Allez aussi à ma vigne, leur dit-il

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Cette parabole nous présente ou nous révèle les principes du royaume de Dieu, ou le cœur du Père. Elle nous montre ce que devrait-être l’Eglise ou l’Epouse de Christ : une nurserie, un hôpital, un lieu d’accueil pour les ouvriers de la onzième heure, les publicains, les blessés de la vie, les drogués, les divorcés, soit dans le naturel ou le spirituel, les orphelins et les veuves, les prostituées etc. n’oublions pas, également une base de lancement, la colonne et l’appui de la vérité. C'est-à-dire ce que Jésus a proclamé de lui-même dans la synagogue de Nazareth :

Luc 4 :18 et 19 : L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé

  Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés, Pour publier une année de grâce du Seigneur.

 Il le demande aujourd’hui à l’Eglise, c'est-à-dire son Epouse.

Ne nous focalisons pas trop sur l’enlèvement, mais concentrons nos efforts sur la recommandation que Jésus adresse aux sept églises de l’Apocalypse : A celui qui vaincra… Jésus le répète sept fois : Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises, et à chacun de nous, bien sur.

Pour vaincre, il faut combattre le bon combat, c’est le combat de la persévérance, le combat de l’Esprit, et non le combat de la chair.

Dans les évangiles, à plusieurs reprises, Jésus  prévient  les pharisiens, que les publicains et les prostituées, les précéderont dans le royaume de Dieu. Cet avertissement est toujours d’actualité. Il s’adresse à nous aujourd’hui Ce n’est pas les biens portants qui ont besoin de médecins.

Matthieu 21-31 et 32 : Et Jésus leur dit : Je vous le dis en vérité, les publicains et les prostituées vous devanceront dans le royaume de Dieu.

Car Jean est venu à vous dans la voie de la justice, et vous n’avez pas cru en lui. Mais les publicains et les prostituées ont cru en lui ; et vous, qui avez vu cela, vous ne vous êtes pas ensuite repentis pour croire en lui.

La bible nous en donne un exemple avec Rahab, dite la prostituée, elle a été la seule  personne qui a été préservée de la destruction, lors de la prise de Jéricho.

Pourquoi ? Elle a été la seule à croire dans le vrai Dieu. Aujourd’hui, nous la retrouvons parmi les héros de la foi, dans le chapitre 11 du livre des Hébreux, verset : 31 : C’est par la foi que Rahab la prostituée ne périt pas avec les rebelles, parce qu’elle avait reçu les espions avec bienveillance.
Matthieu 19 : 30 «Plusieurs des premiers seront les derniers, et plusieurs des derniers seront les premiers. »

Parabole des ouvriers de la vigne. Matthieu 20 : 1 à 16
«Car le Royaume des Cieux est semblable à un maître de maison qui sortit dès le matin, afin de louer des ouvriers pour sa vigne. Il convint avec eux d’un denier par jour, et il les envoya à sa vigne.  Il sortit vers la troisième heure, et il en vit d’autres qui étaient sur la place sans rien faire. Il leur dit : Allez aussi à ma vigne, et je vous donnerai ce qui sera raisonnable. Et ils y allèrent. Il sortit de nouveau vers la sixième heure et vers la neuvième, et il fit de même. Étant sorti vers la onzième heure, il en trouva d’autres qui étaient sur la place, et il leur dit : Pourquoi vous tenez vous ici toute la journée sans rien faire ?
Ils lui répondirent : C’est que personne ne nous a loués. Allez aussi à ma vigne, leur dit-il.

Quand le soir fut venu, le maître de la vigne dit à son intendant : Appelle les ouvriers, et paye-leur le salaire, en allant des derniers aux premiers. Ceux de la onzième heure vinrent, et reçurent chacun un denier. Les premiers vinrent ensuite, croyant recevoir davantage ; mais ils reçurent aussi chacun un denier.
En le recevant, ils murmurèrent contre le maître de la maison, et dirent : Ces derniers n’ont travaillé qu’une heure, et tu les traites à l’égal de nous, qui avons supporté la fatigue du jour et la chaleur. Il répondit à l’un d’eux:

Mon ami, je ne te fais pas tort ; n’as tu pas convenu avec moi d’un denier pour une journée? Prends ce qui te revient, et va–t’en.

