pas une seule fois, mais tous les jours, et de terminer la course  sur cette terre en vainqueur.

Certains douteront de la possibilité d'accomplir ces paroles. Ils vont les  trouver contraignantes. Mais elles sont en accord avec le « tout est accompli de Jésus sur la croix » dans les lieux célestes. Maintenant, avec l'aide du Saint esprit c’est à chacun de nous d’amener la victoire  divine du tout est accompli dans nos vies. Nous devons réagir.

2 Corinthiens 6 -- 17 et 18 et 7- 1 : C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez vous, dit le Seigneur ; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.

 Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout–puissant.

 Ayant de telles promesses, bien–aimés, purifions nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu.

Quatre verbes d’actions sont à retenir : sortez, séparez vous, ne touchez pas, et purifions nous en achevant, notre sanctification dans la crainte de Dieu. Ne confondons pas la sainteté et la sanctification. La sainteté, nous la recevons quand nous accueillons Jésus dans nos vies vient avec sa nature et nous devenons des saints, et pour cela nous n’avons pas d’effort à produire, pas plus qu’un pommier à produire des pommes. La sanctification commence avec le renouvèlement de nos pensées, de notre veine manière de vivre, par la parole de Dieu. Elle continuera tous les jours de notre vie. La résistance à la tentation en fait partie. Nous avons besoin de délivrance, de guérisons etc. la sanctification s’opère, avec notre participation bien sur,  en laissant le Saint-Esprit agir dans nos vies.

Jérémie 18- 3-4 : Je descendis dans la maison du potier, Et voici, il travaillait sur un tour. Le vase qu’il faisait ne réussit pas, Comme il arrive à l’argile dans la main du potier ; Il en refit un autre vase, Tel qu’il trouva bon de le faire.

Sachons et souvenons nous que nous avons un adversaire qui rôde et cherche qui dévorer. Il est patient, persévérant, il attend les moments de faiblesses ou de sommeil spirituel dans nos vies pour agir.

Il est vaincu, désarmé par Jésus.

Colossiens 2 -- 15 : il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix. Il continue d’agir dans la limite que Dieu lui permet. Son action va consister à nous séduire, à nous faire goûter du fruit défendu. Chaque tentation de péché commence presque toujours par une séduction, l’envie, la convoitise dans le domaine des œuvres de la chair, dont nous parlent Galates :

5 -- 19 à 21 : Or, les œuvres de la chair sont évidentes ; ce sont la débauche, l’impureté, le dérèglement,

20  l’idolâtrie, la magie, les rivalités, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes,

21  l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu.

Il s'est que tous ceux qui se livrent à de telles choses se disqualifient et ils n’hériteront pas du royaume de Dieu. Ils passeront l’éternité avec lui, dans le feu de l'enfer. Son désir et son action consiste en entrainer le maximum avec lui.

Hébreux 12- 4 : nous dit vous n'avez pas encore lutté jusqu'au sang, en luttant contre le péché.

Voici l'exemple de Jésus qui s'est battu jusqu'au sang pour lutter contre la tentation qui consistait à lui faire refuser la croix.

Luc 22 -- 44 : Etant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre.

Matthieu 26 -- 38 : Il leur dit alors : Mon âme est triste jusqu’à la mort ; restez ici, et veillez avec moi.

 Il est dans l’agonie à cause de combat, et il éprouve la tristesse de la mort dans son âme. Il demande à ses proches de continuer de prier et de veiller. Il a besoin de réconfort,  pour échapper à la tentation et que la volonté du Père s’accomplisse. C'est-à-dire boire la coupe amère de nos péchés.

Maintenant resituons ce verset dans son contexte : Matthieu 26 -- 37 à 46 : Là–dessus, Jésus alla avec eux dans un lieu appelé Gethsémané, et il dit aux disciples : Asseyez vous ici, pendant que je m’éloignerai pour prier.

 Il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, et il commença à éprouver de la tristesse et des angoisses. Il leur dit alors : Mon âme est triste jusqu’à la mort ; restez ici, et veillez avec moi. Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi : Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.

 Et il vint vers les disciples, qu’il trouva endormis, et il dit à Pierre : Vous n’avez donc pu veiller une heure avec moi ! Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation ; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible. Il s’éloigna une seconde fois, et pria ainsi : Mon Père, s’il n’est pas possible que cette coupe s’éloigne sans que je la boive, que ta volonté soit faite ! Il revint, et les trouva encore endormis ; car leurs yeux étaient appesantis.

 Il les quitta, et, s’éloignant, il pria pour la troisième fois, répétant les mêmes paroles.

 Puis il alla vers ses disciples, et leur dit : Vous dormez maintenant, et vous vous reposez ! Voici, l’heure est proche, et le Fils de l’homme est livré aux mains des pécheurs.

 Levez vous, allons ; voici, celui qui me livre s’approche.

Jésus est effrayé par la coupe à boire, c'est-à-dire passé par la croix pour notre salut. De toute éternité Jésus est l'agneau immolé.  De toute éternité l’immolation de l’Agneau est accomplie dans le ciel. Jésus est d'accord, il est venu sur la terre pour mourir sur une croix. Maintenant cela va s'accomplir sur la terre, c'est-à-dire dans le corps de Jésus qui va être immolé sur la croix. Jésus voit dans son âme les souffrances de tous ordres qui l'attendent et qu’il va subir : les moqueries, les insultes, les coups de fouet, les clous dans ses mains et ses pieds. C'est-à-dire la coupe amère de nos péchés droit boire. À trois reprises il demande au Père d’éloigner  cette coupe, mais à chaque fois il  soumet sa volonté au Père : non pas ce que je veux, mais ce que tu veux :

Matthieu 26 – 42 : Il s’éloigna une seconde fois, et pria ainsi : Mon Père, s’il n’est pas possible que cette coupe s’éloigne sans que je la boive, que ta volonté soit faite ! Ce combat  à duré  trois heures.

