Mardochée et Esther, présentaient toutes les conditions pour vivre l'offense

Publié le par louis trifault

Voici l’exemple d’un homme et d’une femme, qui remplissaient toutes les conditions pour vivre avec un esprit et une mentalité d’orphelin, mais qui ne sont pas tombés dans le piège du diable.

La Bible parle d'une personne, membre de la tribu de Benjamin, qui remplissait toutes les conditions pour vivre avec un esprit et une mentalité d’orphelin. Elle s'appelle Hadassa, elle va devenir la reine Esther.

Elle est juive, orpheline son père et sa mère sont morts. Elle est en déportation  dans le pays de la Perse (aujourd'hui l'Iran) elle a été emmenée en captivité par l'armée ennemie babylonienne, de Jérusalem à  Suze en Perse. Cela ne l'empêchera pas de rentrer dans sa destinée, celle  que Dieu a pour elle : devenir reine dans ce pays ennemi et épouser le roi. Dieu l'employa pour empêcher le massacre de son peuple. L'histoire se passe cinq siècles avant la venue de Jésus. Elle ne bénéficie pas de l'aide du consolateur : le Saint Esprit. Dieu ne l'a pas laissée seule. Il a mis sur sa route un homme, son cousin, nommé Mardochée, qui l'a adoptât et veillât sur sa destinée afin qu'elle s'accomplisse.

-- Esther 2 -- 5 à 7 : il y avait dans la capitale, un juif  nommé Mardochée, de la tribu de Benjamin. Il avait été emmené de Jérusalem parmi les captifs avec Jéchonias, roi de Juda, par Nébucanestsar, le roi de Babylone.

Jérémie 22 -- 24 : je suis vivant! dit l'Eternel, quand Jéchonias fils de Jojakim, roi de Juda serait un anneau à ma main droite, je t’arracherai de là. Je te délivrerai entre les mains de ceux qui en veulent à ta vie, entre les mains de ceux devant qui tu trembles, entre les mains de Nébucanestsar roi de Babylone, entre les mains des chaldéens. Je te jetterai, toi et ta mère qui t'a enfanté, dans un autre pays où vous n'êtes pas nés, et la vous mourrez, mais dans le pays où ils auront le désir de retourner ils ne retourneront pas. Est-il donc un vase méprisé, Brisé, ce Jéchonias?

 Est-il un objet auquel on n’attache aucun prix ? Pourquoi sont-ils jetés, lui et sa postérité, lancés dans un pays qu’ils ne connaissent pas ? Ainsi parle l'Eternel : inscrivez cet homme comme privé d'enfant, comme un homme dont les jours ne seront pas prospère, car nul de ses descendants ne réussira à s'asseoir sur le trône de David et à régner sur Juda.

2 Rois 24 --10 : en ce temps-là, les serviteurs de Nébucanestsar, roi de Babylone, montèrent contre Jérusalem et la ville fût assiégée.  Nébucanestsar arriva dans la ville de Jérusalem pendant que ses serviteurs l'assiégeaient. Alors Jojakim, roi de Juda, se rendit auprès du roi de Babylone, avec sa mère, ses serviteurs, ses chefs et ses eunuques. Et le roi de Babylone le fit prisonnier, la huitième année de son règne. Il amenât en captivité tout Jérusalem, tous les chefs, tous les hommes vaillants, au nombre de 10 000 exilés, avec tous les charpentiers et les serruriers, il ne resta que le peuple pauvre du pays. Il transporta Jojakim à Babylone, et Il amenât captifs de Jérusalem à Babylone la mère roi, les femmes du roi et ses eunuques, et les gardes et les grands du pays.

Le roi Jojakim fit ce qui est mal aux yeux de l'Eternel

Mardochée élevait Hadassa, qui est Esther, fille de son oncle. Car elle n'avait ni père, ni mère. La jeune fille était belle de taille est belle de figure. À la mort de son père et de sa mère, Mardochée l'avait adopté pour fille. Mardochée a toujours veillé sur la vie d'Esther, même devenue  reine. Dieu a placé sur la route d'Esther un vrai père.

Ni l’un, ni l’autre n’avait un désir de vengeance vis-à-vis de leur ennemi, pas de rancune ou d’amertume, ni aucune prise pour l’offense dans leur cœur. Tous les deux ont libérés le pardon à leurs ennemis.

 Un jour l'épouse du roi en place nommé, Assuérus, se révolta contre son mari. Elle fut répudiée. Les proches du roi lui conseillent de choisir une épouse parmi un certain nombre de jeunes filles, rassemblées par les eunuques du roi. Esther s'est retrouvée dans ce nombre. Souvenons-nous qu'elle était dans un pays ennemi.