Je veux donner à ce dernier autant qu’à toi. Ne m’est il pas permit de faire de mon bien ce que je veux ? Ou vois-tu d’un mauvais œil que je sois bon ?
Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers. »
 Ce n’est pas une loi, même spirituelle, ce n’est pas obligatoire. C’est une conséquence de notre attitude de cœur. C’est nous qui choisissons d’être qualifié ou disqualifié, d’être dans la catégorie des derniers ou des premiers. Jésus nous donne la méthode ou le mode d’emploi, selon les principes du royaume de Dieu, soit pour nous tenir dans les premiers ou soit dans les derniers

Dieu appelle (ou embauche), la réponse nous appartient. La réclamation des ouvriers de la première heure dévoile leur caractère, ils vivent sous la loi. Ils demandent que la loi soit appliquée. Car ils ont été traité avec Justice, ils protestent parce que d’autres sont traités avec bonté. C'est-à-dire par grâce non méritée, et non selon la loi.
Situons les personnages de cette parabole de la vigne :
-Le maître de maison : c’est Dieu le Père. Jésus, nous présente le Père comme étant le vigneron (Jean 15- 1)
-La vigne : c’est l’Église ou l’Épouse de Christ.
-Les ouvriers : chacun d’entre nous.
L’intendant : c’est Jésus.

Dans les ouvriers, nous remarquons deux catégories :
1.        Ceux qui pensent mériter les bénédictions de Dieu, comme un salaire, à cause de la somme de travail accomplie, de la sueur versée. Dans cette catégorie, la bible nous présente le comportement et le caractère du fils ainé, dans la parabole du fils prodigue :

Luc 15- 29 : Mais il répondit à son père : Voici, il y a tant d’années que je te sers, sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis.
2.        Ceux qui croient, espèrent dans la grâce, reconnaissent que c’est une faveur de servir Dieu, avec toutes nos imperfections, nos faiblesses.
Qui sont les ouvriers de la 11ème heure ?
Nous constatons  4 embauches successives :
1ère = dès le matin, c'est-à-dire à 6 heures
2ème= 3ème heure, c'est-à-dire à 9 heures
3ème= 6ème heure, c'est-à-dire à 12 heure ou midi
4ème= 11ème heure, c'est-à-dire à 17 heure, ou à une heure de la fin de la journée.
 C’est dernier sont des rejetés, des abandonnés, des handicapés physiques ou mentaux, émotionnels, des âmes blessées, brisées, qui vivent dans la honte ou des personnes sans diplôme parce qu’ils n’ont pas pu faire d’études, sans qualification, sans relations, des exclus, c’est à dire des personnes, que l’on situe facilement dans le bas de l’échelle sociale ou des marginaux.
Écoutons leur réponse à la question suivante:

 Pourquoi vous tenez vous toute la journée sans rien faire ?

C’est que personne ne nous a loués, ou personne ne s’intéresse à nous, ou nous n’intéressons personne.
Peut-être à cause de leur caractère, de leur fragilité physique, manque de qualifications, manque d’apparence, couleur de peau, ceux qui restent après 3 tris. Ils attendent d’abord une reconnaissance, avant  un salaire. Une grâce leur est offerte.    L’homme regarde à l’apparence, à la beauté physique, au poids des muscles.
1 Samuel 16. 6 à 13 : lorsqu’il rentra chez Isaï, il se dit, en voyant Eliab : Certainement voici l’oint de l’Eternel. Et l’Eternel dit à Samuel : ne prends point garde à son apparence et à la hauteur de sa taille, car je l’ai rejeté. L’Eternel ne considère pas ce que l’homme considère ; l’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Eternel au cœur. Isaï appela Abinadad, et le fit passer devant Samuel ; et Samuel dit : L’Eternel n’a pas non plus choisi celui-ci. Isaï fit passer sept de ses fils devant Samuel ; et Samuel dit à Isaï : L’Eternel n’a choisi aucun d’eux. Puis Samuel dit à Isaï : Sont ce là tous tes fils ? Et il répondit : il reste encore le plus jeune, mais il fait paître les brebis. Alors Samuel di à Isaï : envoie le chercher car nous ne installeront pas avant qu’il ne soit venu ici. Isaï l’envoya chercher. Or il était blond, avec de beaux yeux et une belle figure. L’Eternel dit à Samuel lève toi, oins le car c’est lui.
Verset 7 : c’est que personne n’a voulu de nous.
Avec Dieu, il faut toujours se souvenir de ceci :
1.        Je ne suis pas venu pour ceux qui se portent bien, mais pour les malades. Matthieu 9 : 12.
2.        La pierre rejetée par les bâtisseurs est devenue la principale de l’édifice : 1 pierre 2 : 24 ou Matthieu 21 : 40-44.
C’est encore vrai aujourd’hui.
Seigneur tu ne change pas, ta parole ne change pas et ce que tu dis dans ta parole, tu l’appliques : Ceux qui sont rejetés par les hommes, toi Seigneur, tu les accueilles, les aimes, les guérit et les établis, les qualifies pour travailler à ta vigne.
3.        Le royaume est ouvert à tous ceux qui sont pauvres. C'est-à-dire à tous ceux qui se reconnaissent pauvres comme ces ouvriers de la 11ème heures.
Matthieu 5 : «Heureux ceux à qui il manque quelque chose. »