Hébreux 12 -- 2 à 4 : ayant les regards sur Jésus, qui suscite la foi et la mène à la perfection ; en échange de la joie qui lui était réservée, il a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu.

Considérez, en effet, celui qui a supporté contre sa personne une telle opposition de la part des pécheurs, afin que vous ne vous lassiez point, l’âme découragée.

 Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang, en luttant contre le péché.

Dans le combat contre la tentation d'esquiver la croix, Jésus avait besoin d'être entouré.  Ne restons pas seul, dans certains combats contre la tentation, nous aussi nous avons besoin d'être entouré par des personnes qui ne nous jugerons pas, c'est-à-dire des personnes qui ont le cœur du Père ou la compassion de Jésus. Jésus prit avec lui  trois de ses disciples les plus proches, à qui il a demandé de veiller et de prier avec lui, pour lui et pour eux mêmes.

Matthieu 26 -- 37 : Il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, et il commença à éprouver de la tristesse et des angoisses.

Ses disciples ont été défaillants, Dieu lui envoie à un ange.

Luc 22—43 : Alors un ange lui apparut du ciel, pour le fortifier. Nous aussi demandons au Père de nous envoyer le secours des anges quand nous sommes dans la tentation, ou quand nous ne savons pas à qui nous confier ou avoir du secours. Demandons à Dieu que ses anges ferment le chemin qui nous à la mort, via la tentation.

Jésus a gagné le combat contre la tentation à partir du moment où il a soumit sa volonté au Père. Ce doit être un exemple pour nous. D’autre part, Jésus bien qu’il soit le fils de Dieu, savait qu’il avait besoin d’être soutenu. Ses disciples ont été défaillants, le Père lui a envoyé le secours d’un ange. Si Jésus n’avait pas soumis sa volonté à son Père sa mission aurait échoué et notre destinée serait toujours la mort éternelle, et non la vie éternelle.

La tentation peut venir d’un ami très proche, qui joue le rôle d’un faux sauveur. Sachons que le diable sait ou saura mettre sur notre route un faux ou des faux sauveurs, dans les moments de tentation, pour nous égarer, et nous éloigner de la volonté de Dieu. Cela vient tout droit de l’enfer, de Babylone, c’est l’esprit de la bête ou l’antéchrist qui se manifeste à travers un faux sauveur qui manifestera une compassion, une compassion charnelle:

Matthieu 16-  21 à 23 : Dès lors Jésus commença à faire connaître à ses disciples qu’il fallait qu’il aille à Jérusalem, qu’il souffre beaucoup de la part des anciens, des principaux sacrificateurs et des scribes, qu’il soit mis à mort, et qu’il ressuscite le troisième jour.

 Pierre, l’ayant pris à part, se mit à le reprendre, et dit : A Dieu ne plaise, Seigneur ! Cela ne t’arrivera pas.

 Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre : Arrière de moi, Satan ! Tu m’es en scandale ; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes. Alors Jésus dit à ses disciples : Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui–même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive. Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera.

 Et que servirait-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perdait son âme ? Ou, que donnerait un homme en échange de son âme ?

Les pensées de Pierre n'étaient pas encore régénérées, c'est est un homme charnel, émotionnel, impulsif, malléable entre les mains de Satan. Pierre avait sûrement de l'amour pour Jésus, mais un amour charnel, qui lui  fait exprimer une fausse compassion, une compassion diabolique. De ce fait le diable n'a eu aucune peine à le faire se lever comme faux sauveur en faveur de Jésus.

Jésus était venu sur terre pour être le Sauveur promis depuis des siècles, par Dieu lui-même. Nous pouvons le constater tout au long de l'Ancien Testament. Jésus annonce  ce qui va se passer maintenant, c'est-à-dire que l'épreuve de la croix approche pour lui. Il confie ce qui va se passer maintenant. Il doit monter à Jérusalem pour y mourir. Il s'est qu'elle mort l'attend. Il s'est tout ce qu'il doit souffrir de la part des hommes, mais aussi de la part de la puissance des ténèbres, tout cela est écrit dans le psaume 22. Le diable sait que Jésus, le fils de Dieu, est celui qui va le vaincre, le dépouiller de son autorité, le désarmer. Alors il lui faut absolument trouver un agent c'est-à-dire un homme à qui il va communiquer ses  pensés. Il va utiliser Pierre pour détourner Jésus de la croix, sous forme de parole de compassion, d'amour. Pierre entre les mains de Satan est manipulé, il le fait vibrer dans ses émotions d'une compassion charnelle, émotionnelle, diabolique. C'est pourquoi Jésus va reprendre Pierre d'une manière que certains trouvent dur : arrière de moi, Satan ! Tu mets en scandale, car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes. Alors méfions-nous des fausses compassions que nous pouvons ressentir dans nos émotions et non pas dans nos entrailles, car le diable va chercher à nous employer comme un ou des faux Sauveur dans des situations que traversent certaine personne de notre entourage. Surtout quand il s'agit d'une femme envers un homme en difficulté. Elle va ressentir de la compassion, dans ses émotions en faveur de cet homme. Elle le prendra en pitié. Le diable saura l'employer comme faux Sauveur avec une  fausse compassion, une compassion charnelle qui prendra la place du véritable Sauveur : Jésus.

Publié dans guérison de l'âme

Commenter cet article