-- Esther 2 -- 10 : Esther ne fait pas connaître son peuple, ni sa naissance, car Mardochée lui avait interdit d'en parler.

Et chaque jour Mardochée allait il venait devant la cour de la maison des femmes, pour savoir comment se portait Esther et comment on  la traitait.

Esther trouvait grâce  auprès de tous ceux qui la voyaient. Elle  trouva grâce auprès du roi, et c'est-elle qu’il choisit pour reine. Même devenue reine, Esther a toujours écouté les conseils  de Mardochée.

Esther 2 -- 20 : Esther n'avait pas fait connaître ni sa naissance, ni  son peuple car Mardochée le lui avait défendu. Et elle suivait les ordres de Mardochée aussi fidèlement qu'à l'époque  ou elle était sous sa tutelle.

Mardochée se tenait constamment à la porte du roi pour écouter. Un jour il entend deux eunuques du roi qui complotent  contre la vie du roi et veulent le tuer. Mardochée en prévint Esther qui le redit au Roi de la part de Mardochée. Les deux eunuques furent pendus.

Après ces choses, nous dit la Bible, le roi  éleva un homme au plus haut rang dans le pays. Cet homme se nomme Hamann. Hamann prie la grosse tête. À partir de ce jour il exigea que toute personne fléchisse le genou et se prosterne devant lui lors de son passage.

Mais Mardochée ne fléchit point le genou ni ne se prosterna devant lui. Même après des rappelles à l'ordre. Mardochée avait la crainte de Dieu dans son cœur, et devant lui seul il se prosternait.

Hamann en colère décide de faire mourir Mardochée et de massacrer le peuple juif  dispersé dans le pays. Il obtient du roi la signature d'un décret, qui lui donne l'ordre de détruire le peuple juif. Mardochée l’apprend et il le fait savoir à Esther afin qu'elle intervienne auprès du roi. Mais personne ne peut l'approcher sans être convoqué. Sinon le roi fait mourir cette personne. Esther craint pour sa vie.

Esther 4 -- 13 Mardochée fit répondre à Esther : ne t'imagine pas que tu échapperas seule d'entre tous les Juifs, parce que tu es dans la maison du roi. Et qui sait si ce n'est pas pour un temps comme celui-ci que tu es parvenu à la royauté ?

Esther envoya dire à Mardochée : Va rassemble tous les Juifs qui sont à Suze  et jeûnez pour moi, sans manger et sans boire pendant trois jours et trois nuits. Je jeûnerai également avec mes servantes, puis je rentrerai chez le roi, malgré la loi. Et si je dois périr, je périrais. Mardochée fit tout ce qu’Esther lui avait ordonné.

Pendant ce temps Hamann fait dresser la potence pour pendre Mardochée le lendemain.

Cette nuit-là le roi eut une insomnie. Il se fit relire les chroniques. On le lut devant le roi. Ses serviteurs relisent ce passage où la vie du roi a été exposée par les deux eunuques.

Le roi s'inquiète de savoir si Mardochée a été récompensé. Non lui dit-on. Le lendemain matin, quand Hamann se présente devant le roi, celui-ci lui dit : que ferais tu pour un homme que le roi veut honorer ? Hamann tout heureux, car il pense que c'est lui, l’homme que le roi veut honorer. Hamann décrit tout un faste. Il faut le couvrir de vêtements royaux, mettre une couronne sur sa tête. Prendre le cheval du roi et le promener à travers la place de la ville, et crier devant lui : c'est ainsi que l'on fait à l'homme que le roi veut honorer.

Le roi lui dit  très bien, et c'est ce que tu vas faire avec Mardochée. C'est toi qui marcheras avec le cheval et qui criera cela devant la foule.

À la fin du jeûne Esther se présente devant le roi, au risque de sa vie. Elle trouva grâce auprès du roi. Le roi en colère fit prendre Hamann à la potence qu'il avait préparée pour Mardochée.

L’édit de destruction du peuple juif  fut révoqué.  Esther fit connaître sa parenté avec Mardochée. Le roi ôtant son anneau, qu'il avait repris à Hamann, et le donna à Mardochée. C'est-à-dire que Mardochée devint le second du pays, à la place de Hamann.

Voilà ce que Dieu peut faire avec nous, si nous sortons de l'esprit et de la mentalité d'orphelin. Même si nous avons toutes les conditions, ou si nous sommes dans la situation pour l'être, Dieu saura mettre sur notre route un Mardochée, un couple, un père, une mère.