Remise des salaires
Image du verset 2 Corinthiens 5 : 10 Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il a fait, étant dans son corps : évaluation des œuvres contraire du tribunal de Dieu :
Apocalypse 22- 12 : Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon son œuvre.
a)        Attention aux murmures
Verset 11 ; En recevant, leur salaire convenu, les derniers murmurèrent  contre le maître de la maison … Prends ce denier et vas t-en.

Murmurer signifie : grogner, récriminer, bougonner, râler, protester, ruer dans les brancards, ronchonner,

Attention aux murmures de ceux qui nous entourent :

Nombres 11-4 : Il y avait parmi le peuple un ramassis d’individus qui furent saisis de toutes sortes de désirs. Alors les Israélites, à leur tour, recommencèrent à pleurer en disant : –– Ah ! Si seulement nous pouvions manger de la viande !

Les murmures nous disqualifient, et nous font sortir du Royaume de Dieu. Les murmures nous rendent hostiles envers Dieu, nous mettent en état de rébellion.

Les murmures nous entraînent dans la revendication ou les revendications. Les revendications nous maintiennent dans la mort. Dans la situation des poules qui regardent vers le bas pour trouver leur nourriture. Dieu nous attend comme des aigles qui s’élèvent au-dessus des circonstances, et se laissent porter par les vents de son Esprit.

Dieu a un bon plan pour nos vies. Le diable nous attire dans un contre dans son contre plan : les murmures nous y conduisent, comme si nous marchions sur un tapis roulant. Les conséquences seront des morsures de serpents, comme les Hébreux dans le désert :

Nombres 14-27 : Jusqu’à quand laisserai-je cette méchante assemblée murmurer contre moi ? J’ai entendu les murmures des enfants d’Israël qui murmuraient contre moi.

Nombres 21- 6 : Alors l’Eternel envoya contre le peuple des serpents brûlants ; ils mordirent le peuple, et il mourut beaucoup de gens en Israël.

Jésus n’a jamais rien revendiquer, pourtant il aurait eut de bonnes raisons, devant les fausses accusations, les moqueries, les coups, par exemple. Jésus a mis sa confiance dans le juste juge, son Père.

Psaume 9-5 : Car tu soutiens mon droit et ma cause, Tu sièges sur ton trône en juste juge.

Jérémie 11-20 : Mais l’Eternel des armées est un juste juge, Qui sonde les reins et les cœurs. Je verrai ta vengeance s’exercer contre eux, Car c’est à toi que je confie ma cause.

 Tant que nous nous tenons dans la revendication, nous prenons la place de Dieu, nous nous tenons dans l’auto- justice juge. La revendication nous lie dans une attitude charnelle, dans une  récolte charnelle. La revendication nous met en état de divorce avec la Parole de Dieu. C’est le reproche que Dieu adresse à Jérusalem :

Ezéchiel 16- 15- 24 et 25 : Mais tu t’es confiée dans ta beauté, et tu t’es prostituée, à la faveur de ton nom ; tu as prodigué tes prostitutions à tous les passants, tu t’es livrée à eux.

Tu t’es bâti des maisons de prostitution, tu t’es fait des hauts lieux dans toutes les places ;

25  à l’entrée de chaque chemin tu as construit tes hauts lieux, tu as déshonoré ta beauté, tu t’es livrée à tous les passants, tu as multiplié tes prostitutions.

Quand nous prononçons le mot murmure … Qu’entendons-nous ? …
Mur, mur, deux fois le mot : mur. Nous établissons des doubles murs de séparations qui s’élèvent entre nous et les hommes, entre nous et Dieu. Par les murmures nous construisons, élevons des murs, ou même nous rétablissons des murs que Dieu a renversés

Un mur reconstruit

Jésus est mort pour abattre le mur de séparation entre nous (païens) et les juifs. Des deux, Dieu en a fait un seul homme nouveau.

Par ce choix de l’empereur Constantin, et ceux du concile de Nicée, et des suivants, à nouveau il y a brisure, rupture, à nouveau le mur de séparation est rétabli :

 

Ephésiens 2 : 11à 14 : C’est pourquoi, vous autrefois païens dans la chair, appelés incirconcis par ceux qu’on appelle circoncis et qui le sont en la chair par la main de l’homme,

Souvenez-vous que vous étiez en ce temps là sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde.