Mardochée n'a jamais recherché quoi que ce soit pour lui-même. Une seule chose l'intéressait, l'accomplissement du plan de Dieu dans la vie d'Esther. Esther, de son côté, également n’a jamais cherché à rentrer dans sa destinée part elle-même. Elle n’a jamais non plus sombré dans un esprit  et une mentalité d'orphelin, même privée de parents et déportée dans un pays étranger, et ennemi. Elle a toujours écouté les conseils de Mardochée, les recevant comme venant de Dieu.

Le diable veut et cherche à nous faire croire que nous sommes orphelins pour en adopter la mentalité. Il veut nous amener dans cette situation pour mieux nous détruire.

C'est pourquoi Jésus est retourné vers le Père pour nous envoyer le Saint Esprit, l'autre consolateur. La promesse du Père pour que nous ne soyons pas orphelins. Jésus n'a jamais envoyé un de ses disciples seul, non il les a envoyé deux à deux.

Un jour, une jeune femme, nous disait à mon épouse et moi : je ne pourrai jamais servir comme vous. Je suis seule, donc en quelque sorte disqualifiée.

Le diable sait insufflée des pensées comme cela.

Mardochée et Esther aurait pu vivre en reclus dans ce pays ennemi, en déportation. En se disant Dieu nous a abandonné. Nous payons la désobéissance du roi d'Israël, envers Dieu. Ce n'est pas juste. Pour quoi cela nous arrive ?  C’est le roi qui est responsable, nous nous sommes innocents. À ce moment-là ils auraient reçu l'offense, l'amertume serait venue dans leur cœur et envers tous leurs ennemis et l'ancien roi d'Israël. Jamais ils ne se sont pas apitoyer sur eux-mêmes ou sur leur sort. Jamais ils n’ont sombrés dans la dépression.

Dieu avait donné cet ordre, aux déportés, par la bouche de Jérémie :

Jérémie 29 --4 : ainsi parle l'Eternel des armées, le Dieu d'Israël, à tous les captifs que j’ai emmenés de Jérusalem à Babylone :

Bâtissez des maisons, et habitez-les, plantez des jardins, et mangez en les fruits. Prenez des femmes, et engendrez des fils et des filles, prenez des femmes pour fils, et donnez des maris à vos filles, afin qu'elles enfantent des fils et des filles, multipliez-vous la Où vous êtes, et ne diminuez pas. Rechercher le bien de la ville où je vous ai menés en captivité, et priez l'Eternel en sa faveur, parce que votre bonheur des temps anciens. Mardochée et Esther avaient décidés d’obéir à la parole de Dieu.

Car ainsi parle l'Eternel des armées, le Dieu d'Israël : ne vous laissez pas tromper par vos prophètes qui sont au milieu de vous, et par vos devin, n'écoutez pas vos songeur dont vous provoquez les songes.

Car je connais les projets que j'ai formés sur vous, dit l'Eternel, projet de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l'espérance. Vous m’invoquerez, et vous partirez, vous  me prierez et je vous exaucerai.  Si vous me cherchez,  vous  trouverez, si vous me cherchez de tout votre cœur. Je  me laisserai trouvez par vous, dit l'Eternel et je vous ramènerai vos captifs, je vous rassemblerai de toutes les nations et de tous les lieux où je vous ai  chassé, dit l'Eternel, et je ramènerai  vos captifs dans le lieu d'où je vous ai fait aller en captivité.

 

Restons fidèles et Dieu saura mettre sur notre route un « Mardochée qui se tient dans la cour du roi chaque jour. » C'est-à-dire quelqu'un qui est proche du cœur du Père et se laisse conduire par le Saint Esprit. Dieu a conduit Timothée, ainsi que Tite, vers Paul qui est devenu pour eux un père et un modèle. Paul les a encouragés à maintes reprises :

- 2 Timothée 2- 1 et 2 : Toi donc, mon enfant, fortifie toi dans la grâce qui est en Jésus-Christ. Et ce que tu as entendu de moi en présence de beaucoup de témoins, confie-le à des hommes fidèles, qui soient capables de l’enseigner aussi à d’autres.

- 2 Timothée 2 14 : Efforce toi de te présenter devant Dieu comme un homme éprouvé, un ouvrier qui n’à point à rougir, qui dispense droitement la parole de vérité.

Evite les discours vains et profanes etc.

-Tite: 1 --4 à Tite mon enfant légitime en notre commune foi : que la grâce et la paix te soit données de la part de Dieu le Père et de Jésus-Christ notre sauveur.

 

 

Comme le dit l'apôtre Paul : que la grâce de Dieu travaille dans nos vies. C'est ce que refuse de croire le chrétien orphelin. Il veut mériter, se mettre en valeur par ses œuvres, attiré les regards sur lui. C'est de l'idolâtrie et voler l'adoration à Dieu.

 

 

 

Commenter cet article