Mais maintenant, en Jésus–Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ. Car il est notre paix, lui qui des deux n’en a fait qu’un, et qui a renversé le mur de séparation, l’inimitié.

 

Le concile de Nicée, a rétabli ce mur de séparation, entre Israël et nous, les nations.

.

 

Jésus élève des colonnes

 

Dieu enlève, abat, renverse les murs, les séparations, les divisions. Les religions bâtissent des murs avec des briques, qui cloisonnent, enferment, isolent. Avec ces murs, elles établissent des dénominations. Les murs sont des obstacles à la lumière, à la communion fraternelle

Jésus nous destine à devenir des colonnes dans le temple de son Père. Une colonne ne coupe pas la communication, elle laisse libre la circulation. Elle représente un soutien solide et un appui.

 

Apocalypse 3- 12 et 13 : Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n’en sortira plus ; j’écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d’auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau.

13  Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises.

 

Citons également :

Proverbes 9- 1 : La sagesse a bâti sa maison, Elle a taillé ses sept colonnes.

Dés maintenant nous sommes appelés à devenir des colonnes :

1 Timothée 3-15 : mais, si je tarde, tu sauras comment il faut se conduire dans la maison de Dieu, qui est l’Eglise du Dieu vivant, la colonne et l’appui de la vérité.

 

Une colonne si nous en faisons le tour, peu importe la direction dans laquelle nous la regardons, devant, derrière, à droite, à gauche, elle est toujours pareille.

C'est la qualité première que l'on devrait retrouver dans nos vies de chrétien. Malheureusement beaucoup de chrétiens sont encore versatiles, changeants, inconstants, fluctuants en fonction de leur humeur.

Une colonne ne  bouge pas, elle reste en place ! Ce sont les merveilleuses qualités spirituelles que Dieu désire trouver dans nos vies :

La stabilité,

La constance et

La fidélité. Voilà trois qualités à développer, afin de caractériser nos vies de croyants.

 

Avec le mur reconstruit, le « tout est accompli » de Jésus sur la croix, se retrouve fortement amputé de son œuvre merveilleuse, glorieuse, rédemptrice.

L’apôtre Paul nous en parle, il appelle cette attitude : marcher en ennemi de la croix :

Philippiens 3-18 : Car il en est plusieurs qui marchent en ennemis de la croix de Christ, je vous en ai souvent parlé, et j’en parle maintenant encore en pleurant.

 

Les murmures peuvent être de l’incrédulité du cœur manifestée face aux promesses de la parole de Dieu.
- Psaumes 78 : 20 à 22 :
Voici, il a frappé le rocher, et des eaux ont coulé, Et des torrents se sont répandus ; Pourra–t–il aussi donner du pain, Ou fournir de la viande à son peuple ?

  L’Eternel entendit, et il fut irrité ; Un feu s’alluma contre Jacob, Et la colère s’éleva contre Israël,

 Parce qu’ils ne crurent pas en Dieu, Parce qu’ils n’eurent pas confiance dans son secours.

 

Les murmures manifestent la rébellion du cœur.
-  Psaumes 106 : 25 : Ils murmurèrent dans leurs tentes, Ils n’obéirent point à sa voix.

Les murmures manifestent la jalousie du cœur.

 Nombres 11 : 1 : Le peuple murmura et cela déplut à l’Eternel. Lorsque l’Eternel l’entendit, sa colère s’enflamma ; le feu de l’Eternel s’alluma parmi eux, et dévora l’extrémité du camp.

 

  Nombres 12 : 14 : Et l’Eternel dit à Moïse : Si son père lui avait craché au visage, ne serait elle pas pendant sept jours un objet de honte ? Qu’elle soit enfermée sept jours en dehors du camp ; après quoi, elle y sera reçue.

 Les murmures retardent l’œuvre de Dieu dans nos vies, et dans la vie du corps de Christ. Dans le cas présent, Myriam, à cause de ses murmures, a bloqué tout le peuple hébreu, pendant sept jours.
-        Oh père, garde moi du murmures et de calculer ce que je fais pour toi. Garde-moi de chercher du prestige dans ce que je fais pour toi.
- Oh père, garde-moi de l’Esprit de mercenaire car tu m’as donné l’Esprit de fils par le Saint-Esprit.
-        Les murmurent montent ou font sortir ce qu’il y a dans nos cœurs… Esprits calculateur, l’esprit de jalousie, de propre justice… Les mauvaises motivations, la mentalité du monde, l’absence de compassion, la sécheresse du cœur.


Commenter cet article